Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782266225373
Code sériel : PPO
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Le Horla et autres nouvelles fantastiques

Alain POZZUOLI (Préface)
Date de parution : 25/10/2012

Invisible, indéfinissable, malfaisante, la « chose » rôde déjà autour de lui. L’homme est pris de fièvres, d’insomnies, de cauchemars. L’eau de sa carafe disparaît, la tige d’une rose se brise sous ses yeux, les pages de son livre tournent d’elles-mêmes. Perd-il la raison ? À l’angoisse succèdent la peur...

Invisible, indéfinissable, malfaisante, la « chose » rôde déjà autour de lui. L’homme est pris de fièvres, d’insomnies, de cauchemars. L’eau de sa carafe disparaît, la tige d’une rose se brise sous ses yeux, les pages de son livre tournent d’elles-mêmes. Perd-il la raison ? À l’angoisse succèdent la peur et bientôt l’épouvante. Une lutte démoniaque se prépare entre l’homme et cette image maléfique de lui-même qui le dévore peu à peu et s’empare de lui. Qui est cet Autre qui maintenant crie son nom, « le Horla » ? « C’est lui, qui me hante ! Il est en moi, il devient mon âme ; je le tuerai ! »
Le thème de la folie court comme un motif effrayant chez Maupassant que la maladie mentale emportera à l’âge de quarante-trois ans. Mais Le Horla, journal d’un fou, demeure l’œuvre d’un artiste au sommet de son art, une des plus troublantes de la littérature fantastique.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266225373
Code sériel : PPO
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • PascalMalosse Posté le 8 Mars 2020
    Une relecture obligatoire qui démontre que le le fantastique, le récit noir et le conte cruel ont connu des sommets en France, avant de devenir aujourd'hui un genre "désuet", souvent méprisé par les grands éditeurs. Pourtant Maupassant, avec une efficacité redoutables, en quelques phrases, est capable de provoquer le rire jaune, le frisson, le sentiment d'inquiétante étrangeté chez ses lecteurs. Il démontre que les possibilités sont infinies. Vous, les amateurs de l'étrange, demandez donc à vos libraires de mettre en avant la nouvelle et le mauvais genre que Maupassant cultivait avec tant de talent ;)
  • libellule-59 Posté le 18 Février 2020
    Mon auteur fétiche. On sent toute la folie dans cette nouvelle ...
  • BenedicteBiblio Posté le 16 Février 2020
    Après avoir lu Une vie, Boule de suif ou encore Les contes de la bécasse, il me tardait de recroiser la route de Maupassant, à la découverte de nouveaux classiques. Car Guy de Maupassant possède un réel don de conteur. Dès les premières lignes, je me trouve toujours happée par les mots, les phrases, et les pages tournent à une vitesse folle. J’ai à nouveau retrouvé ceci (à ma plus grande joie) en lisant Le Horla. Curieusement, c’est une nouvelle que je n’avais jusqu’ici jamais lue. Je comprends maintenant pourquoi elle fait date dans la bibliographie de son auteur. Elle est si particulière, et en même temps passionnante. J’ai aussi forcément pensé au vécu de l’auteur autour de la maladie. Cette nouvelle a alors pour moi pris un autre sens, tout en faisant froid dans le dos. Le recueil que j’ai pu lire comporte cinq nouvelles : Le Horla, Un fou ?, La folle, Lettre d’un fou et La peur. Je ne connaissais que La folle pour l’avoir lue dans mon édition de Boule de suif. Dans Le Horla, le lecteur est invité à rencontrer un homme plutôt aisé, installé en Normandie. Très vite, une angoisse, d’abord sourde, s’installe dans la vie... Après avoir lu Une vie, Boule de suif ou encore Les contes de la bécasse, il me tardait de recroiser la route de Maupassant, à la découverte de nouveaux classiques. Car Guy de Maupassant possède un réel don de conteur. Dès les premières lignes, je me trouve toujours happée par les mots, les phrases, et les pages tournent à une vitesse folle. J’ai à nouveau retrouvé ceci (à ma plus grande joie) en lisant Le Horla. Curieusement, c’est une nouvelle que je n’avais jusqu’ici jamais lue. Je comprends maintenant pourquoi elle fait date dans la bibliographie de son auteur. Elle est si particulière, et en même temps passionnante. J’ai aussi forcément pensé au vécu de l’auteur autour de la maladie. Cette nouvelle a alors pour moi pris un autre sens, tout en faisant froid dans le dos. Le recueil que j’ai pu lire comporte cinq nouvelles : Le Horla, Un fou ?, La folle, Lettre d’un fou et La peur. Je ne connaissais que La folle pour l’avoir lue dans mon édition de Boule de suif. Dans Le Horla, le lecteur est invité à rencontrer un homme plutôt aisé, installé en Normandie. Très vite, une angoisse, d’abord sourde, s’installe dans la vie de ce personnage. Tenace, elle résiste, pour finalement prendre de plus en plus de place, quitte à dévorer l’existence de notre héros. Des éléments surnaturels peuvent ici faire douter le lecteur. Le Horla, on le perçoit, on le ressent, mais on le voit pas. L’écriture de Maupassant est à la fois fine et magistrale. J’ai réussi à ressentir de l’empathie pour le narrateur, le fait de le voir frappé de solitude (du moins être seul en compagnie du Horla) ne fait que renforcer l’horreur de ce qui lui arrive. Le dénouement de cette nouvelle me restera de même en mémoire : notre personnage devra (ou pensera devoir) prendre une décision radicale pour se libérer du Horla. Dès lors, plusieurs interprétations sont possibles quant au devenir du narrateur. J’ai moins accroché aux autres nouvelles de ce recueil. Un fou ? décrit les pouvoirs d’un magnétiseur, tandis que La folle se déroule pendant la guerre contre les Prussiens. Raccroché au courant du réalisme, Maupassant devait aussi être une personnalité pessimiste. Je suis souvent frappée par le final de ses écrits. Je compte pour autant poursuivre sur ma lancée, pourquoi pas en lisant Bel-Ami la prochaine fois ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • mongeb Posté le 13 Février 2020
    On trouve tout le long de cet extrait du Horla des éléments caractéristiques de l’univers surnaturel et du fantastique : répétions de mots (verbes, substantifs, adjectifs connotés : l’angoisse, la peur, la folie et la mort. Mais la réalité est également omniprésente tout au long du passage et même à la fin puisque après la crise, il dort calmement. On peut donc affirmer que ce passage permet au narrateur de nous faire comprendre l'altération progressive de son état mental quand vient la nuit. Altération due à sa mauvaise santé et à sa peur de mourir.
  • pannette13 Posté le 23 Décembre 2019
    De cet illustre auteur, je ne connaissais que les traditionnelles nouvelles étudiées en classe (donc pas abordées de la plus palpitante des façons). Je n'avais pas spécialement accroché, trouvant souvent les histoires plates et le style d'écriture sans intérêt particulier. Néanmoins, j'ai décidé que pour ma culture personnelle de lectrice, je me devais de lire son fameux Horla, ne serait-ce que pour pouvoir critiquer Maupassant légitimement. C'est donc de mon propre chef que j'ai acheté ce recueil et me suis plongée dans sa lecture. Eh bien, contre toute attente, je l'ai adoré! Sans doute m'étais-je faite mon idée de Maupassant trop jeune, puisque contrairement aux dernières fois (j'étais alors au collège), je ne me suis pas ennuyée un seul instant. Au contraire, je me suis régalée de ces nouvelles que j'ai trouvées tantôt drôles, tragiques ou effrayantes. Je me suis également réconciliée avec la plume de Maupassant, dont toute la mélodie m'est soudainement apparue. Je me félicite donc d'avoir dépassé mes a priori puisque cela m'a permis de redécouvrir cet auteur !
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !