En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Assez de bleu dans le ciel

        10/18
        EAN : 9782264072955
        Code sériel : 5350
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 552
        Format : 108 x 177 mm
        Assez de bleu dans le ciel

        Sarah TARDY (Traducteur)
        Date de parution : 05/04/2018
        Une maison à des kilomètres de tout. Autour, rien que l’herbe verte, les trembles aux feuilles chargées de pluie et le ciel changeant du Donegal. Ce refuge, Daniel Sullivan va le quitter le temps d’une semaine pour se rendre aux États-Unis, son pays d’origine. C’est l’anniversaire de son père, qu’il... Une maison à des kilomètres de tout. Autour, rien que l’herbe verte, les trembles aux feuilles chargées de pluie et le ciel changeant du Donegal. Ce refuge, Daniel Sullivan va le quitter le temps d’une semaine pour se rendre aux États-Unis, son pays d’origine. C’est l’anniversaire de son père, qu’il n’a pas vu depuis des années. Dans la voiture qui le conduit à l’aéroport, une voix retentit à la radio : celle d’une femme dont il est sans nouvelles depuis vingt ans, son premier amour. Les souvenirs se déversent.
        Replonger dans le passé, comprendre ce qui le pousse à abandonner ceux qu’il aime, Daniel ne pense plus qu’à ça. Et il y a son épouse Claudette, star de cinéma fantasque et passionnée. Comment lui révéler l’homme qu’il est véritablement ? Que peut-il encore promettre, lui qui n’a jamais su que fuir ?

        « Une épopée splendide et renversante. »
        Olivia de Lamberterie – ELLE

        Traduit de l’anglais (Irlande) par Sarah Tardy
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264072955
        Code sériel : 5350
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 552
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        8.80 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • annec44 Posté le 3 Mai 2018
          Claudette Wells, star du cinéma, connue et reconnue internationalement disparaît un beau jour de la circulation sans laisser de trace, avec quelques vêtements, son fils de 5 ans et son compte en banque bien fourni. Elle ne supporte plus le show-business et veut une autre vie pour elle et son enfant. Le roman se découpe en chapitres dans lesquels on va suivre la reconstruction de Claudette, agrémentés de passages de la vie de chacun des personnages importants qui composent ce roman. Et comme une vie recomposée n’est jamais simple, des personnages, il y en a beaucoup. Les dates présentes en début de chaque chapitre nous aident à nous repérer dans le temps et à recréer une certaine chronologie dans la vie de chacun. Il m’a fallu plusieurs chapitres avant de comprendre la structure du livre et le lien que les différentes personnes évoquées pouvaient avoir entre elles. Les membres de cette famille très particulière sont tous très différents et apportent chacun une vision différente de l’histoire et du fil des événements. Il n’y a cependant pas vraiment de profondeur dans la psychologie des personnages. Il est impossible de les détester, tout comme il semble difficile de les adorer tant on reste... Claudette Wells, star du cinéma, connue et reconnue internationalement disparaît un beau jour de la circulation sans laisser de trace, avec quelques vêtements, son fils de 5 ans et son compte en banque bien fourni. Elle ne supporte plus le show-business et veut une autre vie pour elle et son enfant. Le roman se découpe en chapitres dans lesquels on va suivre la reconstruction de Claudette, agrémentés de passages de la vie de chacun des personnages importants qui composent ce roman. Et comme une vie recomposée n’est jamais simple, des personnages, il y en a beaucoup. Les dates présentes en début de chaque chapitre nous aident à nous repérer dans le temps et à recréer une certaine chronologie dans la vie de chacun. Il m’a fallu plusieurs chapitres avant de comprendre la structure du livre et le lien que les différentes personnes évoquées pouvaient avoir entre elles. Les membres de cette famille très particulière sont tous très différents et apportent chacun une vision différente de l’histoire et du fil des événements. Il n’y a cependant pas vraiment de profondeur dans la psychologie des personnages. Il est impossible de les détester, tout comme il semble difficile de les adorer tant on reste dans de la bienveillance contrôlée. J’ai eu l’impression que l’auteur ne voulait pas dire de mal de ses amis qu’elle avait créés sous sa plume. Il a ainsi manqué de la puissance dans les sentiments ressentis et exprimés, pas assez de colère, pas assez de détresse, comme pas assez de joie. Certes, la détresse est présente pour plusieurs protagonistes mais la description que l’auteur en fait reste en surface et ne nous permet pas d’y croire vraiment. Je referme avec un sentiment de contentement serein ce livre au scénario plutôt original (je pense d’ailleurs que ça ferait un bon film). Le rythme est bon et le passage d’un point de vue à l’autre permet de donner de la dimension au livre bien que la fin reste prévisible. C’est une lecture agréable et somme toute, assez reposante.
          Lire la suite
          En lire moins
        • MAPATOU Posté le 26 Avril 2018
          « Assez de bleu dans le ciel » est le troisième roman que je lis de cette auteure originaire d’Irlande du Nord. Le personnage principal de ce roman est Daniel Sullivan, américain d’origine irlandaise. Professeur en linguistique, il vit maintenant en Irlande du Nord avec son épouse Claudette et ses deux jeunes enfants dans une maison très isolée et peu facile d’accès. Daniel, qui n’a jamais entretenu de bonnes relations avec son père, doit se rendre aux Etats-Unis pour l’anniversaire de celui-ci. Or, dans la voiture qui le mène à l’aéroport, il entend une vieille interwiev d’une jeune femme qu’il a connue dans sa jeunesse et dont il apprend à ce moment-là le décès 20 ans auparavant. Cette nouvelle va bouleverser la tranquillité et l’ordre établi de sa vie. Maggie O’Farrel, tout au long de ce récit, nous fait découvrir les personnages qui ont fait partie de la vie de Daniel : ses enfants issus de son premier mariage, sa seconde épouse Claudette, ses enfants nés de ce deuxième lit ; mais aussi sa première grande histoire d’amour et ses amis de cette époque. Le thème qui est abordé et particulièrement bien traité dans ce roman, c’est la fuite devant certaines situations... « Assez de bleu dans le ciel » est le troisième roman que je lis de cette auteure originaire d’Irlande du Nord. Le personnage principal de ce roman est Daniel Sullivan, américain d’origine irlandaise. Professeur en linguistique, il vit maintenant en Irlande du Nord avec son épouse Claudette et ses deux jeunes enfants dans une maison très isolée et peu facile d’accès. Daniel, qui n’a jamais entretenu de bonnes relations avec son père, doit se rendre aux Etats-Unis pour l’anniversaire de celui-ci. Or, dans la voiture qui le mène à l’aéroport, il entend une vieille interwiev d’une jeune femme qu’il a connue dans sa jeunesse et dont il apprend à ce moment-là le décès 20 ans auparavant. Cette nouvelle va bouleverser la tranquillité et l’ordre établi de sa vie. Maggie O’Farrel, tout au long de ce récit, nous fait découvrir les personnages qui ont fait partie de la vie de Daniel : ses enfants issus de son premier mariage, sa seconde épouse Claudette, ses enfants nés de ce deuxième lit ; mais aussi sa première grande histoire d’amour et ses amis de cette époque. Le thème qui est abordé et particulièrement bien traité dans ce roman, c’est la fuite devant certaines situations et l’abandon de ceux que l’on aime. La volonté de ne pas affronter la douleur, le fait d’avoir recours à des substances pour s’anesthésier mène à la destruction et à de plus grandes souffrances. Mais parfois, c’est le prix à payer pour une renaissance. Tous les personnages sont intéressants de par leur psychologie fouillée. Ajoutez l’écriture de Maggie O’Farrel et vous obtenez un excellent roman.
          Lire la suite
          En lire moins
        • LaurentSyros Posté le 22 Avril 2018
          A cause du titre, j'ai eu peur que ce soit un livre... romantique pour... ménagères ! Ça ne l'est pas, ou pas que. Les personnages sont intéressants et complexes et l'histoire... triste ! Un peu trop de chapitres avec (beaucoup) trop de personnages et des dates en veux tu en voilà, dans tous les sens ce qui n'a pas d'intérêt si ce n'est d'embrouiller. Malgré tout, j'ai vraiment bien aimé même si j'ai trouvé la fin cucuche et décevante. Les 40 dernières pages ne sont pas utiles, c'est du remplissage !
        • Fleitour Posté le 10 Novembre 2017
          Je viens de finir Assez de Bleu dans le Ciel le dernier roman de Maggie O'Farrell, et une question me taraude ; pour quelle raison des écrivains, ou des artistes viennent chercher en Irlande un refuge, une paix intérieure ou peut être une tentative d'une vie nouvelle ? Pour Michel Houellebecq il y a sans doute l'envie de se régénérer, pour Pierre Perret visiblement, passionné de pêche en rivière, c'est une certaine paix intérieure qu'il vient retrouver, et pour nos personnages ? Le ciel bleu de l'Irlande est souvent dilué, estompé, mais y en a-t-il assez de bleu ? Le bleu irlandais, est comme cette encre de Chine, elle porte tant de nuances que tous les fantômes du passé peuvent s'y faufiler en y laissant quelques tâches. Ce livre est singulier, car deux femmes portent la quintessence du projet romanesque de l'auteur, fuir ou disparaître, deux facettes d'une même réalité, quitter le monde d'avant et se projeter dans l'inconnu, Daniel Sullivan fuit mais qui ? Sinon lui même peut être. Dans ce triangle que je tente d'esquisser, entre Claudette Wells, l'ancienne star de cinéma, Nicola Janks universitaire indépendante et conférencière qui suscitera une passion amoureuse, et Daniel Sullivan qui traversera les premières années de... Je viens de finir Assez de Bleu dans le Ciel le dernier roman de Maggie O'Farrell, et une question me taraude ; pour quelle raison des écrivains, ou des artistes viennent chercher en Irlande un refuge, une paix intérieure ou peut être une tentative d'une vie nouvelle ? Pour Michel Houellebecq il y a sans doute l'envie de se régénérer, pour Pierre Perret visiblement, passionné de pêche en rivière, c'est une certaine paix intérieure qu'il vient retrouver, et pour nos personnages ? Le ciel bleu de l'Irlande est souvent dilué, estompé, mais y en a-t-il assez de bleu ? Le bleu irlandais, est comme cette encre de Chine, elle porte tant de nuances que tous les fantômes du passé peuvent s'y faufiler en y laissant quelques tâches. Ce livre est singulier, car deux femmes portent la quintessence du projet romanesque de l'auteur, fuir ou disparaître, deux facettes d'une même réalité, quitter le monde d'avant et se projeter dans l'inconnu, Daniel Sullivan fuit mais qui ? Sinon lui même peut être. Dans ce triangle que je tente d'esquisser, entre Claudette Wells, l'ancienne star de cinéma, Nicola Janks universitaire indépendante et conférencière qui suscitera une passion amoureuse, et Daniel Sullivan qui traversera les premières années de sa vie de façon chaotique suite à son divorce, ce sont leurs enfants que Maggie O'Farrell, interpose, raconte, dissèque avec une tendresse et cette justesse que seuls une mère ou un père, peuvent exprimer. Dans l'éloge de la fuite Henri Laborit pose la question de notre libre arbitre, et de présenter la révolte comme une mauvaise réponse, à une vraie question, se révolter c'est courir à sa perte, je pense aussi à un autre livre qui projette le personnage central vers l'espérance, l'espérance d'un baiser, donc l'espérance d'un bonheur possible. Dans ce roman à multiples facettes, c'est pourtant Daniel Sullivan qui charpente la construction vertigineuse de Maggie O'Farrell, et l'on serait tenté d'expliquer sa fuite perpétuelle, comme une dérobade à ses responsabilités, et peut-être dirons-nous, il n'a jamais su que fuir. Mais chez lui de multiples blessures se réveillent, elles cadencent sa trajectoire, depuis la perte de la garde de ses enfants, le décès de sa fille, jusqu'au poids du remord d'une passion avortée. Non nous ne sommes pas dans une problématique de robinets qui fuient, nos personnages sont trop complexes pour se limiter à cette intrigue. Ce qui est passionnant dans ce labyrinthe d'événements familiaux, c'est le soin avec lequel la romancière a radiographié ses personnages, on sent leur fragilité, on devine leurs désirs les plus profonds, on partage leurs angoisses. La culpabilité imprime à la douleur des sentiments la pesanteur de l'âme, au point de la ressentir à travers Nicola, son corps exsangue privé de vie est plombé, et son estomac vide pèse sur tout son être, l'empêche d'avancer, fuir ou disparaître ; peut-on faire le bon choix, quand la culpabilité vous noie ? Cette culpabilité, suscitera la révolte chez Claudette et la fuite libératrice, cette culpabilité cette insidieuse invention de ténébreux évangélistes va engloutir, Sullivan, sauvé par son propre fils, perdu depuis son divorce et retrouvé après plus de vingt ans . Ce roman est aussi la rencontre magique de l'enfant et d'un père, de Ari et de Daniel, qui lui demande: "je vois que tu as un bégaiement" et l'enfant de répondre à sa mère "j'ai trouvé un copain", après quelques échanges. La guérison de Ari comme le signe d'un possible. Il faut s'enfuir en Irlande pour voir la pluie avant qu'elle ne tombe, déchiffrer le ciel, perdre son temps, effacer toute trace de culpabilité pour lire les romans Irlandais....
          Lire la suite
          En lire moins
        • laurencemertens Posté le 9 Novembre 2017
          J'avais tellement aimé L'étrange disparition d'Esme Lennox que j'ai eu envie de lire un autre roman de cette auteur. Après un début difficile je suis finalement entrée dans ce l'histoire. Mais pourquoi mélanger autant les périodes ? Un bon moment de lecture mais qui procure moins d'émotions que la dispariton d'Esme.
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com