Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355847936
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 470
Format : 140 x 200 mm
Nouveauté

Marilou est partout

Héloïse ESQUIÉ (Traducteur)
Date de parution : 27/08/2020
Une autre vie que la mienne…
 
Élevée au cœur de la Pennsylvanie rurale, Cindy, une  gamine livrée à elle-même, ne sait rien du rêve américain. Lorsqu’une belle adolescente surnommée Marilou disparaît près de chez elle, Cindy se rapproche de la mère de celle-ci, Bernadette. Jusqu'à ce que l’impensable se produise : Bernadette, folle de douleur, la prend peu... Élevée au cœur de la Pennsylvanie rurale, Cindy, une  gamine livrée à elle-même, ne sait rien du rêve américain. Lorsqu’une belle adolescente surnommée Marilou disparaît près de chez elle, Cindy se rapproche de la mère de celle-ci, Bernadette. Jusqu'à ce que l’impensable se produise : Bernadette, folle de douleur, la prend peu à peu pour sa fille. À quel prix cette illusion fragile peut-elle tenir?
------
Fascinant, dérangeant, Marilou est partout est le roman d’une adolescence réinventée, d'une revanche impossible sur le réel, qui rappelle Virgin Suicides et les romans de Laura Kasischke.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355847936
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 470
Format : 140 x 200 mm

Ils en parlent

« Spontané, sensuel… les personnages de Sarah Elaine Smith sont aussi généreux que son écriture. »
Kirkus Reviews

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Amnezik666 Posté le 14 Septembre 2020
    Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre en attaquant ce roman, mais, label Sonatine oblige, je partais plutôt confiant. Le moins que l’on puisse dire c’est que pour un premier roman Sarah Elaine Smith ose s’aventurer hors des sentiers battus ; Marilou Est Partout s’impose d’emblée comme un bouquin semblable à nul autre. Tout dans ce roman contribue à lui conférer un petit quelque chose d’unique, qu’il s’agisse de l’intrigue, des personnages ou du style de l’auteur… Je serai tenté de dire que ce roman est un bouquin qui se mérite, l’auteure use en effet d’un style très particulier qui demande une phase d’adaptation pour être dégusté à sa juste valeur. À ce titre je tire mon chapeau à Héloïse Esquié, la traductrice, ça n’a pas toujours dû être simple de trouver les bonnes figures de style pour restituer au mieux les pensées parfois très absconses de Cindy, la jeune héroïne du roman. Le récit est à la première personne, c’est donc Cindy qui vous raconte son « imposture » et vous invite à suivre le fil (décousu) de ses pensées. Une ado un peu sauvage, livrée à elle-même, qui vit dans une baraque à la limite de l’insalubre avec ses deux... Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre en attaquant ce roman, mais, label Sonatine oblige, je partais plutôt confiant. Le moins que l’on puisse dire c’est que pour un premier roman Sarah Elaine Smith ose s’aventurer hors des sentiers battus ; Marilou Est Partout s’impose d’emblée comme un bouquin semblable à nul autre. Tout dans ce roman contribue à lui conférer un petit quelque chose d’unique, qu’il s’agisse de l’intrigue, des personnages ou du style de l’auteur… Je serai tenté de dire que ce roman est un bouquin qui se mérite, l’auteure use en effet d’un style très particulier qui demande une phase d’adaptation pour être dégusté à sa juste valeur. À ce titre je tire mon chapeau à Héloïse Esquié, la traductrice, ça n’a pas toujours dû être simple de trouver les bonnes figures de style pour restituer au mieux les pensées parfois très absconses de Cindy, la jeune héroïne du roman. Le récit est à la première personne, c’est donc Cindy qui vous raconte son « imposture » et vous invite à suivre le fil (décousu) de ses pensées. Une ado un peu sauvage, livrée à elle-même, qui vit dans une baraque à la limite de l’insalubre avec ses deux frères tandis que la mère s’est carapatée une énième fois. Autant elle peut être complice avec Virgil, l’ainé, autant sa relation avec Clinton est plus houleuse ; sans jamais y mettre les mots, l’auteure suggère fortement des gestes inappropriés et/ou un comportement déplacé du garçon (ou à tout le moins ressentis comme tels par Cindy). Avec le même art subtil du non-dit, on devine qui Virgil soupçonne quelque chose. C’est sans doute la raison pour laquelle c’est Virgil qui suggérera à Cindy de se rapprocher de Bernadette afin de veiller sur elle. Il faut dire que Bernadette a parfois (souvent) la mémoire qui flanche, la disparition de sa fille a certainement contribué à la fragiliser et une consommation d’alcool immodérée termine de fertiliser un terrain déjà propice aux « absences ». Cindy quant à elle poussera le rapprochement à l’extrême et profitera, sans réelle intention de nuire à quiconque, de la fragilité de Bernadette pour se substituer à Jude. Dans la peau de Jude, elle va trouver une place qu’elle ne parvient pas à trouver en étant elle-même… et tant pis si cet épanouissement de façade est biaisé par l’état de Bernadette. Difficile, pour ne pas dire impossible, de classer ce roman dans un genre en particulier. C’est à la fois un drame familial et un roman noir, avec une dimension psychologique prépondérante. Pas d’action débridée et pourtant, une fois pris par la narration de Cindy, il devient quasiment impossible de lâcher le bouquin… même si parfois la lecture pourra s’avérer éprouvante, voire dérangeante. En donnant voix Cindy, Sarah Elaine Smith empêche le lecteur de porter un jugement tranché sur le comportement de sa jeune héroïne, sa candeur et son innocence venant contrebalancer l’amoralité de ses actes. Finalement ce bouquin propose une expérience de lecture assez unique en son genre, ne serait-ce que pour ça, il mérite que l’on s’y attarde… sans perdre de vue toutefois qu’il exigera de vous un certain investissement personnel afin de dompter un style tout aussi unique en son genre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • dujardinso Posté le 7 Septembre 2020
    Ah ce que j'ai bien fait d'aller jusqu'au bout ! Et pourtant, je dois vous avouer que, malgré la belle et fine plume de l'auteure (grand bravo à la traductrice), j'ai eu du mal à accrocher sur les premières dizaines de pages… Mais j'ai persévéré et Marilou est partout, premier roman de Sarah Elaine Smith, s'avère être un récit noir de première qualité. On a de l'empathie pour tous les personnages - au final peu nombreux, et l'histoire a un côté hypnotique au point que, même s'il ne se passe que peu de choses, on a toujours l'envie d'en savoir plus. La structure est sincère, l'ensemble est très réussi, et j'ai apprécié cette sorte de sérénité dans laquelle se déroule l'histoire. Amateurs de rebondissements et de surprises en tous genres, passez votre chemin, vous n'allez pas aimer. Mais, pour toutes celles et tous ceux d'entre vous qui apprécient de parfois faire une pause avec un bon roman noir un peu cool, allez-y, c'est du vraiment bon, ça sort carrément des sentiers battus.
  • alextoutsimplement Posté le 7 Septembre 2020
    Comment échapper à une famille qui dysfonctionne, une mère absente.. prendre la place dans une autre. Original, un peu dérangeant, une ressource, Cindy essaie de trouver une place. Le style d'écriture est un peu âcre sans être désagréable. J'ai beaucoup aimé la première moitié et un peu moins enthousiaste par le suite même si j'ai beaucoup aimé la fin Cindy et Bernadette sont complexes et attachantes.
  • Waterlyly Posté le 27 Juillet 2020
    Pennsylvanie. Cindy, quatorze ans, vit auprès de ses grands frères, Clinton et Virgil. Avec un père absent et une mère qui est accaparée par le travail, la jeune fille doit se débrouiller seule. Lorsque Jude, ex petite-amie de Virgil, disparaît, son quotidien va prendre un tournant inattendu. Et si elle remplaçait Jude auprès de Bernadette, la maman de la jeune femme disparue ? Voilà longtemps que je n’avais pas lu un roman d’une telle densité, d’une âpreté extrême et aussi dérangeant. Je ressors totalement chamboulée et l’écriture percutante de l’auteure n’y est pas pour rien. J’ai fait une expérience de lecture particulière et incomparable. Je sais que c’est un roman auquel je vais souvent y repenser. C’est fort et d’une rare profondeur, et ce jusqu’au dénouement surprenant mais cohérent avec l’intrigue. Je tiens à vous prévenir d’emblée, il faudra vous accrocher. L’auteure exige de la concentration de la part de ses lecteurs, de par une manière d’écrire très particulière. Si vous recherchez une intrigue où les rebondissements sont légion, vous en ressortirez forcément déçus. Je ne peux pas dire que ce soit un roman dans lequel il se soit passé une multitude d’événements. L’intrigue est finalement très statique. Pourtant, je... Pennsylvanie. Cindy, quatorze ans, vit auprès de ses grands frères, Clinton et Virgil. Avec un père absent et une mère qui est accaparée par le travail, la jeune fille doit se débrouiller seule. Lorsque Jude, ex petite-amie de Virgil, disparaît, son quotidien va prendre un tournant inattendu. Et si elle remplaçait Jude auprès de Bernadette, la maman de la jeune femme disparue ? Voilà longtemps que je n’avais pas lu un roman d’une telle densité, d’une âpreté extrême et aussi dérangeant. Je ressors totalement chamboulée et l’écriture percutante de l’auteure n’y est pas pour rien. J’ai fait une expérience de lecture particulière et incomparable. Je sais que c’est un roman auquel je vais souvent y repenser. C’est fort et d’une rare profondeur, et ce jusqu’au dénouement surprenant mais cohérent avec l’intrigue. Je tiens à vous prévenir d’emblée, il faudra vous accrocher. L’auteure exige de la concentration de la part de ses lecteurs, de par une manière d’écrire très particulière. Si vous recherchez une intrigue où les rebondissements sont légion, vous en ressortirez forcément déçus. Je ne peux pas dire que ce soit un roman dans lequel il se soit passé une multitude d’événements. L’intrigue est finalement très statique. Pourtant, je n’ai ressenti aucune longueur, aucun ennui, et c’est là où Sarah Elaine Smith fait fort. Dans un roman avec très peu d’action, elle va davantage se centrer sur la psychologie des personnages et je dois admettre qu’elle a excellé sur ce point. Elle propose des caractères complexes et nuancés, et c’est remarquablement bien rendu. Les personnages de Cindy et de Bernadette sont d’une telle profondeur qu’elles suffisent à porter a elles-seules une histoire dérangeante et triste. J’ai été subjuguée par le décor qui apporte une dimension douloureuse au récit. Les descriptions sont réalisées avec beaucoup de talent, et surtout, j’ai subi beaucoup d’émotions contradictoires pendant toute ma lecture. La plume de l’auteure est somptueuse. C’est un style réellement exigeant qu’elle propose et c’est un roman à lire tout en restant très concentré. La sonorité des mots est belle, mais j’avoue que ce n’est pas toujours aisé de suivre le sens de toutes les phrases. Le récit est narré à la première personne, sous le point de vue de Cindy et j’ai trouvé ce choix particulièrement réussi. Cela permet ainsi au lecteur de suivre pas à pas les pensées de la protagoniste. Un roman âpre, douloureux, dérangeant, à l’écriture surprenante et exigeante. L’auteure propose une intrigue sans faille. Ne passez pas à côté de ce récit atypique et d’une rare densité. À découvrir.
    Lire la suite
    En lire moins
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Rentrée littéraire : 12 premiers romans prometteurs à ne pas manquer

    Qui dit rentrée littéraire dit forcément premiers romans. Cette année, 12 primo-romanciers et romancières sont à l'honneur chez nos éditeurs. David Fortems, Capucine Delattre, Elizabeth Wetmore ou encore Damian Barr... retenez bien leurs noms, de belles et grandes découvertes vous attendent. 

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Rentrée littéraire 2020 : les romans étrangers se dévoilent

    Elle arrive, elle est là, la rentrée littéraire 2020. Cette année, elle est marquée par un nombre important de romans qui interrogent le monde et notre société. Des histoires intenses, fascinantes, qui osent dévier et surprendre. Découvrez les romans qui composent la rentrée littéraire de nos éditeurs, côté domaine étranger.

    Bonne lecture !

    Lire l'article