Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266320481
Code sériel : 7122
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 928
Format : 108 x 177 mm

Dune - tome 1 : Dune

Michel Demuth (traduit par), L'epaule d'orion (traduit par), Fabien Le Roy (traduit par), Charlotte Volper (collection dirigée par)
Date de parution : 26/08/2021

Dune : chef d’œuvre incontestable et incontesté de la science-fiction.

Il n'y a pas, dans tout l'Empire, de planète plus inhospitalière que Dune. Partout, des sables à perte de vue. Une seule richesse : l'épice de longue vie, née du désert, et que tout l'univers convoite.
Quand Leto Atréides reçoit Dune en fief, il flaire le piège. Il aura besoin des...

Il n'y a pas, dans tout l'Empire, de planète plus inhospitalière que Dune. Partout, des sables à perte de vue. Une seule richesse : l'épice de longue vie, née du désert, et que tout l'univers convoite.
Quand Leto Atréides reçoit Dune en fief, il flaire le piège. Il aura besoin des guerriers Fremen qui, réfugiés au fond du désert, se sont adaptés à une vie très dure en préservant leur liberté, leurs coutumes et leur foi. Ils rêvent du prophète qui proclamera la guerre sainte et changera le cours de l'Histoire.
Cependant les Révérendes Mères du Bene Gesserit poursuivent leur programme millénaire de sélection génétique : elles veulent créer un homme qui réunira tous les dons latents de l'espèce. Le Messie des Fremen est-il déjà né dans l'Empire ?

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266320481
Code sériel : 7122
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 928
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Bibeli Posté le 14 Novembre 2021
    C'est bientôt l'heure du départ pour les Atréides. Désormais, leur maison règnera sur la planète Arrakis, couramment appelée Dune. Paul, 15 ans, fils du Duc Leto et de Dame Jessica (Bene Gesserit de son état), s'apprête à subir un test déterminant au combien périlleux. De nombreux obstacles attendent ce peuple, qui succède aux Harkonnen sur une planète où l'Epice joue un rôle central. D'alliances en trahisons, Paul tracera sa route et se découvrira un destin crucial, dont lui seul a les clés... Pour moi, plonger dans Dune, c'est comme commencer par lire Harry Potter tome 7, sans avoir été initié à l'univers, sans en connaître les caractéristiques, la terminologie qui lui est propre. Aussi ai-je mis beaucoup de temps avant de me familiariser avec l'histoire. En annexe, entre autres, on trouve un lexique, auquel on peut se référer de temps en temps tant il est fourni. Cependant à un moment, mieux vaut lâcher la perche et se laisser porter, et tant pis si on ne comprend pas tout ! Cela dit, une fois cette "difficulté" passée, c'est un véritable plaisir de lire Dune. Il y a là un très riche univers visuel, une vraie réflexion autour de modes de vie, de... C'est bientôt l'heure du départ pour les Atréides. Désormais, leur maison règnera sur la planète Arrakis, couramment appelée Dune. Paul, 15 ans, fils du Duc Leto et de Dame Jessica (Bene Gesserit de son état), s'apprête à subir un test déterminant au combien périlleux. De nombreux obstacles attendent ce peuple, qui succède aux Harkonnen sur une planète où l'Epice joue un rôle central. D'alliances en trahisons, Paul tracera sa route et se découvrira un destin crucial, dont lui seul a les clés... Pour moi, plonger dans Dune, c'est comme commencer par lire Harry Potter tome 7, sans avoir été initié à l'univers, sans en connaître les caractéristiques, la terminologie qui lui est propre. Aussi ai-je mis beaucoup de temps avant de me familiariser avec l'histoire. En annexe, entre autres, on trouve un lexique, auquel on peut se référer de temps en temps tant il est fourni. Cependant à un moment, mieux vaut lâcher la perche et se laisser porter, et tant pis si on ne comprend pas tout ! Cela dit, une fois cette "difficulté" passée, c'est un véritable plaisir de lire Dune. Il y a là un très riche univers visuel, une vraie réflexion autour de modes de vie, de croyances, de généalogie, de systèmes économiques, sociaux... sans compter tous les objets inhérents à l'univers. Je suis ravie d'avoir embarqué dans l'ornithoptère et d'avoir survolé des contrées inconnues au fin fond de l'espace. Maintenant, place à la suite ! Un grand merci à Babelio et aux Editions Robert Laffont pour avoir comblé une de mes "lacunes livresques" !!
    Lire la suite
    En lire moins
  • PascalOlivier Posté le 12 Novembre 2021
    Dans notre monde culturel actuel, les suites sont très souvent synonyme de répétition, de flemmardise voire de roublardise. On a l’habitude d’œuvres qui jouent avec les attentes du public, qui envoient des gros clins d’œil pour ravir le fan transi, bref on ne prend surtout aucun risque artistique. Le Messie de Dune est à ce niveau incroyablement impressionnant car il prend une direction littéraire très différente de son prédécesseur. Si le 1er volume était épique dans son déroulement géopolitique et mystique, Le Messie de Dune tient plutôt de l’introspection métaphysique qui débouchera une nouvelle fois sur un vertige existentiel qui marquera le lecteur au fer rouge. Frank Herbert, avec tout l’univers développé dans le 1er tome, aurait pu se contenter de narrer une énorme guerre intersidérale avec de nouveaux ennemis, et de montrer les Fremen chevauchant des centaines de vers géants, mais non, rien de tout cela ne vous sera proposé. Ici tout sera affaire de destin, de choix, d’identité. Est-ce que cela rend ce 2eme volume moins passionnant ? Absolument pas ! Frank Herbert a l’intelligence de nous proposer un étrange récit où Paul sera pris dans un étau temporel terrifiant, où chaque seconde peut influencer la destinée de l’univers. Là... Dans notre monde culturel actuel, les suites sont très souvent synonyme de répétition, de flemmardise voire de roublardise. On a l’habitude d’œuvres qui jouent avec les attentes du public, qui envoient des gros clins d’œil pour ravir le fan transi, bref on ne prend surtout aucun risque artistique. Le Messie de Dune est à ce niveau incroyablement impressionnant car il prend une direction littéraire très différente de son prédécesseur. Si le 1er volume était épique dans son déroulement géopolitique et mystique, Le Messie de Dune tient plutôt de l’introspection métaphysique qui débouchera une nouvelle fois sur un vertige existentiel qui marquera le lecteur au fer rouge. Frank Herbert, avec tout l’univers développé dans le 1er tome, aurait pu se contenter de narrer une énorme guerre intersidérale avec de nouveaux ennemis, et de montrer les Fremen chevauchant des centaines de vers géants, mais non, rien de tout cela ne vous sera proposé. Ici tout sera affaire de destin, de choix, d’identité. Est-ce que cela rend ce 2eme volume moins passionnant ? Absolument pas ! Frank Herbert a l’intelligence de nous proposer un étrange récit où Paul sera pris dans un étau temporel terrifiant, où chaque seconde peut influencer la destinée de l’univers. Là est la toute puissance de ce roman beaucoup plus court que le premier Dune, où les pensées d’un homme font face à l’insondable mystère du temps. Cependant, le roman ne verse pas non plus dans une abstraction pesante, grâce à une intrigue rondement menée, où toute une galerie de personnages complexes va se greffer autour de la destinée de Paul Atréides. Homme doué de pouvoirs aussi sublimes que terrifiants, Paul va acquérir dans les derniers chapitres de ce livre une grandeur, une aura, qui contribue à faire du Messie de Dune une expérience de science-fiction littéraire indélébile.
    Lire la suite
    En lire moins
  • franceflamboyant Posté le 10 Novembre 2021
    Enfin relu, ce Dune dont on a tant parlé et dont on parle de nouveau beaucoup suite au film de Denis Villeneuve. Le Duc Leto Atreides, son fils Paul, sa concubine Jessica et tous ceux qui les entourent font partie de la mythologie de la science fiction. Envoyé sur Arrakis, la planète de l'Epice, qui donne vie et longévité, le Duc sent le piège se refermer. Il mourra, entraînant les siens dans sa chute, sauf si Paul, l'héritier de quinze ans, est bien cet Elu, ce Prophète qu'on attend depuis longtemps dans les déserts de sable où courent les vers géants...Si c'est le cas, l'univers galactique où évoluent des milliards d'êtres pourrait bien à voir un avenir tout différent ! J'ai relu ce livre avec bonheur, alors que je ne lis guère de science fiction et je me suis abandonnée aux charmes ambigus de la célèbre planète où règnent les Fremen... Beau souffle épique !
  • Maiila Posté le 9 Novembre 2021
    Un livre découvert grâce à la sortie du film. Je ne regrette pas cette découverte. Je pense néanmoins, qu'il est un peu rude à lire lorsqu'on découvre l'univers pour la première fois. Cependant, enchaîné après le film, il m'était beaucoup plus aisé de m'imaginer le monde dans lequel ils évoluent. De même, cela était plus simple pour bien comprendre les différents groupes qui se confrontent. Univers très riche, très poussé, qui navigue entre politique, religion et science fiction. Un très bon moment!
  • TchouktchoukBaroum Posté le 8 Novembre 2021
    Je viens de terminer ma lecture du 1er tome de Dune et je suis perplexe. J'ai découvert l'histoire par le film de Denis Villeneuve et ça a été un coup de coeur monumental : l'univers, la voyance, les combats, la BO splendide et bien sûr, l'intrigue en elle même. Bref, il fallait que je passe au livre ! et là.. je ne sais pas. Les intrigues politiques, religieuses, le monde dans lequel évoluent les personnages, leurs relations m'ont semblé très bien et m'ont bien embarquée mais alors le style ? pas vraiment ! je l'ai trouvé très aride, à l'image du personnage principal et de sa planète : distant et froid. Certains passages ne fonctionnent que sur un sous entendu et j'ai du les relire 4 fois pour être sûre d'avoir compris ce dont on voulait me parler. Pire, les ellipses temporelles m'ont complètement frustrée : on attend un grand moment épique, et en fait, zéro description, hop c'est fini on passe à la suite ! A la place, on se focalise sur la psyché des personnages, ils s'interrogent et se posent des questions qui seront complètement laissées en suspens. [masquer] Autre chose aussi : je n'arrive pas à savoir... Je viens de terminer ma lecture du 1er tome de Dune et je suis perplexe. J'ai découvert l'histoire par le film de Denis Villeneuve et ça a été un coup de coeur monumental : l'univers, la voyance, les combats, la BO splendide et bien sûr, l'intrigue en elle même. Bref, il fallait que je passe au livre ! et là.. je ne sais pas. Les intrigues politiques, religieuses, le monde dans lequel évoluent les personnages, leurs relations m'ont semblé très bien et m'ont bien embarquée mais alors le style ? pas vraiment ! je l'ai trouvé très aride, à l'image du personnage principal et de sa planète : distant et froid. Certains passages ne fonctionnent que sur un sous entendu et j'ai du les relire 4 fois pour être sûre d'avoir compris ce dont on voulait me parler. Pire, les ellipses temporelles m'ont complètement frustrée : on attend un grand moment épique, et en fait, zéro description, hop c'est fini on passe à la suite ! A la place, on se focalise sur la psyché des personnages, ils s'interrogent et se posent des questions qui seront complètement laissées en suspens. [masquer] Autre chose aussi : je n'arrive pas à savoir si je suis en train de lire une œuvre féministe + en faveur des peuples autochtones ou exactement l'inverse, et ce flou me perturbe. Je m'explique : on a une description d'un peuple autochtone opprimé, avec des termes, si je ne me trompe pas, clairement issus de l'islam : le hajj, le djihad. Sans parler du monde désertique dans lequel ils vivent qui peut vite évoquer les deserts du Sahara ou de la péninsule arabique. On nous montre un peuple fier, combatif, intelligent, et tout a coup on place à sa tête un étranger, qui se fait adopter et les dirige tous. Le peuple en question se retrouve décrit comme des croyants naïfs, soumis à leur nouveau maître et bien obéissants. super.. quand aux femmes, il ya le personnage de la mère et de la compagne. malgré leurs caractéristiques admirables, pour l'heure elles ne sont toujours décrites que comme la femme de, la mère de. Leur vie en dehors du héros n'est pas évoquée. Elles le servent et lui obéissent. Tout le monde semble aussi ok avec la polygamie, mais la polyginie- si je ne me trompe pas de terme - n'a pas l'air envisageable. La dernière phrase surtout était glaçante : "nous ne sommes que des compagnes, on nous verra comme des épouses". Et bien, c'est génial #x1f62c; [/masquer] Et en même temps, comme je n'ai pas lu la suite, je ne sais pas si cet état de fait est là pour s'installer sans être questionné ou si justement, on l'installe pour le déconstruire derrière. Aucune idée! Bref, il faudra que je lise la suite pour me faire une idée, mais avec l'aridité du style, pas sûre que je tienne les 4 tomes. Je serai aussi très curieuse de savoir ce que des personnes pratiquant l'islam pensent de ce livre et de l'emploi des termes qui y font référence. Appropriation culturelle ? je ne sais pas quoi penser !
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !