RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Azadi

            Belfond
            EAN : 9782714460158
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 448
            Format : 134 x 190 mm
            Azadi

            Collection : Belfond Pointillés
            Date de parution : 22/01/2015
            Azadi signifie « liberté » en persan. Certains la rêvent et d’autres paient le prix pour la vivre. 
            Lauréate du Prix de la Closerie des Lilas 2015
            Lauréate du Prix Marie Claire du roman féminin 2015

             
            Téhéran, juin 2009.
            Après les élections truquées qui ont imposé pour la seconde fois Mahmoud Ahmadinejad à la tête de la République islamique d’Iran, une colère sourde s’empare de la jeunesse instruite de Téhéran et les manifestations se multiplient malgré une répression féroce.
            Raha, étudiante en architecture, son fiancé Kian et leurs...
            Téhéran, juin 2009.
            Après les élections truquées qui ont imposé pour la seconde fois Mahmoud Ahmadinejad à la tête de la République islamique d’Iran, une colère sourde s’empare de la jeunesse instruite de Téhéran et les manifestations se multiplient malgré une répression féroce.
            Raha, étudiante en architecture, son fiancé Kian et leurs amis, ont sincèrement cru que le temps du changement était arrivé. Mais la supercherie qui a permis à Ahmadinejad de s’autoproclamer élu a définitivement transformé leur crédulité en un sentiment de trahison profonde et d’injustice.
            Malgré les mises en garde de leurs aînés qui ont connu les révolutions antérieures, rien ne peut les empêcher de risquer leur vie et leur liberté en descendant dans la rue.
            Et malgré les suppliques de ses parents, chaque matin, Raha se lève pour aller manifester. Une première fois, elle doit sa survie à Hossein, jeune garde révolutionnaire, qui saura la mettre en lieu sûr. Mais quelques jours plus tard, Raha est arrêtée en pleine manifestation et une réclusion d’une violence inouïe bouleversera sa vie…
            Dans un pays où l’application de la loi est arbitraire et où le sort des femmes n’a aucune importance, Raha se bat pour que justice lui soit rendue. Mais ceux qui marchaient à ses côtés pour défendre des idéaux politiques sauront-ils l’accompagner dans cette épreuve ? Hossein, tiraillé entre ses sentiments naissants et sa loyauté vis-à-vis de sa foi aussi bien que du régime, la soutiendra-t-il ? Existe-t-il seulement une place, dans un tel contexte, pour deux êtres que tout oppose ?
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782714460158
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 448
            Format : 134 x 190 mm
            Belfond
            19.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            Ecrit en français par une Iranienne, ce roman de la liberté écrasée pétille pourtant de vie et d'espoir.
            Marie Claire

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • gromit33 Posté le 17 Janvier 2019
              J’ai lu ce livre car j’ai eu l’occasion de rencontrer l’auteur lors d’une rencontre dans une bibliothèque de quartier. Dans le cadre du festival Hautes tensions, en novembre 2015 sur Bordeaux, deux auteurs sont venus rencontrés les lecteurs. Il s’agit de Saîdeh Pakravan, pour son roman « Azadi », qui se passe à Téhéran et Ali Bader pour le roman, « Papa Sartre ». Cette rencontre très intéressante a permis d’appréhender la façon de travailler des écrivains. Cette rencontre a été intéressante par la rencontre de deux auteurs, l’un d’Iran et l’autre d’Irak. Avec « Azadi », nous sommes à Téhéran en 2009, lors des manifestations qui ont essayé de changer la vie politique de ce pays. Raha est une jeune fille qui est étudiante et qui va participer aux manifestations, puis va subir la répression dans son corps pendant et après une détention. Il y a aussi Hossein qui est un jeune militaire et qui fait partie de la police politique et qui va rencontrer lors d’une échauffourée Raha. Il y a aussi la famille de Raha, ses parents très tolérants et qui vont essayer de sauver leur fille de cet engrenage politique. Des tantes, l’une fait partie... J’ai lu ce livre car j’ai eu l’occasion de rencontrer l’auteur lors d’une rencontre dans une bibliothèque de quartier. Dans le cadre du festival Hautes tensions, en novembre 2015 sur Bordeaux, deux auteurs sont venus rencontrés les lecteurs. Il s’agit de Saîdeh Pakravan, pour son roman « Azadi », qui se passe à Téhéran et Ali Bader pour le roman, « Papa Sartre ». Cette rencontre très intéressante a permis d’appréhender la façon de travailler des écrivains. Cette rencontre a été intéressante par la rencontre de deux auteurs, l’un d’Iran et l’autre d’Irak. Avec « Azadi », nous sommes à Téhéran en 2009, lors des manifestations qui ont essayé de changer la vie politique de ce pays. Raha est une jeune fille qui est étudiante et qui va participer aux manifestations, puis va subir la répression dans son corps pendant et après une détention. Il y a aussi Hossein qui est un jeune militaire et qui fait partie de la police politique et qui va rencontrer lors d’une échauffourée Raha. Il y a aussi la famille de Raha, ses parents très tolérants et qui vont essayer de sauver leur fille de cet engrenage politique. Des tantes, l’une fait partie de la bourgeoisie et est très friande du luxe occidental mais aussi Gita qui vit exilée aux états Unis et qui vient passer quelques jours en Iran. Il ya aussi la famille plus modeste d’Hossein et en particulier, son frère qui est revenu handicapé de la guerre contre l’Irak et qui est devenu un islamiste virulent. Grâce à ce romanesque et le portrait de ces différents personnages on appréhende la vie à Téhéran et à la transformation de la société et de la politique de ce pays. J’ai été très impressionnée par les descriptions des « datesh », qui sont des processions religieuses et cela m’a fait penser aux cortèges de pénitents lors des semaines saintes en Espagne. La façon de vivre de façon excessive et intégriste des religions produisent malheureusement les mêmes excès. Une lecture très plaisante malgré tout car malgré la noirceur des événements, de sentiments sont partagés par l’ensemble des protagonistes.
              Lire la suite
              En lire moins
            • morin Posté le 28 Janvier 2018
              Cet ouvrage nous raconte quelques mois de la vie de trois jeunes iraniens nés sous le régime de la République Islamique : Raha, étudiante en architecture, vit dans un quartier favorisé de Téhéran avec ses parents, sa grand-mère et son oncle, ancien professeur d'une université américaine, Kian, son fiancé, de parents divorcés, sa mère Homa est chirurgienne, Hossein, d'origine paysanne. Grâce à un oncle il exerce un emploi chez les Gardiens de la Révolution. L'histoire se situe en 2009 après la réélection contestée de Ahmadinejad. La réélection donne lieu à des manifestations pacifiques, réprimées avec violence. Raha participe à ce mouvement avec Kian. Ils rêvent de liberté. Au cours d'une manifestation, légèrement blessée Raha est sauvée par Hossein .Au cours d'une autre manifestation elle est arrêtée et conduite dans une prison qui se situe dans les sous-sol du ministère de l'intérieur. Après y avoir subi des violences inouïes elle sera libérée, grâce une nouvelle fois à l'intervention d'Hussein.Malgré sa rupture avec Kian - jeune homme peu courageux - et très entourée par sa famille elle réussira à retrouver un sens à la vie. J'ai aimé l’histoire de cette jeune iranienne et apprécié de découvrir une vie quotidienne... Cet ouvrage nous raconte quelques mois de la vie de trois jeunes iraniens nés sous le régime de la République Islamique : Raha, étudiante en architecture, vit dans un quartier favorisé de Téhéran avec ses parents, sa grand-mère et son oncle, ancien professeur d'une université américaine, Kian, son fiancé, de parents divorcés, sa mère Homa est chirurgienne, Hossein, d'origine paysanne. Grâce à un oncle il exerce un emploi chez les Gardiens de la Révolution. L'histoire se situe en 2009 après la réélection contestée de Ahmadinejad. La réélection donne lieu à des manifestations pacifiques, réprimées avec violence. Raha participe à ce mouvement avec Kian. Ils rêvent de liberté. Au cours d'une manifestation, légèrement blessée Raha est sauvée par Hossein .Au cours d'une autre manifestation elle est arrêtée et conduite dans une prison qui se situe dans les sous-sol du ministère de l'intérieur. Après y avoir subi des violences inouïes elle sera libérée, grâce une nouvelle fois à l'intervention d'Hussein.Malgré sa rupture avec Kian - jeune homme peu courageux - et très entourée par sa famille elle réussira à retrouver un sens à la vie. J'ai aimé l’histoire de cette jeune iranienne et apprécié de découvrir une vie quotidienne et privée qui ne ressemble pas tout à fait à l'image que nous renvoie habituellement les informations sur l'Iran. L'image que nous en avons est celle d'un régime théocratique dans lequel la pratique de la religion islamique est obligatoire.Or, Raha est issue une famille aisée - on ne connaît pas l'activité de son père - et plutôt athée. Elle n'a reçu aucune éducation religieuse et n'a pratiquement jamais mis les pieds dans une mosquée. L'alcool n'est pas un tabou, il est présent dans les soirées d'adultes comme dans celles des jeunes et le soir son père boit un whisky, son oncle de la vodka. Il doit donc exister des établissements plus ou moins clandestins pour leur permettre de se ravitailler ? L'essentiel est de ne pas être surpris par les gardiens de la révolution. L'auteure nous fait comprendre que si une certaine liberté existe dans le cercle privé la vie quotidienne à l'extérieur est très surveillée et réglementée particulièrement pour les femmes : tenue vestimentaire, comportement en compagnie d'un homme... La vie du jeune Hossein est bien différente de celle de Raha. D'origine modeste et très religieux il respecte les règles de l'Islam et ne remet pas en question le gouvernement de la République Islamique. Il est l'un des personnages intéressants de ce roman dans lequel il apparaît surtout comme beaucoup plus honnête et sympathique que Kian.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Allantvers Posté le 24 Juillet 2017
              Lu d’une traite, ce roman terrible et foisonnant de vie, tout à la fois traité politique, tragédie et étude sociale, m’aura donné une magnifique occasion de plonger par la fiction dans la complexité du réel, celle de la société iranienne contemporaine. Il ne fallait pas moins que la forme du roman choral pour rendre cette complexité, entre modernité et tradition, orient et occident, et chacune des voix qui s’exprime tour à tour vient apporter sa nuance tout en impulsant un rythme singulier au récit. Même si ce rythme s’essouffle par moment, le cauchemar vécu par Raha ne laisse pas insensible et l’on brûle de savoir si elle parviendra à obtenir réparation dans un univers si masculin, si chahuté et si fanatisé. Une expérience immersive et enrichissante, loin de mes bases.
