Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714475657
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 504
Format : 140 x 225 mm

Le Sympathisant

Clément Baude (traduit par)
Date de parution : 17/08/2017
À la fois fresque épique, reconstitution historique et œuvre politique, un premier roman à l’ampleur exceptionnelle, qui nous mène du Saigon de 1975 en plein chaos au Los Angeles des années 1980. Saisissant de réalisme et souvent profondément drôle, porté par une prose électrique, un véritable chef-d’œuvre psychologique. La révélation littéraire de l’année.
Au Vietnam et en Californie, de 1975 à 1980

Avril 1975, Saïgon est en plein chaos. À l’abri d’une villa, entre deux whiskies, un général de l’armée du Sud Vietnam et son capitaine dressent la liste de ceux à qui ils vont délivrer le plus précieux des sésames : une place...
Au Vietnam et en Californie, de 1975 à 1980

Avril 1975, Saïgon est en plein chaos. À l’abri d’une villa, entre deux whiskies, un général de l’armée du Sud Vietnam et son capitaine dressent la liste de ceux à qui ils vont délivrer le plus précieux des sésames : une place dans les derniers avions qui décollent encore de la ville.
Mais ce que le général ignore, c’est que son capitaine est un agent double au service des communistes.

Arrivé en Californie, tandis que le général et ses compatriotes exilés tentent de recréer un petit bout de Vietnam sous le soleil de L.A., notre homme observe et rend des comptes dans des lettres codées à son meilleur ami resté au pays. Dans ce microcosme où chacun soupçonne l’autre, notre homme lutte pour ne pas dévoiler sa véritable identité, parfois au prix de décisions aux conséquences dramatiques. Et face à cette femme dont il pourrait bien être amoureux, sa loyauté vacille…

Lauréat du Translation Prize 2018 de la French-American Foundation, Prix Pulitzer 2016, Prix Edgar du Meilleur Premier Roman 2016, finaliste du prix PEN/Faulkner, un premier roman choc.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714475657
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 504
Format : 140 x 225 mm
Belfond
En savoir plus

Ils en parlent

"Certainement l'un des romans les plus impressionnants de cette rentrée [...] Cette confession d'un agent secret est plus qu'un roman politique anti-impérialiste. C'est une réflexion subtile sur les ambiguïtés de l'Histoire "comme farce et comme tragédie". Une méditation douloureuse sur la valeur des idéaux."
Florence Noiville / Le Monde

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Comedenanteuil Posté le 3 Janvier 2022
    Très bonne description de l'expérience de la migration, dans le contexte post guerre du Vietnam et à travers les yeux d'un agent double. Ce texte developpe le concept d'identité, notamment politique, mais aussi sociale, voire ethnique, et, niant sa fixité, s'attache à reproduire la complexité de son évolution, au gré des interlocuteurs et des situations. Une belle réflexion.
  • Coulardeau Posté le 27 Décembre 2021
    LES GUERRES COLONIALES SONT UN ENFER TRAUMATIQUE Ce livre est essentiel pour comprendre l'évolution actuelle du monde dans nos années 2020, ainsi que sous COVID-19 et en plein dans la guerre commerciale de Trump-maintenant-Biden avec la Chine, guerre qui ressemble de plus en plus au combat entre un poisson rouge de fête foraine et un poisson-chat géant dans le delta du Mississippi ou un requin dans le golfe du Mexique. Y a-t-il des requins dans les mers de Chine du Sud ? Le sujet est la guerre d'indépendance du Vietnam qui est arrivée comme un accident historique. Les Français ont profité de la faiblesse des Chinois au 19e siècle. La Chine était, à l'époque, ravagée par les différentes guerres de l'opium menées principalement par les Anglais. Le contrôle de la Chine, marqué par l'utilisation du système d'écriture chinois au Vietnam, était affaibli. Les Français arrivent avec leur alphabet latin et les intellectuels vietnamiens tous nationalistes pro-Vietnam l'adoptent et le vague rêve séculaire d'indépendance et de liberté prend enfin forme et il suffira que Ho Chi Minh aille en France, travaille chez Renault à Boulogne Billancourt, y rencontre Zhou Enlai travaillant là de la même façon, entre en contact avec les communistes français... LES GUERRES COLONIALES SONT UN ENFER TRAUMATIQUE Ce livre est essentiel pour comprendre l'évolution actuelle du monde dans nos années 2020, ainsi que sous COVID-19 et en plein dans la guerre commerciale de Trump-maintenant-Biden avec la Chine, guerre qui ressemble de plus en plus au combat entre un poisson rouge de fête foraine et un poisson-chat géant dans le delta du Mississippi ou un requin dans le golfe du Mexique. Y a-t-il des requins dans les mers de Chine du Sud ? Le sujet est la guerre d'indépendance du Vietnam qui est arrivée comme un accident historique. Les Français ont profité de la faiblesse des Chinois au 19e siècle. La Chine était, à l'époque, ravagée par les différentes guerres de l'opium menées principalement par les Anglais. Le contrôle de la Chine, marqué par l'utilisation du système d'écriture chinois au Vietnam, était affaibli. Les Français arrivent avec leur alphabet latin et les intellectuels vietnamiens tous nationalistes pro-Vietnam l'adoptent et le vague rêve séculaire d'indépendance et de liberté prend enfin forme et il suffira que Ho Chi Minh aille en France, travaille chez Renault à Boulogne Billancourt, y rencontre Zhou Enlai travaillant là de la même façon, entre en contact avec les communistes français qui étaient tous sur la ligne de Lafargue, gendre de Karl Marx, et sa réduction fondamentaliste du marxisme, pour que l'Asie prenne le chemin qu'elle suit aujourd'hui avec grand succès. Cela n'a pas été facile, et ce livre le prouve. La défaite des Français a eu lieu à Dien Bien Phu en 1954. J’ai porté à l’école pendant plusieurs années la veste d’un officier de Saint Cyr mort à Dien Bine Phu. L'accord de Genève qui s'ensuivit coupa temporairement le pays en deux, mais la partie sud fut saisie par une mafia militaire et politique essentiellement catholique qui déclara l'indépendance de la République du Vietnam et appela les États-Unis à l'aide, car les Français n'y étaient pas disposés, d'autant plus qu'ils étaient engagés dans une autre guerre coloniale en Algérie qui dura jusqu'en 1962. Il était alors trop tard pour réparer les dégâts que la présence américaine avait commencé à causer dans le pays et ces dégâts allaient être multipliés par l'assassinat de J.F. Kennedy puisque Lyndon B. Johnson était pour une guerre offensive totale qui rencontra des difficultés dès le premier instant, mais Nixon a multiplié la guerre et a envahi le Cambodge et le Laos jusqu'à ce qu'il démissionne, puis le pacificateur, Kissinger, a pris le relais, a négocié la fin en 1975, une débâcle qui est décrite en détail par l'auteur qui n'avait pas encore la répétition à Kaboul sous la main pour s'en inspirer. Il s'est juste souvenu de ce que c'était de par expérience. Le personnage principal est un informateur communiste infiltré dans la hiérarchie militaire de haut rang à Saigon et il est emmené de Saigon avec les principaux officiers qu'il surveille, et il atterrit à Los Angeles. Ce personnage principal, censé être l'auteur, est lié par un rituel sanguin adolescent à deux autres hommes, Bon et Man. Man reste au Vietnam et deviendra un cadre politique dans la moitié sud du pays. Bon sera évacué avec l'auteur et son général. L'auteur enverra toutes sortes de messages codés à Man par l'intermédiaire d'une sorte de tante à Paris, qui n'est pas une tante bien sûr, mais juste un pipeline ou une messagerie, ce que les Français appellent encore un téléphone arabe, pour des messages clandestins. À Los Angeles, l'auteur et Bon éliminent certains des pires réfugiés, c'est-à-dire les plus criminels de tous, du moins lorsqu'ils étaient à Saigon. Le général de Los Angeles en veut à l'auteur parce que celui-ci est un bâtard, un métis issu d'une mère vietnamienne, qui n'était qu'une femme tentant de gagner sa vie sous la domination coloniale française, et d'un père prêtre catholique, blanc et français. Mais cet auteur a osé approcher la fille du général, ce qui constituait un crime racial phénoménalement répugnant, pour le général bien sûr. Il ordonne donc à l'auteur de se débarrasser d'un certain Sonny, un personnage très louche qui a un passé trouble à Saigon et qui est de mauvaise réputation à Los Angeles, puis le général « autorise » l'auteur et Bon à se rendre dans le camp des contre-révolutionnaires en Thaïlande pour participer à une sorte de guérilla frontalière vers le Vietnam via le Laos. Lors de la première mission, ces guérilleros amateurs sont capturés et envoyés dans un camp de rééducation et de détention au Vietnam où le commissaire politique est Man, ce qui réunit à nouveau l'auteur, Bon et Man. Bon est traité comme un simple criminel réactionnaire et est utilisé pour déminer la zone environnante. Quant à l'auteur, il est soumis à une procédure de rééducation qui consiste d'abord à rédiger des aveux complets, puis à le torturer au bout de douze mois parce qu'il a "oublié" plusieurs épisodes de ses aventures à Saigon avant la chute. La phase suivante, qui a probablement duré plusieurs mois, est celle de la torture, toutes sortes de tortures, la torture standard utilisée dans toutes les guerres, en particulier dans les guerres coloniales par les Français, les Anglais, les Américains, les Portugais, les Espagnols et quelques autres, bien qu'ils n'aient pas, ici, utilisé les cages à tigre électrifiées, qui étaient les préférées des Français, pour des connexions électriques légères et régulières destinées à empêcher le sommeil ou simplement à provoquer de la douleur. Ils étaient aussi apparemment utilisés pour être descendus dans une rivière ou un lac pour la torture par l'eau et la noyade, forme améliorée de la baignoire. Nous connaissons tous toutes ces tortures qui sont utilisées depuis des décennies dans diverses séries télévisées. Et il est finalement racheté lorsqu'il découvre la réponse à la question finale : "Qu'est-ce qui est plus précieux que l'indépendance et la liberté ?" La réponse est "Rien", et l'auteur se rend finalement compte qu'il s'agit d'un tour typique et cynique, car toute vérité a deux significations. Dans ce cas, "Rien n'est plus précieux que l'indépendance et la liberté" utilise "rien" comme signifiant l'absence négative de quoi que ce soit. Mais "Rien est également plus précieux que l'indépendance et la liberté" utilise un "rien" qui est, en fait, "quelque chose". L'auteur ne mentionne pas l'humoriste français qu'il aurait dû connaître et qui disait qu'il avait acheté une maison pour "trois fois rien", ce qui n'est évidemment pas grand-chose mais qui est quelque chose. Il considère que cela lui a demandé d'utiliser sa double nature de bâtard, "je" d'une part et "moi" d'autre part, et il aurait pu ajouter "moi-même" d’une troisième part, car un bâtard est une triple personnalité et non une double, celle de la mère, celle du père quand ils sont de deux origines ethniques différentes, et la bâtardise qui vient du fait que le père n'était pas censé avoir de relations sexuelles avec la mère puisqu'il était prêtre catholique. Le bâtard est conçu hors mariage, ce qui n'est pas bien, mais par un prêtre qui avait juré devant Dieu de n'avoir aucun rapport sexuel, soit dit en passant, avec aucun être humain, enfant, garçon, fille, homme ou femme, et les animaux ne sont pas mentionnés. L'auteur ne fait qu'allusion à ce fait mais ne l'exploite pas ; il n'est pas seulement l'enfant de deux personnes racialement différentes, mais il est aussi l'enfant d'un péché mortel d'un prêtre reniant, de la manière la plus clandestine, son propre vœu devant Dieu lui-même. La négligence de ce fait est surprenante car le livre construit dans son style de nombreuses triades ou trinités de mots ou de divers autres éléments tout le temps ainsi que certains groupes plus complexes mais toujours d'inspiration chrétienne comme quatre, la crucifixion, sept, la semaine sainte ou la genèse, huit, la résurrection, neuf l'apocalypse et le jugement dernier. Cette profonde inspiration chrétienne n'est pas utilisée systématiquement, et elle n'est pas utilisée pour construire le sens de l'expérience complète bien que nous ayons affaire ici à des catholiques vietnamiens qui sont anticommunistes parce que le communisme est contre la religion, et il manque un point, le fait que le communisme est une religion sans Dieu, comme le bouddhisme d'ailleurs qui est dominant en Chine et en Asie du Sud-Est. Je n'en dirai pas plus car c'est une question extrêmement prégnante, et cette prégnance n'est pas une question de bâtardise, et la réponse n'est pas "rien". C'est toute une structuration mentale qui est fondamentale dans l'évolution humaine depuis son origine même, il y a 300 000 ans. Cela aurait changé sa dernière phrase. Il propose "Nous vivrons !" qui est égoïstement matérialiste dans le sens le plus étroit, la vie, au lieu de l'ouvrir avec le mot valise « be + live => believe » à « Nous serons et vivrons, nous croirons ! » qui serait mental et spirituel. Cette traduction de l’anglais n’est pas bonne et je préfèrerais alors « Nous sommes, nous vivons, nous espérons. » Dans son approche du "rien !", il manque la dimension spirituelle. La spiritualité est entièrement mentale, donc en aucun cas matérielle, donc pas matérialiste du tout, rien donc, et pourtant c'est la force inspiratrice la plus importante de tout être humain et avec la spiritualité, l'homme peut déplacer des montagnes. Regardez comment la spiritualité ou la religion communiste a permis à la Chine d'abord, et maintenant à toute l'Asie du Sud-Est, sinon à toute l'Asie, de repenser et de reconstruire leur puissance et leur grandeur. Cela aurait pu conduire l'auteur à une dernière idée qui était absolument impensable en 2015 sous Obama. Le Congrès américain, en décembre 2021, vient de voter une loi interdisant tous les produits du Xinjiang ou du pays Ouïgour en raison du non-respect des droits de l'homme des machines à récolter le coton qui sont asservies à leur travail. Le président Biden l'a signée. Un tel acte hostile aurait été considéré comme un acte de guerre en 1914 ou en 1939. Et à l'époque, en 1939, où était la moindre déclaration officielle contre les violations évidentes des droits de l'homme en Allemagne où on pendait les syndicalistes aux lampadaires dans les rues et où on forçait les Juifs à porter une étoile jaune et bien pire encore, ou en Italie où le Parti Communiste Italien était interdit et son dirigeant principal, Antonio Gramsci, en prison ? Et pourtant, en 2021 ou 2022, la loi antichinoise du Congrès américain n'aura pratiquement aucune conséquence, sauf si le monde entier décide de s'habiller en soie, importée bien sûr de Chine. Le livre aurait été visionnaire s'il avait vu cette dimension spirituelle, ce « rien » au-delà « de l’indépendance et de la liberté », ce « rien » fondé sur « la foi en l’indépendance et la liberté », mais l'auteur n'a pas su la voir au-delà du tour et de la mystification que l'histoire lui a joué avec ce "rien" et son destin "humoristique", bien sûr « noir ». Dr Jacques COULARDEAU
    Lire la suite
    En lire moins
  • Obeugin Posté le 13 Septembre 2021
    J’ai adoré la plume acerbe (et documentée) qui rythme ce roman du début à la fin, un récit à la fois terrible et pathétique qui nous mène de la chute de Saïgon à une mission commando désespérée en passant par l’exil américain et un tournage de film aux Philippines. Tout est duplicité chez ce capitaine de l’armée sud-vietnamienne, agent-double, « bâtard » franco-vietnamien, amoureux contrarié… Une confession qui détonne, un peu dans l’esprit de « La fabrique des salauds » !
  • nicokykkoduq Posté le 27 Août 2021
    Une taupe communiste nord-vietnamienne dans l'armée sud-vietnamienne. Ce récit, dans lequel je suis plongé depuis quelques jours, débute dans un aéroport lors de la chute de Saïgon. La défaite des américains. La fuite des troupes US. La détresse des vietnamiens voulant fuir l'arrivée des communistes. L'espoir déçu de ne pas tous pouvoir partir. Ceux qui partent ne seront que des exilés désenchantés, ceux qui restent seront opprimés. Comment ne pas faire un parallèle troublant avec les images médiatiques actuelles de la prise de Kaboul par les Talibans ? La réalité se mêlant à la fiction, ma lecture a été d'autant plus captivante. Au-delà de la confession d'un agent double, ce roman nous interroge de manière ironique au sujet de la condition humaine et de l'absurdité des guerres. Même si ce livre aurait pu être allégé de quelques pages, j'en ai apprécié la lecture.
  • Maghily Posté le 7 Juillet 2021
    Ce roman contient beaucoup de choses intéressantes. Le tout servi par une plume acérée, à l’humour piquant qui m’a arraché de nombreux sourires. Pour tout cela, j’ai trouvé ce roman brillant et cela m’attriste de ne pas l’avoir apprécié plus que cela durant ma lecture. Je suis curieuse de lire d’autres romans de l’auteur pour voir s’ils me plairaient davantage. Chronique complète sur le blog.
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !