Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266272452
Code sériel : 16886
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 960
Format : 108 x 177 mm

Le Soleil des rebelles

Date de parution : 09/05/2019
Royaume de Saxe, 1407. Marcus II, prince héritier, grandit choyé dans son château, nourri de tartes aux pommes, vêtu de fourrures épaisses le protégeant du froid. Au début de l’hiver, tandis que l’enfant s’émerveille de la tombée des premières neiges, l’impitoyable Agomar, seigneur du royaume voisin, pénètre avec ses troupes... Royaume de Saxe, 1407. Marcus II, prince héritier, grandit choyé dans son château, nourri de tartes aux pommes, vêtu de fourrures épaisses le protégeant du froid. Au début de l’hiver, tandis que l’enfant s’émerveille de la tombée des premières neiges, l’impitoyable Agomar, seigneur du royaume voisin, pénètre avec ses troupes dans l’enceinte fortifiée. Sous les yeux impuissants du jeune Marcus, les membres de sa famille et de la Cour sont massacrés.
Grâce à la fille d’une domestique il parvient à s’enfuir et trouve refuge chez les serfs. Une nouvelle vie commence pour le prince. Mais l’héritier saura-t-il oublier d’où il vient pour survivre ?

« Beaucoup de suspense, sans oublier une histoire d’amour avec un grand A ! » Sandrine Bajos – Le Parisien

« Rien ne pouvait amuser davantage ce Tarantino médiéval que de raconter la construction balbutiante de l’Europe, dans le sang et dans les larmes. » Didier Jacob – L’Obs
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266272452
Code sériel : 16886
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 960
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Le Dickens italien. »  « Des pavés que l’on n’arrive pas à lâcher un fois la première page lue. Luca di Fulvio a le don d’entraîner son lecteur dans une épopée romanesque à 100 à l’heure. Un zeste de violence, beaucoup de suspense, sans oublier une histoire d’amour avec un grand A ! » Sandrine Bajos, Le Parisien.
« Rien ne pouvait amuser davantage ce Tarantino médiéval que de raconter la construction balbutiante de l'Europe, dans le sang et dans les larmes. Le Soleil des Rebelles offre une galerie de personnages hauts en couleur, brutes épaisses qui feraient passer Game of Thrones pour "Bambi". » Didier Jacob, L’Obs.
 
Presse

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Loan Posté le 10 Juin 2020
    Bon, j'admets, mon cœur reste au Gang des rêves.. Mais j'ai un petit faible pour l'écriture de Luca Di Fulvio - facile à lire mais non dénuée de qualité - et il restera ma valeur sûre dès que j'aurai envie de lire un roman d'aventures qui me transportera sans aucune difficulté vers des époques et des paysages lointains.
  • autempsdeslivres Posté le 4 Juin 2020
    Luca di Fulvio nous emmène au Royaume de Saxe, au XVème siècle où le destin va frapper et transformer la vie du petit Marcus II de Saxe, sauvé in extremis par Eloisa et sa mère, Agnete, Marcus devenu Mikael va devoir apprendre à vivre comme un serf de la glèbe et surtout cacher son identité. Encore une fois, cet auteur a su créer de très beaux personnages avec chacun sa personnalité, il les a rendus touchants dans leurs faiblesses, leurs rudesses qui cachent un coeur en or, beaux dans leurs forces. Si le personnage principal est un garçon et celui qui va être la petite étincelle ranimant l’espoir et le courage dans les coeurs des hommes, les femmes ont une place extrêmement importante avec Agnete, Eloisa, Emoke et aussi Lukrecia. Aux personnages masculins sont dévolus les rôles de méchants ou de mentor. Le soleil des rebelles est un magnifique roman sur la résilience, l’importance de ne jamais abandonner et de continuer à se battre pour réaliser ses rêves surtout lorsque l’on croit qu’ils sont justes. Les personnages sont tous incroyables et extrêmement bien construits et il est difficile de les quitter. Luca di Fulvio est un magicien des mots qui parvient... Luca di Fulvio nous emmène au Royaume de Saxe, au XVème siècle où le destin va frapper et transformer la vie du petit Marcus II de Saxe, sauvé in extremis par Eloisa et sa mère, Agnete, Marcus devenu Mikael va devoir apprendre à vivre comme un serf de la glèbe et surtout cacher son identité. Encore une fois, cet auteur a su créer de très beaux personnages avec chacun sa personnalité, il les a rendus touchants dans leurs faiblesses, leurs rudesses qui cachent un coeur en or, beaux dans leurs forces. Si le personnage principal est un garçon et celui qui va être la petite étincelle ranimant l’espoir et le courage dans les coeurs des hommes, les femmes ont une place extrêmement importante avec Agnete, Eloisa, Emoke et aussi Lukrecia. Aux personnages masculins sont dévolus les rôles de méchants ou de mentor. Le soleil des rebelles est un magnifique roman sur la résilience, l’importance de ne jamais abandonner et de continuer à se battre pour réaliser ses rêves surtout lorsque l’on croit qu’ils sont justes. Les personnages sont tous incroyables et extrêmement bien construits et il est difficile de les quitter. Luca di Fulvio est un magicien des mots qui parvient à chaque fois à nous emporter dans ses univers, dans ses histoires auprès de personnages qui nous ressemblent tant dans leurs forces et dans leurs faiblesses d’être humain. Merci pour ce roman qui a été un immense coup de coeur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ondelette Posté le 6 Mai 2020
    Une intrigue digne des "Piliers de la terre" et du "Trône de fer".
  • Kay13 Posté le 25 Avril 2020
    Le soleil des rebelles, Luca Di Fulvio Marcus II de Saxe n'est qu'un enfant lorsqu'il voit sa famille périr dans une attaque barbare. Il devra son salut a la petite Eloisa, fille de lavandière, sage-femme et herboriste à ses heures. Mais pour pouvoir devenir un serf, il faudra en apprendre les rudiments, la vie rude, l'inconfort. Il faudra devenir Michael, oublier son passé et créer des muscles et un corps prêts à tout affronter. Ce recit est celui d'une quête... celle de la vérité, celle de la liberté. De l'inné à l'acquis, des batailles qui en valent la peine, de nos choix, de nos doutes, de nos guerres intérieures. Michael a le choix : rester sur ce qu'il a perdu et en ressentir de la haine, où devenir l'homme qu'il pourrait être et s'ouvrir au monde. Le soleil des rebelles est un magnifique comte. J'ai été émue aux larmes face à cette magnifique histoire... en ces périodes de confinement, d'incertitudes, de doutes et de mutations profondes, cette histoire fait du bien. Elle réconcilie avec la nature humaine et fait croire au beau. Créons ce gang, ce changement, que nous souhaitons tant vouloir voir émerger. Soyons ce nouveau modèle, en revenant aux sources... Le soleil des rebelles, Luca Di Fulvio Marcus II de Saxe n'est qu'un enfant lorsqu'il voit sa famille périr dans une attaque barbare. Il devra son salut a la petite Eloisa, fille de lavandière, sage-femme et herboriste à ses heures. Mais pour pouvoir devenir un serf, il faudra en apprendre les rudiments, la vie rude, l'inconfort. Il faudra devenir Michael, oublier son passé et créer des muscles et un corps prêts à tout affronter. Ce recit est celui d'une quête... celle de la vérité, celle de la liberté. De l'inné à l'acquis, des batailles qui en valent la peine, de nos choix, de nos doutes, de nos guerres intérieures. Michael a le choix : rester sur ce qu'il a perdu et en ressentir de la haine, où devenir l'homme qu'il pourrait être et s'ouvrir au monde. Le soleil des rebelles est un magnifique comte. J'ai été émue aux larmes face à cette magnifique histoire... en ces périodes de confinement, d'incertitudes, de doutes et de mutations profondes, cette histoire fait du bien. Elle réconcilie avec la nature humaine et fait croire au beau. Créons ce gang, ce changement, que nous souhaitons tant vouloir voir émerger. Soyons ce nouveau modèle, en revenant aux sources pour devenir cette belle personne que nous souhaiterions être ! Le talent de Luca n'est plus à prouver... j'ai lu tous ses livres dans le desordre (ce qui est profondément à mon image), et je les tous adoré. Je ne saurai dire lequel m'a le plus plu.. ils ont tous resonnés en moi à des moments très particuliers. J'aime Luca, sa plume, sa façon de voir les choses, son rire haut et son regard d'enfant! Mais j'ai aussi le recul nécessaire pour voir dans ces écrits le génie qui est le sien... si vous voulez vous faire du bien en cette période si délicate n'hésitez plus... allez retrouver des couleurs au Soleil des Rebelles !
    Lire la suite
    En lire moins
  • belette2911 Posté le 21 Avril 2020
    Marcus est un jeune prince, appelé à régner (araignée, quel drôle de nom) un jour sur le petit royaume de son père. La convoitise étant mère de bien des vices et des crimes, le voisin, attiré par l’odeur alléchée des richesses qu’il convoite, fit massacrer tout le monde afin d’annexer ce territoire au sien. Tout le monde est tué ? Non, le jeune héritier, Marcus, a échappé au massacre et il résiste encore et toujours à la mort, caché dans le sol, sous une trappe, chez une sage-femme et on l’a renommé Mikael. Cela ne vous fait pas penser à une histoire universelle et bien connue, même si l’oncle assassin est remplacé par un seigneur voisin ? L’histoire d’un héritier qui, à un moment donné, va comprendre qu’il doit récupérer son royaume et ne pas oublier qui il est ? Bingo ! Le roi lion ! Quoi, vous pensiez à autre chose ? Qu’il y avait quelque chose de pourri au royaume de Saxe ? Si l’histoire racontée est universelle, c’est le talent de conteur de l’auteur qu’il faut mettre en avant car, grâce à sa plume, il va nous transporter en l’an de grâce 1407 mieux que si vous étiez réellement. Le froid mordra... Marcus est un jeune prince, appelé à régner (araignée, quel drôle de nom) un jour sur le petit royaume de son père. La convoitise étant mère de bien des vices et des crimes, le voisin, attiré par l’odeur alléchée des richesses qu’il convoite, fit massacrer tout le monde afin d’annexer ce territoire au sien. Tout le monde est tué ? Non, le jeune héritier, Marcus, a échappé au massacre et il résiste encore et toujours à la mort, caché dans le sol, sous une trappe, chez une sage-femme et on l’a renommé Mikael. Cela ne vous fait pas penser à une histoire universelle et bien connue, même si l’oncle assassin est remplacé par un seigneur voisin ? L’histoire d’un héritier qui, à un moment donné, va comprendre qu’il doit récupérer son royaume et ne pas oublier qui il est ? Bingo ! Le roi lion ! Quoi, vous pensiez à autre chose ? Qu’il y avait quelque chose de pourri au royaume de Saxe ? Si l’histoire racontée est universelle, c’est le talent de conteur de l’auteur qu’il faut mettre en avant car, grâce à sa plume, il va nous transporter en l’an de grâce 1407 mieux que si vous étiez réellement. Le froid mordra votre peau, les manches des outils déchireront vos mains délicates, la pluie ruissellera sur vos épaules frêles et votre estomac connaîtra la faim. Les injustices vous tomberont dessus pire qu’une invasion de sauterelles et puisque vous appartenez à votre seigneur et maître et que ce dernier est un sale type capricieux, sadique, méchant, assoiffé d’argent, têtu, tyrannique, il se repaîtra de votre souffrance. Si le réalisme ne manque pas du côté des décors et de la dure vie des serfs, je mettrai un petit carton rouge pour les personnages un peu trop manichéen à mon goût. Que les gentils soient bons, ça passe encore car Di Fulvio nous a créé des personnages attachants, bourrus, mais auxquels il est difficile de ne pas adhérer. Le bât blesse au niveau des méchants… Autant où Scar était méchant mais emblématique, autant il a manqué d’épaisseur au seigneur d’Ojsternik. Qu’il soit sadique et tyrannique, je n’en doute pas un seul instant, à cette époque, la vie n’a aucune valeur. Mais l’auteur aurait dû mettre un peu plus de profondeur à ce personnage central pour en faire un Méchant qui marque les esprits, tels un Scar ou un Geoffrey dans "Game Of Thrones". Le grand méchant de cette histoire m’a simplement agacée (au départ, il m’avait horrifiée). Un autre petit bémol sera pour la longueur… Non pas celle des pages, mais des brimades subies par les petites gens de la Raühnvahl, où Marcus/Mikael a trouvé refuge. Certes, je ne nierai pas que ces gens étaient à la merci de leur seigneur et que si ce dernier était cruel, ils allaient en baver, mais à force qu’il leur arrive trop d’horreurs, ça perd de sa puissance, le cerveau se déconnecte et on n’attend qu’une chose, que Marcus/Mikael arrive enfin à sa vengeance pour éliminer cet enculé de méchant qui n’a même pas entièrement l’étoffe d’un grand, même si, lui au moins n’est pas un cruel trouillard, comme Geoffrey Barathéon (GOT). Le final est prévisible, de ce côté-là pas de surprise à attendre de la part de l’auteur. Je ne dirai rien là-dessus, un peu de douceur après toutes ces brutalités, ces horreurs, ces privations, ces brimades, ces assassinats, ça fait du bien. Ce ne sera pas un coup de coeur total, mais n’allez pas non plus croire que je me sois embêtée durant ma lecture, loin de là ! Je l’ai appréciée, vraiment, mais quelques détails m’ont fait tiquer et si chez les autres, c’est passé comme une lettre à la poste, ça passera peut-être muscade chez vous aussi. Il me reste encore deux pavés de cet auteur et je les lirai aussi car les aventures sont belles et les personnages "gentils" sont attachants, du genre de ceux qu’on aimerait croiser dans sa vie.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    50 romans incontournables à offrir ce Noël

    Des romans primés, des thrillers entêtants, des auteurs stars, des étoiles montantes, des héros inoubliables... Dans notre hotte, il y a des histoires pour tous les goûts et toutes les envies. Découvrez vite notre sélection de 50 romans incontournables à offrir ce Noël.

    Lire l'article