En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Demain à Santa Cecilia

        Robert Laffont
        EAN : 9782221136133
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 432
        Format : 153 x 240 mm
        Demain à Santa Cecilia

        Eduardo JIMÉNEZ (Traducteur)
        Collection : Best-sellers
        Date de parution : 22/05/2014

        Un mauvais tour du destin. Une fuite. Une seconde chance.
        À quarante-cinq ans, Blanca Perea s’est construit une existence qu’elle croit solide : un mariage qui dure depuis vingt-cinq ans, deux grands fils bien dans leur peau et une carrière universitaire honorable. Mais son mari la quitte. Dévastée, elle n’a plus...

        Un mauvais tour du destin. Une fuite. Une seconde chance.
        À quarante-cinq ans, Blanca Perea s’est construit une existence qu’elle croit solide : un mariage qui dure depuis vingt-cinq ans, deux grands fils bien dans leur peau et une carrière universitaire honorable. Mais son mari la quitte. Dévastée, elle n’a plus qu’une idée : fuir l’Espagne et ses souvenirs. Elle accepte un emploi temporaire à Santa Cecilia, une université californienne. Elle y est chargée du classement des archives d’Andrés Fontana, professeur réputé, mort depuis trente ans.
        Peu à peu, Blanca découvre qu’Andrés Fontana se passionnait pour les missions construites par les Jésuites en Californie. Et notamment pour la dernière de ces missions, dont la trace semble être perdue. Quand elle fait part de ses trouvailles à son entourage, elle provoque une curieuse agitation. Pourquoi le président de l’université s’inquiète-t-il soudain de ces vieux papiers oubliés ? Que cherche le séduisant Daniel Carter, universitaire de renom, en lui proposant son aide ? Et quelles relations entretient-il avec l’énigmatique fondation qui finance les archives ?
        Malgré elle, Blanca se trouve plongée dans les secrets d’un très lointain passé. Des secrets qui, livrés au grand jour, vont l’entraîner vers une renaissance qu’elle n’aurait pas crue possible.
        Un portrait de femme subtil et émouvant, une intrigue menée avec maestria : après L’Espionne de Tanger, le deuxième roman tant attendu du nouvel auteur phénomène espagnol.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221136133
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 432
        Format : 153 x 240 mm
        Robert Laffont
        22.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Taraxacum Posté le 11 Janvier 2018
          Très facile à lire, qui vous donne envie de tourner les pages et vous aiguise la curiosité, voici ce qu'est Demain à Santa Cecilia. Certes, le style ne vous fera pas oublier Stendhal, et dans un livre qui s'annonçait comme une universitaire refaisant sa vie et remontant la pente en se passionnant pour un vieux mystère historique, on ne parle finalement que de l'histoire de deux autres personnages masculins, mais c'est plutôt plaisant. Un peu long à démarrer ce roman donne surtout envie d'en savoir plus sur les missions espagnoles en Californie, un sujet qui interpellera les amateurs d'histoire, et sur tous les auteurs espagnols évoqués au fil des pages, sans grande surprise vu que ça se passe dans un milieu universitaire. Je l'aurai probablement oublié assez vite mais c'est un bon moment de détente qui m'a donné plein d'idées de futures lectures!
        • Turquesamelie Posté le 22 Juillet 2017
          Un voyage entre le passé et le présent, des personnages qui ont en commun de quitter l'Espagne pour les États Unis, de manière plus ou moins durable. Des personnages qui essaient de se reconstruire après la perte d'un être cher. Des rencontres amicales, amoureuses. J'ai adoré ce livre plein de vie et d'optimisme qui nous fait voyager avec ses personnages. On ne s'ennuie pas, c'est très agréable à lire, très vite on n'a plus envie de s'arrêter car on veut en savoir plus sur les personnages, leurs quêtes, leurs secrets et leurs drames
        • GuyMontag Posté le 6 Août 2016
          Ce livre conte l’histoire de trois personnages. Par ordre d’ancienneté, le plus vieux, mort à l’époque contemporaine de la narration : André Fontana. Andrés Fontana est le fil d’une famille très pauvre de l’Espagne préfranquiste, son père était mineur et voulait que son fils prenne le même chemin que lui. Sa mère était bonne à tout faire dans une très riche famille. La patronne de sa mère se prend d’affection pour son fil Andrés et lui offre des livres, une encyclopédie qu’il dévore. Devinant les dons et les aspirations de l’enfant, elle lui léguera une bourse d’étude qui permettra à Andrés de préparer et d’obtenir le baccalauréat puis de faire des études universitaires. Pour cela il lui faudra s’arracher à sa famille et s’exiler à Madrid. A la fin de ses études universitaires, Andrés part aux États-Unis pour un an. Mais entre-temps la guerre d’Espagne a éclaté et Andrés prend la décision de rester aux USA où il deviendra maître de conférences. Ensuite nous avons Daniel Carter. Daniel Carter est un jeune américain, d'une vingtaine d'années plus jeune qu'Andrès, qui suit un peu la même trajectoire qu’Andrès. Daniel s’exile loin de sa famille pour poursuivre des études de lettres. Pendant ses... Ce livre conte l’histoire de trois personnages. Par ordre d’ancienneté, le plus vieux, mort à l’époque contemporaine de la narration : André Fontana. Andrés Fontana est le fil d’une famille très pauvre de l’Espagne préfranquiste, son père était mineur et voulait que son fils prenne le même chemin que lui. Sa mère était bonne à tout faire dans une très riche famille. La patronne de sa mère se prend d’affection pour son fil Andrés et lui offre des livres, une encyclopédie qu’il dévore. Devinant les dons et les aspirations de l’enfant, elle lui léguera une bourse d’étude qui permettra à Andrés de préparer et d’obtenir le baccalauréat puis de faire des études universitaires. Pour cela il lui faudra s’arracher à sa famille et s’exiler à Madrid. A la fin de ses études universitaires, Andrés part aux États-Unis pour un an. Mais entre-temps la guerre d’Espagne a éclaté et Andrés prend la décision de rester aux USA où il deviendra maître de conférences. Ensuite nous avons Daniel Carter. Daniel Carter est un jeune américain, d'une vingtaine d'années plus jeune qu'Andrès, qui suit un peu la même trajectoire qu’Andrès. Daniel s’exile loin de sa famille pour poursuivre des études de lettres. Pendant ses études universitaires, Andrés Fontana devient son mentor et le pousse à aller en Espagne un an à la recherche des matériaux nécessaires à sa thèse sur un écrivain espagnol peu connu, Ramón José Sénder, écrivain qui a du s’exiler loin de l’Espagne à l’avènement de Franco. À l’université de Madrid, Daniel a pour protecteur un ancien collègue d’Andrés Fontana auquel ce dernier a écrit pour recommander chaudement Daniel. Daniel loge chez la concierge qui hébergeait déjà Andrés Fontana lorsque ce dernier faisait ses études à Madrid. Daniel va non seulement rassembler les matériaux nécessaires à sa thèse, mais il va surtout rencontrer la femme de sa vie. La manière dont il s’y prend pour conquérir les parents de la belle très réticents à leur union est drolatique à souhait et apporte un peu de légèreté dans le climat très lourd qui s’installe à partir de la moitié du roman. Enfin, le troisième personnage est Blanca Perea, 45 ans, docteure en linguistique, de nationalité espagnole. Son mari l’a quitte pour une avocate plus jeune qu’elle à laquelle il a fait un enfant. L’univers de Blanca s’effondre. Elle demande à partir, loin, le plus loin possible. Elle obtient une bourse pour aller travailler quelques mois aux USA, il s’agit de classer les papiers d’Andrés Fontana légués à l’université de Santa Cecilia, une université californienne. Blanca va faire la connaissance de Daniel Carter, veuf depuis de longues années, c’est lui qui a accepté la candidature de Cécilia. Trois exilés, trois vies, trois récits qui se mêlent et s’entrecroisent. Un roman dense et un suspense haletant. J’ai adoré !
          Lire la suite
          En lire moins
        • domdu84 Posté le 2 Juillet 2015
          Demain à Santa Cécilia de Maria DUEÑAS Ce livre qui a déjà été vendu à 1 million d’exemplaires, comme indiqué sur la couverture de celui que j’ai reçu gracieusement, (et je les en remercie, de même que Babélio), des éditions « Points » ne me laissera pas un grand souvenir. L’histoire de Blanca perea qui se retrouve seule après que son mari l’ait quittée pour une femme plus jeune, de même que ses deux enfants partis voler de leurs propres ailes, est intéressante mais un peu hors du temps. Elle fuit et s ’inscrit pour obtenir une bourse et travailler sur les écrits de Andrès Fontana, écrivain espagnol, parti en Californie dans les années après guerre, décédé en 1969, étudier les missions franciscaines du Camino real, il y en avait 22 au total. Cela nous permet également de connaître Daniel Carter, un Américain, brillant universitaire qui va devenir omniprésent auprès de cette jeune femme et même... Celui-ci est d’ailleurs présent lors des recherches que faisaient Fontana. Nous l’apprenons en remontant parfois dans le temps pour nous retrouver dans les années 1950 / 1960 à l’ère de Franco et partager la vie de ces deux hommes en Espagne (c’est là que cela m’a paru un peu long... Demain à Santa Cécilia de Maria DUEÑAS Ce livre qui a déjà été vendu à 1 million d’exemplaires, comme indiqué sur la couverture de celui que j’ai reçu gracieusement, (et je les en remercie, de même que Babélio), des éditions « Points » ne me laissera pas un grand souvenir. L’histoire de Blanca perea qui se retrouve seule après que son mari l’ait quittée pour une femme plus jeune, de même que ses deux enfants partis voler de leurs propres ailes, est intéressante mais un peu hors du temps. Elle fuit et s ’inscrit pour obtenir une bourse et travailler sur les écrits de Andrès Fontana, écrivain espagnol, parti en Californie dans les années après guerre, décédé en 1969, étudier les missions franciscaines du Camino real, il y en avait 22 au total. Cela nous permet également de connaître Daniel Carter, un Américain, brillant universitaire qui va devenir omniprésent auprès de cette jeune femme et même... Celui-ci est d’ailleurs présent lors des recherches que faisaient Fontana. Nous l’apprenons en remontant parfois dans le temps pour nous retrouver dans les années 1950 / 1960 à l’ère de Franco et partager la vie de ces deux hommes en Espagne (c’est là que cela m’a paru un peu long , car j’ai eu du mal à comprendre pourquoi nous remontions à cette époque, alors que les nombreux documents collationnés étaient encore aux temps présents ). Le titre du livre en espagnol est : « Misíon olvido », je trouve que la traduction de ce titre « Mission oubliée » aurait été plus judicieuse, car il s’agit bien de cela qu’on apprend au moment où cela devient un peu plus passionnant, car le temps passe et Blanca doit rendre son rapport dans quelques jours tandis que rien de spécial ne se trouvait dans les nombreux documents à sa disposition. Mais comme dans tout bon roman une petite part de suspens fait durer l’attrait que le lecteur que je fus semblait perdre au fil de la lecture. L’écriture est agréable, mais l’histoire ne m’a pas intéressée plus que cela.
          Lire la suite
          En lire moins
        • missmolko1 Posté le 20 Juin 2015
          Tout d'abord, je remercie Babelio et son opération Masse Critique mais également les éditions points pour m'avoir permis de découvrir cette petite pépite. C'est ma première rencontre avec Maria Duenas mais certainement pas la dernière car Demain a Santa Cecilia est un vrai coup de cœur. Blanca vient de se séparer de son mari après vingt cinq ans de mariage, ses enfants sont grand et volent de leurs propres ailes et elle souhaite prendre un nouveau départ le plus vite possible : "Parfois, tout s’écroule autour de nous, telle une pesante et froid chape de plomb. Ce fut ce que je ressentis en ouvrant la porte de mon bureau. Si familier, si chaleureux, si personnel. Avant.Pourtant, de prime abord, rien ne justifiait ce désespoir. Tout était resté en l’état. Les rayonnages remplis de livres, le tableau de liège couvert d’horaires et d'avertissements. Chemises, dossiers, affiches d'expositions anciennes, enveloppes a mon nom. Le calendrier figé deux mois auparavant, juillet 1999. Tout était intact dans cet espace qui m'avait servi de refuge pendant quatorze années, le réduit qui , une année scolaire après l'autre, accueillait des hordes d’étudiants, indécis, revendicateurs et ambitieux. Dans ce décor immuable, seuls avaient changé les piliers qui me... Tout d'abord, je remercie Babelio et son opération Masse Critique mais également les éditions points pour m'avoir permis de découvrir cette petite pépite. C'est ma première rencontre avec Maria Duenas mais certainement pas la dernière car Demain a Santa Cecilia est un vrai coup de cœur. Blanca vient de se séparer de son mari après vingt cinq ans de mariage, ses enfants sont grand et volent de leurs propres ailes et elle souhaite prendre un nouveau départ le plus vite possible : "Parfois, tout s’écroule autour de nous, telle une pesante et froid chape de plomb. Ce fut ce que je ressentis en ouvrant la porte de mon bureau. Si familier, si chaleureux, si personnel. Avant.Pourtant, de prime abord, rien ne justifiait ce désespoir. Tout était resté en l’état. Les rayonnages remplis de livres, le tableau de liège couvert d’horaires et d'avertissements. Chemises, dossiers, affiches d'expositions anciennes, enveloppes a mon nom. Le calendrier figé deux mois auparavant, juillet 1999. Tout était intact dans cet espace qui m'avait servi de refuge pendant quatorze années, le réduit qui , une année scolaire après l'autre, accueillait des hordes d’étudiants, indécis, revendicateurs et ambitieux. Dans ce décor immuable, seuls avaient changé les piliers qui me soutenaient. De haut en bas, en totalité. Deux ou trois minutes s’étaient écoulées depuis mon arrivée. Peut-être dix, ou bien même pas une. En tout cas, assez pour prendre une décision. Mon premier mouvement consista a composer un numéro de téléphone. Pour toute réponse, je n'obtins que celle aseptisée d'une boite vocale. J'hésitai entre raccrocher ou non, le non l'emporta. - Rosalia, ici Blanca Perea. J'ai besoin de ton aide, il faut que je m'en aille.Je ne sais pas ou et je m'en fiche. La ou je ne connaîtrai personne et ou personne ne me connaîtra. Je sais que ça tombe on ne peut plus mal, au tout début de l’année scolaire, mais appelle-moi des que possible, s'il te plaît." Un peu sur un coup de tête, elle qui l'Espagne pour la Californie et accepte un poste de recherche dans une université. Son nouvel emploi consiste donc a trier les papiers d'un professeur mort trente ans plus tôt. Parallèlement, on suit l'histoire de ce professeur, Andres Fontana et de son élève Daniel Carter, devenu lui aussi brillant universitaire et qui va devenir proche de Blanca. Si au début on est un peu déboussolé de suivre plusieurs histoires en même temps, il arrive très vite le moment ou toutes les pièces du puzzle s'emboîtent. Mais tout ceci se fait lentement. Certaines critiques parlent de longueurs dans le texte de Maria Duenas, mais de mon coté, je ne me suis pas ennuyée une seconde. Au contraire, c'est avec une certaine tristesse que je refermais la dernière page du roman. Dans certain avis aussi, certains évoque le fait qu'on devine rapidement l'intrigue de mon coté, je n'ai rien vu venir et je trouve que l'auteur a su maintenir un certain "suspense". Mais le roman n'est pas simplement, l'histoire d'un trio de personnages, c'est bien plus que cela. On y découvre en toile de fond, l'histoire de l'Espagne sous le régime de Franco, les mœurs de ses habitants et leur vie au début des années 60. L'auteur fait également référence a de nombreux ouvrages de la littérature contemporaine espagnole mais aussi des chansons, de titres de films d'époque et l'on se sent transporté. On découvre également l'histoire de la Californie et l'encrage des espagnols. Bref c'est un roman très dense, magnifiquement bien écrit et très documenté que je ne peux que vous recommander.
          Lire la suite
          En lire moins
        ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
        Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
        Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com