Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266282390
Code sériel : 2657
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 768
Format : 108 x 177 mm

Le Seigneur des anneaux - tome 1 : La Fraternité de l'Anneau

Daniel Lauzon (traduit par)
Date de parution : 08/09/2017
LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

Aux temps reculés de ce récit, la Terre est peuplée d'innombrables créatures : les Hobbits, apparentés à l'Homme, les Elfes et les Nains vivent en paix. Une paix menacée depuis que l'Anneau de Pouvoir, forgé par Sauron de Mordor, a été dérobé. Or cet anneau...
LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

Aux temps reculés de ce récit, la Terre est peuplée d'innombrables créatures : les Hobbits, apparentés à l'Homme, les Elfes et les Nains vivent en paix. Une paix menacée depuis que l'Anneau de Pouvoir, forgé par Sauron de Mordor, a été dérobé. Or cet anneau est doté d'un pouvoir maléfique qui confère à son détenteur une autorité sans limite et fait de lui le Maître du monde. Sauron s'est donc juré de le reconquérir...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266282390
Code sériel : 2657
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 768
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Nourre Posté le 13 Janvier 2022
    J'ai passé une part de mon enfance à squatter les genoux de ma mère pour assister à des parties de Warhammer. C'était la fin des années 90 et mes parents et leurs amis étaient amateurs de jdr (et de tamien)... Pas étonnant, donc, que Le Seigneur des anneaux me soit rapidement tombé entre les mains. Je l'ai lu très jeune et depuis, je l'ouvre tous les 3/4 ans pour me replonger en Terre du Milieu. Impossible de décrire à quel point il s'agit d'une œuvre importante pour moi, à quel point elle a forgé mon imaginaire. C'est sans doute Tolkien qui m'a appris à frémir de plaisir devant les sonorités des toponymies anciennes. De manière générale, je trouve qu'on a tendance à sous-estimer le style de Tolkien, qui possède une véritable force d'évocation. Un style qui puise sa beauté dans les traditions orales, les grands mythes et les épopées antiques. Le Seigneur des anneaux est une œuvre sans âge, qui ne rencontre en réalité aucun équivalent.
  • LesReveriesdeMademoiselleM Posté le 11 Janvier 2022
    Rien ne sert de trop s'attarder sur ce classique et chef d'œuvre de la Fantasy 😏 C'est la première fois que je le lis et j'en suis ressortie toute fière de l'avoir fini. Déjà que les films c'est de la grosse pepitas explosive.. 🔥 D'ailleurs, vous voulez une anecdote ?? Hier soir j'ai fini de re-re-regarder la saga. J'ai regardé le 3. Et première fois que je chiale comme une vraie Madeleine à la toute fin.. Assemblez une MUSIQUE DÉMENTE (merci #HowardShore), de belles images et une histoire qui finit que trop bien bah ouai j'ai laissé filer quelques larmichettes 👀 BREF, pour revenir au livre. Je l'ai pas fini en quelques jours car entre temps il y avait les fêtes de Noël, mais j'ai quand même adoré ma lecture tout en prenant mon temps. Tout est exactement comme dans les films, enfin les films sont plutôt exactement les livres. Du moins pour le premier tome. Par contre, petit hic ce sont les nombreux chants présents. C'est pas ce qui me passionne, j'en ai même passé certains... enfin ce sont plutôt les histoires et contes de leur monde. J'étais plus attirée par l'histoire et l'action qui se déroulait.
  • Octarine008 Posté le 8 Janvier 2022
    Première lecture du Seigneur des Anneaux. Jamais lu, jamais vu, jamais spoilée ! J’ai lu la nouvelle traduction de Daniel Lauzon. Contre toute attente, j’ai été très surprise. Je m’étais fait une certain idée du Seigneur des Anneaux, le grand classique, la 1ère grande saga de fantasy ayant eu du succès, et j’étais bien loin du compte. D’abord, le worldbuilding… Epoustouflant. J’aime les univers bien construits, travaillés et profonds, et là le travail accompli par l’auteur est titanesque. On s’y croirait vraiment, tout est travaillé, jusqu’à l’histoire de chaque région, de telle rivière… Incroyable. C’est riche, très riche, et ce dès le début, au point que je me suis souvent perdue dans les noms et dans les nombreuses légendes évoquées. Il y en a vraiment beaucoup, et ça a rendu la lecture assez ardue : on a des rois, nains, elfes ou humains, celui qui a combattu Sauron, celui qui a perdu l’Anneau, les ancêtres des différents personnages et les légendes associées, l’origine des noms des montagnes, des fleuves, des forêts, les surnoms des héros, des monstres et des armes… Les informations pleuvent de partout, et comme je débarquais de nulle part, j’ai eu beaucoup de mal à tout retenir, je regrette... Première lecture du Seigneur des Anneaux. Jamais lu, jamais vu, jamais spoilée ! J’ai lu la nouvelle traduction de Daniel Lauzon. Contre toute attente, j’ai été très surprise. Je m’étais fait une certain idée du Seigneur des Anneaux, le grand classique, la 1ère grande saga de fantasy ayant eu du succès, et j’étais bien loin du compte. D’abord, le worldbuilding… Epoustouflant. J’aime les univers bien construits, travaillés et profonds, et là le travail accompli par l’auteur est titanesque. On s’y croirait vraiment, tout est travaillé, jusqu’à l’histoire de chaque région, de telle rivière… Incroyable. C’est riche, très riche, et ce dès le début, au point que je me suis souvent perdue dans les noms et dans les nombreuses légendes évoquées. Il y en a vraiment beaucoup, et ça a rendu la lecture assez ardue : on a des rois, nains, elfes ou humains, celui qui a combattu Sauron, celui qui a perdu l’Anneau, les ancêtres des différents personnages et les légendes associées, l’origine des noms des montagnes, des fleuves, des forêts, les surnoms des héros, des monstres et des armes… Les informations pleuvent de partout, et comme je débarquais de nulle part, j’ai eu beaucoup de mal à tout retenir, je regrette de ne pas avoir pris de notes. A l’issue de ma lecture, je commence à avoir les idées plus claires, mais une seconde lecture sera nécessaire pour une meilleur compréhension. Ensuite le style : on est loin des phrases banales sujet-verbe-complément. On sent que l’auteur a travaillé ce texte pendant des années et des années, c’est vraiment impressionnant. Ce n’est pas ce que je préfère moi, car j’ai du mal avec les trop longues phrases à a fin desquelles j’ai oublié le début, mais en même temps j’ai une mémoire de poisson rouge. Le travail sur le choix des mots, sur les expressions, sur les chants, est pharaonique, et c’est très poétique, très beau. Je me suis parfois surprise à m’arrêter dans ma lecture, à relire certaines, phrases et à pleurer tellement je les trouvais belles et émouvantes. Enfin, les personnages. Que dire ? Les personnages sont comme le worldbuilding : hyper bien construits. J’ai été très contente de découvrir enfin les fameux elfes et nains de Tolkien, qui reviennent si souvent dans les récits de fantasy. Les Hobbits ne sont pas en reste, et ils m’ont bien fait rire. On leur annonce qu’un grand danger les menaces, qu’il faut prendre la fuite le plus vite possible, et eux, pépères, se préparent à un voyage de quelques semaines tout au plus avec leur maison sur le dos, nombreuses pauses déjeuners et siestes. Je ne pense pas avoir vu, en fantasy, des héros en fuite aussi zen ! Imprudents, peu discrets, on les croirait effectivement en vacances ! Je ne peux pas dire que ce soit un coup de coeur, mais j’ai apprécié ma lecture. C’est une trilogie à lire au moins une fois pour les amateurs de fantasy, mais je ne la conseillerais pas pour des débutants dans ce genre ou à des enfants. Je passe donc au tome 2…
    Lire la suite
    En lire moins
  • photonoxx Posté le 22 Décembre 2021
    Il n’est probablement pas besoin de rappeler l’histoire de ce premier volume de la série du Seigneur des anneaux, cependant, le début d’une nouvelle traduction de ce pilier de la Fantasy ne pouvait pas passer inaperçu. Finalement, dans le même esprit que la nouvelle traduction de Bilbo le Hobbit, on retrouve ici un texte largement rafraîchi et à tel point meilleur dans certains cas, que cela en fait, je trouve, une version à conseiller plus que la précédente. Je trouve particulièrement, que toutes les poésies et chansons parsemant le récit, passent de versions traduites trop littéralement, sans métrage, ni rimes, ni musicalité, à des versions certainement plus dans l’esprit du texte original, quitte à être légèrement moins littérales. Les habitués de l’ancienne traduction ou de l’adaptation cinématographique pourront au début être un peu déboussolés, puisque certains noms propres se voient traduits différemment, néanmoins, on s’y fait assez rapidement et la qualité de cette histoire nous le fait de toute façon vite oublier. Quel plaisir également de retrouver ce texte, moi qui l’avais lu il y a une vingtaine d’année, dont une bonne moitié a juste été oubliée dans la trilogie du réalisateur Peter Jackson. Cela ne prend pas une ride, d’autant plus avec la... Il n’est probablement pas besoin de rappeler l’histoire de ce premier volume de la série du Seigneur des anneaux, cependant, le début d’une nouvelle traduction de ce pilier de la Fantasy ne pouvait pas passer inaperçu. Finalement, dans le même esprit que la nouvelle traduction de Bilbo le Hobbit, on retrouve ici un texte largement rafraîchi et à tel point meilleur dans certains cas, que cela en fait, je trouve, une version à conseiller plus que la précédente. Je trouve particulièrement, que toutes les poésies et chansons parsemant le récit, passent de versions traduites trop littéralement, sans métrage, ni rimes, ni musicalité, à des versions certainement plus dans l’esprit du texte original, quitte à être légèrement moins littérales. Les habitués de l’ancienne traduction ou de l’adaptation cinématographique pourront au début être un peu déboussolés, puisque certains noms propres se voient traduits différemment, néanmoins, on s’y fait assez rapidement et la qualité de cette histoire nous le fait de toute façon vite oublier. Quel plaisir également de retrouver ce texte, moi qui l’avais lu il y a une vingtaine d’année, dont une bonne moitié a juste été oubliée dans la trilogie du réalisateur Peter Jackson. Cela ne prend pas une ride, d’autant plus avec la nouvelle traduction, et l’on se laisse toujours autant prendre dans le récit, pour peu que l’on aime les histoires qui dressent peu à peu le paysage et l’ambiance plutôt que de démarrer sur les chapeaux de roues. Un régal qui prouve encore une fois que la trilogie de Tolkien mérite bel et bien sont « statut » particulier dans le monde de la Fantasy.
    Lire la suite
    En lire moins
  • steph_bookin Posté le 18 Décembre 2021
    Depuis la sortie de l'adaptation de Peter Jackson au cinéma (l’un de mes films préférés de tous les temps), je me répète qu’il faut que je lise ce grand classique de la littérature fantasy. Il ne m’a fallu que 20 ans donc (hum hum) pour m’attaquer à ce monument, paru récemment dans une nouvelle traduction. C’est la version audio lu par T. Janssen que j’ai choisie pour m’accompagner dans la découverte de la Terre du Milieu. Je ne vous ferai pas l’affront de vous résumer les aventures de Frodo le Hobbit et de ses compagnons, sachez simplement que comme bien des générations de lecteurs avant moi, j’ai plongé avec délectation et frénésie dans cet univers, restitué avec un talent fou par le lecteur dans l'audio-livre. La fête d’anniversaire de Bilbo, les Cavaliers Noirs et leur emprise horrifique, les mille dangers du chemin, les chansons de Tom Bombadil, l’incroyable passage de la Moria, la lumineuse nostalgie qui règne dans la forêt de la dame de Lothlorien, ces mille et une aventures traversées par la compagnie hétéroclite du porteur de l’Anneau m’ont fait passer un délicieux moment. Évidemment on ne peut qu’admirer l’incroyable créativité de Tolkien, ainsi que la cohérence interne de ce... Depuis la sortie de l'adaptation de Peter Jackson au cinéma (l’un de mes films préférés de tous les temps), je me répète qu’il faut que je lise ce grand classique de la littérature fantasy. Il ne m’a fallu que 20 ans donc (hum hum) pour m’attaquer à ce monument, paru récemment dans une nouvelle traduction. C’est la version audio lu par T. Janssen que j’ai choisie pour m’accompagner dans la découverte de la Terre du Milieu. Je ne vous ferai pas l’affront de vous résumer les aventures de Frodo le Hobbit et de ses compagnons, sachez simplement que comme bien des générations de lecteurs avant moi, j’ai plongé avec délectation et frénésie dans cet univers, restitué avec un talent fou par le lecteur dans l'audio-livre. La fête d’anniversaire de Bilbo, les Cavaliers Noirs et leur emprise horrifique, les mille dangers du chemin, les chansons de Tom Bombadil, l’incroyable passage de la Moria, la lumineuse nostalgie qui règne dans la forêt de la dame de Lothlorien, ces mille et une aventures traversées par la compagnie hétéroclite du porteur de l’Anneau m’ont fait passer un délicieux moment. Évidemment on ne peut qu’admirer l’incroyable créativité de Tolkien, ainsi que la cohérence interne de ce monde. Mais rappelons aussi le génie de l'écriture de l'auteur anglais, pleine d'inventivité, de poésie dans les chansons ou les descriptions, et de nuances dans la caractérisation des personnages, jusque dans leur langage. Si vous avez envie d’être émerveillés, n’attendez plus et plongez-vous dans « Le seigneur des anneaux ». J’ai vraiment hâte de pouvoir continuer mon périple vers « Les Deux Tours », mais en attendant, je m’en vais revoir le film de Jackson (et baver devant Aragorn ! D’ailleurs Dame Arwen est bien absente de ce premier tome …) Avertissement pour ceux qui l’auraient lu dans l’ancienne traduction, il vous faudra un petit temps d’adaptation parce que le travail colossal du traducteur Daniel Lauzon s’est appliqué à adhérer aux directives de Tolkien en matière de traduction. Par conséquent, il y a beaucoup de changements, notamment dans les noms : Sacquet devient Bessac, Grand-Pas devient l’Arpenteur, etc… Ca peut déstabiliser mais cela fonctionne à merveille.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.