Lisez! icon: Search engine

Eden

Les Escales
EAN : 9782365694667
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe
Eden

Collection : Domaine étranger
Date de parution : 02/05/2019
Trois générations de femmes. Un secret longtemps gardé. Un été pour tout dévoiler.
À la mort de son mari, Becca Fitzpatrick découvre que ses finances sont au plus bas et que leur maison de vacances, Eden, devra sûrement être vendue.
Tandis que toute la famille se réunit le temps d'un dernier été pour profiter de ce paradis bientôt perdu, Becca prend une décision irrévocable...
À la mort de son mari, Becca Fitzpatrick découvre que ses finances sont au plus bas et que leur maison de vacances, Eden, devra sûrement être vendue.
Tandis que toute la famille se réunit le temps d'un dernier été pour profiter de ce paradis bientôt perdu, Becca prend une décision irrévocable : le 4 Juillet, jour de la fête nationale, elle lèvera enfin le voile sur un secret qui la hante depuis des années.
Au fur et à mesure que la date fatidique approche, Becca replonge dans son passé : la brusque ascension sociale de son père, fils d'immigrés allemands, le destin des frères et celui, tragique, de sa propre mère...
Dans la chaleur tranquille de Long Harbor, elle s'apprête à bouleverser un siècle d'histoire familiale.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365694667
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

Ils en parlent

« La prose de Jeanne M. Blasberg capture parfaitement l’atmosphère de cet été plein de secrets. Une saga familiale prenante portée par des personnages forts. »
 
Kirkus Reviews
« Un chef-d’œuvre porté par une très belle écriture qui nous entraîne au cœur d’une maison pleine de secrets. Un premier roman exaltant. »
 
Boston Herald
« Un roman historique émouvant. »
 
Kirkus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • fanculo Posté le 21 Novembre 2019
    l'Eden est ici une grande maison de vacances .nous avons l'impression que c'est elle qui nous raconte depuis sa construction en 1928 la vie de famille bourgeoise de Bonny et Sadie. Saga se déroulant sur trois générations.Le récit est fait surtout par les femmes de la famille .E!!es nous parlent de leurs destins,de secrets ,de non dit, jalousies,rancoeurs amours. le livre n'est pas d'une lecture aisée .A chaque chapitre il change d'époques en voyageant dans le temps entre 1928 et 1998 .l'arbre généalogique du début du livre nous permet de suivre cette famille et à les repérer dans la lignée. le livre est une saga mêlant plusieurs générations et qui donnent un reflet de l'Amérique puritaine de ces époques .
  • persane77 Posté le 5 Novembre 2019
    Un très beau roman dont la construction est particulière. Au début on s'y perd un peu avec tous ces personnages qui surgissent au fil des pages. La véritable héroïne est cette belle maison construite avec et pour l'amour. Elle en aura vu des larmes, des rires et en aura entendu des secrets ! Superbe lieu de rencontres, de rassemblement où chacun révélera sa vraie nature. Un bon moment de lecture .
  • VivianeB Posté le 9 Octobre 2019
    On pourrait se dire une saga de plus et pourtant, je me suis plongée dans l'histoire de cette famille liée par la propriété familiale où chacun au fil des années se construit auprès des siens avec ses joies et ses secrets. Une écriture sensible et pleine de charme pour conter des vies. J'ai aimé.
  • pompimpon Posté le 23 Septembre 2019
    Eden, la magnifique et imposante maison que Bunny Meister avait fait construire pour sa famille dans les années 1920 à Long Harbor, petite station balnéaire très chic de la côte Est, a perdu de sa superbe. Peut-être cet été 1998 sera-t-il même le dernier pour la bâtisse, devenue vénérable avec les évènements qu’elle aura abrités au fil du temps… Cette saga familiale s’attache surtout aux pas des femmes : Sadie, que Bunny Meister a épousée après le Nouvel An 1914, et leur fille Becca, dernière née fin 1928 après trois garçons. Dans le sillage de Becca, suivront sa fille, Rachel, et sa petite-fille, Sarah. Les hommes pèsent sur leurs destinées, certes, influent, empêchent ou au contraire, encouragent, mais sont malgré tout exclus de tout un pan de l’existence de leur femme, fille, mère, sœur. C’est surtout ce chemin que nous fait suivre l’auteur, l’histoire cachée, tue, qui va d’une génération à l’autre, de la mère à la fille, de la fille à la petite-fille, la première entraînant la seconde dans la direction qui lui semble convenir en fonction de ses propres expériences. Elever des enfants ne peut être qu’empirique... Mais l’absence de choix de la fille face aux décisions de sa mère,... Eden, la magnifique et imposante maison que Bunny Meister avait fait construire pour sa famille dans les années 1920 à Long Harbor, petite station balnéaire très chic de la côte Est, a perdu de sa superbe. Peut-être cet été 1998 sera-t-il même le dernier pour la bâtisse, devenue vénérable avec les évènements qu’elle aura abrités au fil du temps… Cette saga familiale s’attache surtout aux pas des femmes : Sadie, que Bunny Meister a épousée après le Nouvel An 1914, et leur fille Becca, dernière née fin 1928 après trois garçons. Dans le sillage de Becca, suivront sa fille, Rachel, et sa petite-fille, Sarah. Les hommes pèsent sur leurs destinées, certes, influent, empêchent ou au contraire, encouragent, mais sont malgré tout exclus de tout un pan de l’existence de leur femme, fille, mère, sœur. C’est surtout ce chemin que nous fait suivre l’auteur, l’histoire cachée, tue, qui va d’une génération à l’autre, de la mère à la fille, de la fille à la petite-fille, la première entraînant la seconde dans la direction qui lui semble convenir en fonction de ses propres expériences. Elever des enfants ne peut être qu’empirique... Mais l’absence de choix de la fille face aux décisions de sa mère, et la volonté de s’en trouver malgré tout, mèneront en coulisse cette famille dans la traversée du siècle, depuis Sadie jusqu’à Sarah, la petite-fille de Becca. L’alternance des époques et des points de vue, chapitre après chapitre, ébauche les contours d’une société qui se veut ouverte mais regarde les "nouveaux" d’un mauvais œil, garde des réflexes écoeurants de rejet de l’autre parce qu’il est pauvre, ou juif, ou "mal né", à laquelle les hommes adhèrent généralement et que ni eux ni les femmes ne remettent en cause avant longtemps. Des évènements historiques comme les deux guerres mondiales marquent profondément les êtres. Des épreuves personnelles modifient leurs relations, les éloignent ou les rapprochent. Les protagonistes ne manquent pas d’intérêt, les faits de vie mis en avant par l’auteur non plus. Je regrette cependant qu’il n’y ait pas eu davantage, certains personnages et leurs interactions rapidement évoqués m’ont frustrée. J’ai parfois eu l’impression d’être emmenée dans une direction, puis laissée en plan au milieu du chemin, de la plage, du trottoir, de la véranda… Pourtant, mon attention a été retenue jusqu’au bout, de cette trajectoire familiale déroulée comme une toile fine brodée. Dans la trame, l’auteur glisse les fils de l’autre histoire, influant sur le motif. Ces bouts de laine ou fils de soie, parlant des femmes, parlent beaucoup de la relation de chacune à la maternité, souhaitée, acceptée ou rejetée, et/donc de la relation de chaque mère avec sa fille, d’une génération à l’autre. Pris dans les ornements du dessin général, l’œuvre chorale se teinte de cette quête ou de cette fuite, selon les parcours, les personnalités de chacune, suivis de plus ou moins près. Là est à mon sens le cœur battant de cet ouvrage. Merci à NetGalleyFrance et aux Escales Editions pour ce partage.
    Lire la suite
    En lire moins
  • mellyfrance Posté le 20 Septembre 2019
    Avant toute chose, je tiens à remercier les éditions les escales ainsi que Netgalley pour ce très agréable moment de lecture. #netgalleyfrance et #leseditionslesescales J'ai beaucoup aimé le roman de Jeanne McWilliams Blasberg, Eden. Il s'agit d'une histoire familiale avant toute chose, d’une histoire de femme surtout. Les personnages sont avant tout féminins, ce sont elles les héroïnes. Elles font l'histoire et la défont. Tout cela est possible, car la famille peut se retrouver à Eden, une maison de vacances dans lequel le paradis et l'enfer se jouent, se côtoient, se répondent. Je me suis sentie concernée par cette histoire, je me suis retrouvée dans plusieurs personnages, elles m'ont parlé, m'ont émue, m'ont énervée, m'ont révoltée... Chaque femme de cette famille est liée par le sang, par l’amour, par la haine aussi. Elles s'aiment, se détestent aussi par moment. Elles vivent tout simplement : elles tentent d'être heureuses malgré les difficultés, malgré les remous de la vie conjugale et de la vie en général. C'est un roman qui m'a beaucoup plu et que j'ai trouvé très bien écrit. C'est vrai qu'il faut parfois reprendre l'arbre généalogique du début pour savoir qui est qui, car les personnages sont nombreux et d'époques différentes... Avant toute chose, je tiens à remercier les éditions les escales ainsi que Netgalley pour ce très agréable moment de lecture. #netgalleyfrance et #leseditionslesescales J'ai beaucoup aimé le roman de Jeanne McWilliams Blasberg, Eden. Il s'agit d'une histoire familiale avant toute chose, d’une histoire de femme surtout. Les personnages sont avant tout féminins, ce sont elles les héroïnes. Elles font l'histoire et la défont. Tout cela est possible, car la famille peut se retrouver à Eden, une maison de vacances dans lequel le paradis et l'enfer se jouent, se côtoient, se répondent. Je me suis sentie concernée par cette histoire, je me suis retrouvée dans plusieurs personnages, elles m'ont parlé, m'ont émue, m'ont énervée, m'ont révoltée... Chaque femme de cette famille est liée par le sang, par l’amour, par la haine aussi. Elles s'aiment, se détestent aussi par moment. Elles vivent tout simplement : elles tentent d'être heureuses malgré les difficultés, malgré les remous de la vie conjugale et de la vie en général. C'est un roman qui m'a beaucoup plu et que j'ai trouvé très bien écrit. C'est vrai qu'il faut parfois reprendre l'arbre généalogique du début pour savoir qui est qui, car les personnages sont nombreux et d'époques différentes mais finalement peu importe car ces femmes sont toutes liées les unes aux autres. Elles sont toutes criantes de vérité car elles font ce qu'elles peuvent avec leur éducation, selon leurs envies et les envies des autres. Elles se débattent souvent dans une société qui a tendance à écraser la femme, à lui mettre des bâtons dans les roues... Pour conclure, j'ai vraiment beaucoup aimé ce texte et je le recommande si vous aimez les histoires familiales et de femmes fortes !
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !