Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714481955
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

UnPur

Collection : Belfond Pointillés
Date de parution : 29/08/2019
Quand l’enfance nous est arrachée, quel humain cela fait-il de nous ?
Garder ce qui disparaît, c’est l’œuvre d’une vie. C’est notre enfance.
 
Benjaminquejetaime et Julienquejetaime, c’est ainsi que leur mère les appelle. Tous les trois forment une famille tournesol aux visages orientés vers le bonheur. Le destin en décide autrement quand un inconnu pose les yeux sur les jumeaux, se demandant lequel...
Garder ce qui disparaît, c’est l’œuvre d’une vie. C’est notre enfance.
 
Benjaminquejetaime et Julienquejetaime, c’est ainsi que leur mère les appelle. Tous les trois forment une famille tournesol aux visages orientés vers le bonheur. Le destin en décide autrement quand un inconnu pose les yeux sur les jumeaux, se demandant lequel il va choisir.
 
Quarante ans plus tard s’ouvre le procès du ravisseur, il n’est pas sur le banc des accusés, et c'est sa victime que l'on juge.
Quand l’enfance nous est arrachée, quel humain cela fait-il de nous ?
 
De l’Italie – Bari et Venise – au Yucatán et ses rites maya ancestraux se déploie ici l’histoire d’un être dont on ne saura jusqu’au bout s’il a commis l’impardonnable.
 
À sa manière frontale et poétique, Isabelle Desesquelles joue avec la frontière mouvante entre la fiction et le réel, et éclaire l’indicible.
Roman de l’inavouable, UnPur bouscule, envoûte et tire le fil de ce que l’on redoute le plus.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714481955
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • clo73 Posté le 5 Décembre 2019
    💙 Coup de cœur 💙 Un roman fracassant et sidérant ! Une lecture hors du commun dont on ne ressort pas indemnes. Je vous explique pourquoi ? Isabelle Desesquelles aborde un sujet terrible : la pédophilie. Ce qui est remarquable dans cet ouvrage, c'est la manière dont l'auteure arrive à nous faire comprendre avec discernement et pudeur, l'état psychologique d'un enfant abusé. Le lecteur se prend en pleine face, toute l'approche d'un prédateur sexuel sur sa victime et toute la manipulation qu'il peut instaurer à l'enfant. Sa capacité terrifiante d'enlever un enfant, d'abuser de lui et de le garder à sa merci. C'est horrifiant et absolument effroyable. #8604;#8605;#8604;#8605;#8604; Clarisse, maman de jumeaux de 8 ans, Benjamin et Julien, partent en vacances à Venise. Un jour d’août 1976, Benjamin disparaît ! Un prédateur sexuel vient de l'enlever. Il sera séquestré pendant 5 ans. Nous suivons alors Benjamin dans son parcours de vie terrible. A 8 ans, à 13 ans, à 20 ans, à 40 ans, à 50 ans.... Et tant d'autres moments de sa longue agonie. On ressent tant sa détresse si forte et si inavouable, tourmenté sans cesse par ses démons qui ne le quitteront jamais. Et puis il y a son frère Julien et sa maman qui ne s'en... 💙 Coup de cœur 💙 Un roman fracassant et sidérant ! Une lecture hors du commun dont on ne ressort pas indemnes. Je vous explique pourquoi ? Isabelle Desesquelles aborde un sujet terrible : la pédophilie. Ce qui est remarquable dans cet ouvrage, c'est la manière dont l'auteure arrive à nous faire comprendre avec discernement et pudeur, l'état psychologique d'un enfant abusé. Le lecteur se prend en pleine face, toute l'approche d'un prédateur sexuel sur sa victime et toute la manipulation qu'il peut instaurer à l'enfant. Sa capacité terrifiante d'enlever un enfant, d'abuser de lui et de le garder à sa merci. C'est horrifiant et absolument effroyable. #8604;#8605;#8604;#8605;#8604; Clarisse, maman de jumeaux de 8 ans, Benjamin et Julien, partent en vacances à Venise. Un jour d’août 1976, Benjamin disparaît ! Un prédateur sexuel vient de l'enlever. Il sera séquestré pendant 5 ans. Nous suivons alors Benjamin dans son parcours de vie terrible. A 8 ans, à 13 ans, à 20 ans, à 40 ans, à 50 ans.... Et tant d'autres moments de sa longue agonie. On ressent tant sa détresse si forte et si inavouable, tourmenté sans cesse par ses démons qui ne le quitteront jamais. Et puis il y a son frère Julien et sa maman qui ne s'en remettront jamais. Une famille brisée à jamais. Des décisions prises aux répercussions dramatiques. Des vérités qui feront mal et des non-dits qui ne seront jamais révélés ! Des vies gâchées. Alors quand après 40 ans, nous retrouvons Benjamin sur le banc des accusés ?! C'est la stupéfaction.... Et c'est à partir de là, que nous allons remonter toute son histoire jusqu'à ce jour en 1976 où sa vie bascula ! #8604;#8605;#8604;#8605;#8604; Vous dire combien ce roman est réussi, formidablement bien traité et d'une grande intensité. Il ne faut pas craindre de suivre Benjamin car l'auteure ne tombe à aucun moment dans le sordide, bien au contraire, son style est noble et écrit avec beaucoup de retenue. Ce qui m'aura impressionnée dans cette histoire, c'est tout le mécanisme tragique s’emboîtant parfaitement bien jusqu'à la dernière page. Si bien ficelée que j'en reste sonnée. Un texte parfois éprouvant, saisissant mais essentiel. Une lecture qui ne s'oublie pas. Un roman coup de poing ! A LIRE DE CETTE RENTRÉE LITTÉRAIRE.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Alexmotamots Posté le 2 Décembre 2019
    LE roman dérangeant de la rentrée. Qui parle d’un jeune garçon enlevé par un prédateur sexuel. Comment il vit après s’être enfui. Rassurez-vous, rien d’insoutenable dans ces pages, les actes scabreux sont esquissés. Mais à lire les critiques ici où là, je m’attendais à une lecture vraiment difficile psychologiquement. Mais cela vient sans doute de ma lecture qui m’a tenu à distance du personnage principal. Un roman sur l’impossible séparation : avec son frère jumeau, avec les mots de sa mère, avec la dévastation du Monstre. Un roman dérangeant sur la victime devenue aide de son bourreau. L’image que je retiendrai : Celle du jumeau resté avec la mère qui passe sa vie à trier les grains de sable.
  • Eve-Yeshe Posté le 1 Décembre 2019
    Une mère en vacances en Italie avec ses deux jumeaux Benjamin et Julien. Les deux gamins jouent sur la place, s’interpelant par leur prénom tandis qu’un pervers surveille à la recherche d’une proie. Il repère très vite le jumeau qui est un peu plus fragile et qu’il peut attirer à l’écart. L’auteure décortique tous les processus caractérisant les pédophiles : perversion, perversité, manipulation, chantage de toutes sortes, allant jusqu’à faire de lui un complice pour les futures proies. Elle évoque aussi le voyage dans l’imaginaire : est-il vraiment aller à l’autre bout du monde ? Se reconstruire après avoir été à ce point déstructurer ? Un roman choc ! qui montre que Isabelle Desesquelles a bien étudié tout le mécanisme qui fait la force de ces pervers monstrueux et leur permettent d’avoir une telle emprise sur leurs victimes. Il y a des détails glaçants qui perturbent cette lecture, à la limite de la suffocation (on n’est pas du tout dans l’apnée qu’on peut éprouver avec un bon polar) et qui ont eu du mal à passer. Je suis arrivée au bout et cela valait vraiment le coup. Le choix de la gémellité n’est pas une lubie de l’auteure. #Rentreelitteraire2019 #NetGalleyFrance
  • nathiec44 Posté le 20 Novembre 2019
    Je referme ce livre littéralement en apnée ; je suis émue, touchée, submergée, bluffée. Difficile pour moi de mettre des mots après une telle émotion. Je vais néanmoins tenter. Des jumeaux inséparables, Benjamin et Julien, une mère fantasque et aimante, un voyage à Venise et puis….. Une vie d’enfant qui bascule dans l’horreur. Benjamin est enlevé par un prédateur sexuel et séquestré pendant 8 ans entre les mains de celui qu’il nomme Le Gargouilleur. C’est une vie brisée, l’innocence volée à tout jamais que déroule Benjamin dans une longue confession adressée à son frère. J'ai fait le plein de désastre. La vie manquée. La répétition de l'effroi mois après mois. Je ne suis pas cet enfant mort au fond de mes tripes, je ne suis que sa dépouille, elle n'a pas de coeur, rien qui pourrait me sauver. 40 ans plus tard, Benjamin se retrouve au tribunal sur le banc des accusés. Que s’est-il passé ? Pourquoi refuse-t-il de revoir son jumeau ? Le calvaire de Benjamin est éprouvant pour le lecteur, voire insoutenable ; je suis passée par la colère, la tristesse, la stupeur, l’effroi. Tout le talent de l’auteure consiste à narrer l’inénarrable, sans complaisance, avec un style bien à elle, l’indicible auréolé de poésie. Ce... Je referme ce livre littéralement en apnée ; je suis émue, touchée, submergée, bluffée. Difficile pour moi de mettre des mots après une telle émotion. Je vais néanmoins tenter. Des jumeaux inséparables, Benjamin et Julien, une mère fantasque et aimante, un voyage à Venise et puis….. Une vie d’enfant qui bascule dans l’horreur. Benjamin est enlevé par un prédateur sexuel et séquestré pendant 8 ans entre les mains de celui qu’il nomme Le Gargouilleur. C’est une vie brisée, l’innocence volée à tout jamais que déroule Benjamin dans une longue confession adressée à son frère. J'ai fait le plein de désastre. La vie manquée. La répétition de l'effroi mois après mois. Je ne suis pas cet enfant mort au fond de mes tripes, je ne suis que sa dépouille, elle n'a pas de coeur, rien qui pourrait me sauver. 40 ans plus tard, Benjamin se retrouve au tribunal sur le banc des accusés. Que s’est-il passé ? Pourquoi refuse-t-il de revoir son jumeau ? Le calvaire de Benjamin est éprouvant pour le lecteur, voire insoutenable ; je suis passée par la colère, la tristesse, la stupeur, l’effroi. Tout le talent de l’auteure consiste à narrer l’inénarrable, sans complaisance, avec un style bien à elle, l’indicible auréolé de poésie. Ce sont de simples mots qui claquent, qui résonnent de manière insupportable, la boucle du ceinturon, le short trop court… La confession de Benjamin se prolonge après sa fuite, une fois atteint l’âge adulte. Il s’interroge sur ses pulsions, ses doutes, gommant la frontière entre le rêve et la réalité, un procédé très habile qui laisse le lecteur dans le doute et donne une autre dimension au récit. Que s’est-il passé réellement au Mexique ? La fin est bouleversante, c’est beau, terrible et inoubliable, un immense gâchis, une famille brisée.
    Lire la suite
    En lire moins
  • NathalieAtom Posté le 17 Novembre 2019
    « UnPur » est un roman difficile. Au sens propre comme au figuré. Difficile à aborder, à lire, à comprendre. Difficile à s’approprier aussi. Parce que le sujet éprouvant traite d’un des crimes les plus abject qui soit et qu’il faut avoir le cœur et l’âme bien accrochés pour le supporter. Parce que l’auteure met des mots sur l’indicible mais qu’elle reste dans la suggestion. Après, tout est affaire d’imagination et c’est là que cela devient le plus douloureux car l’esprit refuse ne serait-ce que de poser des images sur des phrases insupportables. Parce qu’Isabelle Desesquelles ne se refuse rien et qu’elle aborde l’épineux sujet du syndrome de Stockholm sans oublier de laisser une part d’ombre plus qu’inquiétante. Parce que ses mots sont doux et cruels, qu’il y a de la poésie mais qu’elle est impitoyable. Ce roman laisse un goût plus qu’amer. Le fond est nécessaire et la forme est contrôlée. Isabelle Desesquelles remue la boue et traite des cicatrices de l’enfance, des traces indélébiles. Une vie d’adulte gâchée pour quelques instants d’inattention. Beau et laid à la fois, dérangeant et malsain, « UnPur » fait partie de ces récits difficiles à oublier mais, j’y ai déploré un sujet qui force l’empathie au détriment des personnages.... « UnPur » est un roman difficile. Au sens propre comme au figuré. Difficile à aborder, à lire, à comprendre. Difficile à s’approprier aussi. Parce que le sujet éprouvant traite d’un des crimes les plus abject qui soit et qu’il faut avoir le cœur et l’âme bien accrochés pour le supporter. Parce que l’auteure met des mots sur l’indicible mais qu’elle reste dans la suggestion. Après, tout est affaire d’imagination et c’est là que cela devient le plus douloureux car l’esprit refuse ne serait-ce que de poser des images sur des phrases insupportables. Parce qu’Isabelle Desesquelles ne se refuse rien et qu’elle aborde l’épineux sujet du syndrome de Stockholm sans oublier de laisser une part d’ombre plus qu’inquiétante. Parce que ses mots sont doux et cruels, qu’il y a de la poésie mais qu’elle est impitoyable. Ce roman laisse un goût plus qu’amer. Le fond est nécessaire et la forme est contrôlée. Isabelle Desesquelles remue la boue et traite des cicatrices de l’enfance, des traces indélébiles. Une vie d’adulte gâchée pour quelques instants d’inattention. Beau et laid à la fois, dérangeant et malsain, « UnPur » fait partie de ces récits difficiles à oublier mais, j’y ai déploré un sujet qui force l’empathie au détriment des personnages. Sentiment paradoxal de consommer un livre déchirant et de pourtant ne pas s’attacher aux individus, aussi bouleversants soient-ils. Étrange de pleurer sur le sort d’une créature de papier et pourtant de la sentir si éloignée. Surprenant de ressentir autant de scrupules de ne pas l’aimer plus. La faute à la forme peut-être, que je n’ai su apprécier à sa juste valeur. Un style très personnel, une écriture singulière qui aura pris le pas sur ma compassion. Peut-être… Un cas de conscience qui me laisse perplexe pour un aussi beau roman et un avis nuancé qui invitera, je l’espère, à découvrir un récit aussi maîtrisé que celui-là.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !