Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264070951
Code sériel : 5330
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

C'est le coeur qui lâche en dernier

Michèle ALBARET-MAATSCH (Traducteur)
Date de parution : 16/08/2018
Stan et Charmaine ont été touchés de plein fouet par la crise économique qui consume les États-Unis. Réduits à vivre dans leur voiture, ils sont au bord du désespoir. Charmaine trouve alors la solution à tous leurs problèmes dans une étonnante publicité pour la ville de Consilience.  Promesse d’une vie... Stan et Charmaine ont été touchés de plein fouet par la crise économique qui consume les États-Unis. Réduits à vivre dans leur voiture, ils sont au bord du désespoir. Charmaine trouve alors la solution à tous leurs problèmes dans une étonnante publicité pour la ville de Consilience.  Promesse d’une vie de rêve, Consilience leur assure un toit, à manger et du travail…un mois sur deux. L’autre mois, les habitants le passent en prison, nourris et blanchis, pendant que d’autres s’installent chez eux.  Une règle absolue régit cette étrange utopie : ne jamais entrer en contact avec les « alternants ». Mais Stan tombe bientôt sur un mot qui va le rendre fou de désir pour celle qui se glisse entre ses draps quand lui n’y est pas : « Je suis affamée de toi. »

« Alors que sa "servante écarlate" triomphe, Margaret Atwood publie un roman tout aussi incisif. »
ELLE

Traduit de l’anglais par Michéle Albaret-Maatsch
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264070951
Code sériel : 5330
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ils en parlent

Après La Servante écarlate, devenue culte. Margaret Atwood nous livre un roman époustouflant, rempli d'humour noir.
Un récit dystopique qui reflète malheureusement bien notre société.
A quel point sommes nous prêt à abandonner notre liberté pour nous sentir en sécurité ?
Librairie Gérard

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Felynrah Posté le 29 Septembre 2020
    Encore du Margaret Artwood… et encore ses thèmes favoris ! Ou comment rendre un futur proche probable et glaçant. Difficile de critiquer l’écriture de cette grande dame : c’est propre, un style bien à elle, proche du chirurgical, sans fioriture mais suffisant pour que l’on s’imagine sans mal cette petite banlieue bien proprette ou les différents personnages. On s’imagine que le narrateur est l’un des protagonistes. Les personnages partagent donc leur temps entre Consilience et Positron… La liberté et la prison. Et un autre couple occupe leur maison lorsqu’ils sont en prison et vice versa… Lorsqu’on apprend le métier qu’exerce Charlaine au sein de la prison, on commence à se douter que des choses pas vraiment nettes se trament. Tout prendra sens ultérieurement… L’histoire se déroule doucement avant de prendre un tournant inattendu, au milieu du livre. En somme, un très très bon livre.
  • Roggy Posté le 27 Septembre 2020
    C’est à un fascinant voyage dans un monde dystopique qui nous convie Margaret Atwood. La réussite et le succès d’un roman d’anticipation se mesurent souvent à cette capacité qu’il possède de nous montrer que le futur qui peuple ses pages, est déjà bien présent, ou très proche, quelque part, sous nos yeux aveugles. La romancière canadienne se plaît à dépeindre la satire d’une société en proie au désenchantement et où la rationalité s’est pleinement imposée, montrant les conséquences néfastes d’une idéologie. L’ambiance immersive qui fait forcément penser à La Servante écarlate, suit le même modèle d’implantation d’une société utopique. Margaret Atwood s’en amuse et joue avec des clichés avec un humour étonnant. La réalité dépasse souvent la fiction car l’esprit humain, influençable et imprévisible n’est pas encore près de se laisser contrôler. Effrayant mais paradoxalement porteur d’espoir.
  • Hanahok Posté le 4 Août 2020
    Ah quand on veut croire aux propositions alléchantes d’une vie meilleure, épanouie, sans soucis, d’un monde construit pour améliorer la vie de ceux et celles ayant choisi d’y participer (qu’on peut comprendre quand on a tout perdu suite à une grande crise économique…). Ah quand on veut croire au rêve d’une société idyllique, proposant un projet avant-gardiste, proposant un toit qu’il faudra quand même « partager » un mois sur deux. Ah quand on ne veut pas croire au cauchemar lorsqu’on se réveil de cette belle illusion et qu’on découvre le revers de la médaille, car il y a toujours un revers à la médaille… n’est-il pas ? Une histoire originale, futuriste, peut-être irréelle, quoi que… une intrigue qui nous mène à travers les défauts de notre civilisation qui décide toujours de se perdre dans l’avidité, le profit, la rentabilité, le pouvoir, l’exploitation de la pauvreté, de la peur… où l’on perd son intimité, où l’exigence, la docilité sont prescrites… Un peu léger quand même, sans trop de profondeur, parfois un peu ennuyeux.
  • ya2meufs_qui_lisentetvoyagent Posté le 20 Juin 2020
    ❤A COEUR ET À CRI💔 Imaginez un peu. Une crise économique sans précédent frappe les États-Unis. Stan a perdu son boulot et survit avec Charmaine dans leur vieille voiture, à la merci des voleurs et de la violence ambiante . C'est alors qu'ils répondent à une publicité et intègrent le Projet Positron qui promet logement et travail dans une ville protégée aux allures idylliques, à condition d'obéir à des règles strictes. Mais quel secret cache cette ville refermée sur elle-même et pourquoi personne n'en n'est jamais sorti pour raconter ce qui s'y passe? Margaret Atwood, l'auteure de la Servante Écarlate signe une nouvelle dystopie tout aussi effrayante sauf que cette fois son futur nous semble vraiment très proche et des plus plausibles, avec même des relents prémonitoires. Le style est comme toujours d'une précision chirurgicale et d'une force insensée. Le tour de force de l'auteure c'est d'avoir écrit à la fois une satire au vitriol de la société de consommation et une histoire d'amour déchirante, d'une formidable singularité. Un chef d'oeuvre ! Jusqu'où êtes-vous prêt à aller pour survivre?
  • cami_mondo Posté le 19 Juin 2020
    « CONSILIENCE = CONDAMNÉS + RÉSILIENCE. UN SEJOUR EN PRISON AUJOURD’HUI, C’EST NOTRE AVENIR GARANTI. » Telle est la devise de la nouvelle aventure dans laquelle Stan et Charmaine se lancent. Après avoir tout perdu lors d’une crise économique sans précédent, dormi dans leur voiture, et survécu grâce à des petits boulots, un nouvel avenir rêvé s’offre à eux à Consilience. Un mois sur deux, ils vivent dans une agréable maison et travaillent. Le reste du temps, ils sont en prison. Mais ce monde parfait cache dans ses entrailles une toute autre vérité. À quel prix vont-ils payer leur sécurité financière ? La liberté n’a-t-elle plus de valeur ? Quel sens lui donner? Même si ce n’est pas un coup de cœur, ce roman est un véritable page turner et la lecture est agréable. Certains passages sont hilarants. Quelle autodérision ! Dystopie à la fois réaliste, effrayante, et farfelue, Margaret Atwood nous conte le récit d’une liberté avortée et frappe encore en plein cœur.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Quel roman de Margaret Atwood devrais-je lire en premier ?

    Romans, livres jeunesse, essais, recueils de poésie ou de nouvelles... Aucun genre littéraire ne semble résister à la plume de Margaret Atwood. Alors que l'écrivaine canadienne publie Les Testaments (Robert Laffont), l'heure est venue d'éveiller la curiosité des néophytes. Vous ne connaissez pas l'oeuvre de Margaret Atwood ? Alors jetez vite un oeil à nos conseils de lecture.

    Lire l'article
  • News
    Lisez

    "Les Testaments" : la suite de "The Handmaid's Tale" bientôt adaptée à la télévision

    Une petite sœur télévisuelle pour La Servante écarlate (The Handmaid’s Tale) ! Alors que la série confirme son succès saison après saison, le service de streaming Hulu qui la diffuse, vient d’annoncer l’adaptation du nouveau roman de Margaret Atwood, Les Testaments. Une annonce éclair puisque le livre est attendu pour octobre aux éditions Robert Laffont.

    Lire l'article