En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Allez les mages !

        Pocket
        EAN : 9782266273442
        Code sériel : 7224
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 608
        Format : 108 x 177 mm
        Allez les mages !

        Patrick COUTON (Traducteur), Stéphane DESA (Direction de collection)
        Date de parution : 09/02/2017
        À l’Université de l’Invisible, les mages coulent des jours tranquilles. Mais le Maître des traditions a retrouvé un point de règlement qui va les tirer de leur douce léthargie : pour bénéficier de leur legs avantageux et de neuf repas par jour, il va leur falloir disputer un match du... À l’Université de l’Invisible, les mages coulent des jours tranquilles. Mais le Maître des traditions a retrouvé un point de règlement qui va les tirer de leur douce léthargie : pour bénéficier de leur legs avantageux et de neuf repas par jour, il va leur falloir disputer un match du très populaire fouteballe. Et non pas l’impétueuse empoignade à l’ancienne, mais sa version moderne, avec des règles et l’interdiction de recourir à la magie !
        La famine guette, les mages doivent enfiler pantalons courts et maillots, et se mettre au sport. Mais ce qu’il faut savoir du fouteballe – ce qu’il faut savoir d’important sur le fouteballe –, c’est qu’il dépasse le cadre du fouteballe.

        « Là encore il fait mouche, prouvant son habileté à croquer notre société et ses travers. Trente-troisième tome de la série du Disque-Monde, Allez les mages ! est une nouvelle fois une réussite avec toujours cette touche très personnelle de Pratchett qui manie l'absurde et le burlesque avec brio. » ActuSF
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266273442
        Code sériel : 7224
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 608
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        9.40 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Mondaye Posté le 9 Juillet 2017
          J'étais partie comme je l'avais dit avec un a priori sur l'œuvre de Pratchett. ayant été profondément déçue par The colour of magic. (La huitième couleur) Encouragée par des amis, j'avais tenté Mort (Mortimer), qui pour le coup m'avais beaucoup plus, et m'avais décidée à m'intéresser tout de même à son œuvre. Devant lire un livre sur la thématique du sport (brrr...) c'est donc ce titre qui a eu le rôle de poursuite du test. Avec succès. Pourtant, il partait avec fort peu d'avantages. Je n'ai AUCUNE affinité pour le foot. (J'avais plus de 12 ans quand j'ai compris ce que signifiais les initiales OM, t j'ai du voir tout au plus 10 match de foot à la télé en 20 ans). Alors un livre satirique sur le foot... Et pourtant l'alchimie a pris, et si j'étais tout de même un peu plus dans les thématique plus "grave" du livre: le besoin de reconnaissance et d'accomplissement, le sentiment d'infériorité, rejet de l'autre sur des bases racistes et historique, l'entre soit (avec la romance impensable à la Roméo et Juliette de deux clan adverse de foot) ,et ainsi de suite... la satire à su m'arracher des sourires nombreux, Bref une bonne découverte, je continuerais sans... J'étais partie comme je l'avais dit avec un a priori sur l'œuvre de Pratchett. ayant été profondément déçue par The colour of magic. (La huitième couleur) Encouragée par des amis, j'avais tenté Mort (Mortimer), qui pour le coup m'avais beaucoup plus, et m'avais décidée à m'intéresser tout de même à son œuvre. Devant lire un livre sur la thématique du sport (brrr...) c'est donc ce titre qui a eu le rôle de poursuite du test. Avec succès. Pourtant, il partait avec fort peu d'avantages. Je n'ai AUCUNE affinité pour le foot. (J'avais plus de 12 ans quand j'ai compris ce que signifiais les initiales OM, t j'ai du voir tout au plus 10 match de foot à la télé en 20 ans). Alors un livre satirique sur le foot... Et pourtant l'alchimie a pris, et si j'étais tout de même un peu plus dans les thématique plus "grave" du livre: le besoin de reconnaissance et d'accomplissement, le sentiment d'infériorité, rejet de l'autre sur des bases racistes et historique, l'entre soit (avec la romance impensable à la Roméo et Juliette de deux clan adverse de foot) ,et ainsi de suite... la satire à su m'arracher des sourires nombreux, Bref une bonne découverte, je continuerais sans doute à parcourir l'œuvre de Pratchett.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Miney Posté le 2 Mars 2017
          Chaque fois que j'ouvre un nouveau Pratchett, je me rends compte à quel point ça me manquait depuis ma dernière lecture du Disque-Monde et à quel point ça tient du génie. J'ai beaucoup plus accroché à ce tome que je ne le pensais parce que le sujet du foot ne m'intéressait pas du tout. Mais quand les mages de l'Université de l'Invisible doivent disputer une partie de fouteballe afin de bénéficier du leg qui leur permettra de continuer de prendre 9 repas par jour... Fouteballe qui tient plus du fight-club à grande échelle avec un ballon qu'un sport amical, au passage... Ben c'est dur de résister ! Comme toujours l'analyse de l'auteur des travers humains, du football et du monde universitaire est aussi fine que délicieusement mordante, et tombe toujours juste. Je me suis tout de suite attachée aux personnages de Glenda et de Daingue, d'autant plus que leurs péripéties en quête de l'identité de ce dernier allège un peu l'intrigue principale sur le fouteballe.
        • lyoko Posté le 15 Mai 2016
          L'université de l'invisible est obligée afin de pouvoir obtenir un leg conséquent et vital pour le plateau de fromage quotidien de fin de repas, de participer a un match de Fouteballe. A l'origine ce jeu populaire se jouait sans règle au milieu des rues de Ankh Morpork, mais le seigneur Vétérini , pas trop fan du jeu en a décidé autrement.. maintenant le Fouteballe se jouera avec des règles. On pourrait penser que pour une foisTerry Pratchett a décidé de jouer la légéreté avec ce tome 33.. puisqu'il nous fait une véritable satire des supporters de foot et de la violence occasionnée par ceux ci. Et bien non ! une fois de plus le disque monde recelle de thèmes lourds : toujours avec le racisme et le rejet des autres pour des raisons historiques. C'est aussi une façon de montrer que le destin des uns et des autres n'est jamais figé et que si on ne saisit pas sa chance elle peut tourner. Sans oublier une partie très drôle de se roman : la psychologie et voir même la psychanalyse. Une fois de plus ma visite sur le disque a été un vrai plaisir par sa drôlerie et la rencontre... L'université de l'invisible est obligée afin de pouvoir obtenir un leg conséquent et vital pour le plateau de fromage quotidien de fin de repas, de participer a un match de Fouteballe. A l'origine ce jeu populaire se jouait sans règle au milieu des rues de Ankh Morpork, mais le seigneur Vétérini , pas trop fan du jeu en a décidé autrement.. maintenant le Fouteballe se jouera avec des règles. On pourrait penser que pour une foisTerry Pratchett a décidé de jouer la légéreté avec ce tome 33.. puisqu'il nous fait une véritable satire des supporters de foot et de la violence occasionnée par ceux ci. Et bien non ! une fois de plus le disque monde recelle de thèmes lourds : toujours avec le racisme et le rejet des autres pour des raisons historiques. C'est aussi une façon de montrer que le destin des uns et des autres n'est jamais figé et que si on ne saisit pas sa chance elle peut tourner. Sans oublier une partie très drôle de se roman : la psychologie et voir même la psychanalyse. Une fois de plus ma visite sur le disque a été un vrai plaisir par sa drôlerie et la rencontre de nouveau autochtones hypers sympathiques,. Mais également par le fais de retrouver certaines vieilles connaissances. Même si cet épisode n'est pas mon préféré il reste très plaisant à lire et je suis toujours dépaysée par mes visites sur le disque monde.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Hilde Posté le 23 Avril 2015
          J'aime toujours autant ce genre d'humour complètement déjanté, le style inimitable de Terry Pratchett pour nous raconter le fouteballe "façon Disque-monde" avec ses règles tordus, ses personnages farfelus et charismatiques, pas tous promus à un grand avenir footeballistiques d'ailleurs, ses supporters aussi et les réflexions parfois philosophiques qui les accompagnent. Tout s'articule vraiment bien. C'est comme ça que je l'aime le foutetaballe! Je suis sans doute passée à côté de quelques références, mais j'ai passé un excellent moment de lecture. En parallèle, on découvre la cuisine de nuit de l'université, qui cache une vraie beauté: Juliette, et une cuisinière pas vraiment tourte: Glenda qui en prépare pourtant de merveilleuses et se préoccupe de l'avenir de sa jeune protégée. Le mystère autour de Mr Daingue s'épaissit, un puits de science à lui tout seul avec une âme tellement poétique... L'amour sévit aussi à Ankh-Morpork. Bref c'est la partie la plus épique, et la plus drôle à ma connaissance et pas besoin d'être un as du ballon rond pour apprécier. Les rebondissement sont nombreux mais ça ne part part dans tous les sens comme certaines fois où je me suis retrouvée à courir derrière mon imagination pour tenter de recoller les morceaux de... J'aime toujours autant ce genre d'humour complètement déjanté, le style inimitable de Terry Pratchett pour nous raconter le fouteballe "façon Disque-monde" avec ses règles tordus, ses personnages farfelus et charismatiques, pas tous promus à un grand avenir footeballistiques d'ailleurs, ses supporters aussi et les réflexions parfois philosophiques qui les accompagnent. Tout s'articule vraiment bien. C'est comme ça que je l'aime le foutetaballe! Je suis sans doute passée à côté de quelques références, mais j'ai passé un excellent moment de lecture. En parallèle, on découvre la cuisine de nuit de l'université, qui cache une vraie beauté: Juliette, et une cuisinière pas vraiment tourte: Glenda qui en prépare pourtant de merveilleuses et se préoccupe de l'avenir de sa jeune protégée. Le mystère autour de Mr Daingue s'épaissit, un puits de science à lui tout seul avec une âme tellement poétique... L'amour sévit aussi à Ankh-Morpork. Bref c'est la partie la plus épique, et la plus drôle à ma connaissance et pas besoin d'être un as du ballon rond pour apprécier. Les rebondissement sont nombreux mais ça ne part part dans tous les sens comme certaines fois où je me suis retrouvée à courir derrière mon imagination pour tenter de recoller les morceaux de l'histoire partie en vrille. J'ai passé plusieurs semaines à lire ce roman et je dois dire que j'ai déjà envie de me replonger dans une aventure du Disque-monde.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Luniver Posté le 19 Juin 2014
          L'Université Invisible se tient généralement à l'écart de l'agitation populaire. Mais le comptable vient perturber cette tranquillité : il découvre en effet qu'une importante donation prendra fin si l'université ne remet pas rapidement sur pied une équipe de sport. Même si les exercices physiques ne sont pas la tasse de thé des professeurs, la perspective de n'avoir que trois repas par jour, et un plateau de fromage réduit à une dizaine de choix seulement, pousse les mages à relever le défi et créer une équipe de fouteballe. Heureusement pour eux, le professeur Maracona, en visite dans leur université, sera une recrue de choix. Mais le fouteballe ne concerne pas que l'estomac des mages : dans la rue, il peut aussi provoquer des drames. Lors d'un match, un jeune homme tombe amoureux d'une certaine Juliette, mais son bonheur est de courte durée : la famille de la jeune fille est en effet supporter de l'équipe des Sœurs-Étienne, ennemie mortelle de l'équipe de son père. Aucun des deux camps ne supportera une idylle aux accents de trahison. Pratchett traite un sujet plus léger que d'habitude (encore que, ça dépend pour qui !), les tomes précédant étant très orienté sur la géopolitique et la mondialisation.... L'Université Invisible se tient généralement à l'écart de l'agitation populaire. Mais le comptable vient perturber cette tranquillité : il découvre en effet qu'une importante donation prendra fin si l'université ne remet pas rapidement sur pied une équipe de sport. Même si les exercices physiques ne sont pas la tasse de thé des professeurs, la perspective de n'avoir que trois repas par jour, et un plateau de fromage réduit à une dizaine de choix seulement, pousse les mages à relever le défi et créer une équipe de fouteballe. Heureusement pour eux, le professeur Maracona, en visite dans leur université, sera une recrue de choix. Mais le fouteballe ne concerne pas que l'estomac des mages : dans la rue, il peut aussi provoquer des drames. Lors d'un match, un jeune homme tombe amoureux d'une certaine Juliette, mais son bonheur est de courte durée : la famille de la jeune fille est en effet supporter de l'équipe des Sœurs-Étienne, ennemie mortelle de l'équipe de son père. Aucun des deux camps ne supportera une idylle aux accents de trahison. Pratchett traite un sujet plus léger que d'habitude (encore que, ça dépend pour qui !), les tomes précédant étant très orienté sur la géopolitique et la mondialisation. J'ai toutefois l'impression qu'il s'est un peu éparpillé : le football et l'hooliganisme, Roméo et Juliette, le milieu de la mode, la racisme, .... Un drame amoureux complet version supporter de foot m'aurait beaucoup plus.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Là encore il fait mouche, prouvant son habileté à croquer notre société et ses travers. Trente-troisième tome de la série du Disque Monde, Allez les mages est une nouvelle fois une réussite avec toujours cette touche très personnelle de Pratchett qui manie l’absurde et le burlesque avec brio. » ActuSF
         
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com

        Lisez maintenant, tout de suite !