Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782375540053
Façonnage normé : EPUB2
Nombre de pages : 112
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Les Grandes Jambes - Lecture roman jeunesse adolescence - Dès 10 ans
Date de parution : 09/06/2016
Éditeurs :
Slalom

Les Grandes Jambes - Lecture roman jeunesse adolescence - Dès 10 ans

Date de parution : 09/06/2016
Une histoire de collège et de complexes adolescents, d'amitié et d'amour, une histoire qui parle d'art, de Rembrandt, d'Anne Frank et d'un voyage inoubliable à Amsterdam...
LES GRANDES JAMBES
Marion, collégienne en pleine croissance, est obsédée par la longueur de ses jambes qui n’en finissent pas de s’allonger, rendant la recherche d’un jean qui lui aille bien...
LES GRANDES JAMBES
Marion, collégienne en pleine croissance, est obsédée par la longueur de ses jambes qui n’en finissent pas de s’allonger, rendant la recherche d’un jean qui lui aille bien extrêmement délicate. A l’âge des complexes, des premiers émois amoureux et de la construction de l’image de soi, être hors...
LES GRANDES JAMBES
Marion, collégienne en pleine croissance, est obsédée par la longueur de ses jambes qui n’en finissent pas de s’allonger, rendant la recherche d’un jean qui lui aille bien extrêmement délicate. A l’âge des complexes, des premiers émois amoureux et de la construction de l’image de soi, être hors cadre se révèle parfois difficile, voire douloureux. Comment attirer les regards de Grégory, dont elle est amoureuse, avec un pantalon qui lui découvre les chevilles ?

Mais alors que le collège part en voyage scolaire à Amsterdam, Marion profite de cette occasion pour élargir son horizon. Elle approfondit sa passion pour l’art, notamment en découvrant in situ le célèbre tableau La Ronde de nuit, et met en perspective ces contrariétés d’adolescente née après l’an 2000 en visitant la maison d’Anne Frank.  
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782375540053
Façonnage normé : EPUB2
Nombre de pages : 112
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ligama44 Posté le 8 Avril 2022
    Marion est complexée : elle est très grande, trop grande par rapport à ses camarades de 5ème. Elle a du mal à trouver des pantalons qui ne soient pas trop court. Elle n’aime pas voir ses chaussettes apparaître… Enfin, tout cela lui gâche un peu la vie. Et puis, à l’occasion d’un voyage scolaire, elle va relativiser tout cela. Après avoir visité la maison d’Anne Frank, elle se sent libérer. Devant la toile de Rembrandt : La ronde de nuit qu’elle aime beaucoup, elle va découvrir que le garçon qui la faisait craquer de loin nourrit la même passion qu’elle pour cette toile. Et pour couronner le tout, en souvenir de ce voyage, elle va rapporter un jean à sa taille… Comme l’explique à la fin de l’ouvrage, l’autrice s’est un peu inspirée d’elle pour le personnage et des souvenirs d’un voyage en Hollande pour l’histoire. Ce roman se lit très bien. Le vocabulaire est simple. Il peut amener à découvrir la peinture hollandaise. En tous cas, il donne très envie d’aller faire un petit tour à Amsterdam.
  • LecteursLegendairesDeBalzac Posté le 12 Avril 2020
    Marion est une fille comme vous est moi mais elle a un problème elle grandit trop vite. Avec des jambes de aussi grande il est dure pour elle de trouver un pantalon a sa taille.Elle est amoureuse d'un garçon .Et garce a un voyage a Amsterdam, ils vont se connaître et elle va comprendre que ça importe peut la longueur d'un jean. Un livre sympa parlent de peintures flamande et d'amour et facile a lire Et je suis contente car je me dis que je suis pas la seul a ne pas aimer aller faire du shopping. Gabrielle
  • LoupAlunettes Posté le 25 Août 2019
    L'auteure abordera le thème des proportions avec son héroïne Marion. On le comprend rapidement en quelques pages, avec l'adolescence, le monde semble progressivement moins idéal. Marion y perd ses repères et s'y sentira à l'étroit, le temps d'adopter de nouveaux repères à sa mesure. Nous irons de ses problèmes de puberté et de pousse fulgurante de croissance ( bof!) à sa passion du dessin, où son obsession des proportions deviendra finalement un atout. D'autant que sa classe se verra gratifiée d'un prochain voyage pour visiter le Rijksmuseum, musée national des Beaux Arts d'Amsterdam. Les travaux préparatoires avec le professeur d'Arts Plastiques viendront aider à aiguiser les regards. Marion nous l'explique, elle entre dans l'âge où tout ce qui dépasse est montré du doigt avec des ricanements et cela lui pèse. Son idée de l'harmonie s'appellera Gregory. Sans détours, avec différents angles de l'esthétique abordés, l'auteure Sophie Adriansen traitera de l'apparence et du ( parfois long) chemin pour arriver sur le podium de l'acceptation de soi. La nouvelle vie de Marion sera faite d'ajustements temporaires le temps que cela passe. C'est fait de petits détails à camoufler, grossis par les projecteurs invisibles. Nous n'en serons pas encore à la qualité superbe des "gazelles" à fines et grandes jambes, avant cette étape,... L'auteure abordera le thème des proportions avec son héroïne Marion. On le comprend rapidement en quelques pages, avec l'adolescence, le monde semble progressivement moins idéal. Marion y perd ses repères et s'y sentira à l'étroit, le temps d'adopter de nouveaux repères à sa mesure. Nous irons de ses problèmes de puberté et de pousse fulgurante de croissance ( bof!) à sa passion du dessin, où son obsession des proportions deviendra finalement un atout. D'autant que sa classe se verra gratifiée d'un prochain voyage pour visiter le Rijksmuseum, musée national des Beaux Arts d'Amsterdam. Les travaux préparatoires avec le professeur d'Arts Plastiques viendront aider à aiguiser les regards. Marion nous l'explique, elle entre dans l'âge où tout ce qui dépasse est montré du doigt avec des ricanements et cela lui pèse. Son idée de l'harmonie s'appellera Gregory. Sans détours, avec différents angles de l'esthétique abordés, l'auteure Sophie Adriansen traitera de l'apparence et du ( parfois long) chemin pour arriver sur le podium de l'acceptation de soi. La nouvelle vie de Marion sera faite d'ajustements temporaires le temps que cela passe. C'est fait de petits détails à camoufler, grossis par les projecteurs invisibles. Nous n'en serons pas encore à la qualité superbe des "gazelles" à fines et grandes jambes, avant cette étape, ça sera compliqué. Pas le choix, il faudra pour Marion passer par l'étape de la case "Girafe". Oui, la puberté ouvrira sur de nouvelles obsessions - comment sont mes cheveux? La tenue, ça va? Tu crois qu'il me regarde?-, elles ne seront pas toutes désagréables. Les personnages de Marion and Co sont des ados à travers lesquels certains jeunes lecteurs se reconnaîtront sans difficultés tellement le ton est juste, ils observent, ils analysent, ils repèrent, ils trient, ils digèrent, savourent ou jettent, c'est la guerre des regards croisés. Ce monde qui les entourent et qu'ils redécouvrent n'a qu'à bien se tenir. Sophie Andriansen enrichit son récit d'humour, d'intelligence et de bonne philosophie. Nous glissons avec plaisir entre légèreté et culture, l'auteure développant doucement ainsi la curiosité de l'héroïne et son esprit critique, dans le bon sens dans la mesure du possible. Une bonne lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lilicrapota Posté le 20 Août 2018
    Ecriture fluide et chapitres courts, c'est un roman qui se dévore en moins d'une heure! Il a de multiples avantages : d'abord on s'accroche à l'héroïne, Marion, parce qu'avec son corps qui grandit trop vite et ses jambes qui sont trop longues pour les jeans "standard" français, on se revoit nous quand on était jeunes!!! Et les jeunes qui le lisent (ma fille de 10 ans est dedans) trouvent forcément écho avec leurs problèmes vestimentaires ;-) Ensuite, toujours dans l'adolescence, on a la meilleure amie, le beau mec sur lequel on craque, et le travail à faire au collège. Et donc pour finir, cette gentille histoire a pour énorme avantage d'ouvrir le lecteur sur l'Art, avec des références précises (la peinture flamande, et en particulier Rembrandt et sa ronde de nuit, dont la reproduction est visible à l'intérieur de la couverture du roman), gros passage aussi sur Anne Franck, sur Amsterdam... et même sur un autre roman (le hollandais sans peine) ce qui est assez jubilatoire quand on l'a lu (et qu'on s'en souvient assez pour se rappeler de la signification de "padpad" et du reste)! Une très chouette réussite, vraiment! Bravo
  • DocBird Posté le 15 Octobre 2017
    Résumé : Marion grandit trop vite, et ses pantalons sont bien vite trop courts pour ses grandes jambes ! C’est la catastrophe ! Comment parvenir à attirer l’attention du beau Grégory en ayant les chaussettes visibles ? Mais un voyage à Amsterdam pourrait bien lui faire changer de regard sur la vie, et à prendre de la distance par rapport à ses petits soucis… Mon avis : Gros coup de cœur pour la découverte de ce titre, chez un éditeur que je ne connaissais pas auparavant. Le texte est écrit avec délicatesse et douceur, l’auteur réussissant à se mettre dans la peau d’une adolescente avec justesse. Peut-être d’ailleurs parce qu’elle a mis un peu, voire beaucoup, d’elle et de son vécu. Marion est une jeune fille plutôt timide et complexée qui déteste grandir aussi vite des jambes, car elle ne trouve pas de pantalon qui lui aille, et elle grandit toujours. Elle ressent le regard des autres sur elle, et pense à leur jugement critique sur elle. Heureusement elle peut compter sur Charlotte, sa meilleure amie, pour la rebooster et lui donner le sourire. Car la vie de collégienne mal dans sa peau n’est pas facile tous les jours, surtout quand on est amoureuse... Résumé : Marion grandit trop vite, et ses pantalons sont bien vite trop courts pour ses grandes jambes ! C’est la catastrophe ! Comment parvenir à attirer l’attention du beau Grégory en ayant les chaussettes visibles ? Mais un voyage à Amsterdam pourrait bien lui faire changer de regard sur la vie, et à prendre de la distance par rapport à ses petits soucis… Mon avis : Gros coup de cœur pour la découverte de ce titre, chez un éditeur que je ne connaissais pas auparavant. Le texte est écrit avec délicatesse et douceur, l’auteur réussissant à se mettre dans la peau d’une adolescente avec justesse. Peut-être d’ailleurs parce qu’elle a mis un peu, voire beaucoup, d’elle et de son vécu. Marion est une jeune fille plutôt timide et complexée qui déteste grandir aussi vite des jambes, car elle ne trouve pas de pantalon qui lui aille, et elle grandit toujours. Elle ressent le regard des autres sur elle, et pense à leur jugement critique sur elle. Heureusement elle peut compter sur Charlotte, sa meilleure amie, pour la rebooster et lui donner le sourire. Car la vie de collégienne mal dans sa peau n’est pas facile tous les jours, surtout quand on est amoureuse du beau Grégory à qui Marion n’ose pas adresser la parole. Lorsque leurs professeurs annoncent que leur classe va partir trois jours sur les traces des peintres flamands à Amsterdam, Marion se réjouit. Et quand elle étudie le tableau « Ronde de nuit » de Rembrandt, elle est prise de passion pour ce chef d’œuvre en l’étudiant et en faisant des recherches. Le voyage aux Pays-Bas pourrait bien la faire mûrir et grandir dans sa tête, et apprendre à s’élever plus haut que la longueur de ses pantalons. Une belle histoire, desservie par une écriture fine, qui permet de se plonger dans une histoire d’amour à la fois entre une jeune fille et un garçon, mais aussi envers un tableau de Rembrandt. Le récit du voyage à Amsterdam rend bien la vie des lieux, avec un moment d’émotion important lors de la visite du musée d’Anne Franck, puis lors de la rencontre avec le tableau « Ronde de nuit ». Ce roman allie les qualités d’un récit autour des complexes à l’adolescence, de l’amour, des questions autour des projets de vie, à la rencontre artistique qui vous fait vous sentir faire partie intégrante de l’œuvre. Une belle histoire à lire !
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Inscrivez-vous à la Newsletter Lisez!, la Newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés