Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266274180
Code sériel : 16938
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 624
Format : 108 x 177 mm

Le temps est assassin

Date de parution : 04/05/2017
Été 1989. La Corse, presqu’île de la Revellata, entre mer et montagne. Sur cette route de corniche, au-dessus d’un ravin de vingt mètres, une voiture roule trop vite et bascule dans le vide. Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère n’ont pas eu la même... Été 1989. La Corse, presqu’île de la Revellata, entre mer et montagne. Sur cette route de corniche, au-dessus d’un ravin de vingt mètres, une voiture roule trop vite et bascule dans le vide. Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère n’ont pas eu la même chance.
Été 2016. Clotilde revient pour la première fois sur les lieux du drame, accompagnée de son mari et de sa fille adolescente. Elle veut profiter de ces vacances pour exorciser le passé. C’est au camping dans lequel elle a vécu son dernier été avec ses parents que l’attend une lettre… de sa mère. Vivante ?

« Magnifique, tout simplement. » Femme actuelle

« Une bombe. » Le Parisien
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266274180
Code sériel : 16938
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 624
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Commence alors une extraordinaire enquête menée avec maestria par Michel Bussi. Il est passé maître dans l'art de trousser un roman policier psychologique. » Le Figaro littéraire
« Si, au fil des chapitres, personnages et rebondissements s'entremêlent aussi sûrement que les indices, l'intrigue nous tient en haleine jusqu'aux dernières lignes. Magnifique, tout simplement. » Femme actuelle
« Michel Bussi, au sommet de son art, s'amuse à nous fourvoyer sur les chemins tortueux qui flirtent avec le vide et la Méditéranée. » Gala
« Au fil de ce polar addictif et fin, à l'écriture imagée. Bussi démêle brillamment cet écheveau. Une bombe. » Le Parisien

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Marcuyttendaele Posté le 8 Août 2021
    Un beau polar. Une jeune femme, Clotilde revient en Corse 27 ans après y avoir perdu sa mère, son père et son frère dans un accident de la route dont elle est la seule rescapée. Le livre se décline sur deux plans : l’histoire actuelle avec ses mystères et ses angoisses qui font ressurgir la passé. Des doutes sur la réalité de la mort de sa mère, Palma et le journal intime qu’elle avait écrit en temps réel 27 ans plus tôt. Le dénouement fait apparaître que sa mère n’est pas morte mais qu’à sa place dans la voiture avait pris place sa rivale habillée et coiffée pareilles et ce afin de montrer à son père (l’homme qu’elle aimait depuis toute petite et à qui elle était promise et dont elle eut peur un fils handicapé à la suite d’une tentative de suicide) qu’elle rivalisait avec sa mère et pouvait la remplacer. L’assassin est vieil allemand qui voulait venger le suicide de son fils Herman. Celui-ci n’avait pas supporté que le frère de Clotilde recueille les faveurs de la plus jolie ado du groupe, Mari Chjara. Ils devaient faire une virée en douce dans la fuego rouge. Il l’a sabotée... Un beau polar. Une jeune femme, Clotilde revient en Corse 27 ans après y avoir perdu sa mère, son père et son frère dans un accident de la route dont elle est la seule rescapée. Le livre se décline sur deux plans : l’histoire actuelle avec ses mystères et ses angoisses qui font ressurgir la passé. Des doutes sur la réalité de la mort de sa mère, Palma et le journal intime qu’elle avait écrit en temps réel 27 ans plus tôt. Le dénouement fait apparaître que sa mère n’est pas morte mais qu’à sa place dans la voiture avait pris place sa rivale habillée et coiffée pareilles et ce afin de montrer à son père (l’homme qu’elle aimait depuis toute petite et à qui elle était promise et dont elle eut peur un fils handicapé à la suite d’une tentative de suicide) qu’elle rivalisait avec sa mère et pouvait la remplacer. L’assassin est vieil allemand qui voulait venger le suicide de son fils Herman. Celui-ci n’avait pas supporté que le frère de Clotilde recueille les faveurs de la plus jolie ado du groupe, Mari Chjara. Ils devaient faire une virée en douce dans la fuego rouge. Il l’a sabotée mais finalement c’est le père qui a pris la voiture, avec sa « fausse » femme et ses enfants. Herman, promis à un bel avenir, ne l’a pas supporté et s’est suicidé. Après la décès de son fils, le grand père corse avait organisé un procès et condamné Palma à être emprisonnée à perpétuité dans le maquis. C’est le demi-frère de Clotilde, le fils de sa rivale, qui portait à cette dernière des messages de vie. Le vieil allemand a enlevé Palma et sa petite fille Valérie et a voulu, atteint d’un cancer, avec une Fuego rouge se suicider en les tuant, 27 ans après au même endroit. Le grand père, cependant, plonge pour les sauver et elles sont recueillies par Natale, l’homme qui amadouait les dauphins et dont Clotilde était amoureuse à l’époque et avec qui sa mère flirtait. Il a épousé la disgracieuse fille du commissaire local et vit une idylle momentanée avec Clotilde. Le grand père refuse son aide et meurt. 27 ans plus tard, le sanctuaire des dauphins est créé. Clotilde est en paix. Un excellent Bussi, haletant, agréable à lire, qui a un rare parfum de Corse, d’omerta, de maquis. Une très agréable lecture d’été.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Marcuyttendaele Posté le 8 Août 2021
    Un beau polar. Une jeune femme, Clotilde revient en Corse 27 ans après y avoir perdu sa mère, son père et son frère dans un accident de la route dont elle est la seule rescapée. Le livre se décline sur deux plans : l’histoire actuelle avec ses mystères et ses angoisses qui font ressurgir la passé. Des doutes sur la réalité de la mort de sa mère, Palma et le journal intime qu’elle avait écrit en temps réel 27 ans plus tôt. Le dénouement fait apparaître que sa mère n’est pas morte mais qu’à sa place dans la voiture avait pris place sa rivale habillée et coiffée pareilles et ce afin de montrer à son père (l’homme qu’elle aimait depuis toute petite et à qui elle était promise et dont elle eut peur un fils handicapé à la suite d’une tentative de suicide) qu’elle rivalisait avec sa mère et pouvait la remplacer. L’assassin est vieil allemand qui voulait venger le suicide de son fils Herman. Celui-ci n’avait pas supporté que le frère de Clotilde recueille les faveurs de la plus jolie ado du groupe, Mari Chjara. Ils devaient faire une virée en douce dans la fuego rouge. Il l’a sabotée... Un beau polar. Une jeune femme, Clotilde revient en Corse 27 ans après y avoir perdu sa mère, son père et son frère dans un accident de la route dont elle est la seule rescapée. Le livre se décline sur deux plans : l’histoire actuelle avec ses mystères et ses angoisses qui font ressurgir la passé. Des doutes sur la réalité de la mort de sa mère, Palma et le journal intime qu’elle avait écrit en temps réel 27 ans plus tôt. Le dénouement fait apparaître que sa mère n’est pas morte mais qu’à sa place dans la voiture avait pris place sa rivale habillée et coiffée pareilles et ce afin de montrer à son père (l’homme qu’elle aimait depuis toute petite et à qui elle était promise et dont elle eut peur un fils handicapé à la suite d’une tentative de suicide) qu’elle rivalisait avec sa mère et pouvait la remplacer. L’assassin est vieil allemand qui voulait venger le suicide de son fils Herman. Celui-ci n’avait pas supporté que le frère de Clotilde recueille les faveurs de la plus jolie ado du groupe, Mari Chjara. Ils devaient faire une virée en douce dans la fuego rouge. Il l’a sabotée mais finalement c’est le père qui a pris la voiture, avec sa « fausse » femme et ses enfants. Herman, promis à un bel avenir, ne l’a pas supporté et s’est suicidé. Après la décès de son fils, le grand père corse avait organisé un procès et condamné Palma à être emprisonnée à perpétuité dans le maquis. C’est le demi-frère de Clotilde, le fils de sa rivale, qui portait à cette dernière des messages de vie. Le vieil allemand a enlevé Palma et sa petite fille Valérie et a voulu, atteint d’un cancer, avec une Fuego rouge se suicider en les tuant, 27 ans après au même endroit. Le grand père, cependant, plonge pour les sauver et elles sont recueillies par Natale, l’homme qui amadouait les dauphins et dont Clotilde était amoureuse à l’époque et avec qui sa mère flirtait. Il a épousé la disgracieuse fille du commissaire local et vit une idylle momentanée avec Clotilde. Le grand père refuse son aide et meurt. 27 ans plus tard, le sanctuaire des dauphins est créé. Clotilde est en paix. Un excellent Bussi, haletant, agréable à lire, qui a un rare parfum de Corse, d’omerta, de maquis. Une très agréable lecture d’été.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Marcuyttendaele Posté le 8 Août 2021
    Un beau polar. Une jeune femme, Clotilde revient en Corse 27 ans après y avoir perdu sa mère, son père et son frère dans un accident de la route dont elle est la seule rescapée. Le livre se décline sur deux plans : l’histoire actuelle avec ses mystères et ses angoisses qui font ressurgir la passé. Des doutes sur la réalité de la mort de sa mère, Palma et le journal intime qu’elle avait écrit en temps réel 27 ans plus tôt. Le dénouement fait apparaître que sa mère n’est pas morte mais qu’à sa place dans la voiture avait pris place sa rivale habillée et coiffée pareilles et ce afin de montrer à son père (l’homme qu’elle aimait depuis toute petite et à qui elle était promise et dont elle eut peur un fils handicapé à la suite d’une tentative de suicide) qu’elle rivalisait avec sa mère et pouvait la remplacer. L’assassin est vieil allemand qui voulait venger le suicide de son fils Herman. Celui-ci n’avait pas supporté que le frère de Clotilde recueille les faveurs de la plus jolie ado du groupe, Mari Chjara. Ils devaient faire une virée en douce dans la fuego rouge. Il l’a sabotée... Un beau polar. Une jeune femme, Clotilde revient en Corse 27 ans après y avoir perdu sa mère, son père et son frère dans un accident de la route dont elle est la seule rescapée. Le livre se décline sur deux plans : l’histoire actuelle avec ses mystères et ses angoisses qui font ressurgir la passé. Des doutes sur la réalité de la mort de sa mère, Palma et le journal intime qu’elle avait écrit en temps réel 27 ans plus tôt. Le dénouement fait apparaître que sa mère n’est pas morte mais qu’à sa place dans la voiture avait pris place sa rivale habillée et coiffée pareilles et ce afin de montrer à son père (l’homme qu’elle aimait depuis toute petite et à qui elle était promise et dont elle eut peur un fils handicapé à la suite d’une tentative de suicide) qu’elle rivalisait avec sa mère et pouvait la remplacer. L’assassin est vieil allemand qui voulait venger le suicide de son fils Herman. Celui-ci n’avait pas supporté que le frère de Clotilde recueille les faveurs de la plus jolie ado du groupe, Mari Chjara. Ils devaient faire une virée en douce dans la fuego rouge. Il l’a sabotée mais finalement c’est le père qui a pris la voiture, avec sa « fausse » femme et ses enfants. Herman, promis à un bel avenir, ne l’a pas supporté et s’est suicidé. Après la décès de son fils, le grand père corse avait organisé un procès et condamné Palma à être emprisonnée à perpétuité dans le maquis. C’est le demi-frère de Clotilde, le fils de sa rivale, qui portait à cette dernière des messages de vie. Le vieil allemand a enlevé Palma et sa petite fille Valérie et a voulu, atteint d’un cancer, avec une Fuego rouge se suicider en les tuant, 27 ans après au même endroit. Le grand père, cependant, plonge pour les sauver et elles sont recueillies par Natale, l’homme qui amadouait les dauphins et dont Clotilde était amoureuse à l’époque et avec qui sa mère flirtait. Il a épousé la disgracieuse fille du commissaire local et vit une idylle momentanée avec Clotilde. Le grand père refuse son aide et meurt. 27 ans plus tard, le sanctuaire des dauphins est créé. Clotilde est en paix. Un excellent Bussi, haletant, agréable à lire, qui a un rare parfum de Corse, d’omerta, de maquis. Une très agréable lecture d’été.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MAMIEMARIANNA Posté le 30 Juillet 2021
    Un accident de voiture prive une jeune fille de ses parents et son frère. Un peu moins de trente ans plus tard, elle revient avec son mari et sa fille sur les lieux et découvre que tu ne s'est pas passé exactement comme elle le pensait. Et puis le retour sur ces lieux maudits va la replonger non pas seulement dans l'année qui a changé sa vie, mais aussi celle de son premier amour … Où est la vérité ? Dans ses souvenirs ou dans ceux des autres ? Angoissant
  • MAMIEMARIANNA Posté le 30 Juillet 2021
    Un accident de voiture prive une jeune fille de ses parents et son frère. Un peu moins de trente ans plus tard, elle revient avec son mari et sa fille sur les lieux et découvre que tu ne s'est pas passé exactement comme elle le pensait. Et puis le retour sur ces lieux maudits va la replonger non pas seulement dans l'année qui a changé sa vie, mais aussi celle de son premier amour … Où est la vérité ? Dans ses souvenirs ou dans ceux des autres ? Angoissant
Ne lâchez pas sa main
Michel Bussi vous emmenera loin. Actus, rencontres, exclusivités... Recevez chaque mois sa newsletter et prolongez avec lui le plaisir de lecture.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Pocket

    Avec Michel Bussi, Let's twist again !

    En une quinzaine d'années, Michel Bussi a réalisé l'exploit de faire de chaque parution de ses romans un événement pour une communauté de lecteurs fidèles. Son secret ? Un art consommé du "twist" final, des allers-retours entre sa chère Normandie et le reste du monde, et un travail approfondi sur la mémoire et ses résonances. Trois caractéristiques parfaitement illustrées dans J'ai dû rêver trop fort, qui paraît ces jours-ci chez Pocket.

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Peaky Blinders, The Wire, The Handmaid's Tale : 11 livres pour les accros au bingewatching

    Les livres qui se cachent derrière les séries télé mais aussi les livres qui décryptent le succès de nos programmes sériels préférés... De La Servante écarlate à  Parfaite, focus sur 11 livres qui prolongent le plaisir du bingewatching.

    Lire l'article