            • Vermeer Posté le 24 Février 2017
              En 2009, à Téhéran sur la place Azadi (liberté en persan), des jeunes gens manifestent pour protester contre les élections truquées. C'est cet événement réel qui sert de prétexte à l'auteur pour dresser un portrait contrasté de l'Iran contemporain et de ses habitants. Pour nous occidentaux, l'Iran est fait de rêve et de cauchemar, la Perse des Mille et Une Nuits versus la République islamique entre modernité et obscurantisme religieux. C'est exactement ce qui apparaît à la lecture de ce récit. Raha, jeune étudiante en architecture est arrêtée et violée en prison. A sa sortie, elle décide de porter plainte (en Iran, en tant que femme violée et contre la police) ! L'auteur brosse une galerie de portraits représentatifs de l'humain et de la société iranienne contemporaine. Raha, jeune bourgeoise cultivée, si forte et si fragile saura-t-elle surmonter son traumatisme, se reconstruire, faire face aux réactions contrastées et excessives qu'elle suscite, rester en Iran ? Elle rencontre des soutiens inattendus et c'est là qu'est la force de ce roman, dans ses personnages non manichéens. Kian, son fiancé dont on découvre la vraie nature n'en sera pas (au désespoir de sa propre mère qui soutient celle qui aurait pu être sa belle-fille).... En 2009, à Téhéran sur la place Azadi (liberté en persan), des jeunes gens manifestent pour protester contre les élections truquées. C'est cet événement réel qui sert de prétexte à l'auteur pour dresser un portrait contrasté de l'Iran contemporain et de ses habitants. Pour nous occidentaux, l'Iran est fait de rêve et de cauchemar, la Perse des Mille et Une Nuits versus la République islamique entre modernité et obscurantisme religieux. C'est exactement ce qui apparaît à la lecture de ce récit. Raha, jeune étudiante en architecture est arrêtée et violée en prison. A sa sortie, elle décide de porter plainte (en Iran, en tant que femme violée et contre la police) ! L'auteur brosse une galerie de portraits représentatifs de l'humain et de la société iranienne contemporaine. Raha, jeune bourgeoise cultivée, si forte et si fragile saura-t-elle surmonter son traumatisme, se reconstruire, faire face aux réactions contrastées et excessives qu'elle suscite, rester en Iran ? Elle rencontre des soutiens inattendus et c'est là qu'est la force de ce roman, dans ses personnages non manichéens. Kian, son fiancé dont on découvre la vraie nature n'en sera pas (au désespoir de sa propre mère qui soutient celle qui aurait pu être sa belle-fille). En revanche quels personnages admirables en la personne de Mina, gardienne de prison dont le témoignage sera capital et Hossein, membre des gardiens de la Révolution et pourtant humain et généreux qui l'aide sans rien attendre en retour. Tous deux sont issus de milieux pauvres, pieux, a priori plus fermés, bien différents de celui de Raha et ne la comprennent pas toujours, c'est pourquoi leur relation humainement riche ne passe nécessairement pas par la parole. Une multiplicité de personnages et de points de vue accompagne le récit de ces événements. Un pays contrasté, complexe, aux paysages sublimes, au passé glorieux, des habitants nostalgiques de cette Histoire riche. Les thèmes de la reconstruction, de l'impossible pardon, du long cheminement vers la démocratie sont également traités. Le roman aurait toutefois gagné à être plus resserré notamment dans sa première partie trop longue à mon goût.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Samsara73 Posté le 7 Juillet 2016
              Bien. L'histoire est bien menée au début mais patauge à la fin. On apprrend beaucoup sur la révolution verte et les problèmes de la jeunesse iranienne. Malheureusement le style littéraire est pauvre teinté de beaucoup de naïveté qui gâche le roman qui reste malgré tout appréciable.
            Toute l'actualité des éditions Belfond
            Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.