RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Ma vie balagan

            Robert Laffont
            EAN : 9782221106587
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 270
            Format : 135 x 215 mm
            Ma vie balagan

            Date de parution : 09/10/2008

            Le matin de ses soixante-dix-huit ans, Marceline Loridan-Ivens, née Rozenberg, calcule que 7 et 8 font 15 : quinze ans, son âge lors de sa déportation au camp d'Auschwitz-Birkenau. Elle contemple les objets de sa maison, qui réveillent en elle des fragments de sa vie faite de désordres, de révoltes,...

            Le matin de ses soixante-dix-huit ans, Marceline Loridan-Ivens, née Rozenberg, calcule que 7 et 8 font 15 : quinze ans, son âge lors de sa déportation au camp d'Auschwitz-Birkenau. Elle contemple les objets de sa maison, qui réveillent en elle des fragments de sa vie faite de désordres, de révoltes, de provocations et d'engagements sur les marges du monde...
            1945 : revenue d'Auschwitz détruite à mort, Marceline se lance dans la vie comme si elle n'avait plus rien à perdre. Elle hante les nuits bleues des caves de Saint-Germain-des-Prés, entre au PC, claque la porte, porte les valises pour le FLN, s'engage pour l'avortement - elle est de tous les combats. Et rencontre le grand cinéaste Joris Ivens ; la voilà avec lui au Vietnam sous les bombardements, à Pékin pendant la Révolution culturelle... Une grande histoire d'amour et de cinéma commence.
            Simone Veil, son amie pour la vie, se rappelle que même à Auschwitz Marceline racontait des histoires drôles. Une façon pour elle de survivre à la souffrance omniprésente du souvenir. Ainsi se reconstruit à la première personne, sur une mémoire fuyante et une force de vie contagieuse, la légende intime de Marceline Loridan-Ivens, que le feu des nazis n'a pas pu anéantir.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221106587
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 270
            Format : 135 x 215 mm
            Robert Laffont

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Dixie39 Posté le 10 Février 2019
              "Comme Imre Kertész, j'ai envie de dire : "Vous voulez entendre l'horreur, ça vous plaît ? Eh bien, je vais vous raconter autre chose". Parce que les gens ne nous demandent pas comment nous avons vécu pendant tout ce temps-là. Ils nous demandent : "Raconte-moi les horreurs. Ils te battaient ? Et comment ? Et qu'est-ce qu'ils te faisaient ?" La seule question de ma mère, c'était : Est-ce que tu as été violée." La seule chose qui vous intéresse c'est l'horreur. Mais ça suffit. Vous ne comprendrez rien, vous ne voulez pas comprendre, vous ne faîtes pas l'effort. Et l'horreur que je vous décris, ce n'est pas l'horreur, pour vous, puisque ça vous régale. Autant vous parlez du bonheur des camps". Voilà ! Ça c'est dit ! Maintenant vous pouvez ouvrir ce livre et mesurez la force incroyable de ce petit bout de femme ! Elle en a fait grincer des dents, Marceline, jamais la langue dans sa poche, toujours un mot plus haut que l'autre. Rebelle et indignée. C'est peut-être cela sa revanche, prendre toutes les libertés, même et surtout, celles qu'on lui refuse... Elle évoque ses souvenirs, les hommes de sa vie, ses combats et bien sûr les... "Comme Imre Kertész, j'ai envie de dire : "Vous voulez entendre l'horreur, ça vous plaît ? Eh bien, je vais vous raconter autre chose". Parce que les gens ne nous demandent pas comment nous avons vécu pendant tout ce temps-là. Ils nous demandent : "Raconte-moi les horreurs. Ils te battaient ? Et comment ? Et qu'est-ce qu'ils te faisaient ?" La seule question de ma mère, c'était : Est-ce que tu as été violée." La seule chose qui vous intéresse c'est l'horreur. Mais ça suffit. Vous ne comprendrez rien, vous ne voulez pas comprendre, vous ne faîtes pas l'effort. Et l'horreur que je vous décris, ce n'est pas l'horreur, pour vous, puisque ça vous régale. Autant vous parlez du bonheur des camps". Voilà ! Ça c'est dit ! Maintenant vous pouvez ouvrir ce livre et mesurez la force incroyable de ce petit bout de femme ! Elle en a fait grincer des dents, Marceline, jamais la langue dans sa poche, toujours un mot plus haut que l'autre. Rebelle et indignée. C'est peut-être cela sa revanche, prendre toutes les libertés, même et surtout, celles qu'on lui refuse... Elle évoque ses souvenirs, les hommes de sa vie, ses combats et bien sûr les camps. C'est une révoltée, une rebelle, Marceline. Insaisissable, toujours en mouvement : une valise toujours prête au cas où, ses marches folles jusqu'à l'épuisement et ce désir de foutre le camp ! "Oui, foutre le camp, comme dit Myriam dans la petite prairie aux bouleaux", ce film qu'elle a tourné avec Anouk Aimée que j'aimerai tant découvrir... Et cette femme après la projection qui lui demande si elle en a fait exprès d'utiliser cette expression "foutre le camp". "Vous vous rendez compte ?" Non elle ne s'était pas rendu compte... On connait tous son amitié pour Simone Veil : les pages qu'elle lui consacre sont emplies de sobriété et de pudeur. On y découvre Simone comme elle aimait la raconter. Et d'autres anonymes également, auxquels elle tente de rendre justice, avec cette peur et cette tristesse que sa mémoire n'y suffise plus... L'âge lui vole ses souvenirs, elle s'en plaint à la fin du livre, mais certainement pas sa détermination et son indignation ! Ma vie balagan n'est pas un mémorial où reprendrait vie ceux qui ne sont plus, ma vie balagan est une formidable ode à la vie, à la détermination et à cette ténacité qui fait que vivre, c'est ne rien lâcher, ne pas plier. Tenir bon ! Toujours ! "Je pense que la mort arrive à un moment du chemin où ça va comme ça. Ça suffit. Mais je n'en suis pas sûre non plus. Il y a des gens qui ont très peur de mourir. Moi, je ne peux pas dire que je n'ai pas peur. J'aimerai encore simplement être. C'est tout. Pas faire. Être."
              Lire la suite
              En lire moins
            • Shabanou Posté le 1 Octobre 2018
              Bonjour les lecteurs ... "Balagan" mot d'origine russe signifiant " désordre, bordel". Elle, c'est Marceline Rozenberg. Elle, elle est juive, gauchère rouquine et minuscule. Elle, elle se raconte, de façon balagan Elle, bien entendu, évoque la déportation, les camps, l'horreur. Mais pas seulement ... Elle, elle parle aussi de l'avant et de l'après, de sa famille meurtrie. Elle raconte qu'on n'oublie jamais, que pas un instant ne passe sans qu'on y pense . Elle, elle a eu du mal à se reconstruire .. y est-elle seulement arrivée ? Elle, elle s'est affichée pour l'avortement, contre la guerre d'Algérie. Elle c'est l'éternelle rebelle au caractère bien trempé. Elle, elle raconte ses souffrances, ses regrets, ses ravages de façon " destroy" , de façon balagan. Elle qui n'a plus voulu s'appeler Rozenberg, trop dur, trop difficile. Elle, c'est Marceline qui est partie il y a quelques semaines vers d'autres cieux
            • JulienL0710 Posté le 15 Avril 2018
              Ma vie balagan, c’est la biographie de l’illustre Marcelline Loridan Ivens. Pourquoi Balagan ? Car en hébreu, « balagan » c’est chamboulé, désordonné. Un peu comme le fut la vie de Marceline. Cette biographie est construite autour de deux éléments fondamentaux pour elle. Les camps, qu’elle conserve en elle physiquement et surtout psychologiquement. Elle ne s’en est jamais remise. Dans le fond, sa vie est déterminée par cette douloureuse expérience. Puis la sortie du camp de Bergen-Belsen et sa réinsertion difficile dans la société d’après-guerre. C’est l’époque où elle rencontre le cinéaste Joris dont elle deviendra éperdument amoureuse. Et c’est cette rencontre qui concrétisera son rêve de cinéma mêlé de voyages et de rencontres. Avec lui, elle s’embarque en Asie, celle des révolutions communistes. Ils tentent alors, tous deux, d’en être les témoins même s’ils arrivent à entendre les silences, les non-dits d’une révolution qui cache d’autres atrocités. L’écriture est simple malgré la brutalité de l’expérience. On y vit les questionnements d’une dame qui estime avoir bien vécue. Une dame brisée par l’horreur des camps et des tâches qu’elle était obligée d’exécuter comme creuser des fosses toujours plus grandes pour y enterrer les dizaines de milliers de Juifs hongrois lors de l’été 44.... Ma vie balagan, c’est la biographie de l’illustre Marcelline Loridan Ivens. Pourquoi Balagan ? Car en hébreu, « balagan » c’est chamboulé, désordonné. Un peu comme le fut la vie de Marceline. Cette biographie est construite autour de deux éléments fondamentaux pour elle. Les camps, qu’elle conserve en elle physiquement et surtout psychologiquement. Elle ne s’en est jamais remise. Dans le fond, sa vie est déterminée par cette douloureuse expérience. Puis la sortie du camp de Bergen-Belsen et sa réinsertion difficile dans la société d’après-guerre. C’est l’époque où elle rencontre le cinéaste Joris dont elle deviendra éperdument amoureuse. Et c’est cette rencontre qui concrétisera son rêve de cinéma mêlé de voyages et de rencontres. Avec lui, elle s’embarque en Asie, celle des révolutions communistes. Ils tentent alors, tous deux, d’en être les témoins même s’ils arrivent à entendre les silences, les non-dits d’une révolution qui cache d’autres atrocités. L’écriture est simple malgré la brutalité de l’expérience. On y vit les questionnements d’une dame qui estime avoir bien vécue. Une dame brisée par l’horreur des camps et des tâches qu’elle était obligée d’exécuter comme creuser des fosses toujours plus grandes pour y enterrer les dizaines de milliers de Juifs hongrois lors de l’été 44. Brisée également par la disparition prématurée des membres de sa famille. Son père d’abord, puis son frère, sa sœur, et bien d’autres. C’est aussi l’histoire d’une dame pour qui la vie doit être vécue pleinement. Car, on le voit, cette femme a du caractère et un côté très anar (elle nous avoue, en fin d’ouvrage, fumer, à son âge avancé, de l’herbe). Et c’est son côté très libéré qui l’a lié d’amitié pour Simone Veil, autre rescapée de Bergen-Belsen.
              Lire la suite
              En lire moins
            • ValerieLacaille Posté le 15 Juin 2014
              Superbe récit de vie!
            • 7269 Posté le 5 Janvier 2014
              Témoignage poignant, sans concession et sincère de l'auteure arr^étée en France avec sa famille et envoyée à Birkenau où elle a vécu et réchappé à l'enfer du camp de concentration. Découpé en chapitres courts, par petites touches et avec un équilibre d'écriture étonnant, cet ouvrage incarne l'horreur de la (sur)vie et la mort dans le camp, en contraste avec la vie avant. Et puis après, lorsqu'elle est possible. A la fin de sa vie, cette femme - au parcours exceptionnel, puisqu'elle est devenue réalisatrice aux côtés de son mari- se raconte et nous raconte une part sombre de l'histoire contemporaine.
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.