Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355841811
Code sériel : 105
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 220 mm

Ne deviens jamais vieux

Charles RECOURSÉ (Traducteur)
Date de parution : 23/05/2013

Vous n’oublierez jamais Buck Schatz !

Memphis. Buck Schatz tombe des nues lorsqu’il apprend que son ennemi juré, Heinrich Ziegler, incarnation du mal absolu, n’est pas mort en Russie comme il l’avait toujours cru. Quelques années plus tôt, il aurait certainement entrepris toutes les démarches possibles pour retrouver Ziegler. Mais si Buck est une légende de...

Memphis. Buck Schatz tombe des nues lorsqu’il apprend que son ennemi juré, Heinrich Ziegler, incarnation du mal absolu, n’est pas mort en Russie comme il l’avait toujours cru. Quelques années plus tôt, il aurait certainement entrepris toutes les démarches possibles pour retrouver Ziegler. Mais si Buck est une légende de la police, celui qui, dit-on, à servi de modèle à Clint Eastwood pour L’inspecteur Harry, il a aujourd’hui 87 ans et profite d’une retraite qui lui permet de jouir en paix de ses deux principaux plaisirs : fumer ses cigarettes et assassiner son entourage de ses traits d’humour cinglants.
Toutefois il y a des réflexes qui ont la peau dure, et lorsque Buck décide malgré tout de ressortir son 357 magnum et d’aller fouiller cette étrange histoire, il est loin d’imaginer les dangers auxquels il s’expose. Mais si Buck n’a plus vraiment le physique de l’emploi, il a maintenant un style propre à désarmer le plus acharné des adversaires.

Avec cette irrésistible aventure d’un vieillard pas mécontent de s’offrir une dernière virée avant la nuit, Daniel Friedman nous offre non seulement un premier roman captivant mais surtout l’un des personnages les plus attachants de l’univers du noir rencontrés depuis longtemps. Dans la lignée de Donald Westlake et d’Elmore Leonard, Friedman démontre ici avec brio à ceux qui en doutaient encore qu’hormis l’hypertension et le cholestérol, ce qui ne nous tue pas nous rends plus forts.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355841811
Code sériel : 105
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

Quand j’aurai 87 ans, je VEUX être Buck Schatz !! 
Nelson DeMille

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • JML38 Posté le 30 Avril 2019
    Un Personnage: Buck Schatz, 87 ans bientôt 88, flic à la retraite, ancien combattant de la seconde guerre mondiale. Il y a du Inspecteur Harry chez Buck, sauf que lui c'est le vrai, celui qui a inspiré Don Siegel pour son personnage immortalisé par Clint Eastwood. C'est un sacré tempérament, cynique à souhait, à l'humour caustique et percutant, assez imbuvable avec son entourage. Il donne l'air de n'aimer personne, sauf sa femme Rose, mais cache sous ses airs de gros dur quelques fêlures, dont la mort de son fils Brian C'est Rose, à qui il ne peut rien refuser, qui est à l'origine de l'histoire lorsqu'elle insiste pour que son mari rende visite à un vieux compagnon - qu'il déteste bien entendu – qui a des révélations à lui faire sur son lit de mort. Il apprend de la bouche de ce parfait traître que Henrich Ziegler, son ennemi mortel, nazi jusqu'au bout des doigts, haïssant les juifs comme lui et responsable des mauvais traitements qui ont failli lui coûter la vie dans une prison allemande, n'est pas mort à la fin de la guerre comme il le croyait. A l'envie de vengeance qui l'incite à l'action, s'oppose la voix de la raison qui lui... Un Personnage: Buck Schatz, 87 ans bientôt 88, flic à la retraite, ancien combattant de la seconde guerre mondiale. Il y a du Inspecteur Harry chez Buck, sauf que lui c'est le vrai, celui qui a inspiré Don Siegel pour son personnage immortalisé par Clint Eastwood. C'est un sacré tempérament, cynique à souhait, à l'humour caustique et percutant, assez imbuvable avec son entourage. Il donne l'air de n'aimer personne, sauf sa femme Rose, mais cache sous ses airs de gros dur quelques fêlures, dont la mort de son fils Brian C'est Rose, à qui il ne peut rien refuser, qui est à l'origine de l'histoire lorsqu'elle insiste pour que son mari rende visite à un vieux compagnon - qu'il déteste bien entendu – qui a des révélations à lui faire sur son lit de mort. Il apprend de la bouche de ce parfait traître que Henrich Ziegler, son ennemi mortel, nazi jusqu'au bout des doigts, haïssant les juifs comme lui et responsable des mauvais traitements qui ont failli lui coûter la vie dans une prison allemande, n'est pas mort à la fin de la guerre comme il le croyait. A l'envie de vengeance qui l'incite à l'action, s'oppose la voix de la raison qui lui recommande de respecter son corps qui ne lui permet pas de réagir comme au bon vieux temps dans la police. Il se rend rapidement compte que son défunt compagnon de détention ne s'est pas confessé qu'à lui, et que d'autres personnes, poussées par la cupidité, s'intéressent à ce qu'est devenu Ziegler. Aidé de son petits fils Billy, Tequila pour les intimes - surnom qui amène un gag récurrent de la part de son grand-père -, Buck se met en chasse, essayant de retrouver des réflexes un peu rouillés après 35 ans de retraite, dans un monde où la technologie a évolué un peu trop vite à son goût, mais avec l'impression de repousser les assauts insidieux de son grand âge qui l'oblige tout de même à remplir soigneusement son carnet de notes pour ne rien oublier. La traque du vieux SS n'est pas un long fleuve tranquille, devenant rapidement pleine de dangers mortels, l'occasion de croiser l'inspecteur Jennings, qui n'est pas un fervent admirateur de Buck et de son légendaire parcours dans sa brigade. J'ai trouvé qu'après un bon démarrage, l'intrigue s'enlisait un peu en cours de récit et que la sympathie pour ce personnage de vieil emmerdeur cynique s'émoussait au fil des pages. Heureusement, l'auteur nous sort un final magistral qui récompense le lecteur ayant su faire preuve d'un peu de patience au moment où l'intérêt de l'histoire faiblissait quelque peu.
    Lire la suite
    En lire moins
  • redmary Posté le 13 Février 2018
    Buck Schatz, 87 ans, ancien policier et soldat à la retraite apprend, par un ami mourrant, qu'un des responsables nazis l'ayant particulièrement torturé durant la guerre (Buck est Juif), est toujours en vie. Buck s'était pourtant rendu sur sa tombe mais...Une chasse à l'homme et à son trésor de guerre (subtilisé aux juifs) commence. Mais BUck se fait très vieux. Lui et sa femme sont déjà à deux pas de la maison de repos. Son petit fils est de bonne volonté mais un peu tête brûlée. Et Buck comprends vite qu'il n'est pas seul à la recherche du Nazi et de son trésor... Superbe polar atypique qui même roman noir et ode à la vieillesse un peu triste. Les personnages sont très réalistes et bien campés. Il ne s'agit pas d'un vieil homme loufoque qui ne fait pas son âge mais plutôt d'un vieil homme ayant beaucoup vécu, dont l'esprit commence à s'embrumer et dont le corps n'est plus le fidèle allié qu'il fut durant bien des années. Un souffle poétique et réflexif balaye les pages de ce superbe roman noir, bien différent de tout ce que j'avais pu lire dans le style jusqu'à présent. THE coup de coeur !... Buck Schatz, 87 ans, ancien policier et soldat à la retraite apprend, par un ami mourrant, qu'un des responsables nazis l'ayant particulièrement torturé durant la guerre (Buck est Juif), est toujours en vie. Buck s'était pourtant rendu sur sa tombe mais...Une chasse à l'homme et à son trésor de guerre (subtilisé aux juifs) commence. Mais BUck se fait très vieux. Lui et sa femme sont déjà à deux pas de la maison de repos. Son petit fils est de bonne volonté mais un peu tête brûlée. Et Buck comprends vite qu'il n'est pas seul à la recherche du Nazi et de son trésor... Superbe polar atypique qui même roman noir et ode à la vieillesse un peu triste. Les personnages sont très réalistes et bien campés. Il ne s'agit pas d'un vieil homme loufoque qui ne fait pas son âge mais plutôt d'un vieil homme ayant beaucoup vécu, dont l'esprit commence à s'embrumer et dont le corps n'est plus le fidèle allié qu'il fut durant bien des années. Un souffle poétique et réflexif balaye les pages de ce superbe roman noir, bien différent de tout ce que j'avais pu lire dans le style jusqu'à présent. THE coup de coeur !  
    Lire la suite
    En lire moins
  • SeriallectriceSV Posté le 18 Novembre 2016
    Un roman noir bien monté, un scénario classique aux nombreux rebondissements, une histoire racontée par un vieil homme, lasse, misanthrope et sarcastique, aux attitudes peu respectueuses, aux paroles insolentes et aux réparties bien saignantes. «Les gens semblaient m'aimer malgré tous mes efforts pour qu'ils dégagent et me fichent la paix.» Buck est vraiment le centre de ce roman, il est un personnage atypique et son humour noir m'a permis de rester en éveil ! Car pour tout vous dire, je n'ai pas tourné les pages aussi vite que je l'aurais pensé au premier abord. Je n'ai pas été totalement embarquée dans cette histoire, et ai anticipé un peu vite les fausses pistes. Ce qui a gâché quelque peu ma lecture. Trop de redondances aussi à mon goût et une écriture pas toujours fluide. Je ne regrette cependant pas du tout ma lecture, ce roman est drôle, léger parfois (ce qui fait du bien aussi!) et les personnages de Buck et de son petit-fils sont très attachants. Mais derrière la face humoristique de ce polar, Daniel Friedman aborde des sujets amers, comme la reconstruction d'un couple après la mort d'un enfant, ou encore la solitude des personnes vieillissantes et leur angoisse à l'aube... Un roman noir bien monté, un scénario classique aux nombreux rebondissements, une histoire racontée par un vieil homme, lasse, misanthrope et sarcastique, aux attitudes peu respectueuses, aux paroles insolentes et aux réparties bien saignantes. «Les gens semblaient m'aimer malgré tous mes efforts pour qu'ils dégagent et me fichent la paix.» Buck est vraiment le centre de ce roman, il est un personnage atypique et son humour noir m'a permis de rester en éveil ! Car pour tout vous dire, je n'ai pas tourné les pages aussi vite que je l'aurais pensé au premier abord. Je n'ai pas été totalement embarquée dans cette histoire, et ai anticipé un peu vite les fausses pistes. Ce qui a gâché quelque peu ma lecture. Trop de redondances aussi à mon goût et une écriture pas toujours fluide. Je ne regrette cependant pas du tout ma lecture, ce roman est drôle, léger parfois (ce qui fait du bien aussi!) et les personnages de Buck et de son petit-fils sont très attachants. Mais derrière la face humoristique de ce polar, Daniel Friedman aborde des sujets amers, comme la reconstruction d'un couple après la mort d'un enfant, ou encore la solitude des personnes vieillissantes et leur angoisse à l'aube de la mort. «Nous savons que, à la fin, nous affronterons tous cet ennemi, quand nous serons seuls, dans l'obscurité, quand nous serons faibles et apeurés.» Il le fait tout en finesse grâce à une plume acerbe et efficace et c'est très appréciable. À découvrir ! C'est un premier roman, prometteur. «C'est difficile de tourner le dos à ce qu'on désire.»
    Lire la suite
    En lire moins
  • shao69 Posté le 2 Novembre 2015
    Tout commence quand un homme avoue sur son lit de mort avoir laissé filer un nazi que tout le monde a cru mort. Et surtout Buck Schatz. Ce qui m’a attiré pour lire ce roman c’est ce vieil inspecteur Harry à la retraite, juif de confession et qui va se lancer à la poursuite de ce nazi pour assouvir une vengeance. L’idée promettait d’être sympa. Il y a bien le vieil homme, le nazi, mais l’histoire est plus complexe qu’un simple règlement de compte post seconde guerre mondiale. Le fait d’apprendre que celui pour qui il était un punching-ball est revenu de trépas à la vie provoque un choc pour Buck. Surtout quand il apprend que ce dernier a voyagé chargé. En lingots d’or. Beaucoup de lingots d’or. Dans cette enquête il y a donc deux déchéances, celle de Buck due à son grand âge et celle des hommes due à la cupidité. Un petit roman policier qui égratigne donc au passage la vieillesse et le goût pour l’argent. Et puis lorsqu’un homme d’église, un inspecteur, un créancier ou encore le Mossad se mêlent à l’histoire il faut s’attendre à voir un peu les cadavres s’accumuler. Buck Schatz, ancien « héros » de... Tout commence quand un homme avoue sur son lit de mort avoir laissé filer un nazi que tout le monde a cru mort. Et surtout Buck Schatz. Ce qui m’a attiré pour lire ce roman c’est ce vieil inspecteur Harry à la retraite, juif de confession et qui va se lancer à la poursuite de ce nazi pour assouvir une vengeance. L’idée promettait d’être sympa. Il y a bien le vieil homme, le nazi, mais l’histoire est plus complexe qu’un simple règlement de compte post seconde guerre mondiale. Le fait d’apprendre que celui pour qui il était un punching-ball est revenu de trépas à la vie provoque un choc pour Buck. Surtout quand il apprend que ce dernier a voyagé chargé. En lingots d’or. Beaucoup de lingots d’or. Dans cette enquête il y a donc deux déchéances, celle de Buck due à son grand âge et celle des hommes due à la cupidité. Un petit roman policier qui égratigne donc au passage la vieillesse et le goût pour l’argent. Et puis lorsqu’un homme d’église, un inspecteur, un créancier ou encore le Mossad se mêlent à l’histoire il faut s’attendre à voir un peu les cadavres s’accumuler. Buck Schatz, ancien « héros » de la crime n’est plus aussi vaillant qu’à l’époque. Plus aussi prompte à dégainer et surtout à viser avec son 357 magnum, il sait encore manier le verbe. Au grand damne de son épouse et de son petit fils. Si son corps lui fait défaut, et sa mémoire également, il n’oublie pas que l’instinct de flic est toujours là. Ce personnage est attachant, il est le stéréotype du grand-père râleur, emmerdeur et dépassé par la technologie. Un des trois meilleurs coté de la vieillesse, c’est qu’on est plus obligé de faciliter la vie des gens, je lui ai dit. Les deux autres, c’est qu’on peut fumer et dire aux autres ce qu’on pense d’eux. Je vais nulle part si je peux pas en faire au moins deux sur les trois. Heureusement pour lui son petit fils est là pour le seconder dans cette enquête. cette dernière quête est un peu un pied de nez de Buck à la vieillesse, un baroude d’honneur avant la maison de retraite. Ce petit papy est irrésistiblement attachant et attendrissant. Il reste stoïque, et voit avec un certain humour les cadavres s’empiler autour de lui. Ce roman est donc un polar déjanté mettant en scène un vieillard armé d’un 357 magnum prêt à affronter la vieillesse et les hommes cupides. Du roman je retiens aussi la taquinerie de Buck avec le surnom de son petit-fils, une enquête qui nous accroche et que « La vieillesse est belle si on est bien entouré ». Le style Si le style souffre de quelques longueurs et essoufflements, il nous tient tout fois suffisamment en alerte pour profiter de cette enquête particulière. La force du roman est bien entendu le personnage de Buck auquel l’auteur donne vie en quelques mots. Les phrases sont courtes et l’humour présent pour notre grand plaisir. Mon petit point positif : Forcément le personnage de Buck est la clé du roman, avec son verbe acerbe, son fichu caractère d’ours mal léché et son amour inconditionnel envers son épouse, le livre ne serait pas aussi bon 😉
    Lire la suite
    En lire moins
  • chevalierortega33 Posté le 5 Août 2015
    Sage conseil de ce policier retraité, obligé de reprendre du service après trente cinq années de TV dans son canapé. Et tout ça parce qu’un criminel nazi est en cavale et qu’il lui doit bien une petite vengeance. Cette fable autour d’un anti-héro est aussi une réflexion sur le sens de la vie, la vieillesse la perte d’autonomie et la transmission. En fait pas si rigolo que ne veut le dire la 4ième de couverture, même si l’on sourit, c’est tout de même un peu jaune. Des personnages atypiques qui versent dans la criminalité sur un tard et malgré eux … il en résulte cependant beaucoup d’hémoglobine jusqu’aux toutes dernières pages. Un bon moment de lecture qui ferait un bon film. Saluons ce premier roman quoique l’on puisse se demander : comment notre héros sera-t-il capable d’enfourcher un second tome comme annoncé par l’éditeur ?... J'hésite entre *** et ****
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !