Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782264073518
Code sériel : 5592
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm
Les Hauts de Hurle-Vent
Frédéric Delebecque (traduit par)
Date de parution : 07/11/2019
Éditeurs :
10/18

Les Hauts de Hurle-Vent

Frédéric Delebecque (traduit par)
Date de parution : 07/11/2019
Un classique indémodable de la littérature anglo-saxonne du XIXe siècle, enfin chez 10/18.
Le roman d’une passion déchirante et violente qui unit les amants parmi les plus connus de la littérature, Heathcliff et Catherine Earnshaw. Des personnages aussi indomptés et tourmentés que la lande du Yorkshire qui voit naître ces amours contrariées, sources autant d’exaltation que de cruauté.
EAN : 9782264073518
Code sériel : 5592
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Lamifranz 06/07/2022
    Les sœurs Brontë, (auxquelles il convient d'ajouter leur frère Patrick Bromwell) constituent la fratrie la plus célèbre de l'histoire de la littérature. Célébrité justifiée, certes, par la qualité d'une œuvre singulière et talentueuse, et en même temps ambiguë, parce que au-delà de leurs écrits, la destinée tragique et les personnalités de ce quatre jeunes gens (Anne, morte à 29 ans, Emily à 30 ans, Patrick à 31 ans, et Charlotte 38 ans) ont nourri un imaginaire qui a peu à peu amalgamé les auteurs et autrices avec les héros de leurs romans. Emily Jane Brontë (1818-1848), est la plus "sauvage" des trois sœurs. A part un séjour à Bruxelles en 1842, elle passe toute sa vie dans le presbytère de son père, où elle alterne les tâches ménagères, les promenades solitaires sur la lande du West Yorkshire, et l'écriture. Hormis de nombreux poèmes d'excellente qualité (que sa sœur Charlotte, à force d'insister, réussit à faire publier), Emily laisse un unique roman, "Wuthering Heights" ("Les Hauts de Hurlevent") paru en 1847. Si vous avez le bourdon et que vous voulez vous changer les idées, autant vous prévenir, ce n'est pas ce roman qu'il faut choisir. "Les Hauts de Hurlevent" est un roman... Les sœurs Brontë, (auxquelles il convient d'ajouter leur frère Patrick Bromwell) constituent la fratrie la plus célèbre de l'histoire de la littérature. Célébrité justifiée, certes, par la qualité d'une œuvre singulière et talentueuse, et en même temps ambiguë, parce que au-delà de leurs écrits, la destinée tragique et les personnalités de ce quatre jeunes gens (Anne, morte à 29 ans, Emily à 30 ans, Patrick à 31 ans, et Charlotte 38 ans) ont nourri un imaginaire qui a peu à peu amalgamé les auteurs et autrices avec les héros de leurs romans. Emily Jane Brontë (1818-1848), est la plus "sauvage" des trois sœurs. A part un séjour à Bruxelles en 1842, elle passe toute sa vie dans le presbytère de son père, où elle alterne les tâches ménagères, les promenades solitaires sur la lande du West Yorkshire, et l'écriture. Hormis de nombreux poèmes d'excellente qualité (que sa sœur Charlotte, à force d'insister, réussit à faire publier), Emily laisse un unique roman, "Wuthering Heights" ("Les Hauts de Hurlevent") paru en 1847. Si vous avez le bourdon et que vous voulez vous changer les idées, autant vous prévenir, ce n'est pas ce roman qu'il faut choisir. "Les Hauts de Hurlevent" est un roman d'une noirceur auprès de laquelle les tableaux de Soulages paraissent lumineux. L'ambiance est sombre, triste, cruelle même, à l'image de cette lande désolée, battue par la pluie et le vent. L'histoire, elle non plus, ne brille pas par sa désopilance : Mr Earnshaw a deux enfants, Hindley et Catherine. Un soir il ramène un petit bogémien, Heathcliff, qu'il élève avec ses propres enfants. Si Heathcliff et Catherine se "trouvent" tout de suite, il n'en est pas de même avec Hindley, jaloux et brutal. A la mort de Mr Earnshaw, Hindley devient le maître du domaine et relègue Heathcliff au rang de domestique. Catherine, toujours très proche de Heathcliff, mais qui déplore sa nouvelle condition, épouse Edgar Clinton, un gentilhomme voisin. Heathcliff, par vengeance, ruine Hindley au jeu et prend possession du domaine. Pour humilier encore plus Hindley et Edgar, il enlève et épouse Isabelle, la sœur d'Edgar. Catherine, sur le point d'accoucher, avoue ses sentiments pour Heathcliff et meurt. Entracte. Le roman reprend dix-sept ans plus tard. Heathcliff se met en tête de marier Cathy, la fille d'Edgar et de Catherine, avec Linton, le fils qu'il a eu avec Isabelle. Le mariage se fait, mais Linton, de nature maladive, meurt très vite après. Heathcliff recueille Cathy, comme il a recueilli Hareton, le fils de Hindley, à qui il fait subir ce que lui même a subi. Bien sûr, Cathy et Hareton sont attirés l'un par l'autre. Heathcliff, au bout de sa vengeance, baisse les bras, sombre dans une profonde dépression et finit par mourir. Hareton et Cathy vont pouvoir s'aimer librement. Mais les fantômes du manoir n'ont pas fini de les hanter... Il est clair que ce roman est sombre, (fallait la faire, celle-là !). Mais c'est cette ambiance crépusculaire qui fait tout l'intérêt, je dirais même tout l'attrait du livre. Elle conditionne l'état d'esprit des personnages et peut-être même est à l'origine de l'intrigue. On est dans le romantisme le plus profond, et déjà dans le spleen qui, dix ans plus tard, hantera Baudelaire. Emily Brontë interpelle en nous ce qu'il y a d'obscur, cette attirance pour l'étrange et le morbide. Je parlais de Baudelaire, mais Edgar Poe n'est pas très loin non plus. Malgré leur noirceur, ou leur cruauté - ou peut-être à cause d'elles - les personnages restent attachants, et nous espérons, tout le temps du roman, que les choses s'arrangeront pour nos héros, tourmentés, et en fait, déchirés entre d'une part leur place dans la société et d'autre part, leurs sentiments parfois contradictoires. Un grand roman, donc, à lire avec "Jane Eyre" (de Charlotte) et "Agnès Grey" (de Anne), pour avoir une idée générale des sœurs Brontë. Et juste derrière, en antidote, "Orgueil et préjugés", de Jane Austen !
    Lire la suite
    En lire moins
  • MarionJoceran 02/07/2022
    Je m'attendais à un classique un peu poussiéreux... Mais quelle lecture addictive !! J'ai presque fait une nuit blanche parce que je n'arrivais pas à le lâcher. De la très, très bonne littérature avec tout ce que j'aime dedans : passion impossible, triangle amoureux, personnages non-manichéens, paysages anglais, saga familiale... C'est incroyable que ça soit l'unique roman d'Emily Brontë.
  • Flaubauski 13/06/2022
    Voici un des rares grands classiques de la littérature anglaise du XIXème siècle que je n'avais pas encore lu, et c'est désormais chose faite! J'ai été ravie par ce roman qui crée une atmosphère oppressante et inquiétante dès les premières pages, autant dans la description de la lande anglaise dans toute sa noirceur que dans la présence d'Heathcliff, personnage qui devient de plus en plus antipathique et mystérieux (mais il n'en est que meilleur) au fil de la narration. J'ai ressenti un grand plaisir à me replonger dans une écriture romanesque si rigoureuse, aux descriptions qui n'en finissent pas de détails et de poésie, aux personnages psychologiquement et physiquement complets, bref une écriture type du XIXème, période romanesque que j'affectionne particulièrement. Ce qui de plus est intéressant, c'est qu'Emily Brontë joue (peut-être malgré elle...) avec les codes du roman fantastique, en nous laissant penser pendant longtemps qu'il va se produire des évènements particulièrement étranges et inexplicables, mais non, on reste au plus proche du réalisme d'un lieu tout simplement inquiétant en ce qu'il est isolé, en plein vent et froid... de même que les personnages sont on ne peut plus normaux... enfin c'est vite dit!
  • lcpmoalauteur 13/06/2022
    Etonnante Emily. Elle nous laisse ce roman et quelques poèmes. Mais quelle puissance chez cette femme, qui a su nous dépeindre les portraits précis et tourmentés de ses personnages, du plus profond de sa lande solitaire, sans avoir même visité le monde. Les paysages autours de Hurlevent nous émerveillent comme ils nous angoissent. Et l'on aime ces brouillards et ces rochers qui affleurent la bruyère. Une histoire, des passions dans un étrange désert anglais. Tout dans ce texte nous saisit l'âme. C'est un roman inépuisable.
  • lebelier 05/06/2022
    Relecture de ce livre étrange, de cette narration d'amour et de mort brodée par Emily Brontë dans son Yorkshire natal, entourée de landes où le vent tourne pour faire un son particulier, un peu comme un « hou » de fantôme. Narration à plusieurs niveaux, entre Lockwood qui vient de l'extérieur et se sent repoussé par toute l'intrigue et l'étrangeté que lui conte Mrs Ellen Dean, la gouvernante de Wuthering Heights des trois enfants Earnshaw, Hindley, Catherine et le petit dernier arrivé, enfant des rues de Liverpool, hâblé et hirsute, adopté par Mr Earnshaw père par pure charité chrétienne car l'homme -comme le fut Patrick Brontë, le père d'Emily – est pasteur de son état. Dès lors, les cadeaux promis par le père à ses deux enfants légitimes se trouvent cassés ou oubliés, comme le fera plus tard Heathcliff – c'est ainsi qu'on le nomme -des propriétés de Wuthering Heights et de Thrushcross Grange. He is a dark-skinned gipsy in aspect, in dress and manners a gentleman : that is, as much as a gentleman as many a country squire : rather slovenly, perhaps, yet not looking amiss with his negligence, because he has an erect and handsome figure; and rather morose.... Relecture de ce livre étrange, de cette narration d'amour et de mort brodée par Emily Brontë dans son Yorkshire natal, entourée de landes où le vent tourne pour faire un son particulier, un peu comme un « hou » de fantôme. Narration à plusieurs niveaux, entre Lockwood qui vient de l'extérieur et se sent repoussé par toute l'intrigue et l'étrangeté que lui conte Mrs Ellen Dean, la gouvernante de Wuthering Heights des trois enfants Earnshaw, Hindley, Catherine et le petit dernier arrivé, enfant des rues de Liverpool, hâblé et hirsute, adopté par Mr Earnshaw père par pure charité chrétienne car l'homme -comme le fut Patrick Brontë, le père d'Emily – est pasteur de son état. Dès lors, les cadeaux promis par le père à ses deux enfants légitimes se trouvent cassés ou oubliés, comme le fera plus tard Heathcliff – c'est ainsi qu'on le nomme -des propriétés de Wuthering Heights et de Thrushcross Grange. He is a dark-skinned gipsy in aspect, in dress and manners a gentleman : that is, as much as a gentleman as many a country squire : rather slovenly, perhaps, yet not looking amiss with his negligence, because he has an erect and handsome figure; and rather morose. (Il avait l'aspect d'un bohémien à la peau basanée et d'un gentleman dans sa mise et ses manières. C'est-à-dire, autant d'un gentleman que bien des hobereaux de campagne : plutôt négligé, peut-être, mais non gêné de cette négligence grâce à sa silhouette droite et bien faite ; et plutôt morose.) Heathcliff le ténébreux et Cathy la passionaria vivent un amour dévorant mais rentré. L'admiration que Cathy voue au calme luxueux des bourgeois de Thrushcross Grange, les Linton, la repose en quelque sorte de la violence d'Heathcliff, incapable de concessions. Malgré sa passion pour celui-ci, elle épouse Edgar Linton à la fois pour ne pas s'éloigner trop de son Heathcliff qui vient la visiter de temps à autre et aussi par provocation, pour l'inciter à changer ses manières frustres. Il agira de même en épousant la soeur d'Edgar, Isabella. le temps pour chaque couple de faire chacun un enfant, la deuxième partie consiste à narrer les tourments de la deuxième génération représentée par Hareton (fils de Hindley et de sa femme, tous deux disparus, elle d'épuisement et lui d'alcoolisme) et le fils d'Heathcliff (Linton Heathcliff), fragile adolescent qui eût dû être élevé par son oncle Linton mais que son père réclame à la mort d'Isabella, partie l'élever loin de Wuthering Heights et qu'il martyrise comme une éternelle vengeance de la « tromperie » du mariage initial de Cathy. La deuxième Cathy, fille de Cathy et de Linton est d'abord élevée par son père Linton à la mort de la première Cathy mais tous ces gens fragiles ne survivent pas Heathcliff, ce colosse que rien ne semble ébranler. Devenu propriétaire des deux domaines, Heathcliff demeure à Wuthering Heights avec Hareton, le fils de Hindley, et Joseph, le domestique moraliste, conservateur et borné, toujours une Bible en main et dont les propos sont transcrits par l'auteure en style parlé de paysan du Yorkshire. C'est très pénible à lire tant dans le contenu abject que dans cette langue qu'il faut deviner. Hareton est maintenu par Heathcliff et Joseph dans une ignorance brute mais Cathy, lorsqu'elle est recueillie par Heathcliff à la mort de son père, aura une éducation soignée que Hareton essaiera d'acquérir non sans être humilié par la petite arrogante. Celle-ci sera plus proche du délicat Linton Heathcliff mais ne sera finalement pas insensible aux manière brutes de Hareton, manières que lui a conféré son éducation Les noms se ressemblent et brouillent bien des pistes. (Hindley Earnshaw) Am I to lose all, without a chance of retrieval? Is Hareton to be a beggar? Oh, damnation! I will have it back; and I'll have his gold too, and then his blood; and hell shall have his soul! It will be ten times blacker with that guest (Heathcliff) than ever it was before. (Hindley Earnshaw) Vais-je tout perdre sans une chance de récupération ?Hareton doit-il être voué à la mendicité ? Oh, Damnation ! Je vais le récupérer ; et je prendrai son or aussi et puis son sang ; et l'enfer prendra son âme ! Il sera dix fois plus noir avec cet invité (Heathcliff) qu'il l'a jamais été. Mais les êtres « faibles » de caractère et de santé semblent tous être écrasés par un Heathcliff-Moloch qui poursuit sa vengeance contre sa Cathy au-delà de la tombe, vengeance qui n'est qu'une expression de sa passion comme ce vent violent qui tourne autour de la maison tourmentée et balaie la lande (the moors). Heathcliff va jusqu'à ouvrir le cercueil de Cathy pour étreindre son cadavre comme un vampire nécrophile. La passion devient gothique chez Emily Brontë et l'on sent bien l'influence que les romans gothiques ont pu exercer sur l'écrivaine. Témoins ces passages fantastiques et surnaturels où le narrateur, lors de sa première à Wuthering Heights, entend Cathy frapper au carreau de sa chambre. Kate Bush reprendra cette scène dans sa chanson tout comme Genesis dans l'album « Wind Wuthering » essaieront de reproduire ce vent particulier qui rôde autour du domaine, par des sons de guitare en glissandos dont les titres seront issus de la dernière phrase du roman. Wuthering Heights est aussi une histoire de fantômes.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    10/18

    Le tour du monde en 15 livres pour la Saint-Valentin

    Retrouver son premier amour au Japon, tout plaquer par passion dans l’Angleterre victorienne, se marier à Tahiti… Surprise : les Éditions 10/18 vous emmènent avec elles pour un tour du monde de l’amour en 15 livres ! Romances, sagas, histoires d’amour classiques ou d’aujourd’hui : voici votre PAL (alias votre pile à lire) à glisser dans votre valise. 

     

     

    Lire l'article
  • Sélection
    10/18

    Livres : 10/18 se met en mode love pour la Saint-Valentin !

    A quelques jours de la Saint-Valentin, 10/18 se met en mode love, avec une sélection de 25 livres à savourer ou dévorer sous la couette ! Romances, histoires d’amour et autres carnets d’humour… avec quel profil matchez-vous le plus parmi cette sélection ?

     

    Lire l'article