Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221127049
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 160
Format : 110 x 177 mm
On peut se dire au revoir plusieurs fois
Date de parution : 10/06/2011
Éditeurs :
Robert Laffont

On peut se dire au revoir plusieurs fois

Date de parution : 10/06/2011

« Tôt ou tard, il allait revenir. Je connaissais les pronostics de mon cancer. Je pouvais retarder l'échéance, gagner des années, presque l'oublier, mais cette fois c'était "the Big One",...

« Tôt ou tard, il allait revenir. Je connaissais les pronostics de mon cancer. Je pouvais retarder l'échéance, gagner des années, presque l'oublier, mais cette fois c'était "the Big One", comme disent les Californiens qui redoutent un tremblement de terre dévastateur.
Cette rechute m'a amené à me poser les questions les...

« Tôt ou tard, il allait revenir. Je connaissais les pronostics de mon cancer. Je pouvais retarder l'échéance, gagner des années, presque l'oublier, mais cette fois c'était "the Big One", comme disent les Californiens qui redoutent un tremblement de terre dévastateur.
Cette rechute m'a amené à me poser les questions les plus graves, peut-être les plus importantes, de ma vie : si je suis rattrapé par la maladie alors que je pense, mange, bouge, respire et vis anticancer, alors que reste-t-il d'Anticancer ?
C'est pour répondre à cette question que j'écris aujourd'hui.
Ce livre est aussi l'occasion, pour moi, de dire au revoir à tous ceux qui ont apprécié mes livres précédents ou qui sont venus m'écouter. Quoiqu'il arrive, j'ai le ferme espoir que cet au revoir ne sera pas le dernier.
On peut se dire au revoir plusieurs fois. »


David Servan-Schreiber

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221127049
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 160
Format : 110 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ELC Posté le 14 Mai 2021
    Très belle lecture. Ma seule incompréhension: le titre. Le témoignage de l’auteur est très touchant, il n’y a pas l’ombre d’un doute, mais je m’attendais davantage à un témoignage sur le processus émotionnel avec l’entourage à chaque diagnostic qu’à un témoignage sur un ensemble de points.
  • ManonCC Posté le 15 Février 2017
    Réflexions philosophiques intéressantes sur la santé, la vie et la mort. C'est aussi un témoignage touchant et inspirant.
  • dacotine Posté le 7 Mars 2016
    Poignant ! Un récit sous forme d'adieux dans lequel l'auteur dresse le bilan de sa vie . Un exemple d'humanité.
  • Apoapo Posté le 12 Février 2016
    Le grand psychiatre et chercheur en neurosciences, auteur notamment de l'essai intitulé Anticancer, dans lequel il avait élaboré une approche holiste à la thérapie du cancer, est lui-même victime d'une récidive de son cancer au cerveau, après un sursis de dix-neuf ans. Dans ce court ouvrage, il relate surtout son ressenti lors de la découverte de cette rechute ainsi que dans les mois successifs, période de sa fin de vie où, accompagné par ses proches, il subit des interventions chirurgicales et des traitements, jusqu'au seuil de son décès. Ce récit personnel lui permet aussi - notamment dans la deuxième partie de l'ouvrage - de prendre de la hauteur sur sa théorie développée précédemment, sur le degré de sa propre application de celle-ci, et plus généralement sur le cancer et ses thérapies et enfin sur la perspective de la mort avec son lot d'angoisses ; le ton demeure surtout celui du "bilan de sa vie" (mais je n'ai pas pensé inscrire cet ouvrage dans la catégorie autobiographique). Le cancer, qui bouleverse notre représentation habituelle de la maladie dans sa succession de phases : symptômes - thérapie - guérison, se prête aussi à une multiplicité de métaphores plus générales et plus abstraites sur la condition... Le grand psychiatre et chercheur en neurosciences, auteur notamment de l'essai intitulé Anticancer, dans lequel il avait élaboré une approche holiste à la thérapie du cancer, est lui-même victime d'une récidive de son cancer au cerveau, après un sursis de dix-neuf ans. Dans ce court ouvrage, il relate surtout son ressenti lors de la découverte de cette rechute ainsi que dans les mois successifs, période de sa fin de vie où, accompagné par ses proches, il subit des interventions chirurgicales et des traitements, jusqu'au seuil de son décès. Ce récit personnel lui permet aussi - notamment dans la deuxième partie de l'ouvrage - de prendre de la hauteur sur sa théorie développée précédemment, sur le degré de sa propre application de celle-ci, et plus généralement sur le cancer et ses thérapies et enfin sur la perspective de la mort avec son lot d'angoisses ; le ton demeure surtout celui du "bilan de sa vie" (mais je n'ai pas pensé inscrire cet ouvrage dans la catégorie autobiographique). Le cancer, qui bouleverse notre représentation habituelle de la maladie dans sa succession de phases : symptômes - thérapie - guérison, se prête aussi à une multiplicité de métaphores plus générales et plus abstraites sur la condition existentielle, sur la vie conçue comme réseau d'interactions entre le vivant (à l'intérieur et à l'extérieur du corps), voire même sur l'écologie du monde. Je ne peux m'empêcher de comparer cet ouvrage avec le monumental essai de Tiziano Terzani, Un altro giro di giostra, qu'aucun éditeur français n'a jamais voulu faire traduire et publier (à mon grand regret). [Ma note doit sans doute être encore visible dans l'Agora]. De cette comparaison, le livre de Servan-Schreiber ne sort pas victorieux : ni par la richesse de l'observation, ni par l'ouverture d'esprit. Mais S-S était un médecin, pas un grand reporteur qui avait parcouru le monde pendant plus d'un demi-siècle : leur âge au moment fatal n'était pas non plus le même. PS: Je me corrige. Désormais, après une bonne décennie, le livre de Terzani est traduit en français sous le titre Un autre tour de manège, par Gwenaëlle de Bonviller, chez Intervalles. Parution de le 17 mars 2015.
    Lire la suite
    En lire moins
  • hellza24 Posté le 31 Mai 2015
    L'auteur livre des moments de sa vie en toute simplicité : l'annonce des récidives, les traitements suivis, subis, tentés. Il parle de ses frères qui l'aident tant, de ses amis qui l'entourent, de sa femme et ses enfants qu'il est si triste de ne pas accompagner comme il le souhaiterait. David Servan-Schreiber revient aussi sur un de ces précédents livres, Anti Cancer. Sur les choses "simples" que l'on peut faire pour aider son corps à lutter contre la maladie, mais aussi préparer son corps à mieux accueillir un traitement par chimio en le faisant plus résistant, sur la nécessité de profiter, de méditer.Il parle de son père, qui lui a appris à être courageux. Remercie ses proches, ses collègues. Ce livre est un témoignage pudique et touchant. Il ose parler choses que l'on veut éviter, l'enterrement, les enfants après sa mort, l'Après, sans lui. J'ai ressenti beaucoup de force dans les mots de l'auteur, des mots "nus", simples, qui disent sans fard la difficulté de sentir son corps ne plus lui obéir, et la joie de partager un fou-rire.
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.