Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714494467
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

Apeirogon - Grand Prix des Lectrices ELLE

Clément Baude (traduit par)
Date de parution : 27/08/2020
Rentrée littéraire 2020
Apeirogon, n.m. : figure géométrique au nombre infini de côtés.
Rami Elhanan est israélien, fils d’un rescapé de la Shoah, ancien soldat de la guerre du Kippour ; Bassam Aramin est palestinien, et n’a connu que la dépossession, la prison et les humiliations.
Tous deux ont perdu une fille. Abir avait dix ans, Smadar, treize ans.
Passés le choc, la douleur, les...
Rami Elhanan est israélien, fils d’un rescapé de la Shoah, ancien soldat de la guerre du Kippour ; Bassam Aramin est palestinien, et n’a connu que la dépossession, la prison et les humiliations.
Tous deux ont perdu une fille. Abir avait dix ans, Smadar, treize ans.
Passés le choc, la douleur, les souvenirs, le deuil, il y a l’envie de sauver des vies.
Eux qui étaient nés pour se haïr décident de raconter leur histoire et de se battre pour la paix.

Afin de restituer cette tragédie immense, de rendre hommage à l’histoire vraie de cette amitié, Colum McCann nous offre une œuvre totale à la forme inédite ; une exploration tout à la fois historique, politique, philosophique, religieuse, musicale, cinématographique et géographique d’un conflit infini. Porté par la grâce d’une écriture, flirtant avec la poésie et la non-fiction, un roman protéiforme qui nous engage à comprendre, à échanger et, peut-être, à entrevoir un nouvel avenir.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714494467
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe
Belfond
En savoir plus

Ils en parlent

« Se démarquant par son empathie et son intelligence, ce roman profond marque une nouvelle ère pour l’écriture du conflit. Colum McCann réussir à le saisir dans toute sa complexité, sans préjugé et avec une émotion véritable pour la souffrance éprouvée des deux côtés. Apeirogon aura un effet puissant sur ceux qui le liront et, chose incroyable, pourrait entraîner de belles conséquences pour le futur de cette région. »
Raja Shehadeh / Raja Shehadeh, auteure de "Palestine : journaux d’occupation"

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Casale Posté le 10 Janvier 2022
    Apeirogon m'a donné le sentiment d'être construit comme un jeu de kyrielle. L' idée d'un chapitre amenant un nouveau chapitre, un nouveau sujet, un fait divers, une anecdote...avec en fil d'Ariane l'amitié bouleversante d'un palestinien et d'un israélien unis par leur deuil vers un combat pour la paix. Construction originale, déroutante aussi au départ parce qu'elle nous ballote dans une multitude d'univers qui peuvent nous éparpiller mais surtout nous enrichir davantage. Mais c'est bien là le coup de maître de Colum McCann. Dans cette mosaïque de données, l'auteur crée le décor. Et tout va finalement s'enchevêtrer. Le monde israélo-palestinien, menaçant et hostile où les terres sèches et craquelées enferment des racines immortelles de vengeance et de haine. Le quotidien, les check-points, le mur, les contrôles, les attentats, la peur, l'armée, les endeuillés, les flux migratoires qui survolent ces territoires, les faits divers... Mais aussi la spiritualité de ces peuples, leur bagage culturel autour de l'art, des mathématiques, de l'architecture ou la musique... m'évoquant parfois le jeu des perles de verre de H. Hesse. Sur ces terres de Judée l'oppression fait rage et la peur transpire au quotidien. Le challenge de la paix est un combat de chaque seconde, un équilibre douloureux dans les plaies du chagrin. Bassam est palestinien,... Apeirogon m'a donné le sentiment d'être construit comme un jeu de kyrielle. L' idée d'un chapitre amenant un nouveau chapitre, un nouveau sujet, un fait divers, une anecdote...avec en fil d'Ariane l'amitié bouleversante d'un palestinien et d'un israélien unis par leur deuil vers un combat pour la paix. Construction originale, déroutante aussi au départ parce qu'elle nous ballote dans une multitude d'univers qui peuvent nous éparpiller mais surtout nous enrichir davantage. Mais c'est bien là le coup de maître de Colum McCann. Dans cette mosaïque de données, l'auteur crée le décor. Et tout va finalement s'enchevêtrer. Le monde israélo-palestinien, menaçant et hostile où les terres sèches et craquelées enferment des racines immortelles de vengeance et de haine. Le quotidien, les check-points, le mur, les contrôles, les attentats, la peur, l'armée, les endeuillés, les flux migratoires qui survolent ces territoires, les faits divers... Mais aussi la spiritualité de ces peuples, leur bagage culturel autour de l'art, des mathématiques, de l'architecture ou la musique... m'évoquant parfois le jeu des perles de verre de H. Hesse. Sur ces terres de Judée l'oppression fait rage et la peur transpire au quotidien. Le challenge de la paix est un combat de chaque seconde, un équilibre douloureux dans les plaies du chagrin. Bassam est palestinien, musulman. Un père endeuillé à vie par la mort de sa fille Abir, tuée par un garde frontière israélien de 20 ans. Au même âge Bassam connaissait la prison, l'humiliation, l'anéantissement d'un univers carcéral particulièrement disciplinaire. Une force tranquille pourtant se dégage de cet homme traversé par les affres de la nature humaine. Pour lui, le temps s'écoule en cigarettes. Rami est israélien, juif, père de la défunte Smadar, tuée à l'aube de ses 14 ans par des kamikazes palestiniens. Pour eux la vie ne sera plus jamais la même, elle ressemble maintenant à" une longue nuit froide". Mais la force de leur deuil va les unir et elle sera explosive. Parler, raconter au monde entier, semer des graines de liberté pour se libérer des serres de la vengeance et éveiller les consciences. "Autrefois je pensais qu'on ne pourrait jamais régler notre conflit, qu'on se haïrait indéfiniment, mais nulle part il est écrit qu'on doive continuer de s'entretuer. Le héros fait de son ennemi un ami. C'est ça, mon devoir. Ne me remerciez pas. Ce n'est que ça : mon devoir. Quand ils ont tué ma fille, ils ont tué ma peur. Je n'ai aucune peur. Je peux tout faire maintenant. Un jour Judeh vivra en paix, cela viendra. Parfois j'ai l'impression qu'on essaie de prendre l'eau de l'océan avec une petite cuiller. Mais la paix est une réalité. Question de temps." Parler, raconter encore et encore et continuer ainsi de faire vivre Abir et Smadar. 1001 chapitres scindés au 500ème par le noyau explosif de Bassam et Rami, la force de leur deuil pour révolutionner la planète et nous apprendre à vivre ensemble. Un roman dense et bouleversant que l'on ne veut pas oublier. Merci monsieur McCann
    Lire la suite
    En lire moins
  • AgnesdeC Posté le 30 Décembre 2021
    Apeirogon n’est pas un récit comme les autres. Comme le symbolise la très belle couverture de David Mann, la narration est organisée en symétrie par rapport à un point central, le témoignage « officiel » des deux protagonistes. La géométrie, l’algèbre jouent un rôle important, tout comme les oiseaux, comme si Freud (voir extrait) avait plus a nous dire sur la symbolique subliminale des chiffres et des oiseaux, que son échange avec Einstein sur la résolution des conflits humains. Le sujet, c’est la symétrie et l’asymétrie entre la décision de Bassam, palestinien, et Rami, israélien, de dépasser la mort de leurs filles respectives, pour s’engager dans le dialogue pour la paix. Les partis pris formels et les digressions de Colum McCann ne m’ont pas détournée de l’histoire et de l’émotion, il s’est installé comme un état contemplatif pour recevoir ces 1002 chapitres (pour certains, une phrase) et les laisser infuser au milieu du récit. Il me faudra sans doute encore quelques semaines pour intégrer l’ensemble, ce livre va bien au-delà du témoignage sur la réalité de cette région et cette occupation et du vécu de ces deux hommes.
  • Aupaysbleu Posté le 29 Décembre 2021
    Deux pères qu’un drame réunit sur fond de conflit israélo-palestinien. Rami et Bassam représentent chacun l’une des parties de ce conflit qui persiste malheureusement depuis des décennies. Loin de prendre parti, Colum Mc Cann décrit. J’ai appris beaucoup, sur ce conflit, mais aussi sur l’ornithologie, la nature, le vivant, car l’auteur ponctue le livre de bulles de savoir. Insérées dans l’histoire dramatique, elles donnent le recul suffisant pour prendre conscience du caractère absurde de certaines situations. Une manière plus intime de comprendre ce conflit, que rien ni personne ne semble pouvoir arrêter. Est-ce que les livres peuvent changer les choses ? C’est la question que je me suis posée tout en lisant. Ce livre est en tout cas la preuve que le dialogue et la fraternité sont possibles, malgré tout.
  • mcd30 Posté le 22 Décembre 2021
    Apeirogon est une prouesse littéraire à mes yeux par le contenu qui retient l'attention du lecteur d'un bout à l'autre du roman. Colum McCann est un auteur surprenant . Un roman fragmenté, un pays morcelé, des vies brisées en mille éclats. Une histoire qui se reconstitue au fur et à mesure. Deux petites filles mortes Abir- Smadar, deux pères effondrés Rami-Bassam qui ne laissent pas la fatalité s'installer, racontent et demandent la paix à travers leur mouvement et leurs témoignages. Un pays survolé par quatre cent espèces d'oiseaux libres se partageant le ciel alors qu'en bas ce pays est divisé en de nombreuses zones et ses habitants : israéliens et palestiniens n'arrivent pas à s'entendre… Un livre passionnant qui montre les multiples facettes d'un pays avec son histoire, un livre qui ne juge pas mais qui donne à réfléchir. Un livre bouleversant . Merci aux éditions 10/18 de leur confiance. #Apeirogon#NetGalleyFrance
  • steph_bookin Posté le 21 Décembre 2021
    Plus d’un an après sa sortie, j’ai moi aussi été touchée par la grâce diamantine d’«Apeirogon », touchée en plein cœur indéniablement. Par l’histoire de ces deux pères meurtris, de leurs belles enfants sacrifiées, de leurs pays déchirés dans un conflit complexe et inextricable, et par la construction vertigineuse d’un roman qui illumine de sa poésie les récits tragiques qu’il donne à voir. Déstabilisée d’abord puis totalement envoûtée par cette narration éclatée, comme autant de bris de verres d’une fenêtre qui finit par dévoiler ce que les hommes sont, le pire comme le meilleur. Et demeurent en moi les vies de Rami et Bassam, eux qui « vinrent à comprendre qu'ils se serviraient de la force de leur chagrin comme d'une arme. » Un livre marquant, d’une force inouïe, celle des désespérés qui ne baissent jamais les bras, d’une constellation d’images et de mots qui restent ancrés dans la rétine de l’imaginaire. Celle d’un motard sur les routes sinueuses, d’une enfant qui écoute Sinead O’Connor dans son walk-man, d’un bracelet de bonbons achetés pendant la récrée, d’un voyage en Angleterre salvateur, d’un trajet à l’aéroport ou d’une ambulance qui ne parvient pas à avancer, et ce discours des deux hommes, celui qui... Plus d’un an après sa sortie, j’ai moi aussi été touchée par la grâce diamantine d’«Apeirogon », touchée en plein cœur indéniablement. Par l’histoire de ces deux pères meurtris, de leurs belles enfants sacrifiées, de leurs pays déchirés dans un conflit complexe et inextricable, et par la construction vertigineuse d’un roman qui illumine de sa poésie les récits tragiques qu’il donne à voir. Déstabilisée d’abord puis totalement envoûtée par cette narration éclatée, comme autant de bris de verres d’une fenêtre qui finit par dévoiler ce que les hommes sont, le pire comme le meilleur. Et demeurent en moi les vies de Rami et Bassam, eux qui « vinrent à comprendre qu'ils se serviraient de la force de leur chagrin comme d'une arme. » Un livre marquant, d’une force inouïe, celle des désespérés qui ne baissent jamais les bras, d’une constellation d’images et de mots qui restent ancrés dans la rétine de l’imaginaire. Celle d’un motard sur les routes sinueuses, d’une enfant qui écoute Sinead O’Connor dans son walk-man, d’un bracelet de bonbons achetés pendant la récrée, d’un voyage en Angleterre salvateur, d’un trajet à l’aéroport ou d’une ambulance qui ne parvient pas à avancer, et ce discours des deux hommes, celui qui est le cœur du récit, dans leur lutte pour la paix, enfin. Un grand roman c’est certain, qui ne tombe jamais dans l'angélisme, qui raconte la vie de ses familles endeuillées, les check-points, Jérusalem, les attentats, ce conflit israélo-palestinien qui n'en finit pas de détruire dans les deux camps, et cette amitié qui ne devrait pas être improbable. "Nous ne parlons pas de la paix, nous faisons la paix. Prononcer leurs prénoms ensemble, Smadar et Sabir est notre simple, notre pure vérité."
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Prix littéraire
    Lisez

    Prix littéraire : deux de nos auteurs récompensés

    La semaine dernière, deux de nos maisons ont été recompensées par des prix littéraires. "Apeirogon" des éditions Belfond a reçu le Prix Bookstagram du Roman Étranger 2021, troisième prix de ce titre depuis sa sortie. "René Ravaud, Une vie pour l'industrie" des éditions First a été gratifié du Prix de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux. Une véritable consécration pour nos auteurs.

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Un livre pour Noël : 50 romans incontournables à déposer au pied du sapin

    Riches en suspense, émouvants, drôles, portés par des personnages puissants... Voici une sélection de 50 romans incontournables qui ont mérité leur place au pied du sapin. Autant d'idées cadeaux qui feront plaisir à tous les types de lecteurs qui vous entourent.

    Lire l'article