Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782266225373
Code sériel : PPO
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Le Horla et autres nouvelles fantastiques

Alain POZZUOLI (Préface)
Date de parution : 25/10/2012

Invisible, indéfinissable, malfaisante, la « chose » rôde déjà autour de lui. L’homme est pris de fièvres, d’insomnies, de cauchemars. L’eau de sa carafe disparaît, la tige d’une rose se brise sous ses yeux, les pages de son livre tournent d’elles-mêmes. Perd-il la raison ? À l’angoisse succèdent la peur...

Invisible, indéfinissable, malfaisante, la « chose » rôde déjà autour de lui. L’homme est pris de fièvres, d’insomnies, de cauchemars. L’eau de sa carafe disparaît, la tige d’une rose se brise sous ses yeux, les pages de son livre tournent d’elles-mêmes. Perd-il la raison ? À l’angoisse succèdent la peur et bientôt l’épouvante. Une lutte démoniaque se prépare entre l’homme et cette image maléfique de lui-même qui le dévore peu à peu et s’empare de lui. Qui est cet Autre qui maintenant crie son nom, « le Horla » ? « C’est lui, qui me hante ! Il est en moi, il devient mon âme ; je le tuerai ! »
Le thème de la folie court comme un motif effrayant chez Maupassant que la maladie mentale emportera à l’âge de quarante-trois ans. Mais Le Horla, journal d’un fou, demeure l’œuvre d’un artiste au sommet de son art, une des plus troublantes de la littérature fantastique.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266225373
Code sériel : PPO
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • leslecturesdetiph Posté le 14 Septembre 2020
    Une chronique courte pour un livre lu début 2018. Grâce à quelques notes prises à l'époque et mes souvenirs de lecture, voici ce qu'il en est. Le Horla est particulièrement court, peut-être le relirais-je prochainement pour avoir un second regard dessus. Les quelques notes prises à son sujet me poussant à le faire. Le Horla c'est une soixantaine de pages qui poussent à la réflexion. Maupassant a ce don de soulever des questions dans notre esprit, des questions percutantes et qui font réfléchir. Quelles sont les limites du tangibles et de l'invisible ? La phénomène de la folie, qui pourrait être qualifié simplement d'"étrange", est soulevé ici. Cet état qui fait basculer l'être humain, sombrer du jour en lendemain, au point de ne plus être certain de discerner le réel de l'irréel. Voilà où Maupassant nous emmène. Le Horla, c'est un moment où l'on essaie de faire abstraction de la réalité pour combattre l'invisible. Je retiendrais un mot, une idée de ce roman : réflexion.
  • mumuboc Posté le 14 Août 2020
    Un livre tout rafistolé mais qui réserve bien des surprises. De jolies gravures, un papier de qualité et des textes qui m'ont ravie. Bienvenue chez Maupassant..... La première, Le Horla, une de ses plus célèbres et qui est le symbole de la folie. Tout démarrait bien pourtant, un 8 Mai, le narrateur passait une journée dans sa maison des bords de Seine qu'il aime tant pour finir en Septembre dans la tourmente d'un esprit en proie au  délire.  Cet homme tient un journal et à partir de cette date du 8 mai il y consigne sa lente descente aux enfers. Une présence l'habite, qu'il nomme Le Horla, rôde autour de lui, le poursuit, le harcèle, le hante. Il est ici et là et l'obsède. "Certes, je me croirais fous, absolument fou, si je n'étais conscient, si ne ne connaissais parfaitement mon état, si je ne le sondais en l'analysant avec une complète lucidité. Je ne serais donc, en somme, qu'un halluciné raisonnant.(p43)" Guy de Maupassant retrace les étapes progressives qui mèneront son héros, malgré ses tentatives de rationalisation des faits, à envisager l'issue finale : Lui ou Moi..... Récit mélangeant les styles, de la douceur d'une journée de printemps, à l'amour d'un lieu... Un livre tout rafistolé mais qui réserve bien des surprises. De jolies gravures, un papier de qualité et des textes qui m'ont ravie. Bienvenue chez Maupassant..... La première, Le Horla, une de ses plus célèbres et qui est le symbole de la folie. Tout démarrait bien pourtant, un 8 Mai, le narrateur passait une journée dans sa maison des bords de Seine qu'il aime tant pour finir en Septembre dans la tourmente d'un esprit en proie au  délire.  Cet homme tient un journal et à partir de cette date du 8 mai il y consigne sa lente descente aux enfers. Une présence l'habite, qu'il nomme Le Horla, rôde autour de lui, le poursuit, le harcèle, le hante. Il est ici et là et l'obsède. "Certes, je me croirais fous, absolument fou, si je n'étais conscient, si ne ne connaissais parfaitement mon état, si je ne le sondais en l'analysant avec une complète lucidité. Je ne serais donc, en somme, qu'un halluciné raisonnant.(p43)" Guy de Maupassant retrace les étapes progressives qui mèneront son héros, malgré ses tentatives de rationalisation des faits, à envisager l'issue finale : Lui ou Moi..... Récit mélangeant les styles, de la douceur d'une journée de printemps, à l'amour d'un lieu où il vit jusqu'à une écriture délirante  : dédoublement de la personnalité, fantômes, hallucinations, schizophrénie, paranoïa etc... tout y passe. Une analyse de la progression d'un trouble, d'une obsession. Suivent ensuite, dans mon édition, treize nouvelles, assez courtes, variées dans les domaines abordés : Amour : où l'amour existe ailleurs que chez les humains Le trou : où qui va à la pêche perd sa place et peut mener à la mort Sauvée : quand une épouse trompée ruse pour obtenir le divorce Clochette : où une jeune fille portera à vie la trace d'une chute amoureuse Le marquis de Fumerol : qui passera de vie à trépas auprès de femmes de petite vertu Le signe : être à sa fenêtre et lancer des œillades peut être dangereux Le diable : quand un paysan avare parie sur l'agonie de sa mère Les rois : une soirée entre officiers et religieuses qui va mal se terminer Au bois : un couple voulant revivre leurs premiers émois vont se retrouver entre les gendarmes Une famille : retrouver un ami de jeunesse et découvrir les joies de la famille Joseph : entre deux verres de chartreuse, deux femmes esseulées ont bien des secrets à avouer L'auberge : quand un homme se retrouve bloqué par la neige en pleine montagne (beaucoup aimé) Le vagabond : il ne fait pas bon vouloir travailler (magnifique et très actuel) Quel conteur, quelle plume, Guy de Maupassant en de courts récits explorent toutes les couches de la société, de la plus pauvre à la plus bourgeoise et éclaire sur les travers de l'homme sans oublier les femmes, que ce soit pour nous faire sourire ou pas, évoquant à travers ses courtes histoires l'amour, la mort, la peur, la religion, la cupidité et leurs conséquences. Cela se veut gai mais il y a toujours derrière un côté grinçant ou tragique  pour certaines surtout si on tient compte que l'auteur était dépressif et souffrait de troubles qui le mèneront peu à peu à la folie..... La plupart des nouvelles paraissaient dans un premier temps dans différentes revues entre 1885 et 1887 dont Gil Blas, soit 8 ans avant sa mort à 42 ans.
    Lire la suite
    En lire moins
  • jeunejane Posté le 13 Août 2020
    Le narrateur commence sa nouvelle par une scène paisible et la visite de l'abbaye du Mont Saint-Michel mais des faits étranges se déroulent déjà pendant la nuit et pas seulement, comme si un être surnaturel le suivait, oppressant, créant un malaise intérieur. Il essaie sans cesse de minimiser les faits et de les rattacher à un hasard. Son cocher semble les remarquer également. Le narrateur a peur de sombrer dans la folie. Quand on connaît l'histoire De Maupassant et les désagréments causés par la syphilis qui le rongeait, on peut comprendre. La tension monte dans le récit jusqu'à plonger le narrateur dans des états de désespoir profond. En lisant, je me posais sans cesse des questions sur cet étrange phénomène et j'avais envie qu'on revienne à des situations plus apaisantes. J'ai apprécie le passage où le narrateur assiste à un dîner où un neurologue est convié. On y apprend les connaissances de cette époque à propos de cerveau. Ce n'est pas inintéressant du tout. Après avoir été un des fondateurs du naturalisme avec Zola, Maupassant nous livre une nouvelle fantastique, un genre qui n'était pas rare en cette deuxième moitié du 19ème siècle. Une belle découverte ! Challenge XIXème siècle
  • Murasaki Posté le 27 Juillet 2020
    Cette fois encore j'ai choisi la version audio, qui m'a permis d'avancer pendant quatre heures sur mon ouvrage au crochet. Des nouvelles qui composent le recueil, seule la nouvelle éponyme est véritablement fantastique, les autres sont des critiques sociales. Certaines des nouvelles sont attendrissantes, comme "au bois", ou d'une drôlerie macabre comme "le trou", d'autres m'ont tiré des larmes comme "Clochette", "les rois" dans laquelle des gens bien portants, jeunes et sûrs d'eux, malmènent de pauvres infirmes. la même cruauté des gens installés et forts est présente dans "Joseph" et dans "le vagabond". Guy de Maupassant a une plume habile à croquer les caractères à travers des dialogues bien troussés, et ses descriptions de physionomies ou de paysages sont poétiques et criantes de vérité. L'impression que j'ai au sortir de cette lecture est une grande mélancolie, de la tristesse, car c'est le pire du coeur des humains que l'auteur nous révèle dans ces courtes histoires. Pas réjouissant, mais vrai.
  • Jeanmarc30 Posté le 21 Juin 2020
    L'un des recueil de contes les plus célèbres et emblématiques de l'œuvre colossale de Maupassant. S'il se démarque singulièrement des "Contes de la bécasse", "Le Horla" est novateur par sa dimension fantastique, mêlant une écriture (et un écrivain tourmenté surtout ! ) au bord de la folie avec parfois une touche d'anticipation. Découvert en fin de collège, ce classique est resté longtemps mon livre de chevet et je ne le regrette pas.
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !