Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221247259
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 396
Format : 135 x 215 mm

Et si le cheval se mettait à parler

Carine Chichereau (traduit par)
Collection : Pavillons
Date de parution : 23/09/2021

Le grand retour de l’auteur du best-seller Ambiguïtés.
« Je suis absolument terrifié à l’idée de perdre un boulot que je déteste absolument. »
Comment survivre sans trahir votre éthique dans un monde fou, immoral et cruel, à la Kafka ?

 

Stephen Maserov est « absolument terrifié à l’idée de perdre un boulot qu’il déteste absolument ». Marié à sa collègue Eleanor, il a dû se réorienter (leurs salaires de profs ne suffisant pas à honorer les crédits contractés). Avocat junior au sein du tout-puissant cabinet juridique Savage Carter Blanche, il...

Stephen Maserov est « absolument terrifié à l’idée de perdre un boulot qu’il déteste absolument ». Marié à sa collègue Eleanor, il a dû se réorienter (leurs salaires de profs ne suffisant pas à honorer les crédits contractés). Avocat junior au sein du tout-puissant cabinet juridique Savage Carter Blanche, il travaille non-stop. Ce qui ne l’empêche pas d’être en danger permanent de se faire licencier. Pour ne rien arranger, Eleanor, épuisée de porter seule l’éducation de leurs deux petits garçons, l’a mis à la porte.
Comment garder ce travail qu’il déteste, payer les traites de leur maison et sauver son mariage ? Acculé, Stephen va prendre une initiative aussi folle que celle du bouffon de la fable très ancienne qu’il raconte à ses enfants pour les endormir. Or, dans la vraie vie, quelles sont les chances du bouffon de l’emporter contre le roi ?
Face à l’absurde, à l’arbitraire, l’humour est la meilleure des armes, l’empathie la plus efficace. Tel est le pari de cette réjouissante parabole contemporaine de David contre Goliath qui nous entraîne dans une grande comédie sociale et humaniste contre le cynisme de notre époque et ses conséquences sur nos vies.

« Elliot Perlman est le Zola australien, le classique de demain. » Lire

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221247259
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 396
Format : 135 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Hippocampelephantocamelos Posté le 23 Octobre 2021
    Je remercie tout d'abord Babelio ainsi que la maison d'édition pour l'envoi de ce livre. Le titre m'a tout de suite plu, et éveillé toute ma curiosité ! Je n'ai pas été déçue à la lecture de ce livre... Notre personnage principal n'aime pas son travail, malgré une reconversion qu'il pensait bénéfique, notamment au niveau du salaire. Pourtant, il va se retrouver pris à son propre piège pour essayer de faire ses preuves et retarder le licenciement qui le guette... Comment va t il s'y prendre et quel impact ce nouveau challenge aura sur sa vie personnelle ? Si j'ai beaucoup aimé l'humour et les situations absurdes de ce livre, j'ai moins été touchée par l'histoire en elle-même. Un livre qui donne une sensation de huis clos à ciel ouvert !
  • traversay Posté le 2 Octobre 2021
    8 ans s'étant écoulés depuis La mémoire est une chienne indocile, ample roman choral, il était vraiment temps que l'australien Elliot Perlman revienne sur le devant de la scène. La chose est faite, et bien faite, avec Et si le cheval se mettait à parler, lequel n'a sans doute pas l'ambition de son livre précédent mais se révèle malgré tout délectable pour ceux qui apprécient depuis longtemps l'auteur du brillant Ambigüités. "Je suis absolument terrifié à l’idée de perdre ce boulot que je déteste absolument", telle est la première phrase de son nouvel opus qui nous transporte dans le milieu de l'entreprise et dans celui des avocats d'affaires, des lieux féroces où tous les coups bas sont permis, commis de préférence par ceux qui détiennent le pouvoir aux dépens des moins privilégiés. Le personnage principal de l'histoire est au bout du rouleau : séparé de sa femme et de ses enfants et menacé de licenciement, jusqu'à ce que ... Le livre est une comédie assez irrésistible dont le sujet premier est pourtant le harcèlement sexuel, autant dire un thème qui n'incite pas vraiment à la plaisanterie mais ce genre de défi ne fait pas peur à l'auteur, qui s'en repait... 8 ans s'étant écoulés depuis La mémoire est une chienne indocile, ample roman choral, il était vraiment temps que l'australien Elliot Perlman revienne sur le devant de la scène. La chose est faite, et bien faite, avec Et si le cheval se mettait à parler, lequel n'a sans doute pas l'ambition de son livre précédent mais se révèle malgré tout délectable pour ceux qui apprécient depuis longtemps l'auteur du brillant Ambigüités. "Je suis absolument terrifié à l’idée de perdre ce boulot que je déteste absolument", telle est la première phrase de son nouvel opus qui nous transporte dans le milieu de l'entreprise et dans celui des avocats d'affaires, des lieux féroces où tous les coups bas sont permis, commis de préférence par ceux qui détiennent le pouvoir aux dépens des moins privilégiés. Le personnage principal de l'histoire est au bout du rouleau : séparé de sa femme et de ses enfants et menacé de licenciement, jusqu'à ce que ... Le livre est une comédie assez irrésistible dont le sujet premier est pourtant le harcèlement sexuel, autant dire un thème qui n'incite pas vraiment à la plaisanterie mais ce genre de défi ne fait pas peur à l'auteur, qui s'en repait même, et s'il y avait un reproche à lui faire, ce serait sans doute de "profiter" de l'air de temps, post #MeToo. Mais Perlman a l'art et la manière de désamorcer les critiques, par le développement haletant de son récit et par l'adjonction de sous-intrigues astucieuses, du domaine du privé, qui ont le mérite d'apporter un peu de légèreté , sans compter une propension délicieuse à l'absurde, en particulier dans des dialogues assez souvent savoureux. La description du monde du travail, dont les ineffables Ressources humaines, est à la fois caustique, pertinente et très drôle, quoiqu'elle n'ait rien de spécifiquement australien, on s'en doute. Comédie de mœurs, tragédie sociale, thriller implacable et même western urbain, Et si le cheval se mettait à parler est un modèle de zeitgeist socio-économique qui permet aussi, ce n'est pas le moindre de ses atouts, de se divertir intelligemment.
    Lire la suite
    En lire moins
  • larmordbm Posté le 21 Septembre 2021
    Stephen Masorov est un jeune avocat récemment reconverti et terrifié à l'idée de perdre un emploi qu'il déteste. Il fait partie des "2èmes années" qui dans le cabinet juridique où il travaille sont fréquemment licenciés. Présenté comme un anti-héros au début du livre, manquant cruellement de confiance en lui, en proie à des difficultés professionnelles et familiales car sa femme vient de le mettre à la porte, Stephen a une idée de génie pour assurer son avenir. Nous sommes entraînés dans les aventures picaresques de Stephen qui se débat, dans un imbroglio juridique, pour aider des femmes confrontées aux problématiques de harcèlement sexuel en entreprise. L'auteur, qui connait bien les arcanes du monde de l'entreprise, nous livre ici, dans un style enlevé et satirique, une comédie sociale et une critique acerbe du monde du travail, des nouveaux modes de management et de gestion des ressources humaines. L'ensemble est assez léger, car aux démêlés judiciaires des protagonistes, viennent se greffer des intrigues amoureuses et des histoires de papas qui veulent s'occuper de leurs enfants. Avec beaucoup d'humour, Eliott Perlman nous offre sa vision des relations entre les hommes et les femmes, dans les sphères publiques et privées, et cette fable moderne a une portée qui va... Stephen Masorov est un jeune avocat récemment reconverti et terrifié à l'idée de perdre un emploi qu'il déteste. Il fait partie des "2èmes années" qui dans le cabinet juridique où il travaille sont fréquemment licenciés. Présenté comme un anti-héros au début du livre, manquant cruellement de confiance en lui, en proie à des difficultés professionnelles et familiales car sa femme vient de le mettre à la porte, Stephen a une idée de génie pour assurer son avenir. Nous sommes entraînés dans les aventures picaresques de Stephen qui se débat, dans un imbroglio juridique, pour aider des femmes confrontées aux problématiques de harcèlement sexuel en entreprise. L'auteur, qui connait bien les arcanes du monde de l'entreprise, nous livre ici, dans un style enlevé et satirique, une comédie sociale et une critique acerbe du monde du travail, des nouveaux modes de management et de gestion des ressources humaines. L'ensemble est assez léger, car aux démêlés judiciaires des protagonistes, viennent se greffer des intrigues amoureuses et des histoires de papas qui veulent s'occuper de leurs enfants. Avec beaucoup d'humour, Eliott Perlman nous offre sa vision des relations entre les hommes et les femmes, dans les sphères publiques et privées, et cette fable moderne a une portée qui va au-delà de l'Australie. J'avais perdu de vue cet auteur depuis Ambiguïtés et je l'ai retrouvé avec beaucoup de plaisir. Je remercie Babelio et les éditions Robert Laffont de m'avoir fait découvrir ce livre dans le cadre de Masse critique.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.