RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Gang des rêves

            Pocket
            EAN : 9782266272438
            Code sériel : 16884
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 864
            Format : 108 x 177 mm
            Le Gang des rêves

            Elsa DAMIEN (Traducteur)
            Date de parution : 04/05/2017
            New York ! En ces tumultueuses années 1920, pour des milliers d’Européens, la ville est synonyme de « rêve américain ». C’est le cas pour Cetta Luminata, une Italienne qui, du haut de son jeune âge, compte bien se tailler une place au soleil avec Christmas, son fils. Dans une... New York ! En ces tumultueuses années 1920, pour des milliers d’Européens, la ville est synonyme de « rêve américain ». C’est le cas pour Cetta Luminata, une Italienne qui, du haut de son jeune âge, compte bien se tailler une place au soleil avec Christmas, son fils. Dans une cité en plein essor où la radio débute à peine et le cinéma se met à parler, Christmas grandit entre gangs adverses, violence et pauvreté, avec ses rêves et sa gouaille comme planche de salut. L’espoir d’une nouvelle existence s’esquisse lorsqu’il rencontre la belle et riche Ruth. Et si, à ses côtés, Christmas trouvait la liberté, et dans ses bras, l’amour ?

            « Il y a quelque chose de scorsesien chez Di Fulvio. » Zoé Courtois – lemonde.fr

            « Ça se lit comme une saga, un chef-d'œuvre ! » Gérard Collard – lesdeblogueurs.tv
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266272438
            Code sériel : 16884
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 864
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            9.40 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Il y a quelque chose de scorcesien chez Di Fulvio. »  Zoé Courtois, Lemonde.fr

            « Ça se lit comme une saga, un chef-d’œuvre ! » Gérard Collard, Les déblogeurs.tv
             

