Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264043153
Code sériel : 4063
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Le dernier homme

Michéle ALBARET-MAATSCH (Traducteur)
Date de parution : 04/10/2007

Un monde, le nôtre, dans un futur pas si lointain… Un monde dévasté à la suite d'une catastrophe écologique sans précédent, où se combinent des conditions climatiques aberrantes, des manipulations génétiques délirantes et un virus foudroyant prompt à détruire l'ensemble de l'humanité. Esseulé au cœur de cet enfer aseptisé et...

Un monde, le nôtre, dans un futur pas si lointain… Un monde dévasté à la suite d'une catastrophe écologique sans précédent, où se combinent des conditions climatiques aberrantes, des manipulations génétiques délirantes et un virus foudroyant prompt à détruire l'ensemble de l'humanité. Esseulé au cœur de cet enfer aseptisé et visionnaire, digne de 1984 et d'Orange mécanique, un homme, Snowman, est confronté à d'étranges créatures génétiquement modifiées, les Crakers, une nouvelle race d' « humains » programmés pour n'être sujets ni à la violence, ni au désir sexuel, ni au fanatisme religieux. Tel un Robinson futuriste, il doit lutter pour sa survie et celle de son espèce. Au risque d'y perdre son âme…

« Une magnifique histoire d'amour et d'amitié dans un roman d'anticipation qui tient aussi du thriller et de la satire politique. (...) Intelligent, haletant, émouvant. »
Daphné de Saint Sauveur, Madame Figaro

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264043153
Code sériel : 4063
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ils en parlent

« Aberrations écologiques, vie sous haute surveillance, catastrophe humanitaire, Margaret Atwood ne prédit rien, elle tisse une énigme entre le présent naïf ou inconscient et son alter ego massacré : l'avenir. [...] Finaliste du Booker Prize 2003, Le dernier homme n'a pas dit son dernier mot. »
Sandrine Mariette, Elle

« On connaissait le savoir-faire de Margaret Atwood [...]. Avec Le dernier homme, la voici au sommet de son art. [...] Si l'intelligence du propos saisit et si l'humour cynique provoque quelques noirs sourires, c'est surtout sa langue foisonnante, digne d'Orange mécanique de Burgess, qui donne au livre ses lettres de noblesse. »
Baptiste Liger, Lire

« Parabole sur la science, long cauchemar fasciné en même temps que récit minutieusement réaliste, Le dernier homme est aussi un roman d'éducation, un livre très tendre sur les fidélités adolescentes. [...] Margaret Atwood nous donne aujourd'hui son plus grand livre, dans lequel la richesse des détails contribue à la puissance visionnaire de l'ensemble. »
Christophe Mercier, Le Point

« L'imagination, la pertinence et l'humour noir habitent Le dernier homme qui se lit d'une traite, mais en frissonnant. »
Marie-Caroline Aubert, Marie Claire

« Une magnifique histoire d'amour et d'amitié dans un roman d'anticipation qui tient aussi du thriller et de la satire politique. Que demander de plus ? Surtout quand l'ensemble est orchestré avec Maestria par Margaret Atwood. Intelligent, haletant, émouvant. »
Daphné de Saint Sauveur, Madame Figaro

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • maud31 Posté le 5 Juin 2020
    Le hasard décidément ne doit pas exister : j'ai relu cet excellent roman d'anticipation durant le confinement. J'avais complètement oublié qu'un virus fabriqué y avait décimé l'humanité... Ceci étant, bien des thèmes sont abordés, l'eugénisme, les nantis et la plèbe, l'amour fou, le délire du pouvoir et de la puissance, la solitude, la fin d'un monde. Plus le style unique de Margaret Atwood qui ne manque pas d'humour dans les pires circonstances. On ne s'ennuie pas une seconde. Et quelle imagination !
  • eleart Posté le 10 Avril 2020
    Incroyable, j ai adoré
  • LioPLyon Posté le 1 Avril 2020
    Bon... ou bof. Ce n'est pas parce que l'on écrit bien, que l'on sait donner un rythme, que l'on déploie quelques bonnes idées, parfois bien modernes... qu'on a un bon bouquin... Assez déçu de ce livre sous forme d'un survivalisme bien défaitiste sans trop savoir pourquoi.
  • sarahbarbier2008 Posté le 27 Mars 2020
    Ce roman regroupe tout ce que j'aime : manipulations génétiques, post-apocalyptique, une plongée immédiate dans le monde d'après sans mise en situation préalable, ce qui permet à mon imagination de fonctionner à plein. Comme dans La Servante écarlate, l'auteure a cette capacité de nous faire adhérer d'emblée à l'univers qu'elle crée, pas le temps de se demander comment et pourquoi le monde en est arrivé là, c'est un fait, on l'accepte. Les explications sont ensuite distillées au compte-gouttes. Le narrateur est un personnage très singulier, on sent bien qu'on doit le plaindre par certains côtés mais dans le même temps, il n'entraîne pas particulièrement la sympathie par ses paroles, ses pensées. Il n'est pas attachant et pourtant j'avais envie de connaître son histoire. L'auteure se balade aisément sur ce fil entre l'attirance et la répulsion pour le personnage. La fin du roman me met dans une frustration complète, j'ai besoin de lire la suite ! Bien entendu, la situation actuelle fait que je vais devoir attendre quelques semaines ou mois... Ce roman a d'ailleurs une résonance très particulière en ces temps de pandémie, certaines phrases sont vraiment troublantes. Et après avoir lu les détails de la vie de Snowman,... Ce roman regroupe tout ce que j'aime : manipulations génétiques, post-apocalyptique, une plongée immédiate dans le monde d'après sans mise en situation préalable, ce qui permet à mon imagination de fonctionner à plein. Comme dans La Servante écarlate, l'auteure a cette capacité de nous faire adhérer d'emblée à l'univers qu'elle crée, pas le temps de se demander comment et pourquoi le monde en est arrivé là, c'est un fait, on l'accepte. Les explications sont ensuite distillées au compte-gouttes. Le narrateur est un personnage très singulier, on sent bien qu'on doit le plaindre par certains côtés mais dans le même temps, il n'entraîne pas particulièrement la sympathie par ses paroles, ses pensées. Il n'est pas attachant et pourtant j'avais envie de connaître son histoire. L'auteure se balade aisément sur ce fil entre l'attirance et la répulsion pour le personnage. La fin du roman me met dans une frustration complète, j'ai besoin de lire la suite ! Bien entendu, la situation actuelle fait que je vais devoir attendre quelques semaines ou mois... Ce roman a d'ailleurs une résonance très particulière en ces temps de pandémie, certaines phrases sont vraiment troublantes. Et après avoir lu les détails de la vie de Snowman, le confinement actuel, avec tout notre confort moderne, nos moyens de communication, notre approvisionnement, ressemble au paradis sur terre. Faisons donc en sorte d'en obtenir les meilleurs résultats possibles sur le plan médical et d'en tirer le meilleur parti sur le plan humain. Merci
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ju_Lie Posté le 22 Janvier 2020
    A part quelques passages assez compliqués niveau scientifique, le recit de Snowman est plutôt accrocheur, et bien décrit. Ce livre est tellement réaliste au fond, avec tout ce qui se passe au niveau environnemental, relations internationales.... J'ai beaucoup aimé l univers de Margaret Atwood, je vais d ailleurs continuer !
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…