Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266272438
Code sériel : 16884
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 864
Format : 108 x 177 mm

Le Gang des rêves

Elsa DAMIEN (Traducteur)
Date de parution : 04/05/2017
New York ! En ces tumultueuses années 1920, pour des milliers d’Européens, la ville est synonyme de « rêve américain ». C’est le cas pour Cetta Luminata, une Italienne qui, du haut de son jeune âge, compte bien se tailler une place au soleil avec Christmas, son fils. Dans une... New York ! En ces tumultueuses années 1920, pour des milliers d’Européens, la ville est synonyme de « rêve américain ». C’est le cas pour Cetta Luminata, une Italienne qui, du haut de son jeune âge, compte bien se tailler une place au soleil avec Christmas, son fils. Dans une cité en plein essor où la radio débute à peine et le cinéma se met à parler, Christmas grandit entre gangs adverses, violence et pauvreté, avec ses rêves et sa gouaille comme planche de salut. L’espoir d’une nouvelle existence s’esquisse lorsqu’il rencontre la belle et riche Ruth. Et si, à ses côtés, Christmas trouvait la liberté, et dans ses bras, l’amour ?

« Il y a quelque chose de scorsesien chez Di Fulvio. » Zoé Courtois – lemonde.fr

« Ça se lit comme une saga, un chef-d'œuvre ! » Gérard Collard – lesdeblogueurs.tv
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266272438
Code sériel : 16884
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 864
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Il y a quelque chose de scorcesien chez Di Fulvio. »  Zoé Courtois, Lemonde.fr

« Ça se lit comme une saga, un chef-d’œuvre ! » Gérard Collard, Les déblogeurs.tv
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • sultanne Posté le 14 Novembre 2020
    Mets ton costume marron, lecteur, celui qui est un peu élimé aux manches, ce soir, je t’emmène visiter New-York. Et on commencera par aller voir les putes. Si, si. Et je veux que tu les regardes droit dans les yeux, comme des femmes, avant tout, car c’est ce qu’elles sont. Et après je t’emmènerai dans une petite ruelle mal famée que j’aime beaucoup, là où vit un vieux boucher bedonnant qui ne se la laisse pas raconter et qui protège une chienne galleuse mais fidèle. Et puis, on ira voir le quartier des italos, le quartier des juifs, le quartier des noirs, on ira chez les riches, chez les pauvres, on côtoiera quelques gangsters, aussi, et tu verras, en fin de compte, tu te diras que c’est tous les mêmes et que c’est partout pareil. Je te montrerai une grosse horloge posée tout en haut d’un block décrépit, elle indique toujours la même heure : 19h30. C’est l’heure où tout commence, l’heure où NY, plongée dans la nuit profonde s’endort ou se réveille à la voix d’un morveux qui porte le nom d’un noir. Et puis on ira s’asseoir sur le banc, je te parlerai du début de la photographie, d’Hollywood et de ses... Mets ton costume marron, lecteur, celui qui est un peu élimé aux manches, ce soir, je t’emmène visiter New-York. Et on commencera par aller voir les putes. Si, si. Et je veux que tu les regardes droit dans les yeux, comme des femmes, avant tout, car c’est ce qu’elles sont. Et après je t’emmènerai dans une petite ruelle mal famée que j’aime beaucoup, là où vit un vieux boucher bedonnant qui ne se la laisse pas raconter et qui protège une chienne galleuse mais fidèle. Et puis, on ira voir le quartier des italos, le quartier des juifs, le quartier des noirs, on ira chez les riches, chez les pauvres, on côtoiera quelques gangsters, aussi, et tu verras, en fin de compte, tu te diras que c’est tous les mêmes et que c’est partout pareil. Je te montrerai une grosse horloge posée tout en haut d’un block décrépit, elle indique toujours la même heure : 19h30. C’est l’heure où tout commence, l’heure où NY, plongée dans la nuit profonde s’endort ou se réveille à la voix d’un morveux qui porte le nom d’un noir. Et puis on ira s’asseoir sur le banc, je te parlerai du début de la photographie, d’Hollywood et de ses films, porno ou western, de la guerre des radios, des gamins qui crient les gros titres des journaux dans les rues pour quelques cents… J’te raconterai l’histoire d’une fille qu’a perdu son doigt à cause d’une émeraude et tu verras que le rêve américain, il existe. Tu verras que le self-made man, il s’est sorti les doigts du cul pour y arriver. Tu sauras, lecteur, qu’on peut être heureux, même, au fin fond d’une pauv’ boutique, même dans une maison de passe et même plongé dans le noir, et que ça, c’est un secret pour personne : ‘faut vivre ses rêves, lecteur, pas rêver sa vie ! *********************** Pour échanger sur ce livre et sur bien d'autres encore, n'hésitez pas à me rejoindre aussi sur Instagram !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nounoute Posté le 12 Novembre 2020
    Plaisant -quelques facilités tout de même - Mais ne boudons pas notre plaisir .
  • luparahlam Posté le 2 Novembre 2020
    Bon je vous le pose là tout de go : dégagez tout le monde et bloquez vous 2 jours et si vous bossez claquez 2 rtt direct, c'est ce qu'il faut pour lire les 944 pages fabuleuses de ce roman qu'on ne peut absolument pas lâcher !!! 2 jours pour faire le tour de New York et entrer dans la vie de Christmas. 1909, Cetta à 15 ans quand elle quitte l'Italie et arrive à New York tenant dans ses bras son bébé né d'un viol, Christmas, à qui elle promet le rêve américain ! Mais ce qui attend la jeune Cetta c'est le trottoir et la perte totale de ses illusions. Cependant Cetta est certes une putain mais une putain fière et forte et grâce à Saul, son maquereau bourru et grincheux, elle aura une vie pauvre mais une vie digne. C'est ainsi que grandit Christmas sa tête à lui est rempli d'histoires et il est malin. Ruth est une jeune fille aux yeux verts émeraudes, dont l'innocence va la conduire tout droit dans la gueule du loup. La route de Christmas et Ruth va se croiser et naîtra entre eux l'histoire d'amour de toute une vie. De 1909 à 1929,... Bon je vous le pose là tout de go : dégagez tout le monde et bloquez vous 2 jours et si vous bossez claquez 2 rtt direct, c'est ce qu'il faut pour lire les 944 pages fabuleuses de ce roman qu'on ne peut absolument pas lâcher !!! 2 jours pour faire le tour de New York et entrer dans la vie de Christmas. 1909, Cetta à 15 ans quand elle quitte l'Italie et arrive à New York tenant dans ses bras son bébé né d'un viol, Christmas, à qui elle promet le rêve américain ! Mais ce qui attend la jeune Cetta c'est le trottoir et la perte totale de ses illusions. Cependant Cetta est certes une putain mais une putain fière et forte et grâce à Saul, son maquereau bourru et grincheux, elle aura une vie pauvre mais une vie digne. C'est ainsi que grandit Christmas sa tête à lui est rempli d'histoires et il est malin. Ruth est une jeune fille aux yeux verts émeraudes, dont l'innocence va la conduire tout droit dans la gueule du loup. La route de Christmas et Ruth va se croiser et naîtra entre eux l'histoire d'amour de toute une vie. De 1909 à 1929, on assiste à la montée des gangs, au début de la radio et du cinéma, on est au coeur de New York et c'est un voyage passionnant. On apprend tellement sur cette époque, sur la condition de la femme, des noirs, de la police, des artistes, des pauvres etc qui tous ont au fond du cœur le rêve américain à portée de mains. Formidable épopée, excellente lecture, personnages géniaux et complexes, histoire géniale !
    Lire la suite
    En lire moins
  • PaFink Posté le 18 Octobre 2020
    Il suffit de quelques pages à Luca di Fulvio pour nous emmener dans un voyage où la limite entre le rêve et le cauchemar se trouble. Ses nombreux personnages ont tous suffisamment d'épaisseur pour que l'on s'y attache et découvre leur existence avec avidité. De New York à Los Angeles, l'auteur nous décrit l'espoir d'Ellis Island, la violence des quartiers loin de Manhattan, la prohibition rouge sang et les coulisses sans projecteurs d'Hollywood. Mais au-delà de l'amour, c'est bien l'art – la radio, la photographie, l'écriture et le théâtre – qui sauvera les âmes en peine de ses héros. Un roman que l'on empoigne et qui ne nous lâche qu'à ses derniers mots. Merry Christmas ! Sous la forme d'un haïku : Les Etats-Unis, Terre d'accueil et terre de vie, N'était-ce qu'un rêve ?
  • julienraynaud Posté le 11 Octobre 2020
    Malgré un titre à mon sens raté et une couverture Pocket tout à fait trompeuse, ne passez pas votre chemin ! Ne soyez pas effrayé non plus par le nombre de pages, vous verrez au contraire, en cours de lecture, que vous aimeriez qu'il y en ait beaucoup plus, tant vous vous serez attaché aux personnages. Mélangeant essentiellement deux époques de la vie des personnages (comme dans la série This is us), ce roman est une grande fresque qui ne s'égare pas. Contrairement à des abords trompeurs, ce n'est pas un roman tout entier sur les gangs des rues, les malfrats, etc... Il serait dommage de le vendre ainsi. Carton rouge à la mise en page des dialogues chez Pocket. Plusieurs fois dans le roman, alors qu'un dialogue vient de se terminer et que la narration reprend, le traducteur (l'éditeur ?) commet l'erreur d'insérer un tiret cadratin, si bien que vous croyez, légitimement, une seconde ou deux, que le dialogue continue, ce qui ne peut en aucune façon être le cas... Bon, c'est une broutille. On attend la série, en préparation paraît-il.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !