Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782264064066
Code sériel : 5543
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 600
Format : 108 x 177 mm
Les sept morts d'Evelyn Hardcastle
Fabrice Pointeau (traduit par)
Date de parution : 11/06/2020
Éditeurs :
10/18
En savoir plus

Les sept morts d'Evelyn Hardcastle

Fabrice Pointeau (traduit par)
Date de parution : 11/06/2020
Prêt pour un plaisir de lecture comme vous n’en avez pas connu depuis longtemps ? Mixez Agatha Christie, Downton Abbey et Un jour sans fin… Voici le roman le plus divertissant de l’année !
Ce soir à 23 heures, Evelyn Hardcastle va être assassinée. Qui, dans cette luxueuse demeure anglaise, a intérêt à la tuer ? Aiden Bishop a quelques heures pour trouver l’identité... Ce soir à 23 heures, Evelyn Hardcastle va être assassinée. Qui, dans cette luxueuse demeure anglaise, a intérêt à la tuer ? Aiden Bishop a quelques heures pour trouver l’identité de l’assassin et empêcher le meurtre. Tant qu’il n’est pas parvenu à ses fins, il est condamné à revivre sans... Ce soir à 23 heures, Evelyn Hardcastle va être assassinée. Qui, dans cette luxueuse demeure anglaise, a intérêt à la tuer ? Aiden Bishop a quelques heures pour trouver l’identité de l’assassin et empêcher le meurtre. Tant qu’il n’est pas parvenu à ses fins, il est condamné à revivre sans cesse la même journée. Celle de la mort d’Evelyn Hardcastle.
Chef d’œuvre de construction, de références littéraires et d’habileté technique, Aiden croisera lapin blanc et personnage masqué pour tenter de percer le mystère de ce meurtre aux mille tiroirs !
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264064066
Code sériel : 5543
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 600
Format : 108 x 177 mm
10/18
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LesideesdeMims Posté le 8 Avril 2022
    Le principe de base est simple : - Un héros - Un meurtre - Un manoir isolé Haha ! ... Oui ça c'est la base mais notre petit Stuart avait bien d'autres idées en tête. Il a créé un ovni du genre. Notre héros va "habiter" plusieurs invités du manoir revivant jour après jour le meurtre d'Evelyn Hardcaslte dans la peau de chacun d'eux. L'idée est géniale, parce que notre héros, avec sa propre personnalité, va changer de corps et de caractères tout au long du récit. Nous jonglons ainsi entre les jours impartis à notre héros pour sortir de cette boucle en élucidant le meurtre et les différents hôtes tous plus atypiques les uns que les autres. La plume est addictive, elle nous plonge dans l'enquête et nous implique. J'avais réellement l'impression de mener l'enquête et l'auteur m'a mené en bourrique d'un bout à l'autre du roman ! Le seul bémol pour moi fut le coté un peu too much. J'ai toujours un peu de mal avec ces romans où nous en avons toujours plus, ça m'épuise sur la longueur. Malgré cela j'ai beaucoup aimé ce roman et je le conseillerai à tous les amateurs d'enquêtes mais attention... vous vous plongerez dans un vrai sac de noeuds.
  • StefEleane Posté le 7 Avril 2022
    Voilà un roman des plus atypiques. Un mélange d’un jour sans fin, d’un Miss Marple et d’un épisode de la cinquième dimension. Si avec tout ça vous n’êtes pas intrigué 🙂 Aiden Bishop a une journée pour identifier le meurtrier d’Evelyn Hardcastle. À minuit , telle Cendrillon, tout s’efface. Il a sept vies , sept personnages pour mener son enquête. Mais il va falloir faire de nombreux sacrifices et échapper à un ennemi très rusé. " Pourquoi sa mort vaut-elle tout ça ? Je pourrais vous poser la même question, réplique-t-il. Vous vous mettez en quatre pour sauver Mlle Hardcastle, malgré les indices qui suggèrent que c’est impossible. Pourquoi ? Je ne peux pas la regarder mourir et ne rien faire pour l’empêcher. C’est très noble de votre part, dit-il en inclinant la tête. Alors laissez-moi répondre de la même manière. Le meurtre de Mlle Hardcastle n’a jamais été élucidé, et je ne pense pas qu’une telle chose devrait être autorisée. Ça vous satisfait ? Des gens sont assassinés chaque jour. Réparer un tort ne peut être l’unique raison de tout ça. Excellente remarque, déclare-t-il en tapant dans ses mains en signe d’approbation. Mais qui peut affirmer qu’il n’y en a pas des centaines d’autres qui, comme... Voilà un roman des plus atypiques. Un mélange d’un jour sans fin, d’un Miss Marple et d’un épisode de la cinquième dimension. Si avec tout ça vous n’êtes pas intrigué 🙂 Aiden Bishop a une journée pour identifier le meurtrier d’Evelyn Hardcastle. À minuit , telle Cendrillon, tout s’efface. Il a sept vies , sept personnages pour mener son enquête. Mais il va falloir faire de nombreux sacrifices et échapper à un ennemi très rusé. " Pourquoi sa mort vaut-elle tout ça ? Je pourrais vous poser la même question, réplique-t-il. Vous vous mettez en quatre pour sauver Mlle Hardcastle, malgré les indices qui suggèrent que c’est impossible. Pourquoi ? Je ne peux pas la regarder mourir et ne rien faire pour l’empêcher. C’est très noble de votre part, dit-il en inclinant la tête. Alors laissez-moi répondre de la même manière. Le meurtre de Mlle Hardcastle n’a jamais été élucidé, et je ne pense pas qu’une telle chose devrait être autorisée. Ça vous satisfait ? Des gens sont assassinés chaque jour. Réparer un tort ne peut être l’unique raison de tout ça. Excellente remarque, déclare-t-il en tapant dans ses mains en signe d’approbation. Mais qui peut affirmer qu’il n’y en a pas des centaines d’autres qui, comme vous, cherchent à rendre justice à ces âmes ? Y en a-t-il ? J’en doute, mais l’idée est belle, non ? " Je vous le disais plus haut, une histoire atypique. Vous sautez de personnage en personnage, tous les plus différents possible. Du majordome au dandy, en passant par un vieux bonhomme obèse. Chaque personnage à sa contrainte et ses atouts. Finalement, en y réfléchissant bien, il est construit comme un jeu vidéo ou un jeu de rôle. On est propulsé, comme le personnage principal, dans un corps et un monde totalement inconnu. On est vite pris au jeu de cette course contre la montre. Attention, course de 500 pages tout de même ! Un livre tortueux dans sa construction. Il est déstabilisant par moment, surtout au début de votre lecture. Vous changez de personnage et d’espace-temps en fonction des chapitres. Malgré tout, une fois le rythme pris, le plaisir est au rendez-vous.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Addy Posté le 6 Avril 2022
    Quelle intrigue étrange ! Oui, c’est un polar. Mais c’est un polar fantastique, je veux dire... du genre littéraire "fantastique". Je pense que c’est essentiel d’avoir cette donnée avant de se lancer dans cette lecture. Au début... Je n’ai tellement rien compris ! Où était le rapport avec ce que je lisais, et le texte de la quatrième de couv’ ? J’ai presque cru à une erreur à un moment ! Il faut accepter de se laisser porter, et que l’on ne ressortira peut-être pas de ce manoir-là avec toutes les réponses. Beaucoup de personnages (antipathiques, qui plus est...), beaucoup d’aller-retour temporels... Je serais curieuse de voir le mur de l’auteur lors de ses trois années d’écriture :#8239;j’imagine des post-its et des notes reliées partout avec des bouts de ficelle. Je n’ai pas suffisamment tout bien pigé dans les moindres détails pour être sûre à 100% que son histoire tienne vraiment la route dans ses moindres détails. J’ai eu du mal à entrer dans l’intrigue, et c’est vraiment dans le dernier tiers de l’ouvrage que je me suis mise à fébrilement tourner les pages. Ce livre est un ovni. Rien que pour ça, bravo :)
  • arve Posté le 2 Avril 2022
    J’ai littéralement A - D - O - R - É ce roman. Et pourtant, j’ai mis du temps à me décider à le lire. A force d’entendre deci, delà qu’on naviguait entre Downton Abbey et Agatha Christie, j’avais un peu peur de plonger dans un remake un peu trop lisse et gentillet. Non pas que je dénigre ces deux dernières références, que du contraire, mais je préfère continuer à croire qu’il n’y a qu’une seule Agatha Christie et qu’une seule série Downton Abbey. Et puis… oui, mais non, parce qu’en fait, on y retrouve bel et bien certaines influences, mais les cartes sont tellement bien rebattues que finalement, ça nous fait l’effet d’Arno qui reprend Adamo. Imaginez un Agatha Christie mis en scène par David Lynch et/ou que le scénario de Downton Abbey aurait été écrit par Stephen King (en référence peut-être à « 22/11/63 »). Une chose est sûre, ce roman est unique, excentrique et remarquable à souhait, de la première à la dernière ligne. Par contre, sa singularité en fait aussi un roman bivalent : soit on adhère... ou pas !
  • army76 Posté le 2 Avril 2022
    J' ai adorée ce livre. Je l'ai repérée grâce sa couverture vraiment très belle et achetée après avoir lu la 4e de couverture. L'époque et style Agatha Christie m'ont donné envie de lire ce livre. Je l'ai en fait dévorée. Je n'en soupçonnait pas la fin avant gardiste. Je donnerai un 9 sur 10.
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !