Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782348059360
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 140 x 205 mm
Nouveauté

L'imposture océanique

Le pillage « écologique » des océans par les multinationales

Collection : Cahiers libres
Date de parution : 21/10/2021
Depuis les années 2000, des ONG accusent les pêcheurs bretons de surpêche et de massacre des dauphins. Mais braquent-elles les projecteurs au bon endroit ? Les menaces qui pèsent sur les océans sont de natures multiples et elles ne cessent de croître : dérèglement climatique, invasion des plastiques, pollutions terrestres…... Depuis les années 2000, des ONG accusent les pêcheurs bretons de surpêche et de massacre des dauphins. Mais braquent-elles les projecteurs au bon endroit ? Les menaces qui pèsent sur les océans sont de natures multiples et elles ne cessent de croître : dérèglement climatique, invasion des plastiques, pollutions terrestres… Auxquelles s’ajoute l’appétit croissant des multinationales qui en convoitent les richesses, comme les minerais, le vent, les courants, la capacité à stocker le carbone, les génomes ou les baleines.
Pour exploiter les mers, ces multinationales brandissent une solution miracle : l’« économie bleue ». Cette formule magique promet que l’on peut tirer profit des ressources maritimes tout en les préservant. Et oriente au passage les critiques vers le bouc émissaire de la pêche artisanale. Comme le montre Catherine Le Gall dans cet essai percutant, il s’agit là d’une redoutable imposture, élaborée par les multinationales et leurs lobbyistes. Son enquête révèle le rôle méconnu joué par trois armes de persuasion massive : les associations professionnelles transnationales, les fondations philanthropiques créées par des hommes d’affaires pour imposer leur vision dans les sommets climatiques, et les ONG nord-américaines pro-marché qui proposent de vendre et acheter la nature. Toutes préconisent de monétiser les ressources maritimes pour les « protéger », en vérité pour permettre leur pillage tous azimuts. Mais peut-on sauver les océans en faisant confiance au marché ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782348059360
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 140 x 205 mm

Ils en parlent

À travers une enquête richement détaillée, Catherine Le Gall déconstruit ce dernier mythe. Certes, les pêcheurs et leurs pratiques modernes ont leur part de responsabilité dans la baisse dramatique de la biodiversité océanique. […] Mais sont-ils les seuls coupables ? La thèse qu’avance la journaliste renverse les représentations médiatiques habituelles, hostiles aux pêcheurs […]. Le Gall mène une histoire par le bas des conflits d’usage de la mer, donnant la parole à des acteurs qu’on entend peu d’ordinaire […]. Ce faisant, son récit dévoile un complexe écheveau de responsabilités dans la dramatique pollution de la côte bretonne. […] Et c’est ainsi que la journaliste met le doigt sur l’une des plus importantes sources de pollution du pays bigouden : les bulbiculteurs — cultivateurs de tulipes — de la pointe de la Torche et, plus généralement, le modèle d’agriculture intensive breton, bourré de produits phytosanitaires qui ruissellent jusqu’à la mer. […] En définitive, interrogez-vous la prochaine fois qu’une ONG brandira la photo d’un dauphin pris au piège de filets de pêche. Car la mort des cétacés pourrait être l’arbre qui cache la forêt du pillage capitaliste des océans.
Maxime Lerolle / Reporterre
Dans son livre “L’Imposture océanique”, l’enquêtrice Catherine Le Gall pointe les véritables menaces qui pèsent sur les océans : la pollution et le dérèglement climatique, bien sûr. Mais aussi l’appétit des multinationales.
Vincent Rémy / Télérama
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !