Lisez! icon: Search engine
Par Lisez, publié le 19/04/2024

Plus de 40 livres qui vous plongent au cœur de la Seconde Guerre mondiale

Il y a ceux qui ont résisté, ceux qui se sont cachés, ceux qui ont gardé espoirs… À travers des points de vue différents, ces récits vous plongent au cœur de la Seconde Guerre mondiale. Nous vous avons sélectionné plus de 40 livres sur cette période sombre de l’Histoire.

 

 Les romans

 

Les enfants de Haretz, Rosa Ventrella

Les Enfants de Haretz
1939. Margit et János coulent des jours heureux dans leur paisible ville tchécoslovaque. Mais le jour où les nazis envahissent Prague, tout bascule. Leur enfance prend subitement fin, alors qu’ils n’ont que
douze et huit ans. Avant d’être arrêtés, les parents de Margit et János parviennent à les cacher chez leurs voisins. Mais très vite, les enfants doivent fuir. Alors qu’ils errent dans les forêts de Bohême, ils rencontrent d’autres enfants qui traversent l’Europe pour rejoindre l’Italie. Là-bas, un groupe de militants les attend pour les recueillir, dans l’espoir de les amener en Terre promise. Le charismatique
Frantz, du haut de ses quinze ans, mène ce voyage qui durera plusieurs années, pendant lesquelles ils apprendront à survivre et à se protéger mutuellement, comme une vraie famille…

« Un roman tiré d’une histoire vraie, véritable leçon de résilience. » PAGE des libraires

 

Guetter l'aurore, Julie Printzac

Guetter l'aurore
Été 1941. Les Brodsky, juifs, ont fui la zone occupée et la menace nazie pour se réfugier dans le sud de la France. Rattrapés par les nouvelles lois de Vichy, ils se retrouvent en résidence forcée au pied des Pyrénées, dans une grande demeure délabrée.
Peu à peu, la vie s’organise. Esther, l’aînée des enfants, rencontre Clara. L’heure est à l’adolescence, aux premiers émois et aux grandes amitiés. C’est également le temps de l’engagement dans la Résistance, des luttes pour survivre, mais aussi des rafles. Dans la tourmente, Esther et Clara font tout pour rester maîtresses de leur destin. C’est compter sans la brutalité de l’Histoire…

 

Sachez que nous sommes toujours là, Esther Safran Foer

Sachez que nous sommes toujours là
Esther Safran Foer a grandi dans une famille dans laquelle le passé n’existait pas. Ses parents, rescapés de la Shoah, ne parlaient jamais de ce qu’ils avaient vécu. Ce n’est qu’à l’âge adulte qu’elle parvient à combler les silences de son enfance.
 
Esther apprend fortuitement qu’avant la guerre, son père était marié avec une autre femme et qu’ensemble, ils avaient eu une fille. Elle est bouleversée d’apprendre l’existence de cette femme et de cette sœur inconnues, assassinées par les nazis. Esther décide alors de se mettre à la recherche de ce passé familial insoupçonné et de redonner une existence à ces deux personnes rayées de l’histoire.
 
Munie de quelques photos et d’une carte dessinée à la main, elle se met en quête de réponses et se rend en Ukraine. C’est ce voyage, empreint de tristesse et d’illuminations, qui l’aidera à donner une vie et un visage à ces inconnues, à les sortir de l’oubli et faire vivre leur souvenir. Une quête de vérité qui a inspiré à son fils Jonathan Safran Foer l’écriture de son best-seller Tout est illuminé.

 

La Promesse, Marie de Lattre

La Promesse
« J’ai trois prénoms, Marie, Madeleine, Frida.
Un qui dissimule. Un qui protège. Un qui révèle. »

Longtemps, elle a tout ignoré du secret de son père. Et puis un soir, il lui a raconté. L’histoire de ses quatre grands-parents paternels, et la promesse qu’il se sont faite à Drancy. Celle de veiller sur lui. Lui l’enfant du brouillard, du silence, l’enfant de l’amour interdit.
C’était en 1942. Deux des quatre amants ne devaient jamais revenir.
Entre le devoir de taire et la nécessité de dire, Marie, elle, a choisi. Pour ses filles, elle l’écrit.
 
Cet ouvrage a été finaliste du Prix Relay des voyageurs
 

 

L'odeur des pins, Bianca Schaalburg

L'odeur des pins - Nazisme - Shoah - Histoire contemporaine
« On ne savait rien. » Ces mots prononcés par la grand-mère de Bianca Schaalburg ne cessent de lui revenir en tête. Peut-on traverser une guerre sans en connaître les atrocités ? Est-ce possible d’habiter une maison sans savoir que ses anciens locataires juifs en ont été expulsés pour être envoyés dans des camps de concentration ? Quel rôle a véritablement joué Heinrich, le grand-père, soi-disant comptable dans la Wehrmacht ? Était-il un nazi convaincu ou un simple suiveur ?
 
Dans L’Odeur des pins, l’autrice allemande Bianca Schaalburg replonge dans son enfance berlinoise et l’histoire de sa famille pour démêler les mensonges et les dénis liés aux traumatismes de la guerre. Pas à pas, nous la suivons dans cette enquête familiale sur quatre décennies, à travers le Troisième Reich, les années de reconstruction de l’Allemagne, la guerre froide, jusqu’aux événements de 1968…
 
« Délicatement mais avec persévérance, Bianca Schaalburg lève le voile sur le rôle que sa famille a joué sous le Troisième Reich. Un grand livre ! »
 – Ulli Lust

 

Ombres portées, Ariana Neumann

Ombres portées
À Caracas, dans le vaste domaine familial, Ariana Neumann, huit ans, joue à l'espionne. En fouillant dans les affaires de son père, Hans, elle trouve une pièce d'identité. Elle reconnaît son père jeune homme, mais il porte un autre nom. Effrayée, elle tait cette découverte et s'efforce de l'oublier. Des années plus tard, à la mort de son père, Ariana retrouve ce mystérieux document dans une boîte contenant des photos, des lettres et d'autres souvenirs de la jeunesse de celui-ci à Prague. Elle mettra près d'une décennie à trouver le courage de faire traduire cette correspondance. Ce qu'elle découvre la propulse dans une quête pour découvrir l'histoire de sa famille, la vérité sur son père et les raisons de son silence...

 « Dans ce récit parfaitement maîtrisé, la tragédie monstrueusement banale des Neumann se lit comme un thriller sans effet de manches. Un poignant témoignage d’amour filial, doublé d’un périple intime au cœur de l’Histoire. » Télérama
« Une histoire pudique et exemplaire de la Shoah. » Dernières Nouvelles d’Alsace

Traduit de l'anglais par Nathalie Peronny.

 

Nous, les Allemands, Alexander Starritt

Nous les Allemands
Longtemps, les questions posées par Callum à son grand-père allemand sur la guerre sont restées sans réponse. Et, un jour, Meissner s'est décidé à raconter. Sa vie de soldat sur le front de l'Est, les débuts triomphants, l'esprit de corps, l'ivresse des batailles, et puis le froid, la faim, la misère. Et surtout l'année 1944 quand lui et ses camarades ont compris que la guerre était perdue ; que tout ce en quoi ils avaient cru, tout ce qui les faisait tenir, l'appartenance à une nation, l'espoir d'une guerre rapide, les rêves de retour, tout était en train de s'écrouler ; que dans la déroute, les hommes ne sont plus des hommes ; que le désespoir vous fait accomplir le pire et que rien, jamais, ne permettra d'expier la faute de tout un peuple.

 

Un jeune homme si tranquille, Yves Viollier

Un jeune homme si tranquille
J'ai posé la question à mon oncle, la dernière fois que nous nous sommes vus, il y a plus d'un an, il était encore en pleine forme. « Est-ce que tu as parlé à tes amis ? » Il m'a répondu : « Je n'ai pas encore osé... »
 
Roger Martin les a séduits. Il a été accueilli dans ce bourg dont le narrateur est le maire, comme un ami de toujours. Veuf, à plus de soixante-dix ans, il avait besoin d'une famille. Et tous lui ont ouvert les bras. Il est devenu le père, le grand-père, le vieil homme que les jeunes aiment bien.
La déception a été aussi violente que l'amour et l'amitié avaient été doux. Le fil du temps s'est tendu. Roger, en jeune homme, est alors apparu dans sa vérité. L'Occupation avait été ce théâtre où il a joué un rôle funeste.

 

Les Lueurs du lendemain, Jennifer Cody Epstein

Les Lueurs du lendemain
Berlin, 1933. Amies depuis leur plus tendre enfance, Ilse et Renate, deux adolescentes, sont confrontées aux bouleversements provoqués par la montée du nazisme. Séduite par l’esprit de corps et l’idéal prônés par les Jeunesses hitlériennes, Ilse incite Renate à s’enrôler, mais celle-ci, juive, est cruellement rejetée. Lorsque les lois de Nuremberg sont promulguées, les jeunes filles se retrouvent alors ennemies malgré elles… New York, 1989. Ava, la fille d’Ilse, hérite des lettres écrites par cette dernière à Renate. En les lisant, elle plonge avec stupeur dans l’histoire de cette femme qui n’a jamais su l’aimer. Fresque haletante et poignante, Les Lueurs du lendemain se penche sur les retombées intimes et invisibles du nazisme, et sur les conséquences dévastatrices des choix faits durant les heures les plus sombres de l’Allemagne.

"Ce récit terrible et humain le confirme, comme se confirme cette intuition : l’Histoire narrée par les femmes ne se contente pas de raconter des faits, elle explore toujours les zones intimes de l’être,  qui sont les moteurs de cette dernière."
Gérard de Cortanze, HISTORIA 


"Une belle amitié au péril de l'idéologie (...). Un roman très fort, très poignant."
LA MANCHE LIBRE

 

Si c'est un homme, Primo Levi

Si c'est un homme

« On est volontiers persuadé d'avoir lu beaucoup de choses à propos de l'holocauste, on est convaincu d'en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l'accumulation, on a envie de crier grâce.
C'est que l'on n'a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l'état du malheur.
Peu l'ont prouvé aussi bien que Levi, qui a l'air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n'est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n'est que futilité. »
Angelo Rinaldi

« Ce volume est aussi important que la Bible. Un Livre fonda une religion humaniste il y a des millénaires. Un autre Livre raconte la fin de l'humanité au XXe siècle. » Frédéric Beigbeder

 

La voleuse de livres, Markus Zusak

La voleuse de livres

Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité.
Liesel Meminger y est parvenue.
Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s’est arrêtée.
Est-ce son destin d’orpheline dans l’Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt ? Ou sa force extraordinaire face aux événements ? À moins que ce ne soit son secret… Celui qui l’a aidée à survivre et a même inspiré à la Mort ce joli surnom : la Voleuse de livres…

« Best-seller international, cette fable singulière envoûte par son audace et son originalité. » Questions de femmes

« Ironique et paradoxal, La Voleuse de livres appartient à ce genre hybride d'ouvrages destinés à la fois aux adolescents et aux adultes. » Le Monde des Livres

Cet ouvrage a reçu le prix Millepages Jeunesse

 

Pour l'honneur des Rochambelles, Karine Lebert

Pour l'honneur des Rochambelles
En 1944, Alma s’est enrôlée parmi les Rochambelles, ces infirmières et ambulancières de la 2e division blindée. De l’Angleterre aux plages du Débarquement, de Paris à l’Allemagne, elle est au plus près des soldats et des combats.
À 96 ans, alors qu’elle assiste à une cérémonie de remise de médaille pour son héroïsme, Alma est victime d’un malaise. Avant de s’effondrer, elle demande pardon à une certaine Lucie. Sa petite-fille, Marion, va enquêter pour tenter de comprendre le sens de cette dernière parole et le douloureux secret qu’elle renferme…

 

La Messe allemande, François Eurly

La Messe allemande
Prisonnier dans un oflag allemand en 1940, Joseph, un officier français, est amené à dire la messe à ses compatriotes. D’évidence, cette charge d’aumônier l’interroge et le bouleverse. Ce trouble affecte les relations qu’il noue avec ses compagnons : Paul, le curé breton qu’il remplace, Henri l’instituteur, Abel le militaire de carrière…
Qui est véritablement Joseph ? Pourquoi voue-t-il à Werner, l’officier allemand, une si grande reconnaissance ?
Ce huis clos au cœur d’un conflit mondial met au jour le rapport intime de chacun à la spiritualité et exacerbe les tensions entre les hommes. Comment rester soi-même quand l’histoire nous commande de survivre ? Entre affabulation et vérité, ce roman de la mémoire explore de manière obsédante les doutes des existences et la fidélité des âmes.

 

Déjà, l'air fraîchit, Florian Ferrier

Déjà, l'air fraîchit
1946. Hitler est mort, l’Allemagne plonge dans l’abîme.
Elektra, jeune allemande, bibliothécaire-expert pour la SS, attend son jugement par les alliés. En prison, elle revit son existence, hantée par l’absence de son père, et à travers elle, la montée du nazisme, l’occupation en France et la vie parisienne tant appréciée outre Rhin…
Dans une Europe dévastée par la guerre, Elektra tente de diriger sa vie et de s’émanciper.
Témoin privilégié de la voracité des services de spoliation dans l’Europe entière, alors que la défaite semble inéluctable, finira t’elle par prendre conscience de la brutalité de ce monde meilleur pour lequel elle pense œuvrer ?
 

 

La vie mouvementée de Michal K., Martin Carnoy

La Vie mouvementée de Michał K.
Dans les derniers jours d'août 1939, Michał Klein, 14 ans, ses parents et sa sœur, montent à bord d'un train en direction de l'Est, abandonnant leur vie confortable de Kalisz, en Pologne, pour fuir le conflit imminent avec l'Allemagne.  
Pour le jeune adolescent juif, contraint de vivre sous l'occupation allemande meurtrière de sa patrie polonaise, c’est le début d’un parcours long et difficile. Il vit d'abord avec sa famille chez sa tante et son oncle à Lublin, puis il part se cacher avec sa sœur à la campagne, dans une ferme près de Lublin. Lorsque les Nazis entreprennent sérieusement l'extermination des Juifs, il rejoint les partisans juifs dans les forêts polonaises pour combattre les Allemands et protéger la population juive. 
Michał devient progressivement un tueur endurci, cherchant à se venger de l'anéantissement de son peuple. Il rencontre et tombe amoureux d'une femme fascinante, un des leaders de l'aile socialiste de la Résistance polonaise, et cette histoire d'amour façonne le reste de sa vie. Tout en cherchant sa sœur, disparue dans le chaos des migrations d'après-guerre, Michal s'engage à régler ses comptes avec d'anciens Nazis et collaborateurs polonais. Son parcours le mène, d’étape en étape, à travailler pour le gouvernement de la Nouvelle-Pologne puis à errer dans les camps de personnes déplacées en Allemagne et enfin, au Mexique et aux États-Unis. 

 

Un château rose en Corrèze, Michel Peyramaure

Un château rose en Corrèze NE
Histoire d’amour, histoire de guerre… À vingt ans, Pauline s’est engagée dans la Résistance avec courage. Mais un jour, la tragédie frappe sa famille qui périt sous les feux de la Wehrmacht. Seule avec sa sœur Luce, elle se réfugie au château de Castelfranc, un lieu qui a su forger sa propre légende. La jeune fille y côtoie de grandes personnalités d’alors, écrivains, poètes, artistes, dont un couple célèbre de comédiens qui préparent une pièce pour fêter la Libération. Dans cette communauté bigarrée cohabitent des officiers allemands, des adversaires du nazisme, des résistants, des filles de la Milice.
Julien, narrateur et fiancé de Pauline, nous offre le récit de ces moments intenses aux côtés de ceux qui, avec les armes ou avec les mots, combattront l’occupant au péril de leur vie.
 
Cette époque, ces personnages, Michel Peyramaure les évoque pour en avoir été le témoin, autour d’un château qui a marqué l’Histoire pour toujours.
 

 

La race des orphelins, Oscar Lalo

La Race des orphelins
De beaux bébés blonds. Conçus par les maternités du Reich pour régner sur le monde. Mais la race des maîtres est devenue la race des orphelins.
Qui est Hildegard Müller ? Elle-même ne le sait pas. Comment savoir quand on lit si mal, qu’on écrit plus mal encore ? Alors cette petite fille de bientôt 77 ans engage un scribe pour partir sur les traces de sa mémoire dérobée...

 

A la mesure de nos silences, Sophie Loubière

A la mesure de nos silences
Il y a quelques heures à peine, Antoine sortait du lycée, s’apprêtant royalement à rater son bac. Kidnappé par son grand-père à bord d’un vieux coupé Volvo, il roule à présent vers l’inconnu, privé
de son smartphone.
À 82 ans, François Valent, journaliste brillant, a parcouru le monde et couvert tous les conflits du globe sans jamais flancher. S’il conclut un marché avec son petit-fils, c’est pour tenter de le convaincre
de ne pas lâcher ses études.
Mais ce voyage improvisé ne se fera pas sans heurts. La destination vers laquelle le vieil homme les conduit a le parfum du remords. C’est là que l’enfance de François a trébuché. Lors d’un drame sanglant de la Seconde Guerre mondiale longtemps tenu secret : celui du 13e bataillon de la 13e division SS Handjar, ou l’incroyable révolte de soldats musulmans sacrifiés pour la France.

« Un hymne à la vie, entre ombre et lumière. » Le Républicain Lorrain
« Une histoire touchante. Un récit sous forme de road movie sur la transmission d’expérience où les secrets de guerre d’un vieil homme s’invitent pour changer la vie d’un adolescent. » L’Avenir

 

L'armée des ombres, Joseph Kessel

L'armée des ombres
LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

Londres, 1943, Joseph Kessel écrit L'Armée des ombres, le roman-symbole de la Résistance que l'auteur présente ainsi : « La France n'a plus de pain, de vin, de feu. Mais surtout elle n'a plus de lois. La désobéissance civique, la rébellion individuelle ou organisée sont devenues devoirs envers la patrie. (...)

Jamais la France n'a fait guerre plus haute et plus belle que celle des caves où s'impriment ses journaux libres, des terrains nocturnes et des criques secrètes où elle reçoit ses amis libres et d'où partent ses enfants libres, des cellules de torture où malgré les tenailles, les épingles rougies au feu et les os broyés, des Français meurent en hommes libres.

Tout ce qu'on va lire ici a été vécu par des gens de France. »

 

Deux femmes dans la tourmente, Teresa Messineo

Deux femmes dans la tourmente
Jo et Kay se sont rencontrées à New York au cours de leurs études d’infirmière à la fin des années 1930. Désireuses de partir à l’aventure, les deux jeunes femmes s'engagent aux côtés des Alliés. C'est là que leurs chemins se séparent.
Jo est envoyée sur le front de l’Ouest, en France, où elle doit superviser un hôpital de fortune comptant six blessés : des vies fragiles pour lesquelles elle représente le seul espoir et qu’elle entend protéger jusqu’au bout.
Kay est envoyée à Hawaï. Après une parenthèse enchantée sur les plages de sable blanc, l’attaque de Pearl Harbour signe pour elle le début du cauchemar : prisonnière des Japonais, elle est déportée dans un camp à Manille.
Dans l’horreur des corps mutilés, de la maladie et de la famine, chacune s’accroche à sa vocation, mais aussi à l’amour et à l’amitié, pour trouver le courage de supporter l’insupportable. L’espoir sera-t-il plus fort que la mort ? Que restera-t-il de leur précieux lien après ces années de séparation et de souffrance ?

 

V2, Robert Harris

V2
Automne 1944. Rudi Graf, ingénieur allemand, voit son rêve de conquête spatiale virer au cauchemar. La fusée qui devait lui permettre d'aller sur la Lune a été détournée par le Reich pour donner naissance à un missile balistique ultraperformant : le V2.
Détruire l'Angleterre, vite ; reprendre la main sur cette guerre qui s'enlise. Pour ce faire, dix mille missiles viennent d'être créés et c'est Rudi et son ami Wernher von Braun, ingénieur aérospatial devenu officier SS, qui sont chargés de mener à bien ce projet.
Le Blitz sous les V2, la Londonienne Kay Caton-Walsh le côtoie de près. Officier de la WAAF, la Women's Auxiliary Air Force, Kay est envoyée en Belgique pour trouver le site de lancement de ces missiles et l'anéantir.
La mission est périlleuse. Mais, au cœur de ce territoire ravagé, Kay va pouvoir compter sur un allié inattendu...

 

Là où sont tes racines, Ellen Marie Wiseman

Là où sont tes racines
Un monde les sépare. L’argent, la culture, la classe sociale… Entre Christine Bolz, jeune domestique allemande, et Isaac Bauerman, le fils de ses patrons, l’amour est pourtant palpable. Et cet amour devra être immense pour résister aux épreuves de 1938. Car au village, les murs se couvrent d’affiches, de croix gammées… Les lois antijuives, bientôt, sont promulguées : entre les deux jeunes gens, le rapport s’inverse, mais le fossé se creuse. Pour sauvegarder son amour, Christine devra braver tous les interdits. Jusqu’au cœur de l’enfer.

 

La femme qui en savait trop, Marie Benedict

La femme qui en savait trop
En 1933, à 19 ans, Hedy Kiesler, séduisante actrice viennoise d'origine juive, épouse Friedrich Mandl, un riche marchand d'armes proche de Mussolini. Conscients de la menace qui vient d'Allemagne, ses parents cherchent, par ce mariage, à la protéger, quitte à accepter pour cela une conversion au catholicisme. Malheureusement, Mandl s'avère être un homme possessif et opportuniste. D'abord opposé à l'Anschluss, il finit par retourner sa veste et obtient les faveurs de Hitler. Horrifiée, Hedy décide de s'enfuir.
Installée aux États-Unis, elle rencontre le directeur de la MGM et devient sous ses mains Hedy Lamarr, superstar hollywoodienne. Malgré le faste et les mondanités, elle ne peut cependant oublier l'Europe et décide de contribuer à sa façon à l'effort de guerre. Grâce à son intelligence et avec l'aide d'un musicien, elle conçoit un système de codage des transmissions révolutionnaire – technologie qui sera à l'origine, entre autres, du Wifi et de nos téléphones portables. Mais comment accorder le moindre crédit scientifique à la plus belle femme du monde, d'origine autrichienne de surcroît ?
Dans ce récit à la première personne, Marie Benedict redonne vie à une femme hors du commun, dont le plus grand rôle fut oublié, voire ignoré, durant des décennies...         

PRESSE : 
«...une lecture digne de cette femme magnifique et talentueuse. » New York Journal of Books
« L'histoire captivante d'une femme complexe, d'une pionnière. » Kirkus Reviews

Traduit de l'anglais (États-Unis) par Valérie Bourgeois

 

Derniers témoins, Svetlana Alexievitch

Derniers témoins
De tous les textes de Svetlana Alexievitch, celui-ci est le plus déchirant. Car qu'y a-t-il de plus terrible que l'enfance dans la guerre, de plus tragique que l'innocence soumise à l'abjection de la  violence ?  Les personnages de ce livre ont entre trois et douze ans. Garçons et filles, ils ont grandi au cœur des ténèbres du plus inhumain des conflits ; cette Seconde Guerre mondiale dont les plaies restent toujours béantes soixante ans après.  Il a fallu à Svetlana Alexievitch près d'un quart de siècle pour mettre un point final à ce monument de la littérature, dressé pour commémorer la plus injuste des souffrances.  Derniers témoins change notre regard sur l'histoire, sur le monde, sur la guerre, sur l'enfance, sur la vie.

« De ces récits d’une authenticité désarmante, Svetlana Alexievitch fait des livres, bouleversants, dérangeants, des livres de combat. » Télérama
 

 

Les Nus et les morts, Norman Mailer

Les Nus et les morts
Sur les eaux du Pacifique, un peloton de treize soldats américains est envoyé en mission pour conquérir Anopopéi, une petite île du Sud, face aux forces japonaises. Au fil des pages, Norman Mailer déploie une vision de la guerre, basée sur sa propre expérience de soldat, dans laquelle se heurtent le quotidien terrible et les rêves de chacun, entre réalisme et révolte.
Témoignage d’une époque, ce premier roman de Norman Mailer, souvent comparé à Guerre et Paix, marque l’entrée dans la légende de celui-ci alors qu’il n’a que vingt-cinq ans. Aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands romanciers de tous les temps, couronné du prix Pulitzer en 1969 et 1980, il est aussi l’un des enfants terribles de la littérature américaine – provocateur, subversif et iconoclaste.

« Sept cents pages de bruit et de fureur racontées avec un
stylo en guise de lance-flammes. » Éric Neuhoff, Le Figaro

 

 

 

Les témoignages et essais

 

Histoire totale de la Seconde Guerre mondiale, Olivier Wieviorka

Histoire totale de la Seconde Guerre mondiale
Cet ouvrage est né d’un constat paradoxal. Si nous croulons a priori sous les livres portant sur la Seconde Guerre mondiale, il existe en réalité peu de grandes synthèses sur le sujet – et aucune de l’envergure de celle que propose Olivier Wieviorka.
 
Fruit de nombreuses années de travail, elle innove d’abord par son approche globale qui la distingue des classiques anglo-américains qui privilégient les seules opérations militaires. Bien entendu, l’historien aborde tous les fronts : l’Europe évidemment, mais aussi l’Asie-Pacifique (si souvent négligée, en particulier la Chine), l’Afrique du Nord ou encore le Moyen-Orient. Il s’intéresse également à l’ensemble des acteurs (Canadiens, Australiens, Indiens…) et couvre tous les domaines : stratégique, comme il se doit, mais aussi idéologique, économique, logistique, diplomatique… – sans oublier l’histoire sociale et mémorielle habituellement traitée en parent pauvre. Enfin, l’auteur renouvelle largement la matière, souvent un peu datée, en intégrant les recherches les plus récentes dans une démonstration aussi rigoureuse sur le fond que limpide dans la forme.
En découle un grand récit, bien écrit et formidablement incarné, qui montre à quel point ce conflit fut véritablement mondial et total. Un ouvrage qui s’attache de concert à raconter, comprendre et expliquer en faisant sienne l’exigence formulée par Albert Camus dans L’Homme révolté : « On estimera peut-être qu’une époque qui, en cinquante ans, déracine, asservit ou tue soixante-dix millions d’êtres humains doit seulement, et d’abord, être jugée. Encore faut-il que sa culpabilité soit comprise. »

 

L'évadé d'Auschwitz, Jonathan Freedland

L'Évadé d'Auschwitz
Une nuit d’avril 1944, Walter Rosenberg, bientôt connu sous le nom de Rudolf Vrba, un jeune Juif slovaque de 19 ans, et son ami Alfréd Wetzler parviennent à s’évader d’Auschwitz. Leur objectif : prévenir le monde de l’existence de cette usine de mort et tenter de sauver de la chambre à gaz le prochain convoi de Juifs hongrois.
 
Près de deux ans plus tôt, après un bref séjour dans le camp de Majdanek, Rosenberg est déporté à Auschwitz. Contraint aux travaux forcés à Buna, il est ensuite affecté à la « rampe » où débarquent les Juifs de toute l’Europe. La majorité d’entre eux sont gazés après la « sélection ». Les rares survivants subissent persécutions, violences et cruautés incessantes.
 
Doté d’une mémoire phénoménale, Walter enregistre tout jusqu’au moindre détail durant sa captivité : le fonctionnement du camp, sa géographie, son économie, l’organisation de son système ferroviaire. Après son évasion, il consigne avec son codétenu l’ensemble de ces informations dans le Rapport Vrba-Wetzler. Ce document de 32 pages, aussi appelé « Protocole d’Auschwitz », envoyé à Churchill, Roosevelt et au pape Pie XII, sera le premier récit détaillé sur le camp à atteindre les Alliés. Rudolf Vrba sera également l’un des témoins capitaux du film Shoah de Claude Lanzmann.
 
Cette nouvelle enquête dévoile l’incroyable histoire d’un homme que personne n’a voulu croire.

 

 

Anne Franck et moi, Hannah Pick-Goslar

Anne Frank et moi
« À 10 heures du matin, le dimanche 20 juin 1943, c’est notre tour. Les coups tant redoutés frappés à la porte, un officier SS qui demande à mon père d’ouvrir… Alors que nous sortons sous bonne garde, mon regard se pose sur l’immeuble voisin où vivait Anne, et je revois la porte de l’appartement, fermée, silencieuse. L’année dernière, presque jour pour jour, j’étais allée toquer, encore et encore, étonnée que personne ne réponde. »
 
Hannah Pick-Goslar raconte ses années d’amitié avec Anne Frank, leurs jeux d’enfant et leurs rires, puis leur déportation. Elle nous livre avec force et émotion un récit de l'indicible.

 

Et nous sommes revenus seuls, Lili Keller-Rosenberg

Et nous sommes revenus seuls
Revenue seule des camps de la mort avec ses deux petits frères, c’est avec ses yeux d’enfant que Lili revit chaque jour les longs mois de survie au cœur de la barbarie nazie.
 
« Quand nous sommes revenus, nous ne pouvions parler à personne de cet enfer, de ces souffrances quotidiennes, de cette vie de bêtes battues que nous avions menée pendant près de deux ans dans une inhumanité indigne et impardonnable. Nous étions traumatisés et nous nous taisions... Puis j’ai beaucoup réfléchi : afin que la vie ait un sens après ce passé ignominieux, il me fallait témoigner pour révéler à tous, au monde, cette tragédie à nulle autre pareille. »
 
« Le témoignage poignant à hauteur d’enfant d’une lutte pour la vie. » Vocable

 

Aristides de Sousa Mendes : Le juste e Bordeaux, José-Alain Fralon

Aristides de Sousa Mendes. Le juste de Bordeaux
Issu d’une vieille lignée catholique, conservatrice et monarchiste, Aristides de Sousa Mendes est nommé consul du Portugal à Bordeaux en 1938. Deux ans plus tard, il assiste à la débâcle et à l’exode. Bravant les directives de Salazar et de son gouvernement, il délivre des milliers de visas et de faux passeports à plus de 30 000 réfugiés de toutes nationalités, dont un tiers de confession juive qu’il sauve in extremis de la déportation dans les camps de la mort.
 
De retour à Lisbonne en juillet 1940, le consul sera rapidement jugé, démis de ses fonctions, placé sur liste noire et mis en quarantaine par le régime. Plongé dans un état de dénuement et de solitude extrêmes, cet exilé de l’intérieur, devenu l’ennemi intime du dictateur portugais, mourra oublié en 1954 avant d’être déclaré « Juste parmi les nations » en 1966.
 
La réédition de cet ouvrage historique permet de découvrir l’incroyable histoire d’un homme dont le courage et l’intégrité ne seront réhabilités par l’Assemblée nationale portugaise que quarante-huit ans après les événements de Bordeaux.
 

 

Adélaïde Hautval, Denis Labayle

Adélaïde Hautval
Pour avoir pris le parti d’une jeune juive frappée par des SS et pour avoir affirmé à plusieurs reprises face aux autorités allemandes : « Les juifs sont des gens comme nous », Adélaïde Hautval, alsacienne et protestante, ni communiste, ni membre d’un réseau de résistance, est contrainte de porter l’étoile jaune ainsi qu’un bandeau sur lequel est inscrit : « Amie des juifs ». Condamnée à la prison, elle séjourne dans plusieurs camps de concentration français, avant d’être déportée en 1943 à Auschwitz-Birkenau puis à Ravensbrück. Elle est affectée à l’infirmerie en tant que médecin psychiatre et se confronte aux médecins nazis, parmi lesquels Wirths, Clauberg, Schumann ou encore Mengele. Au risque de sa vie, elle résistera en cachant des déportées juives, en falsifiant les feuilles de maladie, en modifiant les diagnostics et en refusant catégoriquement de participer aux expérimentations sur des êtres humains.
Après la libération des camps, elle reste deux mois sur place pour soigner les détenues malades. De retour à la vie « civile », elle garde le silence, renonce à la psychiatrie et se fait médecin scolaire.
Le grand public ne la découvre qu’en 1964 lors du procès devant la Cour de Londres où elle témoigne pour la première fois.
Le récit de Denis Labayle fait revivre avec intensité l’histoire incroyable de cette femme hors norme en rendant enfin justice à cette personnalité aussi discrète que courageuse et trop longtemps ignorée.
Adelaïde Hautval : une conscience pour l’humanité !

 

J'ai eu 16 ans à Buchenwald, Armand Bulwa

J'ai eu 16 ans à Buchenwald
Janvier 1945. Au cœur d’un hiver très dur, les nazis décident d’évacuer le camp de Czestochowa. Les prisonniers, poussés dans des wagons à bestiaux, échangent des regards effarés.
Autour d’eux, on hurle des ordres, tandis qu’au loin on entend le bruit des bombardements soviétiques, source d’angoisse autant que d’espoir.
Après quatre jours de ce voyage terrifiant, la moitié des passagers ont péri. Les portes s’ouvrent sur une colline enneigée au cœur d’un bois de hêtres : Buchenwald. Aron, fils d’un couple de tailleurs, reçoit le numéro 116.536, enfile la chemise et le pantalon rayés. Mais il n’a pas de ceinture pour le faire tenir.
Celle que lui offre un certain Lolek Buzyn, un garçon de son âge, lui permettra d’y survivre trois mois, jusqu’à la libération du camp…
L’auteur de ce récit avait dix ans lorsque le quartier juif de sa ville, Piotrków, fut transformé en ghetto et cerné de barbelés.
Recueilli par l’Œuvre de secours aux enfants (OSE) en mai 1945, seul rescapé de sa famille, il découvrira la France, dont il ignore tout. Il y gagnera une famille et un prénom, Armand. Son témoignage est hanté par une énigme : pourquoi a-t-il survécu ?

Le journal de Renia, Renia Spiegel

Le Journal de Renia
Pologne, 1939. Renia Spiegel a 15 ans. Dans son journal, elle note ses préoccupations d'adolescente : l'école, ses meilleures amies, ses rêves d'avenir. Apprentie poète, elle parsème son journal de ses œuvres.
Mais au fil des pages et des mois qui passent, les sujets se font plus graves. Pour Renia, qui est juive, et sa famille, les conditions de vie se détériorent. Peu à peu, l'angoisse s'immisce entre les tranches de vie quotidienne. L'étau se resserre et le danger se rapproche. L'horreur finira par rattraper l’adolescente en juillet 1942 lorsque, cachée par la famille de son petit ami, elle sera dénoncée par un voisin.
Renia meurt à l'âge de 18 ans, tuée par la Gestapo, laissant derrière elle un témoignage poignant.
 

 

Simone Veil, Laurène Vernet

Simone Veil
La vie de Simone Veil est à la fois connue de tous et de personne. En effet, certains moments de son parcours tant politique que personnel sont si célèbres que nous avons parfois l’impression de tout savoir d’elle. Pour toujours, Simone Veil (née Jacob) sera associée aux rescapés des camps de la mort, elle qui vécut les horreurs d’Auschwitz-Birkenau avec sa mère et ses sœurs en 1944. Pour l’éternité, elle sera liée au président Valéry Giscard d’Estaing, et surtout à la loi sur la dépénalisation de l’avortement votée en 1974.
Mais que savons-nous d’autre sur elle ? Se rappelle-t-on qu’elle fut la première présidente du Parlement européen en 1979 ? Sait-on que, parmi toutes les fonctions qu’elle occupa au cours de sa carrière, celle qu’elle préféra fut celle de membre du Conseil Constitutionnel (1998-2007) ? Parce qu’elle mit toute sa vie au service ces autres – et surtout des femmes –, faut-il pour autant faire d’elle une icône du féminisme ?
Revenant sur tous les combats sociaux et politiques menés par Simone Veil, cette biographie cherche aussi à percer l’être. Femme forte mais parfois dure, traditionnelle mais progressiste, attachée à la nation française mais pour la construction européenne, l’ancienne ministre, députée et magistrate est un personnage complexe qui ne cesse de surprendre. S’appuyant sur de nombreuses archives (fonds Simone Veil aux AN, etc.) et sur des entretiens inédits (notamment avec sa famille proche), l’historienne Laurène Vernet nous plonge au cœur de la carrière et de la vie hors du commun de la cinquième femme panthéonisée.

 

Jean Moulin, Jean-Pierre Azéma

Jean Moulin

Au-delà d’une biographie politique, Jean-Pierre Azéma a su retracer l’histoire de la France libre jusqu’en 1943, de la Résistance intérieure et des relations complexes entre Londres, Washington et Alger. En combinant archives, récits, explications et témoignages, il brosse aussi l’aventure singulière d’un homme à la fois semblable à tant de ses contemporains et dont l’entreprise le hisse jusqu’à incarner le héros de la Résistance pour plusieurs générations de Français.

 

Jean Moulin, le héros oublié, Fabrice Grenard

Jean Moulin, le héros oublié
Le 21 juin 1943, Jean Moulin est arrêté. Il vient d’être dénoncé. Face à lui, Klaus Barbie, le chef de la Gestapo de Lyon. Tous deux savent que la partie est finie.
« Affreusement torturé par un ennemi sans honneur », dit le général de Gaulle, le héros français va mourir lors de son transfert en Allemagne. Son corps est incinéré et ses cendres sont classées
« inconnues » au cimetière du Père-Lachaise.
C’était il y a quatre-vingts ans.
On pense tout connaître, tout savoir de celui qui a donné sa vie pour la France. Pourtant, nul n’évoque plus sa mémoire. En entrant au Panthéon, en 1964, et surtout dans les livres d’histoire, l’homme a été réduit à l’image figée d’un héros.
Il est temps de raconter la vie de Jean Moulin, d’écrire son épopée – alors que ses derniers compagnons sont aujourd’hui disparus –, de sonder ses faiblesses, de restituer son humanité. De lui rendre hommage.
Fabrice Grenard, le grand spécialiste de la Résistance, a relevé ce défi. Avec cet ouvrage, il nous plonge au coeur des années sombres et réveille notre fierté patriotique.

 

200 questions, 200 réponses sur la Seconde Guerre mondiale, Jean Lopez

200 questions 200 réponses sur la Seconde Guerre mondiale
Collectif, Jean Lopez
Les Français ont-ils fait preuve de lâcheté lors de la campagne de 1940 ? Quelle a été la contribution de la France occupée à l'effort de guerre nazi ? Quels étaient les plans prévus par les Alliées en cas d'échec d'Overlord ? Quel a été le poids du facteur chance dans la victoire américaine à Midway ? Hitler est-il mort en Argentine, en 1962 ? Rommel était-il un nazi bon teint, ou simplement un grand chef militaire ? Quel est l'avion qui a obtenu le plus de victoires ? Quel a été le char le plus puissant produit en série durant la guerre ? Pourquoi l'Allemagne envahit-elle l'URSS au lieu de concentrer ses forces en Afrique, en 1941 ? Durant la guerre, les Allemands ont-ils souffert de la faim ? Qui a dessiné les uniformes de la SS ? Quel a été le poids réel des bombes atomiques sur la décision de la capitulation japonaise ? Que sont devenus après guerre les énormes stocks d'armes accumulés par les belligérants ? 
C'est à toutes ces interrogations, parmi beaucoup d'autres, que répondent les meilleurs spécialistes réunis par Jean Lopez. Réunies en grands thèmes - "La France dans la guerre", "Les opérations", "Les chefs", "Lers armes", "Productions de guerre", "La guerre en Asie-Pacifique", "Vivre en France occupée", "Les crimes" -, voici 200 questions, dont de nombreuses uchroniques ("Et si?..."), et autant de réponses pour tout savoir du plus grand conflit de tous les temps - par l'ampleur des territoires touchés, les pertes humaines et les dévastations.
Une somme incontournable.

 

Infographie de la Seconde Guerre mondiale, Jean Lopez, Nicolas Aubin, Vincent Bernard et Nicolas Guillerat

Infographie de la Seconde guerre mondiale (l'édition définitive reliée)
Jean Lopez, Collectif
Dirigé par Jean Lopez, avec la collaboration de Nicolas Aubin et Vincent Bernard, et superbement mis en scène par le data designer Nicolas Guillerat, ce livre exceptionnel, tant par sa forme que son contenu, est le fruit de l’association de compétences complémentaires réunies pour la première fois. Il part d’un constat : la masse de données disponibles sur la Seconde Guerre mondiale n’a jamais été aussi importante mais il est devenu difficile de lui donner du sens et, surtout, d’en rendre compte à un large public. Il fallait donc inventer, dans une démarche historienne et en puisant aux meilleures sources internationales, une forme permettant à la fois de traiter la masse de données (data) disponible et de les rendre intelligible au plus grand nombre. Cette forme, c’est l’infographie. Et le résultat est époustouflant, qu’il s’agisse de renouveler nos connaissances, de visualiser les grandes lignes du conflit, de comprendre aisément des phénomènes complexes ou tout simplement de relier des aspects de la guerre jusqu’ici éclatés.
En quatre parties ‒ Mobilisations, productions et ressources, Armes et armées, Batailles et campagnes, Bilan et fractures ‒ rassemblant une soixantaine de grands thèmes ‒ l’équation pétrolière, l’opération Barbarossa, la logistique alliée en Europe, la reconquête américaine du Pacifique, le système concentrationnaire nazi, l’épopée de la France libre, les pertes allemandes, la guerre dans le désert… ‒, c’est bien tout le second conflit mondial qui est ici repensé à travers une forme particulièrement accessible, profondément originale et non moins esthétique.
Cette nouvelle édition a été revue et actualisée et paraît sous un nouveau format, pour offrir un confort de lecture idéal.

 

Vous n'aurez pas les enfants, Valérie Portheret

Vous n'aurez pas les enfants
26 août 1942. Le gouvernement de Vichy ordonne la rafle des juifs étrangers dans la région de Lyon. Au petit matin, ils sont 1 016 à être arrêtés et rassemblés dans un camp de triage à Vénissieux.
Nuit du 28 au 29 août 1942. Des membres d’œuvres sociales présents dans l’enceinte convainquent les parents d’abandonner leurs enfants et de les confier à l’Amitié chrétienne.
108 enfants vont être séparés de leurs parents et exfiltrés du camp quand les adultes seront conduits à Auschwitz et gazés. La police lance une chasse pour retrouver ces enfants, mais la résistance prévient : « Vous n’aurez pas les enfants. »
L’histoire inédite du plus grand sauvetage d’enfants juifs entrepris en France pendant la Seconde Guerre mondiale.
 
Inclus un cahier photos
 
 
« Un travail de mémoire indispensable. » Paris Match
« Un livre formidable. » RTL

 

Pour une archéologie de la Seconde Guerre mondiale, Vincent Carpentier

Pour une archéologie de la Seconde Guerre mondiale
Après avoir raconté l’émergence et les évolutions récentes de l’archéologie de la Seconde Guerre mondiale, discipline scientifique qui met ses chercheurs et ses méthodes au service d’une histoire interdisciplinaire, Vincent Carpentier présente, dans une synthèse inédite, les grandes catégories de vestiges conservés ou mis au jour sur les théâtres de ce conflit majeur.
En premier lieu, il aborde les ouvrages défensifs ou logistiques – lignes fortifiées de l’Atlantique au Pacifique, aérodromes, bases de missiles, de U-Boote, abris, etc. –, dans lesquels le béton et l’acier occupent une place de choix. Puis il s’intéresse aux vestiges polymorphes des champs de bataille proprement dits, depuis les grains de sable d’Omaha Beach jusqu’aux épaves sous-marines, en passant par les théâtres d’affrontements ou le relèvement de corps de soldats. Enfin, il évoque les témoins matériels de la violence de masse, emblématique de cette guerre totale, à travers l’archéologie des destructions et les recherches dédiées aux camps d’internement, aux crimes de masse et à la Shoah.
Au fil de ce tour d’horizon international des traces matérielles de la Seconde Guerre mondiale et des réflexions qu’elles suscitent, Vincent Carpentier interroge les enjeux mémoriels ou idéologiques qui s’y rapportent, et souligne leur résonance avec une actualité marquée tant par les héritages géopolitiques du dernier grand conflit du XXe siècle que par la guerre qui fait rage aujourd’hui en Ukraine.

 

Les opérations les plus extraordinaires de la Seconde Guerre mondiale, Claude Quétel

Les opérations les plus extraordinaires de la Seconde Guerre mondiale
De nombreuses opérations ont lieu entre 1939 et 1945. Si Overlord – qui permet le débarquement de Normandie – ou encore Barbarossa – qui orchestre l’invasion de l’Union soviétique par le Reich – sont célèbres, il en existe pourtant beaucoup d’autres. Souvent moins imposantes, certaines sont toutefois bien plus exceptionnelles car elles font appel à l’audace incroyable, la ruse inouïe ou encore l’imagination débordante de leurs instigateurs.
Ainsi, saviez-vous que les Américains avaient voulu lâcher sur le Japon un million de chauves-souris lestées d’une charge incendiaire ? Que les services secrets britanniques avaient fait croire à une prétendue invasion de la Sardaigne grâce à un faux cadavre ? Que les nazis avaient fabriqué de la monnaie britannique factice ? Ou encore que les Anglais avaient voulu construire un porte-avions en glace ?
Claude Quétel, grand spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, nous narre le récit d’une trentaine d’opérations méconnues, souvent loufoques et improbables, mais pourtant bien réelles. Sources à l’appui, il nous dévoile la préparation et le déroulement de ces « coups tordus », tous plus spectaculaires les uns que les autres.

« Passionnant et haletant de bout en bout ! » Le Figaro Histoire
« Claude Quétel a un talent particulier pour faire revivre ces épisodes palpitants. » Ligne de front

 

Les grandes erreurs de la Seconde Guerre mondiale, Jean Lopez et Olivier Wieviorka

Les grandes erreurs de la Seconde Guerre mondiale
La Seconde Guerre mondiale a duré près de six années, aussi longues que terribles. Cette durée s’explique, bien entendu, par les formidables moyens que les belligérants déployèrent sur terre, sur mer et dans les cieux : il était vain d’espérer abattre l’ennemi par une campagne unique ou une bataille décisive. Mais les erreurs commises expliquent aussi que ce conflit se soit éternisé. Si Hitler ne s’était pas obstiné à gagner la bataille d’Angleterre ou à prendre Stalingrad, si la France, en mai 1940, n’avait pas imprudemment lancé ses forces en Belgique et en Hollande, si les Anglo-Américains n’avaient pas débarqué en Afrique du Nord…, la face de la guerre en eût été changée et sa durée vraisemblablement raccourcie.
En traquant les erreurs commises par les deux camps, ce livre vise à explorer la rationalité des acteurs. Car les décisions prises par les dirigeants politiques ou les chefs militaires reposaient sur un ensemble de paramètres qu’il importe de décrire, afin de comprendre pourquoi ils menèrent à l’échec. Les stratégies se fondaient sur des informations parfois imparfaites, sur des moyens souvent limités, sur des hypothèses par moment fallacieuses. Autant de facteurs qui conduisirent, plus d’une fois, au désastre, comme aussi l’orgueil, l’obstination, le carriérisme et l’opportunisme menant à la prise de (mauvaises) décisions.
Autant de cas de figures qu’illustreront, de Stalingrad à « Market Garden », de la stratégie navale des Japonais à l’insurrection de Varsovie, vingt contributions proposées par les meilleurs spécialistes de la Seconde Guerre mondiale.

Les erreurs : L’appeasement ; Le Japon attaque la Chine ; Hitler choisit l’Italie ; La manœuvre « Dyle-Bréda » ; Le Haltbefehl devant Dunkerque ; L’armistice de 1940 ; L’intervention italienne en Grèce ; « Barbarossa » ; Ne pas capturer Malte ; Dieppe 1942 ; L’abandon de Singapour ; Le débarquement en Afrique du Nord ; Midway ; La politique arabe du Reich ; Monte Cassino ; Stalingrad ; Le bombardement stratégique ; L’unconditional surrender ; L’insurrection de Varsovie ; « Market Garden ».

 

Histoire de la Résistance, Olivier Wieviorka

Histoire de la Résistance
Parce qu’elle repose sur l’engagement et se construit sur le secret, la Résistance reste à la fois un mystère et un enjeu de polémiques partisanes.
Amorcée dès juin 1940, elle parvint à s’unir à l’ombre de la croix de Lorraine, grâce aux patients efforts de Jean Moulin, tout en affirmant son indiscutable pluralisme. Elle resta néanmoins de bout en bout minoritaire, se préoccupa peu du sort des juifs et joua un rôle limité sur le plan militaire. Son apport politique fut en revanche immense : la Résistance évita à la France les affres de la guerre civile et favorisa, à la Libération, une transition pacifique du pouvoir au profit d’une résistance regroupée derrière l’altière figure du général de Gaulle.
Ce livre aborde sans tabous l’ensemble de ses enjeux, de la formation des premiers réseaux au couronnement de 1944. Il ne dissimule ni les conflits, ni les ambitions qui animèrent les promoteurs de l’armée des ombres, du rôle de la presse clandestine à l’efficacité des réseaux, de la répression allemande aux motifs de l’engagement, des idées politiques de la Résistance à sa mémoire dans la France contemporaine.

 

Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale, Craig L. Symonds

Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale
Du traité naval germano-britannique de 1935 à la signature de l’Acte de capitulation japonais signé sur le USS Missouri en septembre 1945, en passant par la bataille de l’Atlantique où se distinguèrent les U-Boote allemands, celle de Méditerranée, l’attaque de Pearl Harbor, les batailles de la mer du Corail, de Midway, les opérations amphibies « Torch » et « Overlord » ou encore la bataille du golfe de Leyte et l’assaut amphibie sur l’île d’Iwo Jima, Craig L. Symonds dresse une synthèse inégalée du conflit sans omettre l’étude des percées technologiques – concernant les avions, les torpilles, le décryptage, le radar et finalement l’énergie atomique – qu’il a induit.
Fort de nombreuses sources inédites, il laisse en outre les acteurs historiques s’exprimer d’eux-mêmes, afin de raconter la Seconde Guerre mondiale en mer telle que les contemporains l’ont vécue : une seule histoire gigantesque et complexe impliquant des dirigeants nationaux, des stratèges, des commandants de flottes et des capitaines de navires, des mécaniciens, des servants de tourelles, des pilotes d’avions, des marins de la marine marchande et des Marines américains, et un drame humain aux dimensions planétaires qui a exercé un impact durable, démesuré sur l’histoire du monde.
Un futur classique.
« L’Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale est une histoire précieuse, ramassée en un seul volume, mais d’une ampleur somptueuse, qui n’oublie pas un seul épisode. Craig Symonds réalise ici un véritable haut fait : il parvient à nous transmettre toute cette matière en nous offrant un récit passionnant et une histoire pleine d’intérêt. Ce livre est un régal ! »
John Prados, auteur de La Guerre du Vietnam (Perrin, 2011)
« L’auteur dresse une synthèse inégalée du conflit sans omettre l’étude des percées technologiques » - Gazette des armes
« Un très bel ouvrage concernant un aspect de la guerre méconnu. » - Histoire et Patrimoine

 

 

Les lectures pour enfants

 

La Visite, Yaël Hassan et Marc Lizano

La visite - Le Struthof, un camp méconnu - BD - Dès 8 ans
Le collège de Simon, élève de 3ème, propose d'organiser une sortie scolaire au Struthof, ancien camp de concentration nazi. En manque d'accompagnateurs, Simon sollice sa grand-mère maternelle, Rose. C'est l'occasion pour cette dernière de se plonger dans cette sombre partie de l'Histoire à laquelle ses parents et ses grands-parents ont été durement confrontés. Et c'est au travers de vieux albums d'archives et d'épais carnets rédigés par sa mère que Rose prépare la visite du camp pour accompagner au mieux Simon.

La BD alternera d'une part les extraits du journal de Mathilda, la mère de Rose, et d'autre part la préparation de cette visite par Simon et son amie Nadia.

Une BD historique pour les enfants dès 8 ans.

Cet ouvrage a reçu le label "Mission Libération".

 

Charles, 1943, Florence Medina et Mary-Gaël Tramon

Charles, 1943 - Lecture roman jeunesse histoire - seconde guerre mondiale - résistance - Dès 8 ans
1943. Charles a 12 ans et vit avec sa famille au Jardin des Plantes de Paris, où travaille son père. Cela fait déjà trois ans que l’armée allemande occupe la ville, toujours prise dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale, et à force de devoir côtoyer les Allemands, Charles a appris quelques-uns de leurs secrets… notamment ceux d’un habitué du Jardin, le colonel Kruger. Alors quand l’occasion se présente d’utiliser ce qu’il sait pour aider la Résistance, le garçon n’hésite pas ! Une mission à la fois, en secret et avec l’aide de la mystérieuse Solange, Charles participe à sa hauteur au destin de son pays…

Dans la même collection, découvre aussi À nous la Bastille ! et La Tour de Jeanne.

* Prix des Embouquineurs 2022
* Prix des petits champions de la lecture 2023
* Prix des jeunes lecteurs du Salon du Roman Historique de Levallois 2023
* Prix papyrus 2023

 

Dora 1 - Chasseuse de nazis, Minaverry

Dora 1 - Chasseuse de nazis - Bande dessinée d'espionnage - Nazisme
Allemagne, 1960. Dora, jeune juive dont le père est mort en camp de concentration, travaille comme archiviste au Berlin Document Center. Confrontée à l’horreur des crimes nazis, elle entreprend sa propre enquête. Elle rejoint sa mère en France, se lie à un groupe de jeunes communistes de Bobigny, puis fait la connaissance d’un espion israélien qui lui propose de partir en Argentine sur les traces de Mengele, le célèbre médecin nazi d’Auschwitz… À travers ces rencontres et ces aventures, Dora reconstitue une partie de sa propre histoire et passe de l’adolescence à l’âge adulte. Réédition du premier tome d'une série captivante.

 

L'Étrange Garçon qui vivait sous les toits, Charlotte Bousquet, Christine Feuret-Fleury & Fabien Fernandez

L'Étrange Garçon qui vivait sous les toits - Roman Seconde Guerre mondiale - collaboration - confinement - dès 12 ans
Lorsque son père médecin l’envoie chez Arlette, une ancienne infirmière de 93 ans à l’internet vacillant, Nina est persuadée qu’elle va vivre le pire des confinements. Mais bientôt, alors qu’elle fouille dans la cave pour tromper son ennui, la jeune fille découvre dans une malle la photo jaunie d’un garçon… qu’elle a déjà croisé dans l’escalier.
Ce portrait replonge Arlette dans un douloureux passé, celui de la guerre, d’un amour interdit et d’une blessure jamais refermée. Nina a-t-elle vraiment pu rencontrer Natan, cet adolescent juif qui a vécu caché dans l’immeuble pendant la Seconde Guerre mondiale ? Sauront-ils tous les deux dénouer les fils des sombres événements qui se sont déroulés 78 ans plus tôt ?

 

Le Réseau Papillon - Tome 1 : Aux arts, citoyens !, Franck Dumanche et Nicolas Otero

 

La Seconde Guerre mondiale - Questions/réponses, Jean-Michel Billioud et Cyrille Meyer

La Seconde Guerre mondiale - Questions/Réponses - documentaire dès 7 ans
Découvre les dessous de ce conflit terrible et dévastateur qui a bouleversé le XXe siècle.

Pourquoi cette guerre ? Pourquoi est-elle totale ? Comment Hitler arrive-t-il au pouvoir ? Comment s'est organisée la résistance ? Comment les Américains débarquent-ils en Europe ? Qui a utilisé la bombe atomique ? 

Un documentaire juste et complet pour percevoir la réalité des combats et la vie quotidienne de ceux qui ont vécu la guerre. 

Lisez
Lisez