RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le temps est assassin

            Presses de la cité
            EAN : 9782258136700
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 400
            Format : 140 x 225 mm
            Le temps est assassin

            Date de parution : 04/05/2016
            Votre été sera corsé !
            Eté 1989
            La Corse, presqu’île de la Revellata, entre mer et montagne.
            Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, une voiture qui roule trop vite... et bascule dans le vide.
            Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux.
            Eté 2016
            Clotilde revient pour la...
            Eté 1989
            La Corse, presqu’île de la Revellata, entre mer et montagne.
            Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, une voiture qui roule trop vite... et bascule dans le vide.
            Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux.
            Eté 2016
            Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l’accident, avec son mari et sa fille ado, en vacances, pour exorciser le passé.
            A l’endroit même où elle a passé son dernier été avec ses parents, elle reçoit une lettre.
            Une lettre signée de sa mère.
            Vivante ?
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258136700
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 400
            Format : 140 x 225 mm
            Presses de la cité
            21.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            " A cause de lui la Corse n'est plus l'île de Beauté qu'on connaît, mais le théâtre d'un suspense insoutenable coincé entre la confusion du temps et celle des sentiments. On part en famille dans le nouveau thriller du troisième auteur le plus vendu en France."
            Le Point

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Nympha Posté le 13 Août 2019
              Un livre qui nous happe dans l’histoire dès les premières pages! L’auteur nous rend complètement addict de l’histoire par son intrigue! Je suis un peu moins convaincu par le dénouement... mais ca reste un très bon livre!
            • Esorlecram Posté le 10 Juillet 2019
              C’est évident : Michel Bussi a un talent fou pour créer une énigme, faire monter le suspense, tenir le lecteur en haleine. Mais bon sang que ses tics d’écriture sont agaçants ! Ici encore il saupoudre son récit de petites phrases mystérieuses, prononcées par une personne tout aussi mystérieuse, phrases que l’on retrouve en italique à tout bout de champ. Dans un premier bouquin, on l’accepte, mais comme il use et abuse de ce procédé dans tous ses romans, cela devient franchement énervant. Ceci dit, « le temps est assassin » n’est pas un mauvais cru. Aux trois quarts du récit, j’aurais même dit un très bon cru, qui ne se résume pas uniquement à l’intrigue. L’histoire se passe en Corse, à deux époques différentes mais au même endroit. Bussi réussit à nous faire sentir l’atmosphère de cette île, le caractère obstiné de ses habitants et leur sens de l’honneur. D’autre part, la partie la plus ancienne de l’histoire nous est rapportée via le « journal » d’une jeune adolescente de 1989, ce qui donne un récit frais, dynamique et original car notre ado, toujours en retrait parmi ses copains et copines, se livre à fond dans son journal. Malheureusement... C’est évident : Michel Bussi a un talent fou pour créer une énigme, faire monter le suspense, tenir le lecteur en haleine. Mais bon sang que ses tics d’écriture sont agaçants ! Ici encore il saupoudre son récit de petites phrases mystérieuses, prononcées par une personne tout aussi mystérieuse, phrases que l’on retrouve en italique à tout bout de champ. Dans un premier bouquin, on l’accepte, mais comme il use et abuse de ce procédé dans tous ses romans, cela devient franchement énervant. Ceci dit, « le temps est assassin » n’est pas un mauvais cru. Aux trois quarts du récit, j’aurais même dit un très bon cru, qui ne se résume pas uniquement à l’intrigue. L’histoire se passe en Corse, à deux époques différentes mais au même endroit. Bussi réussit à nous faire sentir l’atmosphère de cette île, le caractère obstiné de ses habitants et leur sens de l’honneur. D’autre part, la partie la plus ancienne de l’histoire nous est rapportée via le « journal » d’une jeune adolescente de 1989, ce qui donne un récit frais, dynamique et original car notre ado, toujours en retrait parmi ses copains et copines, se livre à fond dans son journal. Malheureusement cela s’accélère trop à la fin. Tous les événements restent dans les limites du vraisemblable, mais leur accumulation a créé chez moi un recul évident. Avec pour terminer une course-poursuite sur les lacets de la montagne corse que n’aurait pas reniée James Bond !
              Lire la suite
              En lire moins
            • barjabulette Posté le 5 Juillet 2019
              Après avoir lu "maman a tort", je me plonge dans le second roman de Michel Bussi : le temps est assassin. Cette histoire nous fait découvrir la Corse. Je ne suis pas une fan inconditionnelle de cet auteur mais j'avais trouvé que l'intrigue de "maman a tort" était bien ficelée. Dans "le temps est assassin", on ne peut pas dire que l'intrigue est mal ficelée mais, en tout cas je l'ai ressenti comme ça, j'ai eu l'impression que l'auteur nous reservait une recette qui fonctionne. D'emblée, on sait que l'intrigue va être un peu "tordue", on s'attend donc à tout. Et, en effet, l'intrigue est inattendue, on ne soupçonne jamais le bon coupable avant la toute fin du livre. Mais, in fine, Michel Bussi ne surprend plus à force de vouloir surprendre trop. Néanmoins, ce roman est un bon moment lecture même s'il ne restera pas dans les annales de littérature.
            • Lecturepissenlit Posté le 5 Juillet 2019
              Après Ne lâche pas ma main, quelques années plus tôt, Michel Bussi nous sort de nouveau de sa Normandie natale et si chère à son coeur pour nous emmener en Corse et plus précisément sur la presqu'île de la Revellata. Paysage de carte postale, mer, soleil, montagne. La famille Idrissi vient passer tous ses étés au camping des Euproctes, depuis que le père de famille, Paul, a quitté sa Corse natale pour partir vivre sur le continent avec sa femme et y établir sa petite famille en travaillant comme représentant en gazon. L'histoire commence en 1989, Paul et Palma Idrissi posent leurs valises au camping des Euproctes, emplacement C29, avec leurs enfants Nicolas, dix-huit ans, et Clotilde, quinze ans. Lors d'une virée en voiture sur les petites routes sinueuses de la presqu'île de la Revellata, la voiture rate un virage et plonge droit dans les rochers acérés des côtes de l'île de beauté. Seule Clotilde suivit à l'accident. Seize ans plus tard, Clotilde désormais femme et mère d'une jeune fille de quinze ans, ressent le besoin de retourner en Corse sur les lieux de l'accident, pour expliquer à sa fille, l'histoire de sa famille. A peine Clotilde et a sa famille se sont installés au camping des... Après Ne lâche pas ma main, quelques années plus tôt, Michel Bussi nous sort de nouveau de sa Normandie natale et si chère à son coeur pour nous emmener en Corse et plus précisément sur la presqu'île de la Revellata. Paysage de carte postale, mer, soleil, montagne. La famille Idrissi vient passer tous ses étés au camping des Euproctes, depuis que le père de famille, Paul, a quitté sa Corse natale pour partir vivre sur le continent avec sa femme et y établir sa petite famille en travaillant comme représentant en gazon. L'histoire commence en 1989, Paul et Palma Idrissi posent leurs valises au camping des Euproctes, emplacement C29, avec leurs enfants Nicolas, dix-huit ans, et Clotilde, quinze ans. Lors d'une virée en voiture sur les petites routes sinueuses de la presqu'île de la Revellata, la voiture rate un virage et plonge droit dans les rochers acérés des côtes de l'île de beauté. Seule Clotilde suivit à l'accident. Seize ans plus tard, Clotilde désormais femme et mère d'une jeune fille de quinze ans, ressent le besoin de retourner en Corse sur les lieux de l'accident, pour expliquer à sa fille, l'histoire de sa famille. A peine Clotilde et a sa famille se sont installés au camping des Euproctes comme au bon vieux temps, qu'elle reçoit une lettre signée par sa mère, pourtant décédée depuis 16 ans. Mais pour Clotilde il n'y a aucun doute, l'écriture et certains détails ne peuvent venir que de Palma Idrissi. Seule contre tous, elle va alors commencer à enquêter, et comprendre à ses dépens qu'en Corse, l'omerta est reine. Tout le long du récit nous avons une alternance des époques. En 2016, nous avons Clotilde qui enquête sur son passé persuadée que la clé de l'énigme se trouve dans les événements qui ont précédé l'accident en 1989. Et pour la période de 1989, nous sommes plongés au coeur d'un carnet, le journal intime de Clotilde lorsqu'elle avait quinze ans. Les passages de ce carnet sont alors lus par une mystérieuse personne et viennent faire écho à ce que vit Clotilde actuellement. Comme toujours avec Michel Bussi l'histoire est prenante. A la fin de chaque partie "2016", nous nous demandons si la mère de Clotilde est bien vivante ou non, et si non, qui est derrière ces lettres. Et la fin des chapitres de l'année 1989 sont marqués par cette mystérieuse personne qui réagit aux passages du carnet qu'elle vient de lire. Que nous quittions l'une période ou l'autre, l'effet page-turner est à 100% présent ! le style est toujours aussi propre et efficace. De plus, l'effet Bussi c'est une juste dose de suspens, de (magnifiques) descriptions, d'indices savamment dissimulés et de révélations aussi surprenantes que croustillantes ! Le tout saupoudré d'histoire(s) d'amour et de légers frissons, et vous obtenez une superbe lecture de l'été - et pas que d'été d'ailleurs ! Si je devais absolument trouver un point négatif, et c'est difficile car Michel Bussi est mon auteur préféré, ce serait un point que l'on retrouve dans tous ses romans. Les fins et dénouements de ses romans sont parfois tellement subtils, tellement inattendus, qu'il nous était impossible, à moins d'être vraiment tordu, d'enquêter et de les deviner. Moi qui aime jouer l'enquêtrice, je sais en commençant un Bussi, que cela sera peine perdue et que les indices que nous pourrons avoir seront pour ainsi dire presque tous biaisés voire faux. Mais sachant cela, je suis rentrée à 100% dans l'histoire, et je suis restée pendue à ses mots jusqu'à la dernière page.
              Lire la suite
              En lire moins
            • mgabas Posté le 30 Juin 2019
              Jusqu’où serait-on prêt à aller pour connaître la vérité ? Le passé est-il toujours bon à faire resurgir après des années ? Et si tout était basé sur le mensonge ? Ce roman nous intrigue et nous transporte au fil des pages. Cependant au moment où tout devient fluide, on l’on comprend enfin où mènent tous ses secrets, j’ai déchanté. Le dénouement irréaliste, voir baclé du roman lui fait perdre toute la crédibilité des 400 précédentes pages et j’ai trouvé ça fort dommage. Très très déçue par cette fin...
            Ne lâchez pas sa main
            Michel Bussi vous emmenera loin. Actus, rencontres, exclusivités... Recevez chaque mois sa newsletter et prolongez avec lui le plaisir de lecture.

            Lisez maintenant, tout de suite !