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • cecile70 Posté le 5 Janvier 2019
              Gros coup de coeur pour ce livre ! Le livre commence en Italie, avec Cetta, 14 ans, qui se fait violer et tombe enceinte. On va ensuite y voir son épopée pour partir découvrir l'Amérique. On y suivra ensuite son histoire ainsi que celle de son fils, Christmas, lors de la construction de New York. Vient ensuite Ruth, et les autres... Les pages se suivent et l'on dévore ce livre sans s'en rendre compte.
            • Esbeleon Posté le 1 Janvier 2019
              J'ai refermé le roman un peu le cul entre deux chaises. Je comprend l'engouement qu'il a suscité, je suis contente de l'avoir lu, je tournais chaque page avec plaisir et pourtant... Les personnages malgré ce qui leur arrive de beau comme de terrible, sont restés de papier. L'écriture de Luca Di Fulvio n'a pas atteint ma sensibilité de lectrice, l'étincelle de vie n'a pas enflammé le roman. J'ai été peu touché par leurs destins, peu impliqué par ce qui leur arrivait. Je déteste ça. Je veux sourire, rire, pleurer, souffrir, désirer avec eux; il y avait pourtant de quoi faire avec cette fresque sur vingt ans. Mais je n'y ai pas cru. Mon seul véritable moment d'émotion fut lors du semblant d’échange entre Ruth et son père chez le photographe. J'ai pleuré leur difficulté à communiquer, à s'aimer, les faiblesses de ce père dépassé. J'ai pleuré sur cette incapacité à adoucir les tragédies du passé; j'ai pleuré sur ce gâchis. Mais en lisant, l'impression constante fut que tout le roman était comme déjà en place - jusque dans la conclusion- avant que l’auteur n'écrive la première ligne. Stephen King dans Écritures : Mémoires d'un métier, indique que les événements imaginés prennent souvent une... J'ai refermé le roman un peu le cul entre deux chaises. Je comprend l'engouement qu'il a suscité, je suis contente de l'avoir lu, je tournais chaque page avec plaisir et pourtant... Les personnages malgré ce qui leur arrive de beau comme de terrible, sont restés de papier. L'écriture de Luca Di Fulvio n'a pas atteint ma sensibilité de lectrice, l'étincelle de vie n'a pas enflammé le roman. J'ai été peu touché par leurs destins, peu impliqué par ce qui leur arrivait. Je déteste ça. Je veux sourire, rire, pleurer, souffrir, désirer avec eux; il y avait pourtant de quoi faire avec cette fresque sur vingt ans. Mais je n'y ai pas cru. Mon seul véritable moment d'émotion fut lors du semblant d’échange entre Ruth et son père chez le photographe. J'ai pleuré leur difficulté à communiquer, à s'aimer, les faiblesses de ce père dépassé. J'ai pleuré sur cette incapacité à adoucir les tragédies du passé; j'ai pleuré sur ce gâchis. Mais en lisant, l'impression constante fut que tout le roman était comme déjà en place - jusque dans la conclusion- avant que l’auteur n'écrive la première ligne. Stephen King dans Écritures : Mémoires d'un métier, indique que les événements imaginés prennent souvent une autre direction ; le roman évolue selon son propre rythme, l'écrivain s'adapte et l'histoire n'est pas obligatoirement ce qu'elle aurait dû être au départ. Dans Le gang des rêves, les enchaînements s'emboîtent comme si l'histoire n'avait jamais échappé à son auteur. Tout semble sous contrôle. J'ai trouvé la mécanique bien huilée, sans fausse note comme un film hollywoodien, calibrée pour réussir. Y a un côté American Dream en Technicolor! Les héros ont un talent et ce sera une réussite! Je grossis un peu le trait mais je me suis trop souvent dit: "Ah bah oui! Bien sûr!". Beaucoup de choix scénaristiques m'ont paru prévisible et les personnages assez manichéens. Ce qui limite le roman a un agréable divertissement.
              Lire la suite
              En lire moins
            • fklevesque Posté le 22 Décembre 2018
              Luca Di Fulvio nous livre une excellent roman avec cet ouvrage sur l'Amérique du début du siècle. Une Amérique impitoyable avec certains immigrés. Une Amérique où seule la résilience permet de sortir de la misère. Une Amérique qui se dissimule derrière des images hollywoodiennes où la perversité joue à cache cache avec le puritanisme et qui se veut officiellement fabrique de rêves. J'ai tout de suite été séduit par le ton et l'histoire de ce livre aux personnages très attachants et aux sentiments ambigus du fait d'une culpabilité ressentie par nombre d'entre eux face au mal. Un mal à la victoire non inéluctable pour peu qu'un combat s'engage contre lui contre le côté sombre de chacun. A la lecture on perçoit bien la démarche idéaliste, pour ne pas dire utopique de l'auteur qui semble avoir foi en une Amérique où tout fut un temps possible pour peu que la fatalité soit refusée et que la puissance intérieure de chacun puisse s'exprimer. Personnellement, je perçois la réalité de ce pays davantage sous le prisme d'un monde à la Steinbeck que comme celui qui est décrit dans ce roman qui n'en demeure pas moins excellent et que je recommande en assurant le lecture du fait... Luca Di Fulvio nous livre une excellent roman avec cet ouvrage sur l'Amérique du début du siècle. Une Amérique impitoyable avec certains immigrés. Une Amérique où seule la résilience permet de sortir de la misère. Une Amérique qui se dissimule derrière des images hollywoodiennes où la perversité joue à cache cache avec le puritanisme et qui se veut officiellement fabrique de rêves. J'ai tout de suite été séduit par le ton et l'histoire de ce livre aux personnages très attachants et aux sentiments ambigus du fait d'une culpabilité ressentie par nombre d'entre eux face au mal. Un mal à la victoire non inéluctable pour peu qu'un combat s'engage contre lui contre le côté sombre de chacun. A la lecture on perçoit bien la démarche idéaliste, pour ne pas dire utopique de l'auteur qui semble avoir foi en une Amérique où tout fut un temps possible pour peu que la fatalité soit refusée et que la puissance intérieure de chacun puisse s'exprimer. Personnellement, je perçois la réalité de ce pays davantage sous le prisme d'un monde à la Steinbeck que comme celui qui est décrit dans ce roman qui n'en demeure pas moins excellent et que je recommande en assurant le lecture du fait que les 720 pages qui le constituent se lisent sans peser. Bien au contraire. A la poursuite du rêve américain, oui, certes... mais combien ont-ils été à réussir à le traduire en réalité ?...
              Lire la suite
              En lire moins
            • sofy4 Posté le 22 Décembre 2018
              C'est une belle lecture mais pas un coup de cœur. L'auteur est doué pour nous faire vivre des émotions intenses, pour nous faire découvrir l'univers des gangsters au cœur d'un New York des années 20. Il y a des personnages attachants comme Christmas que l'on voit grandir parmi les voyous, comme Cetta, sa mère, qui fait tout pour que son fils devienne un véritable Américain, ou comme Ruth, une jeune fille violée qui a du mal à se reconstruire. Tous les ingrédients sont là pour un grand roman : les gentils, les méchants, la pauvreté, la réussite, l'amour, … Mais certains épisodes sont peu crédibles, choquants et redondants. Les scènes de viols sont très nombreuses et très dures. Était-il nécessaire d'en décrire autant ? Je trouve cela purement gratuit, et cela n'ajoute rien au personnage de Bill notamment, le psychopathe de service. Il y a des passages assez longs : celui concernant la radio, par exemple. Et beaucoup de "bons sentiments" : les méchants ne sont pas si méchants, les prostituées ont toutes un grand cœur, les noirs font des projets avec les blancs, même le psychopathe éprouve des remords … Bref, une belle lecture mais à ne pas mettre entre toutes les... C'est une belle lecture mais pas un coup de cœur. L'auteur est doué pour nous faire vivre des émotions intenses, pour nous faire découvrir l'univers des gangsters au cœur d'un New York des années 20. Il y a des personnages attachants comme Christmas que l'on voit grandir parmi les voyous, comme Cetta, sa mère, qui fait tout pour que son fils devienne un véritable Américain, ou comme Ruth, une jeune fille violée qui a du mal à se reconstruire. Tous les ingrédients sont là pour un grand roman : les gentils, les méchants, la pauvreté, la réussite, l'amour, … Mais certains épisodes sont peu crédibles, choquants et redondants. Les scènes de viols sont très nombreuses et très dures. Était-il nécessaire d'en décrire autant ? Je trouve cela purement gratuit, et cela n'ajoute rien au personnage de Bill notamment, le psychopathe de service. Il y a des passages assez longs : celui concernant la radio, par exemple. Et beaucoup de "bons sentiments" : les méchants ne sont pas si méchants, les prostituées ont toutes un grand cœur, les noirs font des projets avec les blancs, même le psychopathe éprouve des remords … Bref, une belle lecture mais à ne pas mettre entre toutes les mains.
              Lire la suite
              En lire moins
            • LesLecturesdeMarion Posté le 21 Décembre 2018
              Un véritable coup de cœur ! Je pense que c’est comme cela que l’on peut nommer un livre que vous ne pouvez pas refermer tant qu’il n’est pas terminé. A peine 2 semaines pour lire ces quelques 950 pages. L’écriture est fluide et très rythmée, on arrive parfaitement à suivre la place et le rôle de chacune des personnes intervenant dans le récit. On vit les émotions des personnages page après page, parfois même en poussant des cris de surprise devant ce récit qui devient une véritable saga. Une histoire touchante, émouvante, tant entre Christmas et sa maman ainsi que Sal, qu’entre Christmas et Ruth ou encore entre Christmas et ses fidèles amis. On ressent avec force tous ces liens qui se tissent. Vraiment rien à noter de négatif sur cet ouvrage. Je suis même attristé de l’avoir terminé aussi vite, j’aurai aimé que l’histoire se prolonge encore et encore. Je vais peut-être me lancer prochainement dans un autre ouvrage de Di Fulvio « Les enfants de Venise », car j’aime beaucoup son style. Alors, un conseil, si vous ne l’avez pas lu, foncez ! Et vive les DIAMOND DOGS !
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

            Lisez maintenant, tout de suite !