Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264078001
Code sériel : 5656
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 144
Format : 108 x 177 mm

La Ferme des animaux

Charles Recoursé (traduit par)
Date de parution : 01/04/2021
Une nouvelle traduction du grand classique d’Orwell.
Quand les animaux de la ferme du Manoir, las des abus, renversent leur maître, l’acoolique Mr Jones, et reprennent le contrôle de leurs existences, ils imaginent le début d’une douce vie de liberté et d’égalité. Mais petit à petit, les cochons, à coups de manipulation, cupidité, orgueil, et mauvaise foi... Quand les animaux de la ferme du Manoir, las des abus, renversent leur maître, l’acoolique Mr Jones, et reprennent le contrôle de leurs existences, ils imaginent le début d’une douce vie de liberté et d’égalité. Mais petit à petit, les cochons, à coups de manipulation, cupidité, orgueil, et mauvaise foi s’imposent sur leurs camarades, et les autres comprennent à leurs dépends que “Tous les animaux sont égaux, mais certains sont plus égaux que les autres”.
Histoire d’une révolution qui finit en queue de cochon, cette brillante satire orwelienne du totalitarisme est l’un des plus célèbres romans du XXe sc. Et son inventivité folle, son humour, son style et, surtout, son message toujours férocement actuel, devraient continuer de séduire encore un bon siècle de lecteurs.

Précédé de Pourquoi j’écris.

Traduit de l’anglais par Charles Recoursé.

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264078001
Code sériel : 5656
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 144
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • kwentinlit Posté le 2 Janvier 2022
    Cela peut faire penser à l'organisation de nos sociétés, pays, gouvernement... Mais à plus petite échelle, n'importe quel groupe d'amis, de camarades de collègues, d'associations etc. On ne pourra jamais changer le caractère des gens. De ce joli conte j'en retiens qu'il faut vivre avec discernement : ni mouton, ni serpent. Assez dur !
  • Meerai Posté le 30 Décembre 2021
    Je ne m'attendais à rien. Déçue par 1984, je me suis dit que j'allais finir par ne pas aimer ce roman non plus, mais j'avais tort, complètement tort. J'ai même forcé ma mère à le lire, mais n'étant pas une très grande lectrice, elle en est encore à la page 10. Roman court, on n'en veut pas, plus on n'en veut pas moins, le ratio parfait entre quantité et qualité. Rien à dire dessus à part que j'adore, je conseille et je recommande.
  • l_iris_me Posté le 30 Décembre 2021
    cela fait des années qu'on me parle de ce roman. j'ai finalement attendu d'avoir à le lire pour mon cours de littérature anglaise pour m'y mettre ! en réalité je ne regrette pas de l'avoir lu aussi "tard" : j'ai eu le temps d'approfondir mes connaissances sur les régimes totalitaires ce qui m'a permis de pleinement l'apprécier ! pourtant ce n'était pas gagné : je n'ai malheureusement pas bon souvenir de "1984" seul autre roman de l'auteur que j'avais jusque là découvert... pourtant cette fois, dans ce roman, j'ai TOUT adoré. déjà, la longueur me semble parfaite : en quelques 100 pages il réussi avec brio (à mon sens) à délivrer son message - je ne lui ai pas trouvé de longueur et il ne me semble pas trop court. George Orwell amène graduellement tout au long de l'histoire les éléments qui instaurent un régime totalitaire dans la Ferme. j'ai trouvé cela parfaitement réalisé au point que j'étais à la fois contente (je me rendais compte de cette prouesse d'écriture) ; mais aussi triste pour les animaux. quand un auteur à l'écrit polémique arrive justement à révolter son lecteur, je trouve que tout est réussi. et ce fut le cas pour moi.... cela fait des années qu'on me parle de ce roman. j'ai finalement attendu d'avoir à le lire pour mon cours de littérature anglaise pour m'y mettre ! en réalité je ne regrette pas de l'avoir lu aussi "tard" : j'ai eu le temps d'approfondir mes connaissances sur les régimes totalitaires ce qui m'a permis de pleinement l'apprécier ! pourtant ce n'était pas gagné : je n'ai malheureusement pas bon souvenir de "1984" seul autre roman de l'auteur que j'avais jusque là découvert... pourtant cette fois, dans ce roman, j'ai TOUT adoré. déjà, la longueur me semble parfaite : en quelques 100 pages il réussi avec brio (à mon sens) à délivrer son message - je ne lui ai pas trouvé de longueur et il ne me semble pas trop court. George Orwell amène graduellement tout au long de l'histoire les éléments qui instaurent un régime totalitaire dans la Ferme. j'ai trouvé cela parfaitement réalisé au point que j'étais à la fois contente (je me rendais compte de cette prouesse d'écriture) ; mais aussi triste pour les animaux. quand un auteur à l'écrit polémique arrive justement à révolter son lecteur, je trouve que tout est réussi. et ce fut le cas pour moi. faîtes moi rencontrer Napoleon que je lui remette les idées en place... c'est définitivement un roman qui je le sais, va m'avoir marquée à vie. la dernière phrase m'a laissée sans voix - je crois que c'est ma citation préférée, tous romans confondus. une vraie lecture incontournable à découvrir ! qui dit littérature anglaise dit anglais, donc. le niveau ne m'a pas semblé très élevé mais toutefois ce n'est pas un roman dont je recommande la lecture en VO si c'est la première fois que vous lisez dans cette langue. il est bien évidemment disponible en français sous le titre "La Ferme des Animaux". (issu de mon compte instagram @l.iris.me)
    Lire la suite
    En lire moins
  • flowskipike Posté le 29 Décembre 2021
    Encore du grand Orwell... surprenant sans l'être vraiment quand on connaît l'auteur. Cet ouvrage est fascinant par son réalisme et sa progression. Il illustre parfaitement toutes les étapes de la mise en place d'un régime totalitaire. A lire sans modération.
  • Takalirsa Posté le 25 Décembre 2021
    Je profite d'avoir reçu un spécimen au CDI pour découvrir à mon tour cet incontournable de George Orwell. La forme de la fable animalière m'a semblé plus accessible que 1984. On y voit bien comment le mécanisme de la dictature se met progressivement et insidieusement en place. La révolte des animaux est somme toute légitime ("La vie de l'animal n'est que misère et servitude") et leur solidarité efficace dans un premier temps ("Personne ne détournait la nourriture, personne ne se plaignait"), même s'il est dommage que, dès le départ, les bêtes aient cherché à reproduire le fonctionnement humain (planifier le travail, monter des associations, apprendre à lire...) alors qu'elles rejettent l'influence des hommes. Les animaux auraient été bien plus heureux à retrouver leur état sauvage naturel! On comprend d'emblée que les intelligents cochons vont manipuler, plus ou moins facilement, les autres animaux, s'octroyant divers privilèges (ils ne travaillent pas mais "supervisent étant donné leurs connaissances supérieures", se réservent certains aliments, des rations supplémentaires, etc.). Ils manipulent les autres espèces grâce à leur éloquence ("Cafteur fit le tour de la ferme pour calmer les esprits"), trouvant toujours les arguments qui feront mouche ("C'est dans votre intérêt") et reformulant leurs sept commandements à... Je profite d'avoir reçu un spécimen au CDI pour découvrir à mon tour cet incontournable de George Orwell. La forme de la fable animalière m'a semblé plus accessible que 1984. On y voit bien comment le mécanisme de la dictature se met progressivement et insidieusement en place. La révolte des animaux est somme toute légitime ("La vie de l'animal n'est que misère et servitude") et leur solidarité efficace dans un premier temps ("Personne ne détournait la nourriture, personne ne se plaignait"), même s'il est dommage que, dès le départ, les bêtes aient cherché à reproduire le fonctionnement humain (planifier le travail, monter des associations, apprendre à lire...) alors qu'elles rejettent l'influence des hommes. Les animaux auraient été bien plus heureux à retrouver leur état sauvage naturel! On comprend d'emblée que les intelligents cochons vont manipuler, plus ou moins facilement, les autres animaux, s'octroyant divers privilèges (ils ne travaillent pas mais "supervisent étant donné leurs connaissances supérieures", se réservent certains aliments, des rations supplémentaires, etc.). Ils manipulent les autres espèces grâce à leur éloquence ("Cafteur fit le tour de la ferme pour calmer les esprits"), trouvant toujours les arguments qui feront mouche ("C'est dans votre intérêt") et reformulant leurs sept commandements à leur guise ("Pour une raison ou pour une autre, ces trois derniers mots s'étaient effacés de la mémoire des animaux"). Pour moi deux personnages se distinguent: Mollie la jument jugée superficielle, qui refuse le nouveau système et assume sa préférence de vivre avec les humains (la suite lui donnera raison); et Benjamin l'âne, "le seul qui ne prit jamais parti", prouvant par cette attitude qu'il n'est pas dupe (mais il est trop lâche pour intervenir). Boxeur le cheval de trait est désolant de servitude et d'aveuglement ("Si le camarade Napoléon le dit, c'est que ça doit être vrai!"), travaillant jusqu'à l'épuisement sans que cela change quoi que ce soit (et cautionnant le système). L'un des passages qui m'a le plus marquée est celui où le cochon Napoléon siffle pour la première fois ses molosses ("Il s'agissait des chiots qu'il avait soustraits à leurs mères pour les élever en secret") afin de chasser son rival Boule de Neige: cet épisode marque la fin des discussions et la prise officielle du pouvoir par la force ("La bravoure ne suffit pas. L'obéissance et la loyauté sont plus importantes"). Les premières exécutions des rebelles sont également choquantes ("Ils avaient autrefois assisté à des scènes de carnage aussi horribles mais il leur semblait que c'était pire, maintenant qu'elles se produisaient entre eux"). Mais ce qui m'a effarée, c'est la scène où les cochons se pavanent sur leurs deux pattes arrière: c'est à la fois déstabilisant et ridicule! Au lieu de s'affranchir du joug des hommes, Napoléon et sa clique ne trouvent pas mieux que de copier leurs travers (la richesse et la suprématie), ce qui, au bout du compte, ne rendra pas les animaux de la ferme plus heureux ("Ils avaient l'impression de travailler plus dur et d'être moins bien nourris qu'au temps de Jones"), bien au contraire...
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    10/18

    Fête des Pères : 20 livres pour gâter ton papa !

    Ton père, il est tellement génial que t’es obligé de le gâter pour la fête des Pères. Thriller, biographie, roman historique ou grand classique… les Éditions 10/18 te soufflent 20 (bonnes) idées de livres à offrir pour fêter ton papa comme il se doit !

    Lire l'article