Lisez! icon: Search engine
L'Archipel
EAN : 9782809827781
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 14 x 22,5 mm

Quelques gouttes de sang sur le bureau du maire

Collection : Suspense
Date de parution : 23/01/2020
À l’approche des élections municipales, quelque part en Provence, candidats et proches du maire sortant décèdent les uns après les autres, sous les yeux d’une jeune flic et du reporter local. Un polar signé Hubert Huertas, journaliste et romancier reconnu.
Dans une métropole du sud de la France, à l’approche des municipales de mars 2020, les amis du maire sortant tombent les uns après les autres : mort «naturelle», empoisonnement, exécution. Candidat à sa réélection, Louis Bérisha a été élu douze ans auparavant dans des conditions troubles.

La commissaire Naïma Zidani,...
Dans une métropole du sud de la France, à l’approche des municipales de mars 2020, les amis du maire sortant tombent les uns après les autres : mort «naturelle», empoisonnement, exécution. Candidat à sa réélection, Louis Bérisha a été élu douze ans auparavant dans des conditions troubles.

La commissaire Naïma Zidani, née dans les quartiers pauvres de la ville, et son ami d’enfance, le journaliste Alex Carbonier, mènent l’enquête dans les milieux politiques, économiques, syndicaux et médiatiques. Un monde, parfois à la lisière du banditisme, dont les acteurs se soutiennent et se combattent tout à la fois.

C’est le début d’une traque ébouriffante, de fausses pistes en révélations, Alex et Naïma étant même prévenus des crimes avant qu’ils ne soient perpétrés. Que signifient ces liquidations, millimétrées comme des opérations de communication ?

Un scénario de politique-fiction dangereusement proche de la réalité.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782809827781
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 14 x 22,5 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • masatgiera Posté le 1 Mars 2020
    Quoi de mieux comme lecture actuellement avec les municipales qui sont d'actualités ?! En octobre 2019, tout débute par un enterrement. Naïma Zidani, commissaire et son ami d'enfance Alex Carbonier, journaliste sont au courant de bien d'affaires politiquement incorrectes. Naîma va devoir montrer qu'elle est à ce poste par ses compétences et non par ses origines maghrébines qui font bonnes presse au maire. Son acolyte Alex est d'un soutien indispensable. Tout se passe dans le bassin méditerranéen et Naîma fait une rétrospective des élections de 2008. Des faits sont similaires aux élections 2020 qui se préparent. Dans les coulisses d'une mairie, un monde politique étouffé par les arrangements de certains voir de banditisme toléré. Tous les proches hauts placés ou non, sont impliqués ou décèdent dans des circonstances étranges. Une enquête minutieusement détaillée, aux multiples rebondissements et vérités plus ou moins arrangés. Aucun doute la politique est une monde très particulier et je sais très bien que ce livre n'est pas que fiction...
  • Isabelle1180 Posté le 10 Février 2020
    Le thème abordé sera d'actualités dans quelques semaines (les élections municipales en France) et c'est avec beaucoup de curiosités que j'ai voulu découvrir comment l'auteur allait traiter le sujet. De façon très originale, car le narrateur est une commissaire de police maghrébine, Naïma, issue d'un milieu pauvre ; elle a donc la lourde charge de découvrir pourquoi tous ces meurtres ; cependant lorsque nous la découvrons elle n'est qu'une simple policière et nous allons la suivre, non seulement dans l'évolution de sa carrière, mais également dans son apprentissage d'une enquête très difficile à mener. De rebondissements en erreurs de jugement, de meurtres sauvages en vengeance calculée, j'ai beaucoup aimé les descriptifs des différents personnages ; tous sont prêts à tout pour arriver au pouvoir ; les clichés peuvent faire sourire mais ils sont tellement réalistes. J'ai apprécié la mise en place des techniques de recherches des preuves pour confronter les témoins, petit à petit. Le récit, faits divers/fiction, interpellera nombre d'entre vous car le lieu, le thème, les personnages ne sont pas si éloignés de la réalité. Une très belle découverte.
  • oceanedeepa Posté le 31 Janvier 2020
    Je remercie Mylène des éditions l’Archipel pour l’envoi de ce livre. La politique, ce n’est pas mon truc. Il est facile de penser que la politique n’est qu’un jeu de faux-semblants, de pots de vin, de magouilles, de copinage. Et bien ce livre prouve cela du début à la fin ! Ce récit se partage entre deux périodes : 2007/2008 et 2019. Au début du roman, nous assistons de nos jours à l’enterrement d’un ami du maire. Bien évidemment, de nombreuses personnes y assistent et cela sert à nous présenter tous les personnages. J’avoue que j’ai été un peu perdue et j’ai dû prendre quelques notes pour m’y retrouver. Mais une fois que l’on connait chaque personne, c’est beaucoup plus simple et il ne faut surtout pas se laisser freiner par cette introduction. On va ensuite vite passer au récit des événements survenus 10 ans plus tôt. Si au début je me suis demandée pourquoi on me racontait tout cela, je me suis vite se rendue compte que les événements du passé ont un impact considérable sur ce qui se passe de nos jours. Le récit est raconté par le personnage de la commissaire Naïma Zidani qui a mené l’enquête en 2007/2008 et... Je remercie Mylène des éditions l’Archipel pour l’envoi de ce livre. La politique, ce n’est pas mon truc. Il est facile de penser que la politique n’est qu’un jeu de faux-semblants, de pots de vin, de magouilles, de copinage. Et bien ce livre prouve cela du début à la fin ! Ce récit se partage entre deux périodes : 2007/2008 et 2019. Au début du roman, nous assistons de nos jours à l’enterrement d’un ami du maire. Bien évidemment, de nombreuses personnes y assistent et cela sert à nous présenter tous les personnages. J’avoue que j’ai été un peu perdue et j’ai dû prendre quelques notes pour m’y retrouver. Mais une fois que l’on connait chaque personne, c’est beaucoup plus simple et il ne faut surtout pas se laisser freiner par cette introduction. On va ensuite vite passer au récit des événements survenus 10 ans plus tôt. Si au début je me suis demandée pourquoi on me racontait tout cela, je me suis vite se rendue compte que les événements du passé ont un impact considérable sur ce qui se passe de nos jours. Le récit est raconté par le personnage de la commissaire Naïma Zidani qui a mené l’enquête en 2007/2008 et qui va devoir la replonger dedans pour comprendre les enjeux du présent. Elle forme un duo parfait avec le journaliste Alex Carbonier. Ils ont une relation « je t’aime moi non plus » mais Naïma sait quand elle doit écouter Alex sur ce qu’il a découvert et Alex sait quand il a besoin de son aide pour creuser l’affaire un peu plus loin. Alex peut évidemment se permettre des choses que ne ferait pas un policier mais il a autant envie de résoudre cette affaire que Naïma. C’est d’ailleurs lui le premier qui va faire le rapprochement entre certains faits. J’ai beaucoup aimé la commissaire car c’est une femme, elle vient des quartiers et c’est une immigrée de la deuxième génération. Certains personnages sous-entendent qu’elle a réussi grâce à une politique de « discrimination positive » mais il n’est est rien. Naïma s’est faite toute seule, en étudiant et en persévérant, ce qui force le respect. En face de ce duo, nous avons Louis Bérisha et son entourage. En pleine campagne électorale, il se révèle être un manipulateur né, un fin stratège et arrive à retourner à peu près toutes les situations à son avantage. C’est d’ailleurs déroutant de voir avec quelle facilité il le fait. Bien évidemment, ce n’est pas par amour pour sa ville qu’il souhaite à tout prix se faire élire mais pour la position que cela offre et l’occasion que cela procure d’amasser un petit pactole. Le portrait de politique peint par l’auteur n’est pas du tout glorieux mais d’un côté, je ne serais même pas étonnée que ces magouilles existent réellement. A un certain moment, j’ai failli reconnaître des personnalités politiques dans les descriptions mais je ne connais pas assez les politiciens français que pour en être sure. L’enquête est très prenante parce que j’avais vraiment envie que le maire et son entourage soient arrêtés. J’ai assez facilement deviné qui était responsable des événements actuels mais ce n’est pas pour cela qu’on lit ce livre. C’est pour voir jusqu’où sont capables d’aller ceux qui veulent gouverner une ville. Le pouvoir et l’argent sont deux mobiles vieux comme le monde après tout. L’auteur sait très bien mener ses récits tout en gardant le lecteur captif de l’intrigue. De plus, il n’hésite pas à utiliser des mots plus compliqués. J’ai plusieurs fois noté des mots pour aller chercher les définitions dans le dictionnaire. J’ai donc appris des choses pendant ma lecture et j’aime ça ! En conclusion, si vous trouvez cela jouissif que des personnes malhonnêtes se prennent un retour de bâton monumental, foncez ! J’ai tellement aimé ma lecture que je vais essayer de trouver les autres romans de l’auteur. S’ils sont dans la même veine, je risque fort d’avoir trouvé un nouvel auteur à absolument suivre… Note : 8.5/10
    Lire la suite
    En lire moins
  • Natalivre Posté le 30 Janvier 2020
    A l'idée de lire le nouveau Huertas, je me suis d'avance réjouie. J'avais beaucoup aimé "la boulangère du diable", et cette nouvelle histoire, dans un style différent, ne m'a pas déçu. Le roman s'ouvre avec le prologue, en octobre 2019, et l'enterrement d'une personnalité locale, Dominique Acquaviva. Naïma Zidani, 40 ans, commissaire issue de l'immigration et son ami d'enfance, Alex Carbonier, journaliste, y assistent, ainsi que tout le "beau monde" local, le maire actuel, l'ancien, les adjoints... Ces obsèques sont le prétexte à la présentation de tous ces personnages qui vont contribuer à cette histoire. Une mise en bouche très intéressante. La mort d'Acquaviva nous renvoie aux années 2007/2008 avec une 1ère partie où Naïma, la narratrice, dans un récit chronologique, revient sur les élections municipales de 2008. Gaston Cazenave avait dû céder la place de Maire à Louis Berisha, dans un contexte très trouble. La 2ème partie nous ramène en 2019 avec la période qui précède les élections municipales de 2020 et où le duo Zidani/Carbonier a l'impression que se rejoue, à quelque chose près, le même scénario de 2008, des proches du maire mourant de façon plus ou moins naturelle... Cette fois-ci, notre duo n'a pas droit à... A l'idée de lire le nouveau Huertas, je me suis d'avance réjouie. J'avais beaucoup aimé "la boulangère du diable", et cette nouvelle histoire, dans un style différent, ne m'a pas déçu. Le roman s'ouvre avec le prologue, en octobre 2019, et l'enterrement d'une personnalité locale, Dominique Acquaviva. Naïma Zidani, 40 ans, commissaire issue de l'immigration et son ami d'enfance, Alex Carbonier, journaliste, y assistent, ainsi que tout le "beau monde" local, le maire actuel, l'ancien, les adjoints... Ces obsèques sont le prétexte à la présentation de tous ces personnages qui vont contribuer à cette histoire. Une mise en bouche très intéressante. La mort d'Acquaviva nous renvoie aux années 2007/2008 avec une 1ère partie où Naïma, la narratrice, dans un récit chronologique, revient sur les élections municipales de 2008. Gaston Cazenave avait dû céder la place de Maire à Louis Berisha, dans un contexte très trouble. La 2ème partie nous ramène en 2019 avec la période qui précède les élections municipales de 2020 et où le duo Zidani/Carbonier a l'impression que se rejoue, à quelque chose près, le même scénario de 2008, des proches du maire mourant de façon plus ou moins naturelle... Cette fois-ci, notre duo n'a pas droit à l'erreur et devra être à la hauteur des événements. Outre le récit, complètement plausible, j'ai par dessus tout aimé la plume de l'auteur. C'est vif, incisif, une écriture pleine de verve, un langage imagé, un vocabulaire fleuri, parfois local, qui sent bon la Provence. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il a le sens de la formule, un exemple parmi d'autres : "Il avait l'épée de la concurrence dans les reins, et son bouillant reporter sur le dos, mais il gardait le pied sur la pédale de frein". Nous sommes dans les coulisses d'une élection locale et plus largement de la vie politique locale. L'auteur nous brosse un tableau sombre mais sûrement ressemblant de celle-ci avec son lot de menaces, d'intimidations, de compromis audacieux, de conflits d'intérêts, de règlements de compte, de vengeance, de petits arrangements entre "amis", de rétropédalage... Une partie d'échecs à haut risque où on peut perdre sa vie. Un terrain verglacé toute l'année, des sables mouvants permanents... Les gagnants d'aujourd'hui seront les perdants de demain. Bref, une jungle où il ne fait pas bon se perdre. Des personnages hauts en couleur, des situations poussées à l'extrême, certains passages m'ont fait sourire et j'ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture. Par contre, peut-être parce que je lis beaucoup de romans policiers, j'avais deviné assez vite le dénouement, sans surprise pour moi. Néanmoins, je recommande vivement cette lecture d'actualité en cette période pré-électorale. Un grand merci aux éditions de l'Archipel pour ce bon moment de détente.
    Lire la suite
    En lire moins
  • livrement_ka Posté le 25 Janvier 2020
    Alors pour tout vous dire la politique et moi ça fait deux voire plus. J'ai donc appréhendé cette lecture, de peur d'être perdue au milieu de tous les termes et autres procédures. Mais que nenni !!!! L'auteur va expliquer tout de telle manière qu'on se sent de suite dans le bain et happée par cette histoire qui semble trouver ses sources quelques années en arrière. De l'auteur j'ai lu récemment La Boulangère du Diable, que j'ai vraiment apprécié. Ce deuxième roman confirme mon premier ressenti.  De plus dans ce livre, l'auteur va utiliser son passé de journaliste politique et donc maîtriser parfaitement le langage et les procédures. Une lecture agréable grâce à une plume fluide, des mots et des phrases efficace; le tout vu par une femme d'origine maghrébine inspecteur qui devient commissaire. Naïma de son prénom, était en poste lors des premiers événements de 2008. Et aujourd'hui plus de 10 ans après, la revoilà dans la ville. De disparitions en meurtres, en suicides étranges, l'auteur vous entraîne dans les coulisses du pouvoir politique. A certains moment j'avais l'impression de retrouver des personnages de notre vie politique, mais non je ne vous en dirai pas plus....Je vous laisse vous faire votre propre opinion. Les journalistes sont également... Alors pour tout vous dire la politique et moi ça fait deux voire plus. J'ai donc appréhendé cette lecture, de peur d'être perdue au milieu de tous les termes et autres procédures. Mais que nenni !!!! L'auteur va expliquer tout de telle manière qu'on se sent de suite dans le bain et happée par cette histoire qui semble trouver ses sources quelques années en arrière. De l'auteur j'ai lu récemment La Boulangère du Diable, que j'ai vraiment apprécié. Ce deuxième roman confirme mon premier ressenti.  De plus dans ce livre, l'auteur va utiliser son passé de journaliste politique et donc maîtriser parfaitement le langage et les procédures. Une lecture agréable grâce à une plume fluide, des mots et des phrases efficace; le tout vu par une femme d'origine maghrébine inspecteur qui devient commissaire. Naïma de son prénom, était en poste lors des premiers événements de 2008. Et aujourd'hui plus de 10 ans après, la revoilà dans la ville. De disparitions en meurtres, en suicides étranges, l'auteur vous entraîne dans les coulisses du pouvoir politique. A certains moment j'avais l'impression de retrouver des personnages de notre vie politique, mais non je ne vous en dirai pas plus....Je vous laisse vous faire votre propre opinion. Les journalistes sont également bien présents dans cette affaire, et sont de temps en temps pris pour cible. Et ne me demandez pas le nom de la ville, l'auteur a très bien su faire preuve de discrétion pour éviter tout amalgame, mais toujours est-il que de nombreuses situations et réactions semblent réelles. Quant aux personnages ils sont particulièrement bien travaillés et surtout représentatifs de leur fonction. On arrive presque à imaginer leur physique.  La présence de deux ou trois personnages connus, à l'image de PPDA apporte une force à l'histoire assez ambigüe. J'ai dû mal à me défaire de cette étrange sensation même après avoir refermé ce livre. De plus la perspective des prochaines élections municipales n'est pas sans semer un certain trouble quant à la date de parution de ce roman. Un petit plus pour la relation assez particulière entre le commissaire et le journaliste : une relation Je t'aime moi non plus superbement décrite. Et également pour le clin d'oeil à la Russie et ses procédés d'élimination qui ont déjà fait parler d'eux. Mais sincèrement, vous voulez en apprendre plus sur la vie politique et ses dessous, avec cette histoire vous allez en avoir un avant-goût. Foncez vous ne serez pas déçu !!!!!
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés