Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714486455
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 128
Format : 140 x 225 mm

Okuribi

Renvoyer les morts

Miyako SLOCOMBE (Traducteur)
Date de parution : 01/10/2020
Par le lauréat du prestigieux prix Akutagawa, un roman impressionnant dans la lignée de Battle Royale. Entre lyrisme et violence, une œuvre glaçante et hypnotique sur la psyché adolescente, dans un Japon inattendu, loin des clichés.
Au début, Ayumu a cru à des jeux innocents. Des moqueries, des mises au défi, des vols de babioles dans les magasins. D’autant que, pour lui, l’étranger venu de la grande ville, c’était un bon moyen de s’intégrer parmi ses nouveaux camarades dans ce petit lycée de province.
Et puis Ayumu...
Au début, Ayumu a cru à des jeux innocents. Des moqueries, des mises au défi, des vols de babioles dans les magasins. D’autant que, pour lui, l’étranger venu de la grande ville, c’était un bon moyen de s’intégrer parmi ses nouveaux camarades dans ce petit lycée de province.
Et puis Ayumu a commencé à remarquer. Les humiliations, les punitions, les coups, tous dirigés vers le doux Minoru.
Alors Ayumu s’est interrogé : que faire ? Intervenir ? Fermer les yeux ? Risquer de se mettre les autres à dos ? Ne rien faire ?
Et l’Okuribi est arrivé, la fête des Morts. Et tout a basculé…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714486455
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 128
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

"Un côté paisible et vivant au rythme des saisons, avec, en arrière-fond, un petit quelque chose d'angoissant qui monte crescendo"
Leatitia / Libraire Volante

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • gonewiththegreen Posté le 12 Juin 2021
    Une famille japonaise déménage et quitte la région de Tokyo pour s'installer dans le nord du pays, à la campagne. Très vite Ayumu, 15 ans , se retrouve intégré à une bande de garçons de sa classe. Ces derniers passent leur temps à se lancer des défis et à punir les vaincus. Livre très sombre , à l'ambiance pesante dès la première page et cette description du toro nagashi, cérémonie où l'on met à l'eau des lanternes en l'honneur des morts. On plonge dans l'intimité d'un groupe d'ados qui se mettent en danger à travers des jeux que l'on pourrait qualifier de débiles et dont l'intensité ne fait qu'augmenter au cours du récit jusqu'à la scène finale. Constrate avec l'image d'un Japon empli de tradition et policé comme on peut se le représenter. L'histoire nous amène à des faits divers qui font l'actualité macabre de nos journaux sont emplies. Elle est ici bien écrite, glaçante , prouvant encore une fois la fragilité de l'existence et des rapports entre ados. a noter l'omniprésence de 'petites bêtes', sauterelles, cigales qui renforcent encore plus la surprise de lecture.
  • sammylove Posté le 10 Juin 2021
    Okuribi est un roman étrange, nimbant la violence qui l'habite d'une apparente douceur. Non sans rapporter. avec une touche de lyrisme, les impressions de son personnage principal à une nature environnante qui semble devoir l'absorber aussi sûrement que "le vent couleur passereau" soufflant depuis la montagne de la Forêt-Noire. Le lecteur est lui aussi happé par ce récit au trait épuré se chargeant de tension à mesure que les jeux adolescents présumés sans conséquences glissent en terrain toujours plus trouble. Un crescendo auquel Takahashi, convoquant d'ancestrales traditions, confère un parfum fantastique subtil.
  • belgaac Posté le 6 Juin 2021
    L'histoire se déroule sur les quelques mois s'étirant du début du printemps à la Fête des morts de la mi-août, et a pour cadre une petite ville de province, Hirakawa, où débarque Ayumu, quinze ans, déménageant avec ses parents au gré des mutations de son père. Et d'intégrer le collège municipal numéro 3, appelé à fermer, et désormais fréquenté par quelques poignées d'élèves. Ils ne sont ainsi que treize inscrits en troisième, dont l'énigmatique Akira imposant sa loi, et ayant fait de Minoru son souffre-douleur. Il s'agit du premier roman du Japonais Hiroki Takahashi traduit en français et, ma foi, il a été pour moi une révélation malgré quelques petits problèmes culturels.
  • LeaTouchBook Posté le 16 Mai 2021
    Okuribi est un titre que j'avais vraiment hâte de lire, voici mon avis. Voilà un titre très original, mystérieux et aussi angoissant. Hiroki Takahashi nous offre un roman très court (une novella presque) intense où l'atmosphère prend une ampleur prépondérante. Il ne faut pas s'attendre ici à des rebondissements à toutes les pages mais plutôt à une ambiance lancinante qui monte crescendo jusqu'au dénouement final. Le lecteur est happé dans une intrigue a priori anecdotique : un nouvel élève qui s'intègre au sein d'une nouvelle école et qui va être témoin du harcèlement d'un camarade. Ayumu voit tout, il sait ce qu'il se passe, il sait que ce n'est pas juste, que cela ne devrait pas avoir lieu et pourtant il n'agit pas, trop heureux de faire partie des populaires, trop heureux d'être accepté. Son silence est signe d'acceptation, de collaboration en quelque sorte... Ce roman est comme l'eau qui dort, le calme avant la tempête, il y a ce sentiment de malaise qui s'installe, ce sentiment que quelque chose ne va pas, cette sensation qui nous piège dans la lecture car on ne peut échapper à cette question : comment tout cela peut-il se terminer ? L'auteur mêle ainsi la dure réalité du... Okuribi est un titre que j'avais vraiment hâte de lire, voici mon avis. Voilà un titre très original, mystérieux et aussi angoissant. Hiroki Takahashi nous offre un roman très court (une novella presque) intense où l'atmosphère prend une ampleur prépondérante. Il ne faut pas s'attendre ici à des rebondissements à toutes les pages mais plutôt à une ambiance lancinante qui monte crescendo jusqu'au dénouement final. Le lecteur est happé dans une intrigue a priori anecdotique : un nouvel élève qui s'intègre au sein d'une nouvelle école et qui va être témoin du harcèlement d'un camarade. Ayumu voit tout, il sait ce qu'il se passe, il sait que ce n'est pas juste, que cela ne devrait pas avoir lieu et pourtant il n'agit pas, trop heureux de faire partie des populaires, trop heureux d'être accepté. Son silence est signe d'acceptation, de collaboration en quelque sorte... Ce roman est comme l'eau qui dort, le calme avant la tempête, il y a ce sentiment de malaise qui s'installe, ce sentiment que quelque chose ne va pas, cette sensation qui nous piège dans la lecture car on ne peut échapper à cette question : comment tout cela peut-il se terminer ? L'auteur mêle ainsi la dure réalité du harcèlement scolaire à une atmosphère fantastique qui s'épanouit dans un final percutant. Je dois avouer que je suis sortie sur ma faim de cette lecture, j'ai toujours du mal avec les dénouements ouverts où les non-dits sont omniprésents, où on se demande ce qui a pu se passer... On comprend le sens général mais il y manque quelque chose de concret parce que le fantastique prend le pas, l'horreur engloutit les personnages. En définitive, j'ai été très troublée par cette lecture, j'ai aimé certains aspects mais je suis plus dubitative sur la fin.
    Lire la suite
    En lire moins
  • NonNonBa Posté le 14 Mai 2021
    Ce livre est un peu dur, pas à lire mais à supporter. La passivité devant le harcèlement est agaçante. Mais peut-être est-ce ce que l'auteur voulait créer comme émotion chez son lecteur... Je suis allée au bout mais j'étais contente que ça s'arrête...

les contenus multimédias

Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.