Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782707156518
Code sériel : 293
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 252
Format : 125 x 190 mm

Storytelling

La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits

,

Christian SALMON (Auteur, Postface), Christian SALMON (Auteur, Postface)
Date de parution : 13/11/2008

L’humanité a toujours su cultiver l’art de raconter des histoires, un art au coeur du lien social. Mais depuis les années 1990, aux États-Unis puis en Europe, il a été investi par les logiques de la communication et du capitalisme triomphant, sous l’appellation anodine de « storytelling ». Derrière les...

L’humanité a toujours su cultiver l’art de raconter des histoires, un art au coeur du lien social. Mais depuis les années 1990, aux États-Unis puis en Europe, il a été investi par les logiques de la communication et du capitalisme triomphant, sous l’appellation anodine de « storytelling ». Derrière les campagnes publicitaires, dans l’ombre des campagnes électorales victorieuses, se cachent les techniciens sophistiqués du storytelling management ou du digital storytelling, pour mieux formater les esprits des consommateurs et des citoyens.
C’est cet incroyable hold-up sur l’imagination que révèle Christian Salmon, au terme d’une longue enquête consacrée aux applications toujours plus nombreuses du storytelling : le marketing s’appuie plus sur l’histoire des marques que sur leur image, les managers racontent des histoires pour motiver les salariés, les militaires en Irak s’entraînent sur des jeux vidéo conçus à Hollywood et les spin doctors construisent la vie politique comme un récit… Christian Salmon dévoile ici les rouages d’une « machine à raconter » qui remplace le raisonnement rationnel, bien plus efficace que toutes les imageries orwelliennes de la société totalitaire.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707156518
Code sériel : 293
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 252
Format : 125 x 190 mm

Ils en parlent

Et si le choc des photos nous empêchait de prendre toute la mesure du poids des mots ? Face au poncif qui veut que la politique se résume aujourd’hui à un jeu d’images, il convient désormais – pour comprendre ce qui est en train de nous arriver avec ce président d’un genre nouveau – de réaliser qu’au contraire les légendes n’ont sans doute jamais été aussi déterminantes et que la mise en récit englobe désormais la simple mise en image du spectacle politique. […] Christian Salmon retrace la genèse et le développement de cette nouvelle technique d’organisation et de communication, formalisée au cours des années 1990 par des spécialistes du marketing avant qu’elle ne trouve des applications dans les univers de l’administration, de l’armée ou de la politique. Storytelling est à lire d’urgence pour qui veut comprendre la transformation profonde de la politique désormais à l’œuvre en France. Vive, très informée et rondement menée, cette enquête intellectuelle s’avère un indispensable bréviaire critique pour l’omniprésente et déroutante hyperprésidence de nos temps post-modernes.

Sylvain Bourmeau / Les Inrockuptibles

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • jeje_gandhi Posté le 4 Mai 2015
    S’appuyant sur des expériences et un corpus de travaux apparus aux États-Unis à la fin des années 80, et qui sévissent aujourd’hui dans les domaines du marketing, du management et de la communication politique, Storytelling s’applique à décrire et à dégager les effets d’une nouvelle doctrine de propagande, basée sur un art de raconter des histoires. Le problème du livre, c’est qu’il méconnaît assez largement l’histoire qu’il prétend écrire et, déjà, passe sous silence la longue tradition de cet "art de raconter des histoires" dans l’Amérique de l’esclavage puis de la ségrégation, dans la communauté noire notamment. En effet, le « storytelling » est apparu dans les années 90 aux Etats-Unis (bien qu’à d’autres moments du livre, il situe leur naissance sous Reagan en 1984). A cette période, « le tournant narratif des sciences sociales coïncide avec l’explosion d’Internet et les avancées des nouvelles techniques d’information et de communication ». Une nouvelle fois, la communication entre les individus mutait. On allait passer du capitalisme de capitaine d’industrie à un libéralisme sans visage devenu nomade et indolore. Beaucoup de firmes commencent à se saisir de la publicité pour raconter l’histoire de leur entreprise au monde, et les études de... S’appuyant sur des expériences et un corpus de travaux apparus aux États-Unis à la fin des années 80, et qui sévissent aujourd’hui dans les domaines du marketing, du management et de la communication politique, Storytelling s’applique à décrire et à dégager les effets d’une nouvelle doctrine de propagande, basée sur un art de raconter des histoires. Le problème du livre, c’est qu’il méconnaît assez largement l’histoire qu’il prétend écrire et, déjà, passe sous silence la longue tradition de cet "art de raconter des histoires" dans l’Amérique de l’esclavage puis de la ségrégation, dans la communauté noire notamment. En effet, le « storytelling » est apparu dans les années 90 aux Etats-Unis (bien qu’à d’autres moments du livre, il situe leur naissance sous Reagan en 1984). A cette période, « le tournant narratif des sciences sociales coïncide avec l’explosion d’Internet et les avancées des nouvelles techniques d’information et de communication ». Une nouvelle fois, la communication entre les individus mutait. On allait passer du capitalisme de capitaine d’industrie à un libéralisme sans visage devenu nomade et indolore. Beaucoup de firmes commencent à se saisir de la publicité pour raconter l’histoire de leur entreprise au monde, et les études de marché utilisent l’outil « storytelling »pour recueillir les récits des usagers sur la manière dont ils consomment les produits et services d’une entreprise. La seconde partie de l’ouvrage de Salmon se tourne vers les domaines politiques et médiatiques où l’art du récit est devenu le mode de manipulation des foules, orchestré par les spin doctors de la politique. Raconter est devenu un moyen de séduire et de convaincre, d’influencer un public, des électeurs, des clients. Une note d’espoir cependant apparaît dans l’analyse de Salmon. Paradoxalement, elle vient de la littérature et du cinéma ! Les écrivains et les cinéastes n’ont pas renoncé à l’éthique qui commande leur activité et sont en réalité aux avant postes pour dénoncer ces manipulations. Et Salmon de conclure en en appelant à la mise en forme (artistiques, politiques, culturelles) de « pratiques symboliques visant à enrayer la machine à fabriquer des histoires, défocalisant, en désynchronisant ses récits ».
    Lire la suite
    En lire moins
  • habere Posté le 12 Avril 2015
    Le livre est manifestement le fruit d'un gros travail de recherche et de réflexion. Il donne à voir la méthodologie utilisée pour manipuler le comportement (et donc le cerveau) de chacun d'entre nous. Le message en est effrayante voire insupportable : quelle est la part de vérité dans les histoires qu'assènent les communicants? La réponse n'est pas explicitement dite; mais on peut la déduire.
  • CLAROQUESI Posté le 26 Novembre 2013
    Des ouvrages d'importance permettent d'endiguer le mascaret néolibéral en participant à la prise de conscience de tous les types d'influences dont usent les puissants pour faire tourner la machine. Avant l'on broyait, désormais on endort en "racontant des histoires" Ouvrage à glisser dans la thématique de lutte contre les propagandes, entre Noam Chomsky et Ignacio Ramonet par exemple.
  • melina1965 Posté le 6 Octobre 2013
    Les grands récits qui jalonnent l’histoire humaine d’Homère à Tolstoï et de Sophocle à Shakespeare racontaient des mythes universels et transmettaient les leçons des générations passées. Le storytelling parcourt le chemin en sens inverse : il plaque sur la réalité des récits artificiels qui visent à manipuler les individus. Inspirée par les analyses de Roland Barthes ou Paul Ricoeur, cette technique narrative, cette façon très particulière de raconter la réalité sous forme d’histoires a pris son essor au Etats-Unis où elle s’est immiscée dans l’économie, la publicité et la politique. Ce livre retrace cette évolution et donne des clés pour en comprendre les effets ainsi que les enjeux économiques et sociaux.
  • Jubibu Posté le 27 Juillet 2013
    Au lieu de débattre sur des idées, on nous raconte des histoires pour toucher notre émotivité. Le storytelling toucherait la politique, le management, le marketing, la communication et même la guerre. Conséquence "Une démocratie moins délibérative, des citoyens inondés par le spectacle symbolique de la politique, mais incapables de juger ses leaders et le bien-fondé de leurs politiques" - John Anthony Maltèse. La bataille des histoires pour toucher le coeur des gens au lieu d'échanger de manière rationnelle sur ce qu'il faut faire. Le livre se lit bien, on en ressort un peu remonté quand même parce qu'on nous prend pour des c**s. Le côté positif, c'est que la prochaine fois qu'on nous racontera des salades au lieu de communiquer (pour de vrai), on ira prendre un café et on cherchera une réponse ailleurs que dans la bouche d'un conteur d'histoire.
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !