RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Dernier homme

            Robert Laffont
            EAN : 9782221101018
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 400
            Format : 153 x 240 mm
            Le Dernier homme

            Michéle ALBARET-MAATSCH (Traducteur)
            Collection : Pavillons
            Date de parution : 24/02/2005

            Un chef-d'oeuvre d'anticipation, au même titre qu'Orange mécanique et Le Meillèur des mondes.
            Renouant avec la tradition des Huxley, Orwell, Bradbury et de sa Servante écarlate, Margaret Atwood nous plonge dans un univers à la fois familier et terrifiant. Un monde dévasté à la suite d'une catastrophe écologique sans précédent,...

            Un chef-d'oeuvre d'anticipation, au même titre qu'Orange mécanique et Le Meillèur des mondes.
            Renouant avec la tradition des Huxley, Orwell, Bradbury et de sa Servante écarlate, Margaret Atwood nous plonge dans un univers à la fois familier et terrifiant. Un monde dévasté à la suite d'une catastrophe écologique sans précédent, où se combinent des conditions climatiques aberrantes, des manipulations génétiques délirantes et un virus foudroyant prompt à détruire l'ensemble de l'humanité. D'ailleurs, c'est presque fait : d'êtres humains, au début du Dernier Homme, il ne reste que Snowman, lequel est confronté à d'étranges créatures génétiquement modifiées - les Crakers, une nouvelle race d' « humains » programmés pour n'être sujets ni à la violence, ni au désir sexuel, ni au fanatisme religieux-, et à des animaux hybrides qui s'appellent désormais porcons, louchiens ou rasconses... Ce monde visionnaire, c'est presque le nôtre...
            Pamphlet politique, conte prophétique : avec son humour noir et son intelligence acérée, un souffle romanesque inouï et une générosité contagieuse, le « meilleur des mondes » glorieusement inventif de Margaret Atwood nous tend un miroir saisissant de vérité.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221101018
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 400
            Format : 153 x 240 mm
            Robert Laffont
            22.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            «Extrêmement palpitant, d’une imagination remarquable.», Sunday Times «Rigoureux par ses terrifiants éclairs de perspicacité et fascinant par sa dramatisation d’un rythme soutenu à partir du postulat “Qu’arriverait-il si…?”. Le superbe roman d’Atwood est aussi brillamment provocateur que profondément attirant.», Booklist «À chaque nouveau roman, Atwood innove. Il est bien rare qu’une phrase de sa prose enlevée, sèche et cependant avide, ne trouve pas sa justification, venant compléter un tableau qui s’avère considérable.», John Updike, The New Yorker «Margaret Atwood est l’un des plus grands écrivains d’aujourd’hui. Son style concis et affirmé est aussi scintillant et dur qu’un diamant. Elle fait de l’ombre à bon nombre de ses contemporains.», The Atlanta Journal-Constitution «“Le Dernier Homme” est l’oeuvre d’une Margaret Atwood au sommet de sa forme: sombre, sèche, mais aussi émouvante et émaillée d’éclairs de poésie pure.», The Independent «C’est un ouvrage puissant et d’une imagination débridée, et il est caractéristique de la part de son auteur qu’elle exerce son imagination non pas pour créer des monstres scientifiques mais pour dépeindre l’humanité.», Spectator «Jimmy revient à la vie de façon poignante. Tout au long du livre, la mécanique de l’intrigue se révèle implacable; on se sent parfois presque à bout de souffle. C’est une lecture haletante.», The Guardian

            PRESSE

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • memoria Posté le 12 Août 2019
              On connaît surtout La Servante écarlate, mais Margaret Atwood excelle dans les histoires de science-fiction. Elle le prouve une fois encore.
            • Acidus Posté le 1 Juillet 2019
              On connaît davantage Margaret Atwood pour son fameux roman dystopique « La servante écarlate », adapté au cinéma puis en série télévisée. Avec « Le dernier homme », elle entame une trilogie de science-fiction basée sur un univers post-apocalypique. Ce premier tome m'a emballé et pose les magnifiquement bien les bases de suites que j'espère à la hauteur. On suit ici Snowman, survivant d'un virus ayant décimé l'humanité. La trame narrative se scinde en deux parties, toujours du point du personnage principal : l'avant et l'après cataclysme. Pas de faiblesses ni de cassures de rythme entre les changements temporels. L'immersion reste total. Deplus, la plume de Margaret Atwood est à la fois riche et limpide, facile à aborder tout en conservant une intelligence dans le propos et la construction de ses phrases. L'auteur réussit à créer son petit suspens et la fin ne nous donne qu'une envie : de nous plonger dans le deuxième tome. Je le recommande sans hésiter.
            • StephanieIsReading Posté le 27 Juin 2019
              Une dystopie saisissante dont Margaret Atwood a le secret. Le monde tel qu'on le connaît n'est plus. Snowman tente de survivre dans un milieu hostile. Il est seul et en danger. De nombreuses introspections nous permettent de mieux le connaitre et de savoir comment il en est arrivé là, dans cette solitude étourdissante. Snowman se déshumanise progressivement. Le premier tome de cette trilogie s'achève sur un cliffhanger désarmant et Atwood, résolue à déstabiliser son lecteur, ne compte pas nous donner toutes les clés dans le tome suivant. Elle mène le lecteur là où elle seule sait aller et attise notre curiosité jusqu'au bout.
            • TwistedHarleen Posté le 30 Mai 2019
              Bien que lent à démarrer, on ne peut nier que Margaret Atwood a parfaitement bien organisé son roman. Plutôt réticente habituellement à l’alternance présent/passé laissant des milliers de questions en suspend qui peuvent parfois nous perdre et nous lasser, l'auteur a réussi à me surprendre. Passé les cents-première page, nous sommes continuellement nourris de nouvelles informations et toutes apportent de la profondeur aux personnages ainsi qu'à ce monde futuriste. Malheureusement, la fin malgré que palpitante, m'a laissé sur ma faim. [masquer] Alors que toutes nos questions ont trouvées leur réponse lors du dénouement, de nouvelles se soulèvent soudainement lorsque l'on apprend l'existence d'un petit groupe de trois humains. Pas plus de cinq pages leur sont consacrés, ce qui donne une impression de bâclée. Il aurait été plus judicieux d'ajouter un épilogue afin de conclure ce roman ou bien alors s'en passer. [/masquer] Le début et cette dernière intrigue sont à mon sens les seuls points négatifs, l'univers est complet sans être submergé de détails inutiles, tout comme l'écriture qui se passe de toutes descriptions superflus. [masquer] L'histoire d'amour entre Jimmy et Oryx est loin des clichés, plutôt légère même mais très intrigante ! La jeune femme en elle-même reste un mystère,... Bien que lent à démarrer, on ne peut nier que Margaret Atwood a parfaitement bien organisé son roman. Plutôt réticente habituellement à l’alternance présent/passé laissant des milliers de questions en suspend qui peuvent parfois nous perdre et nous lasser, l'auteur a réussi à me surprendre. Passé les cents-première page, nous sommes continuellement nourris de nouvelles informations et toutes apportent de la profondeur aux personnages ainsi qu'à ce monde futuriste. Malheureusement, la fin malgré que palpitante, m'a laissé sur ma faim. [masquer] Alors que toutes nos questions ont trouvées leur réponse lors du dénouement, de nouvelles se soulèvent soudainement lorsque l'on apprend l'existence d'un petit groupe de trois humains. Pas plus de cinq pages leur sont consacrés, ce qui donne une impression de bâclée. Il aurait été plus judicieux d'ajouter un épilogue afin de conclure ce roman ou bien alors s'en passer. [/masquer] Le début et cette dernière intrigue sont à mon sens les seuls points négatifs, l'univers est complet sans être submergé de détails inutiles, tout comme l'écriture qui se passe de toutes descriptions superflus. [masquer] L'histoire d'amour entre Jimmy et Oryx est loin des clichés, plutôt légère même mais très intrigante ! La jeune femme en elle-même reste un mystère, mais bien plus agréable sans réponses et qui laisse libre champ à son imagination. Tout comme le personnage de Crake, qui laisse derrières lui de nombreuses citations sur lesquelles réfléchir une fois que la catastrophe s'est produite. [/masquer] Le roman nous mène à nous questionner sur les enjeux de notre société tel que l'écologie bien sûr, mais également la question de l'homme et des sciences, de la bioéthique. Quels sont les limites des modifications génétiques ? Comment réagiront nous lorsque nos ressources deviendront limitées ? Sommes-nous conscients des potentiels menaces pesant sur nous ?
              Lire la suite
              En lire moins
            • gouelan Posté le 16 Mai 2019
              Le dernier homme partage avec le lecteur les derniers instants et le passé d'un monde pas si lointain, résultant de dérapages scientifiques qui ne se préoccupent pas de morale. La science est devenue la religion, l'art n'a plus aucune valeur. La communauté scientifique est retranchée derrière ses murs, délaissant un monde qui se dégrade, s'enfonce dans les vices, l'ignorance et la pauvreté. La consommation prime au détriment de l'écologie et du partage. Margaret Atwood a le don de créer un univers particulier. Le personnage principal, le dernier homme, n'a rien de sensationnel, il est même médiocre par rapport aux élites de cette société futuriste. Il est le témoin privilégié de la décadence du monde, de l'arrogance des hommes. Ce n'est pas un surdoué, mais il a gardé sa part d'humanité. Il déambule et survit dans ce monde où seuls les organismes génétiquement modifiés, dans toute leur monstruosité, s'adaptent. L'homme n'y a plus sa place. Entre catastrophe climatique, manipulations génétiques et virus incontrôlable, ce récit post-apocalyptique nous entraîne dans un enfer créé par les hommes. Ils ont pris la place des Dieux et ont détruit leurs jouets. La fin m'intrigue. Au lecteur d'imaginer la suite ou d'approfondir cet univers angoissant en lisant les autres tomes.
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.