En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Demande à la poussière

        10/18
        EAN : 9782264033024
        Code sériel : 1954
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 272
        Format : 108 x 177 mm
        Demande à la poussière

        Philippe GARNIER (Traducteur)
        Date de parution : 03/01/2002

        Dans les années trente, Arturo Bandini, fils d’ immigrés italiens, quitte le Colorado pour l’Eldorado, Los Angeles, avec son unique roman en poche et un rêve : devenir un écrivain reconnu. Vénérant les femmes et la littérature, il débarque dans une chambre d’hôtel miteuse, prêt à saisir la vie à...

        Dans les années trente, Arturo Bandini, fils d’ immigrés italiens, quitte le Colorado pour l’Eldorado, Los Angeles, avec son unique roman en poche et un rêve : devenir un écrivain reconnu. Vénérant les femmes et la littérature, il débarque dans une chambre d’hôtel miteuse, prêt à saisir la vie à bras-le-corps. Une errance sublime parmi les laissés-pour-compte du rêve américain.

        « Dans la lignée de Faulkner, et avant Charles Bukowski ou Jim Harrison, Fante ouvre une piste balayée par les poussières chères à l'Ouest sauvage. Elle se termine sur l'océan Pacifique, après moult détours, cuites et amours sans lendemain. »
        Sophie Cachon, Télérama

        Préface de Charles Bukowski

        Traduit de l’anglais (Etats-Unis)
        par Philippe Garnier

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264033024
        Code sériel : 1954
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 272
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        7.10 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • najnaje Posté le 27 Janvier 2018
          J'ai passé un bon moment avec ce roman où l'humour ne manque pas, écriture fluide et très agréable à lire. J'ai eu beaucoup de tendresse pour Arturo Bandini, un type au grand coeur. Je crois que je continuerais à faire un petit bout de chemin avec Fente. Une belle découverte.
        • ErnestineRadioconducteur Posté le 9 Janvier 2018
          Vous voyez, ces gens agaçants et excessifs, ces personnalités difficiles qui vous donnent envie de fuir? Ceux qui sont à l'opposé de la vie que vous croyez avoir envie de vivre? Ceux qui vous rappellent trop ce que vous n'aimez pas chez vous? Et un jour, au milieu d'une anecdote au téléphone, ils lâchent un simple "bon, moi, tu me connais, narcissique..." ou au comptoir d'un pub "... je l'aime encore, ce bâtard..." et à cet instant, désarmé par tant de sincérité, vous savez que vous aurez un mal fou à vous passer d'eux. Dans ma vie, ces personnes ont un prénom qui commencent par Y. Dans ce roman, par un A. On est soufflé comme quand le décollage d'un avion vous plaque à votre siège, on ne peut plus que laisser faire et on adore ça. C'est tel quel et pas tel que ça devrait être. Arturo hait sa princesse maya plus qu'il ne l'aime, il veut lui faire du mal plus qu'il ne veut lui faire du bien, puis la tendance s'inverse...il est en proie à ses contradictions, et il les couche sur le papier sans avoir cherché à les rendre cohérentes. Il se regarde vivre, et se voit déjà l'écrire même... Vous voyez, ces gens agaçants et excessifs, ces personnalités difficiles qui vous donnent envie de fuir? Ceux qui sont à l'opposé de la vie que vous croyez avoir envie de vivre? Ceux qui vous rappellent trop ce que vous n'aimez pas chez vous? Et un jour, au milieu d'une anecdote au téléphone, ils lâchent un simple "bon, moi, tu me connais, narcissique..." ou au comptoir d'un pub "... je l'aime encore, ce bâtard..." et à cet instant, désarmé par tant de sincérité, vous savez que vous aurez un mal fou à vous passer d'eux. Dans ma vie, ces personnes ont un prénom qui commencent par Y. Dans ce roman, par un A. On est soufflé comme quand le décollage d'un avion vous plaque à votre siège, on ne peut plus que laisser faire et on adore ça. C'est tel quel et pas tel que ça devrait être. Arturo hait sa princesse maya plus qu'il ne l'aime, il veut lui faire du mal plus qu'il ne veut lui faire du bien, puis la tendance s'inverse...il est en proie à ses contradictions, et il les couche sur le papier sans avoir cherché à les rendre cohérentes. Il se regarde vivre, et se voit déjà l'écrire même dans le pire, sans rien polisser surtout pas sa vanité d'écrivain au talent surhumain. Il assume de ne pas assumer son désir puis de s'en rendre esclave. Qu'est-ce que c'est drôle! Est-ce qu'on finit par les envier d'avoir ce courage ou est-ce qu'en laissant briller leur lumière, ils nous donnent la permission de faire de même (pour paraphraser Marianne Williamson)
          Lire la suite
          En lire moins
        • ObservateurDuNeant Posté le 18 Décembre 2017
          « Un jour et j’ai sorti un livre, je l’ai ouvert et c’était ça » Bukowski Que dire de plus ? Une claque de poussière en plein visage. Et on n’en redemande.
        • ninosairosse Posté le 10 Octobre 2017
          Il rêvait d'une ville étrangère Une ville de filles et de jeux Il voulait vivre d'autres manières Dans un autre milieu Il rêvait sur son chemin de pierres "Je partirai demain, si je veux J'ai la force qu'il faut pour le faire Et j'irai trouver mieux" Il voulait trouver mieux que son lopin de terre Que son vieil arbre tordu au milieu trouver mieux que la douce lumière du soir, près du feu qui réchauffait son père Et la troupe entière de ses aïeux Le soleil sur les murs de poussière il voulait trouver mieux... Francis Cabrel, les murs de poussière (1977) Le vent du Mojave ramène le sable, Ses pas encore soulèvent la poussière ça ne nous le rendra pas plus affable, Il doit tout changer de son atmosphère. Vera Rivken, grand coup de tonnerre Tu ne commettras point l'adultère Camilla Lopez, ébloui par ta lumière mais par son héroïne, Bandini frolera l'enfer Border-line, ne connaît pas ses frontières s'il pleure "dans l'oeil, j'ai une poussière" Elle a beau souffler des heures et des heures sur son oeil elle n'a pas pu enlever la poussière sur son cœur mille fois ressentie au fond de la gorge, c'est l'angoisse la misère, la galère, la poussière c'est la poisse. Petit à petit, Arturo se Grandit Qui lira Vera ...c'est garanti. Roman, autobiographie Même Bukowski le chérit. fin de la chanson de Cabrel: ....Il n'a pas... Il rêvait d'une ville étrangère Une ville de filles et de jeux Il voulait vivre d'autres manières Dans un autre milieu Il rêvait sur son chemin de pierres "Je partirai demain, si je veux J'ai la force qu'il faut pour le faire Et j'irai trouver mieux" Il voulait trouver mieux que son lopin de terre Que son vieil arbre tordu au milieu trouver mieux que la douce lumière du soir, près du feu qui réchauffait son père Et la troupe entière de ses aïeux Le soleil sur les murs de poussière il voulait trouver mieux... Francis Cabrel, les murs de poussière (1977) Le vent du Mojave ramène le sable, Ses pas encore soulèvent la poussière ça ne nous le rendra pas plus affable, Il doit tout changer de son atmosphère. Vera Rivken, grand coup de tonnerre Tu ne commettras point l'adultère Camilla Lopez, ébloui par ta lumière mais par son héroïne, Bandini frolera l'enfer Border-line, ne connaît pas ses frontières s'il pleure "dans l'oeil, j'ai une poussière" Elle a beau souffler des heures et des heures sur son oeil elle n'a pas pu enlever la poussière sur son cœur mille fois ressentie au fond de la gorge, c'est l'angoisse la misère, la galère, la poussière c'est la poisse. Petit à petit, Arturo se Grandit Qui lira Vera ...c'est garanti. Roman, autobiographie Même Bukowski le chérit. fin de la chanson de Cabrel: ....Il n'a pas trouvé mieux, il s'est retourné... le soleil lui a brulé les yeux ! John Fante (1909-1983), le précurseur de la Beat Génération, finit ses jours aveugle suite diabète et complications....
          Lire la suite
          En lire moins
        • Thomas35 Posté le 26 Septembre 2017
          Quel plaisir ! Une véritable ode à la passion de l'amour et de la vie), aux imprévus et aux hasards qui forment une suite d'évènements qu'on appelle la vie. Bien que enjolivé, on y croit à son histoire à John Fante / Arthuro Bandini, plus on avance dans le livre, plus on a envie d'y croire et de lire la suite de son aventure. Je n'avais retrouvé ce plaisir d'une narration aussi fluide et d'une folie dans la banalité que dans les livres de Paul Auster. Maintenant je vais continuer avec Fante je pense bien.
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.