Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714444110
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 324
Format : 140 x 225 mm

Les saisons de la nuit

Marie-Claude PEUGEOT (Traducteur)
Date de parution : 16/08/2007

Le roman qui a révélé Colum McCann, la superbe évocation d'une famille noire-américaine à New York, tout au long du XXe siècle.

À travers l'extraordinaire portrait d'une famille d'ouvriers américains, du début du siècle à nos jours, Colum McCann impose un univers romanesque d'une rare puissance, et une prose d'une beauté rude et lumineuse.

New York, 1916. Des terrassiers creusent les tunnels du métro sous l'East River. Des noirs, comme Nathan Walker,...

À travers l'extraordinaire portrait d'une famille d'ouvriers américains, du début du siècle à nos jours, Colum McCann impose un univers romanesque d'une rare puissance, et une prose d'une beauté rude et lumineuse.

New York, 1916. Des terrassiers creusent les tunnels du métro sous l'East River. Des noirs, comme Nathan Walker, venu de sa Géorgie natale, des Italiens, des Polonais, des Irlandais… Pendant les dures heures de labeur dans les entrailles de la terre, une solidarité totale règne entre eux. Mais, à la surface, chacun garde ses distances, jusqu'au jour où un accident spectaculaire établit entre Walker et un de ses compagnons blancs un lien qui va sceller le destin de leurs descendants sur trois générations.

Manhattan, 1991. Sous le bourdonnement trépidant de la ville, un certain Treefrog, qu'un secret honteux a réduit à vivre dans ces mêmes tunnels, endure les rigueurs d'un hiver terrible, aux côtés d'autres déshérités réfugiés dans ce monde obscur.

Soixante-quinze ans séparent Nathan Walker de Treefrog, soixante-quinze ans marqués par le racisme, la pauvreté, les tabous sociaux et les bonheurs furtifs. Deux récits, d'abord parallèles, qui vont finir par se rejoindre et s'entrecroiser pour former une seule et même histoire d'amour et de rédemption.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714444110
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 324
Format : 140 x 225 mm
Belfond

Ils en parlent

« Il fallait un regard extérieur – celui d’un irlandais installé à New York – pour décrire sans apitoiement cette condition humaine. Il fallait un jeune romancier capable d’affronter les ténèbres pour côtoyer ces hommes-taupes et leur rendre une dignité littéraire. Colum McCann est celui-là. »
Florence Noiville - Le Monde

« On est pris par la reconstitution, saisi par l’atmosphère étouffante, par l’authenticité du récit, la générosité des personnages, on y croit. […] Colum McCann avec un savoir-faire redoutable emporte l’adhésion du lecteur, il le transporte littéralement hors des entrailles cauchemardesques de New York pour le ramener sain et sauf à l’air libre, en pleine lumière. »
Bruno Corty - Le Figaro

« C’est un roman d’une noirceur terrible, un voyage au bout de la nuit. Mais c’est aussi un roman hanté par la grâce : 300 pages de ténèbres et de lumières, où une nouvelle recrue des lettres irlandaises s’impose dans le sillage des McGahern et autres McCourt. […] au carrefour de l’ethnographie et du réalisme magique le plus incandescent, Les Saisons de la nuit sont la version new-yorkaise des Mystères de Paris. »
André Clavel - L’Express

« Le minutieux travail de recherche entrepris par McCann, […] lui permet de se tenir à l’écart des clichés, sans pour autant l’empêcher d’user à plein de son sens aigu de l’ellipse. Le deuxième chapitre du livre […] restera comme un véritable morceau d’anthologie. »
Sylvain Bourmeau - Les Inrockuptibles

« Colum McCann est un écrivain, un grand. Ses mots, ses phrases, ses romans, traquent l’âme des êtres, fouillent les consciences jusqu’aux recoins de la nuit »
Fabrice Lanfranchi - L’Humanité

« [Colum McCann] donne à lire des pages âpres, violentes, trépidantes, trempées dans les recoins les plus ténébreux d’une vie qui font de ce roman un voyage au centre d’une mégalopole dont on ressort terrassé, emballé. […] McCann a peint une fresque impeccable de la rédemption plantée dans la “Grosse Pomme” : qui savait qu’elle donnait encore des fruits aussi savoureux ? »
Olivier Cariguel - Le Magazine Littéraire

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Allantvers Posté le 11 Mai 2020
    New-York comme on le voit rarement en littérature : dans ses tunnels creusés au début du siècle, ses souterrains glauques abritant un infra-monde, du haut des poutres des gratte-ciels en construction. Je dois dire que cela a été pour moi le principal intérêt de ce livre, avec le personnage tellurique et solaire du jeune puis vieux Nathan également, car j'ai eu du mal à adhérer aux intrigues parallèles qui finissent par se rejoindre, en même temps qu'un roman que j'ai trouvé assez long, ou peut-être pas assez ramassé car on y aborde trop de thèmes :entre l'évocation des infrastructures de la ville, les déshérités qui les construisent, l'amour, la culpabilité, on perd un peu le fil conducteur. Reste une langue très évocatrice, rêche et minérale.
  • danielehoslet Posté le 16 Février 2020
    Un roman poignant sur New-York au temps des bâtisseurs de gratte-ciel et des "creuseurs" de tunnels, tout cela sur fond de misère sociale et de sans- abrisme. Soit le côté sombre de New-York. Treefog, le personnage central du roman qui a travaillé à la construction de gratte-ciel vit comme un rat dans les sous-sols de New York où s'organise une vie et une ville souterraine, une véritable jungle, sans eau, sans électricité où chacun se bat pour sa survie. Amateurs de livres sur New-York, je vous recommande vivement ce roman magistral sans doute un des meilleurs de Colum Mac Cann. Il est pourtant noir, lugubre et prend aux tripes mais il recadre l'idée que New York est une ville magique. Avant de véhiculer l'image d 'une ville ou tout est possible, Big Apple a connu des heures sombres. En fait, New-York est représentative d'elle même mais n'a rien avoir avec l'identité américaine. séduite par l'écriture, j'ai lu ensuite Transatlantic qui m'a pas mal déçue.
  • syliseuse Posté le 24 Janvier 2020
    Les Saisons de la Nuit n'a pas été seulement pour moi une première rencontre avec son auteur, Colum McCann, mais une révélation. Plus d'un mois après en avoir terminé la lecture, je reste marquée par cette oeuvre coup de poing, puissante, sombre, violente, d'une beauté tragique. Le roman se déroule sur l'espace d'un siècle. Il est autant une étude sociologique qu'une aventure humaine car les histoires particulières qu'il nous relate s'inscrivent dans la grande Histoire des USA. Documenté et poignant, il nous présente le quotidien de plusieurs générations, dont le point commun est d'avoir passé le plus clair de leur temps sous terre : - d'une part, les gens de couleur et les immigrés exploités dans des conditions cauchemardesques pour creuser des tunnels dans les entrailles de New York, autour de 1910 - d'autre part, les exclus de la société vivant comme des rats dans ces tunnels en partie désaffectés, à la fin du 20ème siècle. La structure de l'oeuvre est particulièrement efficace pour entretenir le suspense et soutenir l'intérêt du lecteur. Si les différentes trajectoires de vie nous sont d'abord présentées de manière parallèle, sans que l'on sache où et comment elles vont se rejoindre,... Les Saisons de la Nuit n'a pas été seulement pour moi une première rencontre avec son auteur, Colum McCann, mais une révélation. Plus d'un mois après en avoir terminé la lecture, je reste marquée par cette oeuvre coup de poing, puissante, sombre, violente, d'une beauté tragique. Le roman se déroule sur l'espace d'un siècle. Il est autant une étude sociologique qu'une aventure humaine car les histoires particulières qu'il nous relate s'inscrivent dans la grande Histoire des USA. Documenté et poignant, il nous présente le quotidien de plusieurs générations, dont le point commun est d'avoir passé le plus clair de leur temps sous terre : - d'une part, les gens de couleur et les immigrés exploités dans des conditions cauchemardesques pour creuser des tunnels dans les entrailles de New York, autour de 1910 - d'autre part, les exclus de la société vivant comme des rats dans ces tunnels en partie désaffectés, à la fin du 20ème siècle. La structure de l'oeuvre est particulièrement efficace pour entretenir le suspense et soutenir l'intérêt du lecteur. Si les différentes trajectoires de vie nous sont d'abord présentées de manière parallèle, sans que l'on sache où et comment elles vont se rejoindre, on pressent cependant qu'un lien existe entre les personnages et on attend impatiemment le moment de la révélation. Comment alors, au stade où les différentes histoires finissent par converger, ne pas être frappé et bouleversé par l'espèce de malédiction transgénérationnelle qui semble avoir pesé sur tous ces destins? Par un habile jeu de contrastes qui nous fait successivement passer des ténèbres profondes (tunnels) à la lumière éblouissante de l'extérieur (neige), du ventre de la terre aux gratte-ciel, des moments de douleur aux instants de tendresse et de solidarité, l'auteur donne du poids à son propos à la manière d'un négatif qui rendrait les ombres plus menaçantes et les blancs plus lumineux. Ainsi se mêlent laideur et rédemption dans cette belle fresque romanesque à la prose percutante, sans fioriture, et tellement évocatrice que je l'ai trouvée presque physiquement palpable (la traductrice a fait un travail remarquable). Que n'ai-je lu ce magnifique roman plus tôt ... mais il n'est jamais trop tard pour d'aussi belles découvertes !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lishbks Posté le 27 Août 2019
    Colum McCann s'impose avec cette oeuvre en maître bâtisseur. Ce roman est une somptueuse mise en abîme de l'ouvrage rude et méticuleux accompli par ces héros traduit en construction narrative. Des tunnels sous-terrains jusqu'en haut des gratte-ciel,le coeur de New-York bat et s'emballe sous sa plume. D'une génération à l'autre, les personnages se cherchent, l'écho de leur voix se répondant inlassablement jusqu'à ce que le fil se reconstitue enfin. le lecteur sillonne les méandres de ce tunnel narratif sinueux, parfois sombres, parfois lumineux, avide de ce coup de pioche final qui lui permettra de traverser le temps et de boucler la boucle.
  • jullius Posté le 20 Juin 2019
    Une de mes plus belles découvertes cette année : du style et de la profondeur, car Colum McCann ne nous parle pas de l'Amérique, mais bien plutôt des classes sociales, des États désunis...
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.