Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266322997
Code sériel : 18545
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 464
Format : 108 x 177 mm
À Paraître

Un invincible été

Date de parution : 07/04/2022
Depuis son retour à Sosúa, en République dominicaine, Ruth se bat aux côtés d’Almah pour les siens et pour la mémoire de sa communauté, alors que les touristes commencent à déferler sur l’île.
Gaya, sa fille, affirme son indépendance et part aux États-Unis, où Arturo et Nathan mènent leurs vies d’artistes....
Depuis son retour à Sosúa, en République dominicaine, Ruth se bat aux côtés d’Almah pour les siens et pour la mémoire de sa communauté, alors que les touristes commencent à déferler sur l’île.
Gaya, sa fille, affirme son indépendance et part aux États-Unis, où Arturo et Nathan mènent leurs vies d’artistes. Comme sa mère, elle mène son propre combat à l’aune de ses passions.
La tribu Rosenheck-Soteras a fait sienne la maxime de la poétesse Salomé Ureña : « C’est en continuant à nous battre pour créer le pays dont nous rêvons que nous ferons une patrie de la terre qui est sous nos pieds. »
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266322997
Code sériel : 18545
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 464
Format : 108 x 177 mm
Pocket
En savoir plus
0.00
À paraître le 07/04/2022

Ils en parlent

« Un roman à succès absolument parfait. »
Europe 1
« Un invincible été clôture avec passion une fresque romanesque bouleversante. »
Gérard Collard / Le Magazine de la santé
« Clap de fin d’une saga réjouissante qui nous aura embarqués pendant trois ans entre la République dominicaine, les Etats-Unis et Israël. »
CNews

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Cassiopee42 Posté le 4 Novembre 2021
    Pour savoir qui on est, il faut savoir d’où on vient…. La saga familiale des Déracinés, cette famille juive envoyée en République Dominicaine, se termine avec ce quatrième roman qui couvre la période de 1980 à 2013. Trente ans de la vie des descendants des premiers arrivés sur une terre inconnue où tout était à construire. Avec une plume toujours aussi belle et alerte, Catherine Bardon nous entraîne dans les bonheurs, les peurs, les soucis de chacun. Chaque personnage doit exister par lui-même, se faire une place au milieu de ceux qu’il côtoie. Et quand ceux qui vous précèdent ont de forte personnalité, il ne faut pas être transparent ! Il est alors nécessaire de s’affirmer en douceur, avec ses choix …. pas toujours simple lorsqu’on bouscule les codes. A travers le quotidien de tous ceux que nous découvrons, nous revisitons également les événements de la période évoquée et pas seulement en République dominicaine car certains protagonistes vivent ailleurs. Ce sont parfois des faits marquants qui détruisent, bouleversent, aident à grandir, transforment profondément ceux qui les vivent. J’ai une tendresse toute particulière pour Almah, mère, grand-mère etc… C’est une femme exceptionnelle, pétillante, surprenante, capable de fantaisie et de sagesse avec une personnalité tout simplement... Pour savoir qui on est, il faut savoir d’où on vient…. La saga familiale des Déracinés, cette famille juive envoyée en République Dominicaine, se termine avec ce quatrième roman qui couvre la période de 1980 à 2013. Trente ans de la vie des descendants des premiers arrivés sur une terre inconnue où tout était à construire. Avec une plume toujours aussi belle et alerte, Catherine Bardon nous entraîne dans les bonheurs, les peurs, les soucis de chacun. Chaque personnage doit exister par lui-même, se faire une place au milieu de ceux qu’il côtoie. Et quand ceux qui vous précèdent ont de forte personnalité, il ne faut pas être transparent ! Il est alors nécessaire de s’affirmer en douceur, avec ses choix …. pas toujours simple lorsqu’on bouscule les codes. A travers le quotidien de tous ceux que nous découvrons, nous revisitons également les événements de la période évoquée et pas seulement en République dominicaine car certains protagonistes vivent ailleurs. Ce sont parfois des faits marquants qui détruisent, bouleversent, aident à grandir, transforment profondément ceux qui les vivent. J’ai une tendresse toute particulière pour Almah, mère, grand-mère etc… C’est une femme exceptionnelle, pétillante, surprenante, capable de fantaisie et de sagesse avec une personnalité tout simplement inoubliable. Elle dit : « Pour te débarrasser de ta haine, il faut accepter ton désespoir…. » Le récit évolue au rythme de faits réels et d’autres romancés, tout est dosé à la perfection. Catherine Bardon a su conclure de façon magistrale sa série, on quitte le livre à regret tant on s’est attaché à toutes ceux qu’elle a présentés. Merci à elle pour avoir su me captiver une nouvelle fois. NB : des poèmes, des musiques, des citations complètent le texte et sont très bien choisis.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Page66 Posté le 26 Juillet 2021
    Quelle belle saga décidément ! on retrouve toutes celles est ceux qui nous ont accompagné , toujours une belle écriture et, sans parler de rebondissements, une fin passionnante et paisible ...comme notre héroïne . Je sors de cette saga très apaisé avec le plaisir d'avoir lu une histoire captivante, émouvante , sans mélo... le bonheur de lire, c'est certainement cela .
  • Didilit Posté le 26 Juin 2021
    Une fin de saga dans l'émotion et la nostalgie... Cette quadrilogie gardera une place particulière dans ma vie de lectrice grâce au parcours de l'ensemble des personnages au travers des décennies et leur encrage dans l'Histoire avec un grand H. Mon tome préféré reste le premier car plus dense et constitue l'origine de ce qui construira, cette famille et cette communauté. Vous aimez les sagas familiales, l'histoire, les questions de société? Vous êtes curieux de découvrir un ou plusieurs aspects méconnus de l'histoire des colons juifs en République Dominicaine? Je vous invite à foncer!
  • Dombrow01 Posté le 12 Juin 2021
    Un invincible été marque la fin de la saga des Déracinés, les aventures de la famille Rosenheck à laquelle nous sommes attachés depuis le début de l'histoire. Une fois de plus l'histoire de la famille est marquée par les grands évènements de l'Histoire qui s'invitent tout au long de la saga (attentats du 11 septembre entre autres). Ce livre marque la fin de l'histoire, mais il n'y a aucune tristesse, juste un brin de nostalgie. Les personnages contemplent le passé avec sérénité, et abordent le futur avec confiance. Malgré tout on sent que la communauté juive de Sosua risque de s'éteindre petit à petit, et c'est d'ailleurs ce qui s'est passé dans la réalité. Merci à Catherine Bardon de l'avoir sortie de l'oubli
  • vratajczak257 Posté le 3 Juin 2021
    Avec un invincible été, Catherine Bardon achève le quatrième tome de cette fresque qui débuta à Vienne et qui finit à Sosua en République Dominicaine.. C'est une épopée humaine faite de bonheurs, de rires, de souffrances et de tristesse. Almah, personnage principal du premier roman, est toujours là, témoin historique et jalon incontournable de cette belle aventure humaine, fidèle à ses valeurs et à son amour pour Will, mère de Ruth, grand mère de Gaia, elle est le socle de cette histoire. Avec elle, se referme le dernier pan de l'histoire. Le talent de conteuse de Catherine Bardon n'est plus à démontrer après ces 4 années au service de l'histoire d'Almah et des siens.. On y retrouve les personnages auxquels nous sommes tant attachés et qui ont fait nos joies et nos peines du début du premier roman: les déracinés. Toutefois, un peu comme un fait exprès, un soupçon de mélancolie, un goût d'histoire qui s'achève viennent se mêler à ses retrouvailles. La chaleur de Sosua ne sera pas assez forte pour nous faire oublier ce détail. A lire dans l'ordre : les déracinés, et la vie reprit son cours, l'Américaine et un invincible été. Merci à Catherine Bardon pour ce... Avec un invincible été, Catherine Bardon achève le quatrième tome de cette fresque qui débuta à Vienne et qui finit à Sosua en République Dominicaine.. C'est une épopée humaine faite de bonheurs, de rires, de souffrances et de tristesse. Almah, personnage principal du premier roman, est toujours là, témoin historique et jalon incontournable de cette belle aventure humaine, fidèle à ses valeurs et à son amour pour Will, mère de Ruth, grand mère de Gaia, elle est le socle de cette histoire. Avec elle, se referme le dernier pan de l'histoire. Le talent de conteuse de Catherine Bardon n'est plus à démontrer après ces 4 années au service de l'histoire d'Almah et des siens.. On y retrouve les personnages auxquels nous sommes tant attachés et qui ont fait nos joies et nos peines du début du premier roman: les déracinés. Toutefois, un peu comme un fait exprès, un soupçon de mélancolie, un goût d'histoire qui s'achève viennent se mêler à ses retrouvailles. La chaleur de Sosua ne sera pas assez forte pour nous faire oublier ce détail. A lire dans l'ordre : les déracinés, et la vie reprit son cours, l'Américaine et un invincible été. Merci à Catherine Bardon pour ce récit aux accents véridiques, écrit à la mémoire de ces premiers colons expatriés; Le devoir de mémoire est une nécessité qui permet aux générations futures d'appréhender leur avenir. Merci aux éditions les Escales pour cette belle aventure !
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.