Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264070951
Code sériel : 5330
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

C'est le coeur qui lâche en dernier

Michèle ALBARET-MAATSCH (Traducteur)
Date de parution : 16/08/2018
Stan et Charmaine ont été touchés de plein fouet par la crise économique qui consume les États-Unis. Réduits à vivre dans leur voiture, ils sont au bord du désespoir. Charmaine trouve alors la solution à tous leurs problèmes dans une étonnante publicité pour la ville de Consilience.  Promesse d’une vie... Stan et Charmaine ont été touchés de plein fouet par la crise économique qui consume les États-Unis. Réduits à vivre dans leur voiture, ils sont au bord du désespoir. Charmaine trouve alors la solution à tous leurs problèmes dans une étonnante publicité pour la ville de Consilience.  Promesse d’une vie de rêve, Consilience leur assure un toit, à manger et du travail…un mois sur deux. L’autre mois, les habitants le passent en prison, nourris et blanchis, pendant que d’autres s’installent chez eux.  Une règle absolue régit cette étrange utopie : ne jamais entrer en contact avec les « alternants ». Mais Stan tombe bientôt sur un mot qui va le rendre fou de désir pour celle qui se glisse entre ses draps quand lui n’y est pas : « Je suis affamée de toi. »

« Alors que sa "servante écarlate" triomphe, Margaret Atwood publie un roman tout aussi incisif. »
ELLE

Traduit de l’anglais par Michéle Albaret-Maatsch
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264070951
Code sériel : 5330
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

Après La Servante écarlate, devenue culte. Margaret Atwood nous livre un roman époustouflant, rempli d'humour noir.
Un récit dystopique qui reflète malheureusement bien notre société.
A quel point sommes nous prêt à abandonner notre liberté pour nous sentir en sécurité ?
Librairie Gérard

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • audreylectures Posté le 4 Juin 2021
    Mon premier Margaret Atwood et une très chouette découverte ! Un roman de science-fiction insolite et bien construit sur le thème de l'enfermement et de l'endoctrinement. J'ai passé un très bon moment de lecture malgré des personnages peu sympathiques. La plume est simple et le rythme maîtrisé, la fin à la hauteur. Je lirai d'autres livres de l'auteure c'est certain.
  • audreylectures Posté le 4 Juin 2021
    Mon premier Margaret Atwood et une très chouette découverte ! Un roman de science-fiction insolite et bien construit sur le thème de l'enfermement et de l'endoctrinement. J'ai passé un très bon moment de lecture malgré des personnages peu sympathiques. La plume est simple et le rythme maîtrisé, la fin à la hauteur. Je lirai d'autres livres de l'auteure c'est certain.
  • audreylectures Posté le 4 Juin 2021
    Mon premier Margaret Atwood et une très chouette découverte ! Un roman de science-fiction insolite et bien construit sur le thème de l'enfermement et de l'endoctrinement. J'ai passé un très bon moment de lecture malgré des personnages peu sympathiques. La plume est simple et le rythme maîtrisé, la fin à la hauteur. Je lirai d'autres livres de l'auteure c'est certain.
  • cheyenne-tala Posté le 27 Avril 2021
    L’Amérique va mal. Une grande partie du territoire s’enlise dans une crise économique épouvantable. Plus de travail, plus de logement. Dans les rues c’est la misère, la violence, le danger. Au milieu de tout cela, il y a un jeune couple : Stan, sans emploi, et Charmaine, sa femme, serveuse dans un bar miteux. Le couple survit tant bien que mal avec le maigre salaire de Charmaine, contraint de vivre dans leur voiture. Et puis un jour, Charmaine, l’optimiste et douce blonde aux yeux bleus, repère une drôle d’annonce. Une porte de sortie à ce présent sans issue. Elle ne sait pas trop de quoi il s’agit, sinon que la proposition de cette annonce signerait la fin de leurs tourments. Ni une ni deux, elle arrive à convaincre son mari de se présenter aux tests de sélection afin de peut-être intégrer une nouvelle vie. Cette nouvelle vie, c’est une ville. Ou, plus exactement une ville, « Consilience », construite autour d’une prison, « Positron ». Le principe est qu’une fois admis à l’intérieur il n’est plus possible d’en sortir, à vie ! En contrepartie, chaque citoyen de Consilience/Positron a un travail, un logement et un scooter à sa disposition. Un mois sur deux, une... L’Amérique va mal. Une grande partie du territoire s’enlise dans une crise économique épouvantable. Plus de travail, plus de logement. Dans les rues c’est la misère, la violence, le danger. Au milieu de tout cela, il y a un jeune couple : Stan, sans emploi, et Charmaine, sa femme, serveuse dans un bar miteux. Le couple survit tant bien que mal avec le maigre salaire de Charmaine, contraint de vivre dans leur voiture. Et puis un jour, Charmaine, l’optimiste et douce blonde aux yeux bleus, repère une drôle d’annonce. Une porte de sortie à ce présent sans issue. Elle ne sait pas trop de quoi il s’agit, sinon que la proposition de cette annonce signerait la fin de leurs tourments. Ni une ni deux, elle arrive à convaincre son mari de se présenter aux tests de sélection afin de peut-être intégrer une nouvelle vie. Cette nouvelle vie, c’est une ville. Ou, plus exactement une ville, « Consilience », construite autour d’une prison, « Positron ». Le principe est qu’une fois admis à l’intérieur il n’est plus possible d’en sortir, à vie ! En contrepartie, chaque citoyen de Consilience/Positron a un travail, un logement et un scooter à sa disposition. Un mois sur deux, une partie des citoyens sont des civiles, logent dans des maisons et ont un travail. Le mois d’après, ces mêmes citoyens doivent intégrer la prison Positron pendant la durée d’un mois complet. Tenue orange réglementaire, cellule et travail au sein de la prison. Chaque mois il y a donc une permutation entre les alternants qui partagent le même logement un mois sur deux. Le tout de manière totalement anonyme. Un jour, pourtant, Stan découvre un petit bout de papier avec un message enflammé d’une certaine Jasmine. Cette Jasmine est forcément la femme du couple d’alternants qui occupe leur logement lorsque lui et Charmaine sont en prison ! Stan devient dès lors complètement obsédé par cette femme qu’il cherche par tous les moyens à apercevoir les jours de permutation… Cette histoire, qui semble se dérouler dans la normalité (si l’on accepte le principe restrictif de cette drôle de vie entre les murs de Consilience/Positron), se déchaine bientôt dans le désordre le plus total, tout en conservant les aspects de la normalité. L’auteure nous livre ici une étude des comportements humains des plus savoureux. Entre besoin et recherche de la stabilité, du confort, de la sécurité, et la nécessité plus ou moins marquée de contrôler les sociétés humaines, il peut y avoir plusieurs degrés. Dans cette ville ces principes sont portés à un très haut niveau, et pourtant tout le monde semble y être heureux. Chacun semble accepter comme une nécessité équitable de partager son temps entre liberté civile et emprisonnement. Comme si les règles de la surveillance et de la contrainte étaient garantes d’une vie sans soucis, d’un chemin tracé sans prises de décisions. Mais, car il y a un mais, l’Homme étant ce qu’il est, il y a toujours des éléments discordants, et là, tout peut partir en éclats. Dans ce récit, des choses graves sont abordées. Des problèmes éthiques qui ne donnent pas forcément envie de sourire, mais la plume de l’auteure est légère et pleine d’humour, ce qui n’en fait pas du tout une lecture pesante, bien au contraire. J’ai trouvé cette plongée dans les abimes de la conscience succulente. Ces petits arrangements que nous sommes capables de faire avec nous-mêmes pourvu que l’on soit acceptés par un groupe, ou la société. Ne pas faire de vague, ne pas décevoir, faire son devoir. Et le plus fort dans tout cela est sans doute la suggestion mentale. Elle a un pouvoir quasi miraculeux ! Au final, qu’en pensez-vous ? L’Homme est-il fait pour être dirigé, contrôlé, sécurisé ? Ou bien doit-il se comporter comme un adulte, prendre ses responsabilités, aller de l’avant, affronter l’incertitude, prendre des décisions, assumer ses choix ? Voici l’avant dernière phrase de ce roman : « Le monde s’offre à vous, riche de possibilités » Alors, à prendre ou à laisser ? Bonne lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cheyenne-tala Posté le 27 Avril 2021
    L’Amérique va mal. Une grande partie du territoire s’enlise dans une crise économique épouvantable. Plus de travail, plus de logement. Dans les rues c’est la misère, la violence, le danger. Au milieu de tout cela, il y a un jeune couple : Stan, sans emploi, et Charmaine, sa femme, serveuse dans un bar miteux. Le couple survit tant bien que mal avec le maigre salaire de Charmaine, contraint de vivre dans leur voiture. Et puis un jour, Charmaine, l’optimiste et douce blonde aux yeux bleus, repère une drôle d’annonce. Une porte de sortie à ce présent sans issue. Elle ne sait pas trop de quoi il s’agit, sinon que la proposition de cette annonce signerait la fin de leurs tourments. Ni une ni deux, elle arrive à convaincre son mari de se présenter aux tests de sélection afin de peut-être intégrer une nouvelle vie. Cette nouvelle vie, c’est une ville. Ou, plus exactement une ville, « Consilience », construite autour d’une prison, « Positron ». Le principe est qu’une fois admis à l’intérieur il n’est plus possible d’en sortir, à vie ! En contrepartie, chaque citoyen de Consilience/Positron a un travail, un logement et un scooter à sa disposition. Un mois sur deux, une... L’Amérique va mal. Une grande partie du territoire s’enlise dans une crise économique épouvantable. Plus de travail, plus de logement. Dans les rues c’est la misère, la violence, le danger. Au milieu de tout cela, il y a un jeune couple : Stan, sans emploi, et Charmaine, sa femme, serveuse dans un bar miteux. Le couple survit tant bien que mal avec le maigre salaire de Charmaine, contraint de vivre dans leur voiture. Et puis un jour, Charmaine, l’optimiste et douce blonde aux yeux bleus, repère une drôle d’annonce. Une porte de sortie à ce présent sans issue. Elle ne sait pas trop de quoi il s’agit, sinon que la proposition de cette annonce signerait la fin de leurs tourments. Ni une ni deux, elle arrive à convaincre son mari de se présenter aux tests de sélection afin de peut-être intégrer une nouvelle vie. Cette nouvelle vie, c’est une ville. Ou, plus exactement une ville, « Consilience », construite autour d’une prison, « Positron ». Le principe est qu’une fois admis à l’intérieur il n’est plus possible d’en sortir, à vie ! En contrepartie, chaque citoyen de Consilience/Positron a un travail, un logement et un scooter à sa disposition. Un mois sur deux, une partie des citoyens sont des civiles, logent dans des maisons et ont un travail. Le mois d’après, ces mêmes citoyens doivent intégrer la prison Positron pendant la durée d’un mois complet. Tenue orange réglementaire, cellule et travail au sein de la prison. Chaque mois il y a donc une permutation entre les alternants qui partagent le même logement un mois sur deux. Le tout de manière totalement anonyme. Un jour, pourtant, Stan découvre un petit bout de papier avec un message enflammé d’une certaine Jasmine. Cette Jasmine est forcément la femme du couple d’alternants qui occupe leur logement lorsque lui et Charmaine sont en prison ! Stan devient dès lors complètement obsédé par cette femme qu’il cherche par tous les moyens à apercevoir les jours de permutation… Cette histoire, qui semble se dérouler dans la normalité (si l’on accepte le principe restrictif de cette drôle de vie entre les murs de Consilience/Positron), se déchaine bientôt dans le désordre le plus total, tout en conservant les aspects de la normalité. L’auteure nous livre ici une étude des comportements humains des plus savoureux. Entre besoin et recherche de la stabilité, du confort, de la sécurité, et la nécessité plus ou moins marquée de contrôler les sociétés humaines, il peut y avoir plusieurs degrés. Dans cette ville ces principes sont portés à un très haut niveau, et pourtant tout le monde semble y être heureux. Chacun semble accepter comme une nécessité équitable de partager son temps entre liberté civile et emprisonnement. Comme si les règles de la surveillance et de la contrainte étaient garantes d’une vie sans soucis, d’un chemin tracé sans prises de décisions. Mais, car il y a un mais, l’Homme étant ce qu’il est, il y a toujours des éléments discordants, et là, tout peut partir en éclats. Dans ce récit, des choses graves sont abordées. Des problèmes éthiques qui ne donnent pas forcément envie de sourire, mais la plume de l’auteure est légère et pleine d’humour, ce qui n’en fait pas du tout une lecture pesante, bien au contraire. J’ai trouvé cette plongée dans les abimes de la conscience succulente. Ces petits arrangements que nous sommes capables de faire avec nous-mêmes pourvu que l’on soit acceptés par un groupe, ou la société. Ne pas faire de vague, ne pas décevoir, faire son devoir. Et le plus fort dans tout cela est sans doute la suggestion mentale. Elle a un pouvoir quasi miraculeux ! Au final, qu’en pensez-vous ? L’Homme est-il fait pour être dirigé, contrôlé, sécurisé ? Ou bien doit-il se comporter comme un adulte, prendre ses responsabilités, aller de l’avant, affronter l’incertitude, prendre des décisions, assumer ses choix ? Voici l’avant dernière phrase de ce roman : « Le monde s’offre à vous, riche de possibilités » Alors, à prendre ou à laisser ? Bonne lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Quel roman de Margaret Atwood devrais-je lire en premier ?

    Romans, livres jeunesse, essais, recueils de poésie ou de nouvelles... Aucun genre littéraire ne semble résister à la plume de Margaret Atwood. Alors que l'écrivaine canadienne publie Les Testaments (Robert Laffont), l'heure est venue d'éveiller la curiosité des néophytes. Vous ne connaissez pas l'oeuvre de Margaret Atwood ? Alors jetez vite un oeil à nos conseils de lecture.

    Lire l'article
  • News
    Lisez

    "Les Testaments" : la suite de "The Handmaid's Tale" bientôt adaptée à la télévision

    Une petite sœur télévisuelle pour La Servante écarlate (The Handmaid’s Tale) ! Alors que la série confirme son succès saison après saison, le service de streaming Hulu qui la diffuse, vient d’annoncer l’adaptation du nouveau roman de Margaret Atwood, Les Testaments. Une annonce éclair puisque le livre est attendu pour octobre aux éditions Robert Laffont.

    Lire l'article