RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Seigneur des anneaux - tome 3 : Le Retour du Roi

            Pocket
            EAN : 9782266282383
            Code sériel : 5454
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 768
            Format : 108 x 177 mm
            Le Seigneur des anneaux - tome 3 : Le Retour du Roi

            Daniel LAUZON (Traducteur)
            Date de parution : 08/09/2017
            Alors que tous cherchent l'Anneau et désirent s'approprier son funeste pouvoir, la guerre se prépare. Le Mordor s'est armé, ses créatures malfaisantes se sont multipliées, Sauron mobilise ses troupes. La Terre du Milieu n'a plus le choix, elle doit se défendre et, déjà, les combats font rage. Les Rohirrim se regroupent... Alors que tous cherchent l'Anneau et désirent s'approprier son funeste pouvoir, la guerre se prépare. Le Mordor s'est armé, ses créatures malfaisantes se sont multipliées, Sauron mobilise ses troupes. La Terre du Milieu n'a plus le choix, elle doit se défendre et, déjà, les combats font rage. Les Rohirrim se regroupent pour faire face à la menace.
            Mais si l'Anneau tombe entre les mains du Seigneur Sombre, qui pourra l'arrêter ? Tous les espoirs reposent sur Frodo.
            Face à la Porte Noire, celui-ci est désemparé. Comment passer et atteindre la Montagne du Feu ? Il doit tenter sa chance, en passant par le haut col de Cirith Ungol. Le simple Hobbit rassemble toutes ses forces, son courage et se dresse, seul ou presque, face au Maître de l'Anneau.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266282383
            Code sériel : 5454
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 768
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            7.90 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • morgane2993 Posté le 14 Avril 2019
              Sur une terre fantasmée vivent de multiples créatures, bienveillantes ou malveillantes. Appartenant à la première catégorie, les hobbits ou demi-hommes vivent dans la paix jusqu'à l'arrivée du magicien Gandalf, le porteur de mauvaises nouvelles. Selon lui, l'aura maléfique de Sauron gagne en puissance et pourrait bien dominer le monde si le despote venait à prendre possession de l'Anneau Unique, pour l'instant aux mains de Bilbo. Une seule solution : le détruire, en le jetant dans les flammes du Mordor. Mais Bilbo est trop vieux pour accomplir cette quête, et la confie donc à son neveu Frodo. Ce dernier aura besoin de toutes les ressources nécessaires pour accomplir ce périlleux voyage, ainsi que d'amis fidèles et intrépides. Vicieux, l'Anneau de Pouvoir pourrait bien mettre un terme à la Fraternité... ainsi qu'au monde tel qu'ils le connaissaient. Majestueuse et glaçante, cette oeuvre fabuleuse bouleverse le lecteur en rendant les combats pesants et dynamiques les descriptions, au point que la nature et la fuite inexorable du temps synonyme d'altération se font plus effrayantes encore qu'un Sauron dont on ne connaît même pas l'apparence. De la même façon, les orques, nazgûls et autres gobelins se révèlent moins dangereux que les traîtres humains et hobbits et... Sur une terre fantasmée vivent de multiples créatures, bienveillantes ou malveillantes. Appartenant à la première catégorie, les hobbits ou demi-hommes vivent dans la paix jusqu'à l'arrivée du magicien Gandalf, le porteur de mauvaises nouvelles. Selon lui, l'aura maléfique de Sauron gagne en puissance et pourrait bien dominer le monde si le despote venait à prendre possession de l'Anneau Unique, pour l'instant aux mains de Bilbo. Une seule solution : le détruire, en le jetant dans les flammes du Mordor. Mais Bilbo est trop vieux pour accomplir cette quête, et la confie donc à son neveu Frodo. Ce dernier aura besoin de toutes les ressources nécessaires pour accomplir ce périlleux voyage, ainsi que d'amis fidèles et intrépides. Vicieux, l'Anneau de Pouvoir pourrait bien mettre un terme à la Fraternité... ainsi qu'au monde tel qu'ils le connaissaient. Majestueuse et glaçante, cette oeuvre fabuleuse bouleverse le lecteur en rendant les combats pesants et dynamiques les descriptions, au point que la nature et la fuite inexorable du temps synonyme d'altération se font plus effrayantes encore qu'un Sauron dont on ne connaît même pas l'apparence. De la même façon, les orques, nazgûls et autres gobelins se révèlent moins dangereux que les traîtres humains et hobbits et ceux qui renoncent à se battre. Derrière l'imaginaire, c'est un univers bien familier qui s'esquisse, bien plus complexe et moins manichéen qu'il n'y paraît au premier abord. D'une richesse inextinguible, Le Seigneur des Anneaux allie la virtuosité stylistique propre aux belles lettres aux caractéristiques de la littérature de genre : forme cyclique, créatures surnaturelles, ou confrontation entre les forces du Bien et les forces du Mal, traditionnellement associées à la métaphore de l'ombre et de la lumière. Un des livres qu'il faut avoir lus dans sa vie.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Gaphanie Posté le 1 Avril 2019
              Le Retour du Roi voit le dénouement final de la folle entreprise d'aller jeter l'Anneau dans la Montagne du Destin. J'ai aimé la façon très inattendue que Tolkien a trouvée de résoudre cette affaire, et aussi le fait que l'issue arrive assez tôt dans le livre, le reste étant consacré à nous décrire "l'après" de nos héros. Mais j'anticipe ! Avant les retours au pays (pas si idylliques qu'escompté), les recouvrements de trône et autres mariages, il y a... la guerre ! Et quelle splendide bataille que celle qui va se jouer au pied de Minas Tirith ! Pendant que Pippin veille sur l'Intendant du Gondor, qui perd franchement la boule, et surtout sur son fils Faramir, en danger de mort, Merry arrive en douce avec les hommes de Théoden, en croupe d'un étrange cavalier : Dame Eowyn, qui a jugé injuste de ne pouvoir participer à la défense de tout ce à quoi elle tient, et qui, comprenant mieux que tout autre l'envie de participer aux combats de Merry, l'emmène clandestinement aux combats. Et ça tombe bien, quand on sait que le Roi des Nazguls ne peut être tué de main d'homme.... Et puis peut-être aussi qu'elle n'a pas tellement envie... Le Retour du Roi voit le dénouement final de la folle entreprise d'aller jeter l'Anneau dans la Montagne du Destin. J'ai aimé la façon très inattendue que Tolkien a trouvée de résoudre cette affaire, et aussi le fait que l'issue arrive assez tôt dans le livre, le reste étant consacré à nous décrire "l'après" de nos héros. Mais j'anticipe ! Avant les retours au pays (pas si idylliques qu'escompté), les recouvrements de trône et autres mariages, il y a... la guerre ! Et quelle splendide bataille que celle qui va se jouer au pied de Minas Tirith ! Pendant que Pippin veille sur l'Intendant du Gondor, qui perd franchement la boule, et surtout sur son fils Faramir, en danger de mort, Merry arrive en douce avec les hommes de Théoden, en croupe d'un étrange cavalier : Dame Eowyn, qui a jugé injuste de ne pouvoir participer à la défense de tout ce à quoi elle tient, et qui, comprenant mieux que tout autre l'envie de participer aux combats de Merry, l'emmène clandestinement aux combats. Et ça tombe bien, quand on sait que le Roi des Nazguls ne peut être tué de main d'homme.... Et puis peut-être aussi qu'elle n'a pas tellement envie de vivre, vu qu'Aragorn, promis à Arwen, a - gentiment, certes - repoussé ses avances... Enfin, malgré les renforts des Cavaliers du Rohan, il faudra quand même l'arrivée d'Aragorn, justement, évidemment escorté des désormais inséparables Legolas et Gimli, ainsi que de... eh bien... disons de combattants assez inattendus, pour renverser la situation. De leur côté, Frodon et Sam progressent.. lentement, péniblement, et doivent faire face à de cruels revers et trahisons... Pas de nouvelles, bonnes nouvelles ! du coup, pour laisser à Frodon une chance d'achever son périple et sa mission, voilà tous nos combattants en route comme un seul homme partis squatter le parvis de Sauron, histoire d'accaparer son attention. Question timing, c'est assez serré, vraiment. Et puis l'après, le retour dans la Comté... Disons que certains n'en ont pas autant fini avec les combats qu'ils auraient pu le croire, mais qu'ils sont maintenant aptes à gérer la situation. Et vraiment, cette partie aussi est un régal. On voit Dame Eowyn reprendre goût à la vie grâce à un charment jeune homme ^^, Aragorn être couronné, et convoler en justes noces, Legolas et Gimli décider de voyager ensemble, les Hobbits se rétablir et rentrer chez eux pour y faire un grand ménage, très jubilatoire, d'ailleurs. Un troisième tome qui clôt les aventures de nos héros sans qu'on ait l'impression de les quitter trop tôt. On sait précisément ce qu'ils deviennent, même longtemps après. Pour autant, tout n'est pas bien qui finit bien. Et certaines séparations, inéluctables, feront encore couler des larmes.
              Lire la suite
              En lire moins
            • JCLDLGR Posté le 18 Mars 2019
              La fin de la série garde la créativité, le souffle épique et la violence des tomes précédents, et le retour au calme final est comme une musique ensoleillée. Je comprends en refermant le livre, que cette trilogie soit devenue culte. Il est rare que dans une trilogie ou plus, tous les opus soient de même niveau, mais là c'est vraiment le cas. j'ai du accélérer ma lecture, pressé par la sortie du film, avec quelques nuits blanches en prime mais je ne le regrette pas. Relisant les autres critiques antérieures, je n'ajouterai rien en allant plus loin.
            • book-en-stock Posté le 15 Février 2019
              Ainsi s’achève ma lecture du « Seigneur des anneaux ». Après quasiment 1800 pages et presque deux mois de lecture, j’ai le sentiment d’être passée par tous les états : doute, angoisse, peur, surprise, rire, larmes, agacement, émerveillement, … tout sauf l’ennui ! Un long voyage littéraire riche au possible ! Et comme le disent les Hobbits en fin de parcours, j’ai l’impression de ne plus être tout à fait la même… :-) Si Tolkien s’amuse parfois à faire des clins d’œil à ses lecteurs ou encore s’il se divertit à les mettre en attente en délayant le récit principal en de multiples autres tous aussi passionnants, il est clair qu’il ne se fiche pas d’eux, et la fin de l’aventure est aussi soignée que le reste du roman. Une fin sublime, inattendue mais tellement évidente en même temps ! L’auteur a fait exister pleinement ce monde imaginaire. J’ai aimé la large part donnée à chaque personnage dans l’histoire et dans la résolution de la quête, et comment on passe des uns aux autres dans la suite des chapitres tout en progressant dans l’intrigue. Intrigue au demeurant fort complexe où tout se met en place peu à peu comme dans un immense puzzle.... Ainsi s’achève ma lecture du « Seigneur des anneaux ». Après quasiment 1800 pages et presque deux mois de lecture, j’ai le sentiment d’être passée par tous les états : doute, angoisse, peur, surprise, rire, larmes, agacement, émerveillement, … tout sauf l’ennui ! Un long voyage littéraire riche au possible ! Et comme le disent les Hobbits en fin de parcours, j’ai l’impression de ne plus être tout à fait la même… :-) Si Tolkien s’amuse parfois à faire des clins d’œil à ses lecteurs ou encore s’il se divertit à les mettre en attente en délayant le récit principal en de multiples autres tous aussi passionnants, il est clair qu’il ne se fiche pas d’eux, et la fin de l’aventure est aussi soignée que le reste du roman. Une fin sublime, inattendue mais tellement évidente en même temps ! L’auteur a fait exister pleinement ce monde imaginaire. J’ai aimé la large part donnée à chaque personnage dans l’histoire et dans la résolution de la quête, et comment on passe des uns aux autres dans la suite des chapitres tout en progressant dans l’intrigue. Intrigue au demeurant fort complexe où tout se met en place peu à peu comme dans un immense puzzle. Si certains lecteurs y trouvent quelques longueurs, ce n’est pas mon cas. J’ai savouré chaque page, chaque ligne et j’ai la certitude que rien n’est écrit au hasard. Chaque personnage grandit et vit son histoire particulière en parallèle : quelques-uns s’effacent dans ce dernier volume et d’autres se révèlent véritablement mais au terme de la trilogie tous se seront illustré à un moment donné. J’ai particulièrement aimé l’évolution de Gandalf, d’Aragorn, de Faramir et de Sam. Enfin j’ai apprécié la rencontre surprenante avec les Ents puis les Hommes Sauvages. Mais il y a tant d’autres passages qui laissent des images nettes gravées dans mon esprit… Pour conclure je ne dirai qu’une chose : merci M. Tolkien pour votre talent de conteur!
              Lire la suite
              En lire moins
            • sayv Posté le 1 Février 2019
              Génial
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.