Lisez! icon: Search engine
EAN : 9791036605789
Façonnage normé : Coffret CD
Durée : 707 min
Les Amazones
Jean-Luc Piningre (traduit par)
Date de parution : 14/11/2019
Éditeurs :
Lizzie
En savoir plus

Les Amazones

Jean-Luc Piningre (traduit par)
Date de parution : 14/11/2019
Mille femmes blanches : L’héritage
1875. Un chef cheyenne propose au président Grant d’échanger mille chevaux contre mille femmes blanches, afin de les marier à ses guerriers. Celles-ci, « recrutées » de force dans les pénitenciers et... 1875. Un chef cheyenne propose au président Grant d’échanger mille chevaux contre mille femmes blanches, afin de les marier à ses guerriers. Celles-ci, « recrutées » de force dans les pénitenciers et les asiles du pays, intègrent peu à peu le mode de vie des Indiens, au moment où commencent les grands... 1875. Un chef cheyenne propose au président Grant d’échanger mille chevaux contre mille femmes blanches, afin de les marier à ses guerriers. Celles-ci, « recrutées » de force dans les pénitenciers et les asiles du pays, intègrent peu à peu le mode de vie des Indiens, au moment où commencent les grands massacres des tribus.
 
1876. Après la bataille de Little Big Horn, quelques survivantes décident de prendre les armes contre cette prétendue « civilisation » qui vole aux Indiens leurs terres, leur mode de vie, leur culture et leur histoire. Cette tribu fantôme de femmes rebelles va bientôt passer dans la clandestinité pour livrer une bataille implacable, qui se poursuivra de génération en génération.
 
Dans cet ultime volume de la trilogie Mille femmes blanches, Jim Fergus mêle avec une rare maestria la lutte des femmes et des Indiens face à l’oppression, depuis la fin du xixe siècle jusqu’à aujourd’hui. Avec un sens toujours aussi fabuleux de l’épopée romanesque, il dresse des portraits de femmes aussi fortes qu’inoubliables.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9791036605789
Façonnage normé : Coffret CD
Durée : 707 min
Lizzie
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Cathye Posté le 18 Mars 2022
    Dernier livre de la trilogie. L’armée américaine a gagné mais honte à elle d’avoir suivi les ordres de personnages belliqueux, accapareurs de terres, massacreurs d’une culture séculaire et traites aux engagements pris. La société des femmes guerrières au cœur vaillant a poursuivi la bataille jusqu’au renoncement mais leurs descendants, génération après génération, poursuivront leur œuvre. Les primitifs, (peuple fier et pacifiste qui ne demandait qu’à vivre sur ses terres), sont désormais parqués dans des résidus de terrains, désœuvrés car sans travail face à la méfiance des gens « bien pensants » soumis aux lois des blancs dits civilisés et à tout ce qu’il réprouvaient ( l’alcool, les maladies, leur culture, leur dignité, leur bien être, leur soif de liberté…). Malgré tout, un essoufflement dans ma lecture. Ne me reste plus qu’à lire le premier tome (1000 pages). Plus tard.
  • Danslabaignoire Posté le 14 Février 2022
    Se rendre ou mourir. Jim Fergus, dans ce troisième opus, à travers les récits de May et Molly, dénonce le choix impossible auquel ont été confronté les Indiens d'Amérique contre l'oppresseur Blanc. Le combat est inégal, l'issue connue d'avance. L'auteur américain termine là (vraiment?) sa sublime épopée, sa grande et belle déclaration d'amour au peuple indien. Mais fait aussi de cette histoire une nécessaire dénonciation de l'extermination d'un peuple et de sa culture. Pitch (4ème de couv): "Elles étaient mille femmes blanches, troquées jadis par le chef Little Wolf contre autant de chevaux. Après la bataille de Little Big Horn, quelques survivantes décident de prendre les armes contre l'Etat américain, accapareur de terres et massacreur d'une culture séculaire. Cette tribu fantôme d'amazones, guerrières indomptables, insoumises et rebelles, va passer dans la clandestinité pour livrer une bataille implacable, qui se poursuivra de génération en génération..." Le temps est compté pour les Indiens d'Amérique. Les batailles s'enchainent, les morts aussi. May, Molly et leurs sœurs indiennes arrivent à la croisée des chemins et doivent se poser la question de leur avenir. Est-il auprès des guerriers indiens qui refusent de se soumettre, quitte à y laisser leurs vies? Est-il au sein des réserves, parquées mais ensemble... Se rendre ou mourir. Jim Fergus, dans ce troisième opus, à travers les récits de May et Molly, dénonce le choix impossible auquel ont été confronté les Indiens d'Amérique contre l'oppresseur Blanc. Le combat est inégal, l'issue connue d'avance. L'auteur américain termine là (vraiment?) sa sublime épopée, sa grande et belle déclaration d'amour au peuple indien. Mais fait aussi de cette histoire une nécessaire dénonciation de l'extermination d'un peuple et de sa culture. Pitch (4ème de couv): "Elles étaient mille femmes blanches, troquées jadis par le chef Little Wolf contre autant de chevaux. Après la bataille de Little Big Horn, quelques survivantes décident de prendre les armes contre l'Etat américain, accapareur de terres et massacreur d'une culture séculaire. Cette tribu fantôme d'amazones, guerrières indomptables, insoumises et rebelles, va passer dans la clandestinité pour livrer une bataille implacable, qui se poursuivra de génération en génération..." Le temps est compté pour les Indiens d'Amérique. Les batailles s'enchainent, les morts aussi. May, Molly et leurs sœurs indiennes arrivent à la croisée des chemins et doivent se poser la question de leur avenir. Est-il auprès des guerriers indiens qui refusent de se soumettre, quitte à y laisser leurs vies? Est-il au sein des réserves, parquées mais ensemble et en vie, un moindre mal? Ou faut-il renoncer à sa culture et rentrer dans le "moule blanc" en rejoignant les grandes villes? A moins qu'une alternative de paradis terrestre, se révèle, accessible uniquement via une certaine magie indienne... Jim Fergus met en lumière dans Les Amazones la place des femmes dans la culture indienne ancestrale pour rendre compte plus brutalement de la sombre réalité de leur discrimination dans le monde moderne. Respectées et libres auparavant, elles sont aujourd'hui enlevées, tuées, violées davantage que les femmes blanches dans les villes américaines, chiffres à l'appui. Mais hier et aujourd'hui, ce qu'il leur reste en commun, c'est cet esprit de guerrières et cette énergie qu'elles mettent à conserver la mémoire de leur peuple. En mettant des visages et des noms sur l'implacable (et éloignée pour nous autres Européens) grande Histoire de cette conquête de l'Ouest fatale aux Natifs, l'auteur nous place au même rang que ces femmes blanches, à cheval aux côtés des Indiens. Pour mieux nous faire ressentir toute l'injustice et la douleur de ces hommes et femmes à qui on a tout pris. Pour mieux nous rallier à sa cause. Nous sommes Molly, May, Martha, Phemie. Nous tremblons pour notre peuple. Mais sommes-nous prêtes à mourir pour lui? Rejoignez le combat: lisez cette magnifique trilogie!
    Lire la suite
    En lire moins
  • edith54 Posté le 19 Janvier 2022
    Une conclusion inattendue et pertinente à l'épopée des "mille femmes". Le récit est époustouflant d'un bout à l'autre de la trilogie. Si l'écriture (en français) n'apporte pas forcément quelque chose de nouveau, l'important n'est pas là. Le but est atteint et convainc s'il en était besoin, la civilisation indienne doit obtenir justice et retrouver son statut et sa place.
  • mamzelleoups Posté le 7 Décembre 2021
    Jim Fergus clôt avec brio la trilogie commencée avec Mille femmes blanches. J'y ai retrouvé avec plaisir les héroïnes fortes et la description de la vie des indiens de la fin du XIXe siècle. Je lis rarement des romans d'aventure, mais celui-ci donne envie de grands espaces! Les passages se déroulant aujourd'hui sont également édifiants, notamment sur le traitement des femmes natives (et de la population indienne en général) en Amérique du nord aujourd'hui. Cela vaudrait le coup d'y consacrer un nouveau roman. Cependant, je n'avais que peu en mémoire les tomes précédents, ce qui m' a un peu perdue dans ma lecture. Autre point négatif, c'est la difficulté à saisir ce qui est de la réalité historique, ce qui est de l'imaginaire indien, et ce qui est du fantasme de l'auteur.
  • DOMS Posté le 4 Octobre 2021
    D’abord il y a eu Mille femmes blanches ce roman que j’ai adoré dès sa parution en 2000. Souvenez-vous, en 1875, le chef cheyenne Little Wolf demande au président Grant de lui offrir mille femmes blanches en échange de mille chevaux ; Son idée, en épousant mille de ses guerriers, elles favoriseront l’intégration de son peuple. Si en réalité on ne sait rien de ce que les deux hommes se sont dit lors de cette rencontre, l’auteur prend malgré tout ce prétexte pour défendre la cause des natives américains, en particulier des indiens des grandes plaines. Sous la forme de carnets intimes, Jim Fergus retrace la vie de ces quelques femmes qui vont tenter de s’intégrer à ces tribus cheyennes, Arapahos ou Shoshones pour ne citer qu’elles. Puis viendra La vengeance des mères, deuxième opus de la série, et enfin Les Amazones, le troisième et dernier tome de la saga. Non il ne s’agit pas là de ces guerrières que l’on retrouve dans la mythologie grecque, pourtant elles n’en sont pas si éloignées. Car Les Amazones sont ces femmes décrites dans les carnets retrouvés de May Dodd, que l’on va suivre tout au long du roman, en parallèle au récit de... D’abord il y a eu Mille femmes blanches ce roman que j’ai adoré dès sa parution en 2000. Souvenez-vous, en 1875, le chef cheyenne Little Wolf demande au président Grant de lui offrir mille femmes blanches en échange de mille chevaux ; Son idée, en épousant mille de ses guerriers, elles favoriseront l’intégration de son peuple. Si en réalité on ne sait rien de ce que les deux hommes se sont dit lors de cette rencontre, l’auteur prend malgré tout ce prétexte pour défendre la cause des natives américains, en particulier des indiens des grandes plaines. Sous la forme de carnets intimes, Jim Fergus retrace la vie de ces quelques femmes qui vont tenter de s’intégrer à ces tribus cheyennes, Arapahos ou Shoshones pour ne citer qu’elles. Puis viendra La vengeance des mères, deuxième opus de la série, et enfin Les Amazones, le troisième et dernier tome de la saga. Non il ne s’agit pas là de ces guerrières que l’on retrouve dans la mythologie grecque, pourtant elles n’en sont pas si éloignées. Car Les Amazones sont ces femmes décrites dans les carnets retrouvés de May Dodd, que l’on va suivre tout au long du roman, en parallèle au récit de Mollie McGill, et leur histoire se prolonge pendant toute l’année 1876. Devenues guerrières à leur tour, elles vont créer une sorte de confrérie, celle des Cœurs Vaillants, et se battre aux côtés des indiens contre ce monde qu’elles ont quitté et dans lequel elles ont parfois dû abandonner leurs enfants. Leurs récits nous permettent de retrouver les batailles célèbres, celle de Little Big horn en particulier, mais aussi de faire vivre les récits chamaniques et les traditions spirituelles indiennes. L’histoire de Mollie Standing Bear, native des réserves américaines contemporaines, apparait en fil rouge, comme une réminiscence de l’esprit des femmes du XIXe. A la fois récit historique et évocation du surnaturel, l’auteur nous embarque une fois de plus dans une aventure que l’on a du mal à lâcher, et ce malgré quelques longueurs il me semble. L’alternance des récits, des personnages, du passé et du présent ancre totalement son roman dans la réalité quotidienne des indiens des réserves aux États-Unis aujourd’hui. La complexité de leur intégration, le plus souvent impossible, le poids de leurs traditions et de leurs croyances, sont toujours d’actualité. Sa présentation de la vie des tribus, le respect envers la nature et le gibier, leur organisation complexe au fil des saisons et des combats, les costumes et leurs significations, les danses et les rituels magiques, les rites religieux, l’extinction programmée des bisons, rien n’est négligé par l’auteur qui étoffe son récit grâce à ses connaissances impressionnantes du sujet. J’ai aimé qu’en filigrane à ces récits d’aventure, l’auteur nous montre sans cesse la place des femmes dans la société. Pour celles qui intègrent les tribus, que ce soit la place qui leur était réservée dans la société puritaine des migrants des Amériques, ou celle qu’elles doivent se faire au sein des tribus, on se rend compte que le rôle des femmes, leur liberté, leur existence même ne sont jamais garantis. lire la chronique complète sur le blog Domi C Lire https://domiclire.wordpress.com/2019/11/07/les-amazones-jim-fergus/
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter Lizzie, pour que vos livres s'écoutent aussi !
Avec Lizzie, les livres ont trouvé leur voix. Chaque semaine, laissez-vous transporter au cœur de nos nouveautés.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    16 livres qui racontent l'Amérique

    Si on vous dit Amérique, vous pensez grands espaces, road trip, mais aussi peut-être cinéma et New York City. Pays aussi fascinant que déroutant et dont la démesure ne cesse d'étonner, les États-Unis ont produit et produisent encore des écrivains de génie. Focus sur 16 livres - du roman à l'essai - qui chacun à leur manière racontent l'Amérique et ses habitants.

    Lire l'article