RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Demande à la poussière

            10/18
            EAN : 9782264033024
            Code sériel : 1954
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 272
            Format : 108 x 177 mm
            Demande à la poussière

            Charles BUKOWSKI (Préface), Philippe GARNIER (Traducteur)
            Date de parution : 03/01/2002

            Dans les années trente, Arturo Bandini, fils d’ immigrés italiens, quitte le Colorado pour l’Eldorado, Los Angeles, avec son unique roman en poche et un rêve : devenir un écrivain reconnu. Vénérant les femmes et la littérature, il débarque dans une chambre d’hôtel miteuse, prêt à saisir la vie à...

            Dans les années trente, Arturo Bandini, fils d’ immigrés italiens, quitte le Colorado pour l’Eldorado, Los Angeles, avec son unique roman en poche et un rêve : devenir un écrivain reconnu. Vénérant les femmes et la littérature, il débarque dans une chambre d’hôtel miteuse, prêt à saisir la vie à bras-le-corps. Une errance sublime parmi les laissés-pour-compte du rêve américain.

            « Dans la lignée de Faulkner, et avant Charles Bukowski ou Jim Harrison, Fante ouvre une piste balayée par les poussières chères à l'Ouest sauvage. Elle se termine sur l'océan Pacifique, après moult détours, cuites et amours sans lendemain. »
            Sophie Cachon, Télérama

            Préface de Charles Bukowski

            Traduit de l’anglais (Etats-Unis)
            par Philippe Garnier

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264033024
            Code sériel : 1954
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 272
            Format : 108 x 177 mm

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Diabolo44 Posté le 11 Septembre 2019
              Depuis le temps que j'en entendais des dithyrambes sur Fante, il fallait bien que je m'attaque un jour à son œuvre. Ayant quelques a priori contre l'autofiction, j'ai pris mon temps, mais j'ai finalement décidé de faire comme Bukowski (qui signe la préface) et de commencer par celui-ci. N'ayons pas peur des mots : j'ai pris une claque, tout comme le grand Charles. Ce qui frappe en tout premier lieu, c'est la faculté de l'auteur à captiver son auditoire avec une histoire des plus simples. On cherchera en vain coups d'éclat, bagarres ou retournements de situation, il n'y en a goutte, c'est une histoire de tous les jours, de quelques laissés-pour-compte parmi des milliers d'autres dans le Los Angeles des années trente, d'une banalité presque à pleurer. Et pourtant, c'est puissant et profond, par cet art de l'exégèse des sentiments, ceux d'un homme mis à nu, lui et ses quelques camarades de galère. Par cette puissance d'introspection, on est avec Arturo Bandini. On est derrière lui, à côté de lui, côte à côte, on pourrait presque lui taper sur l'épaule. On n'est pas lui, non. Personne ne peut l'être, il est inimitable. Car quel personnage que ce Bandini ! Un monument de paradoxe,... Depuis le temps que j'en entendais des dithyrambes sur Fante, il fallait bien que je m'attaque un jour à son œuvre. Ayant quelques a priori contre l'autofiction, j'ai pris mon temps, mais j'ai finalement décidé de faire comme Bukowski (qui signe la préface) et de commencer par celui-ci. N'ayons pas peur des mots : j'ai pris une claque, tout comme le grand Charles. Ce qui frappe en tout premier lieu, c'est la faculté de l'auteur à captiver son auditoire avec une histoire des plus simples. On cherchera en vain coups d'éclat, bagarres ou retournements de situation, il n'y en a goutte, c'est une histoire de tous les jours, de quelques laissés-pour-compte parmi des milliers d'autres dans le Los Angeles des années trente, d'une banalité presque à pleurer. Et pourtant, c'est puissant et profond, par cet art de l'exégèse des sentiments, ceux d'un homme mis à nu, lui et ses quelques camarades de galère. Par cette puissance d'introspection, on est avec Arturo Bandini. On est derrière lui, à côté de lui, côte à côte, on pourrait presque lui taper sur l'épaule. On n'est pas lui, non. Personne ne peut l'être, il est inimitable. Car quel personnage que ce Bandini ! Un monument de paradoxe, de mauvaise foi et d'autodérision, qui nous donne alternativement envie de le serrer dans nos bras, de s'arracher les cheveux devant sa nullité crasse, ou de lui botter le cul (quand il s'apitoie sur son sort, ce qui arrive assez fréquemment, quoi qu'il en dise). La culpabilité judéo-chrétienne en toc est probablement le clou du spectacle de ce loser impénitent, terrible et assumé. Si terriblement humain. Quant à sa relation impossible et torturée avec la mexicaine Camilla, on y trouve tous les paradoxes de l'Amérique multiculturelle et pluriethnique, avec le rêve lointain de gravir les échelons d'une société que l'on devine impitoyable. C'est l'une des relations homme-femme les plus complexes, les plus belles et les plus intelligentes qu'il m'ait été donné de voir en littérature.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Diabolo44 Posté le 11 Septembre 2019
              Depuis le temps que j'en entendais des dithyrambes sur Fante, il fallait bien que je m'attaque un jour à son œuvre. Ayant quelques a priori contre l'autofiction, j'ai pris mon temps, mais j'ai finalement décidé de faire comme Bukowski (qui signe la préface) et de commencer par celui-ci. N'ayons pas peur des mots : j'ai pris une claque, tout comme le grand Charles. Ce qui frappe en tout premier lieu, c'est la faculté de l'auteur à captiver son auditoire avec une histoire des plus simples. On cherchera en vain coups d'éclat, bagarres ou retournements de situation, il n'y en a goutte, c'est une histoire de tous les jours, de quelques laissés-pour-compte parmi des milliers d'autres dans le Los Angeles des années trente, d'une banalité presque à pleurer. Et pourtant, c'est puissant et profond, par cet art de l'exégèse des sentiments, ceux d'un homme mis à nu, lui et ses quelques camarades de galère. Par cette puissance d'introspection, on est avec Arturo Bandini. On est derrière lui, à côté de lui, côte à côte, on pourrait presque lui taper sur l'épaule. On n'est pas lui, non. Personne ne peut l'être, il est inimitable. Car quel personnage que ce Bandini ! Un monument de paradoxe,... Depuis le temps que j'en entendais des dithyrambes sur Fante, il fallait bien que je m'attaque un jour à son œuvre. Ayant quelques a priori contre l'autofiction, j'ai pris mon temps, mais j'ai finalement décidé de faire comme Bukowski (qui signe la préface) et de commencer par celui-ci. N'ayons pas peur des mots : j'ai pris une claque, tout comme le grand Charles. Ce qui frappe en tout premier lieu, c'est la faculté de l'auteur à captiver son auditoire avec une histoire des plus simples. On cherchera en vain coups d'éclat, bagarres ou retournements de situation, il n'y en a goutte, c'est une histoire de tous les jours, de quelques laissés-pour-compte parmi des milliers d'autres dans le Los Angeles des années trente, d'une banalité presque à pleurer. Et pourtant, c'est puissant et profond, par cet art de l'exégèse des sentiments, ceux d'un homme mis à nu, lui et ses quelques camarades de galère. Par cette puissance d'introspection, on est avec Arturo Bandini. On est derrière lui, à côté de lui, côte à côte, on pourrait presque lui taper sur l'épaule. On n'est pas lui, non. Personne ne peut l'être, il est inimitable. Car quel personnage que ce Bandini ! Un monument de paradoxe, de mauvaise foi et d'autodérision, qui nous donne alternativement envie de le serrer dans nos bras, de s'arracher les cheveux devant sa nullité crasse, ou de lui botter le cul (quand il s'apitoie sur son sort, ce qui arrive assez fréquemment, quoi qu'il en dise). La culpabilité judéo-chrétienne en toc est probablement le clou du spectacle de ce loser impénitent, terrible et assumé. Si terriblement humain. Quant à sa relation impossible et torturée avec la mexicaine Camilla, on y trouve tous les paradoxes de l'Amérique multiculturelle et pluriethnique, avec le rêve lointain de gravir les échelons d'une société que l'on devine impitoyable. C'est l'une des relations homme-femme les plus complexes, les plus belles et les plus intelligentes qu'il m'ait été donné de voir en littérature.
              Lire la suite
              En lire moins
            • SarahBruxelles Posté le 4 Septembre 2019
              Culte. Enfin lu. Il était temps. Je ne dirai que ceci car je ne pourrai pas mieux expliquer avec des mots l'effet qu'a eu sur moi ce livre, au risque de l'affaiblir. juste ceci donc : il est des livres qui en contiennent tant. Pour moi, ce livre est un chef d'oeuvre absolu.
            • SarahBruxelles Posté le 4 Septembre 2019
              Culte. Enfin lu. Il était temps. Je ne dirai que ceci car je ne pourrai pas mieux expliquer avec des mots l'effet qu'a eu sur moi ce livre, au risque de l'affaiblir. juste ceci donc : il est des livres qui en contiennent tant. Pour moi, ce livre est un chef d'oeuvre absolu.
            • fraxinus Posté le 9 Mars 2019
              Un livre et des personnages terriblement attachants.
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…