Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221218860
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 528
Format : 1 x 215 mm
La Débâcle
Date de parution : 22/08/2019
Éditeurs :
Robert Laffont

La Débâcle

Date de parution : 22/08/2019

Du 10 juin 1940, quand le gouvernement s’enfuit de Paris, au 17, où Pétain annonce la demande d’armistice, huit jours qui ont défait la France.
« Le niveau d’essence dans...

Du 10 juin 1940, quand le gouvernement s’enfuit de Paris, au 17, où Pétain annonce la demande d’armistice, huit jours qui ont défait la France.
« Le niveau d’essence dans le réservoir baissait dangereusement. Mme Perret se plaignait en permanence, se disputait avec Bernard qui voulait lui prendre la carte....

Du 10 juin 1940, quand le gouvernement s’enfuit de Paris, au 17, où Pétain annonce la demande d’armistice, huit jours qui ont défait la France.
« Le niveau d’essence dans le réservoir baissait dangereusement. Mme Perret se plaignait en permanence, se disputait avec Bernard qui voulait lui prendre la carte. À l’horizon en face de la colonne montaient de grandes lueurs orangées : un bombardement ? des dépôts de carburant en flammes ? Exténuée, sentant le mal au coeur revenir, gênée dans ses vêtements moites de transpiration, sa combinaison trop serrée, Jacqueline a fini par s’endormir, la tête sur l’épaule de la domestique et le chien sur ses genoux, bercée par les grincements d’essieux, les hennissements et le claquement des sabots, et un choeur de filles qui, quelque part derrière, chantaient du Tino Rossi… »
Jetés sur les routes de l’exode, une famille de grands bourgeois, un soldat, un avocat fasciste, une femme seule et beaucoup d’autres, dans une vaste chasse à courre à l’échelle d’un pays où nul ne sait encore qui sonnera l’hallali.
Avec La Débâcle, tout à la fois fresque au vitriol, road-trip hyperréaliste, chronique d’une débandade et récit initiatique, Romain Slocombe ajoute une pièce maîtresse à son grand roman noir national.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221218860
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 528
Format : 1 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Ogrimoire Posté le 6 Mai 2022
    Une débâcle c’est un renversement, une déroute, une débandade et surtout le chaos. Durant le terrible mois de juin de 1940, la France s’affole, l’ennemi est à deux pas de la capitale et la confiance en nos hommes politiques s’amenuise de plus en plus… Sous un soleil de plomb, Paris se vide de ses habitants en rêvant de lendemains meilleurs à l’abri des mitrailleuses et des blindés. Romain Slocombe propose à son lecteur une immersion dans une France qui s’écroule, dans une France qui rend les armes face aux Nazis. Cette débâcle sent la sueur et surtout le sang car partir sur les routes, s’aventurer loin de chez soin c’est prendre le risque de tomber sur des gens peu recommandables… On se retrouve ici plongés au cœur de l’action, et on assiste à des scènes hallucinantes durant cette semaine apocalyptique, du 10 au 18 juin 1940. Ici, il n’y a plus de riches ou de pauvres, sur la route tout le monde est une proie, tout le monde est faible et les sommes d’argent ne changeront rien face aux terribles Stukas. Romain Slocombe nous propose un livre choral, dans lequel on suit des civils et des militaires, un livre où l’on côtoie la... Une débâcle c’est un renversement, une déroute, une débandade et surtout le chaos. Durant le terrible mois de juin de 1940, la France s’affole, l’ennemi est à deux pas de la capitale et la confiance en nos hommes politiques s’amenuise de plus en plus… Sous un soleil de plomb, Paris se vide de ses habitants en rêvant de lendemains meilleurs à l’abri des mitrailleuses et des blindés. Romain Slocombe propose à son lecteur une immersion dans une France qui s’écroule, dans une France qui rend les armes face aux Nazis. Cette débâcle sent la sueur et surtout le sang car partir sur les routes, s’aventurer loin de chez soin c’est prendre le risque de tomber sur des gens peu recommandables… On se retrouve ici plongés au cœur de l’action, et on assiste à des scènes hallucinantes durant cette semaine apocalyptique, du 10 au 18 juin 1940. Ici, il n’y a plus de riches ou de pauvres, sur la route tout le monde est une proie, tout le monde est faible et les sommes d’argent ne changeront rien face aux terribles Stukas. Romain Slocombe nous propose un livre choral, dans lequel on suit des civils et des militaires, un livre où l’on côtoie la mort mais également l’amour, la haine aussi bien que l’entraide. L’auteur ne refait pas l’histoire, cette débâcle garde tout son sens, celui de la peur, de la folie, de la lâcheté. C’est à la fois touchant et à la fois ça donne envie d’hurler face à cette armée qui est en déroute totale ou bien face à la décision de déclarer Paris ville ouverte en pensant qu’il n’arrivera rien à la population alors que l’occupation va durer quasiment cinq années… Si la lecture est parfois ardue – cette histoire demande une bonne connaissance de la sphère militaire -, cette histoire est un bon compromis à la lecture d’un manuel scientifique indigeste. Romain Slocombe se soucie du détail et il fait bien car cela donne plus de réalité à son récit et son intrigue rendant le tout saisissant et poignant. Une lecture qui nous plonge dans une période sombre de notre histoire mais qui ne doit jamais tomber dans l’oubli, voyez ça comme un devoir de mémoire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • AMR_La_Pirate Posté le 5 Février 2021
    La Débâcle de Romain Slocombe est un roman polyphonique sur fond d’exode, sur une courte période, quelques jours en juin 1940, alors que l’armée allemande est aux portes de Paris. Une diversité de points de vue et de focalisation… Une famille de grands bourgeois parisien, le père, la mère, le fils, la fille, le chien et la bonne prend la route dans la voiture familiale. C’est à dessein que j’ai placé la bonne en fin d’énumération… Mais je ne dirai pas pourquoi pour ne rien divulgâcher de cette épopée familiale au cours de laquelle on se plaint, on se dispute, on change d’itinéraire. La focalisation principale passe par Jacqueline, une belle adolescente délurée de quatorze ans, très observatrice, intelligente qui va vivre en une semaine un parcours initiatique à la fois condensé et formateur. Une jeune femme part à la recherche de son fiancé, en train. Au cours de ce voyage éprouvant, long d’attentes, d’arrêts, de promiscuité, de dangers, de faux espoirs…, elle fera des rencontres, certaines insolites, d’autres pathétiques… Un soldat est séparé de son régiment et prend la route de la retraite générale… Dans le civil, il était photographe ; en perdant son groupe, il a aussi perdu son appareil photo. Il... La Débâcle de Romain Slocombe est un roman polyphonique sur fond d’exode, sur une courte période, quelques jours en juin 1940, alors que l’armée allemande est aux portes de Paris. Une diversité de points de vue et de focalisation… Une famille de grands bourgeois parisien, le père, la mère, le fils, la fille, le chien et la bonne prend la route dans la voiture familiale. C’est à dessein que j’ai placé la bonne en fin d’énumération… Mais je ne dirai pas pourquoi pour ne rien divulgâcher de cette épopée familiale au cours de laquelle on se plaint, on se dispute, on change d’itinéraire. La focalisation principale passe par Jacqueline, une belle adolescente délurée de quatorze ans, très observatrice, intelligente qui va vivre en une semaine un parcours initiatique à la fois condensé et formateur. Une jeune femme part à la recherche de son fiancé, en train. Au cours de ce voyage éprouvant, long d’attentes, d’arrêts, de promiscuité, de dangers, de faux espoirs…, elle fera des rencontres, certaines insolites, d’autres pathétiques… Un soldat est séparé de son régiment et prend la route de la retraite générale… Dans le civil, il était photographe ; en perdant son groupe, il a aussi perdu son appareil photo. Il a un nom à consonance juive… Une fillette en état de choc est recueillie par un couple qui s’est formé sur la route… Romain Slocombe a mis en scène des personnages issus de milieux très différents, jetés sur les mêmes routes, fuyant le même ennemi et les mêmes périls, sous le feu des bombardements des avions allemands et italiens, en butte au manque d’essence, à la pénurie alimentaire, à la chaleur, à la fatigue. S’il nous donne à lire de belles scènes de solidarité et de partage, il ne nous épargne rien de la noirceur et de l’hypocrisie de l’âme humaine… J’ai beaucoup aimé l’alternance des points de vue et les destins croisés. De même, la précision de la chronologie, du 10 juin 1940, quand le gouvernement s'enfuit de Paris, au 17, où Pétain annonce la demande d'armistice, accentue le décalage entre la courte distance finalement parcourue par les fuyards et la marche inexorable de l’Histoire. L’auteur a un talent vraiment particulier pour nous faire vivre de l’intérieur une formidable débandade généralisée, vécue par certains comme un lamentable échec, par d’autres comme une déroute honteuse, une trahison, par les uns comme une retraite inévitable, une fuite salutaire, par d’autres encore comme une débandade ou tout est permis… L’écriture est très réaliste, détaillée, sans filtre. Les portraits sont ciselés, approfondis… Les situations, parfois cocasses, souvent tragiques, sonnent à la fois juste et humain. Le récit pousse au questionnement : et nous, qu’aurions-nous fait à leur place ? Ce roman historique est admirablement documenté, encadré par une note de l’auteur et une abondante bibliographie. Il est manifestement le fruit d’un véritable travail de recherches. Magistral ! #LaDébâcle #NetGalleyFrance
    Lire la suite
    En lire moins
  • raime Posté le 8 Janvier 2021
    On suit une famille, leur frère et belle sœur ainsi que la désertion d’un soldat qui va tenter de rejoindre son amie, loin du front. Ces personnages vont parfois se croiser entre embouteillages sur les routes de l’exode et mitraillages d’avions allemands ou italiens.
  • Scribe Posté le 20 Décembre 2020
    La débâcle de Romain Slocombe De Romain Slocombe, je connaissais Monsieur le Commandant, première station avant l'abattoir et les Léon Sadorski, lorsqu'à la bibliothèque de mon village est arrivé La débâcle de Romain Slocombe. En 7 jours du 10 juin au 17 juin 1940, la France, voit le gouvernement fuir la Capitale, Pétain capituler « Je fais à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur »  sur les routes des milliers de personnes condamnées pour beaucoup à une mort atroce. Romain Slocombe, nous entraînent dans cette fuite en avant des familles vivant à Paris et partant loin en campagne en raison de l'avance des Allemands en territoire Français. Juin 1940, c'est la débâcle, terme particulièrement bien choisi. Les livres d'histoire relatant ces événements rappellent que : « l'Allemagne en mai 1940, lance une grande offensive contre la Belgique, la Hollande et la France. L'armée française en quelques jours est en déroute. » C'est l'exode, la pagaille et les populations fuient l 'avancée Allemande. A la lecture de ce livre, nous sommes au cœur de cette débâcle au milieu des civils jetés sur les routes encombrées. Sous la violence des attaques aériennes des Stukas,... La débâcle de Romain Slocombe De Romain Slocombe, je connaissais Monsieur le Commandant, première station avant l'abattoir et les Léon Sadorski, lorsqu'à la bibliothèque de mon village est arrivé La débâcle de Romain Slocombe. En 7 jours du 10 juin au 17 juin 1940, la France, voit le gouvernement fuir la Capitale, Pétain capituler « Je fais à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur »  sur les routes des milliers de personnes condamnées pour beaucoup à une mort atroce. Romain Slocombe, nous entraînent dans cette fuite en avant des familles vivant à Paris et partant loin en campagne en raison de l'avance des Allemands en territoire Français. Juin 1940, c'est la débâcle, terme particulièrement bien choisi. Les livres d'histoire relatant ces événements rappellent que : « l'Allemagne en mai 1940, lance une grande offensive contre la Belgique, la Hollande et la France. L'armée française en quelques jours est en déroute. » C'est l'exode, la pagaille et les populations fuient l 'avancée Allemande. A la lecture de ce livre, nous sommes au cœur de cette débâcle au milieu des civils jetés sur les routes encombrées. Sous la violence des attaques aériennes des Stukas, des bombardements, des colonnes militaires qui se replient sous l'injonction d'ordres de soumission. Avec une plume toujours acérée Romain Slocombe, fait revivre des destins individuels ou la peur, la résignation, l'espoir et la collaboration se conjuguent. Nous suivons particulièrement la famille Perret. Paul avocat bien placé dans les instances gouvernementales, Marie-Louise son épouse, qui a bord de son automobile, une magnifique Studebaker, part rejoindre les membres de leur famille à quelques heures de Paris en ayant entassé dans leur véhicule, objets personnels, bijouterie, argenterie, victuailles, le chien, et leur bonne et posé sur le toit de cette magnifique Studebaker un matelas. Sur la route les péripéties ne vont pas manquer avec la crainte de tomber en panne de carburant, les voitures arrêtées, celle qui sont stationnées sur les bords des routes les charrettes à chevaux, les brouettes, les vélos, et toutes ces personnes hommes âgés femmes et enfants marchant droit devant. C'est alors qu'au cours de ce roman les destins vont être intimement liés. Alors que la mort vrombi dans le ciel, la mitraille et les bombes sèment la mort au sol et dévaste les corps meurtris par les explosions. Les descriptions de Romain Slocombe, démontre une étude attentive des différents documents consultés notamment en terme de traumatologie de guerre. Dans cette débâcle, Jacqueline Perret qui vient d'avoir 14 ans, mais qui en paraît 16 ouvre alors ses yeux jusque-là innocents sur un autre monde peuplé de violences, d'émotions et de relations fugitives. Lucien soldat déserteur se lance à la recherche de sa fiancée Hortense, qui elle même court à la recherche de Lucien évacué par en train militaire ayant été blessé. Chemin faisant nous rencontrerons des Français, qui profitant de la débâcle s'enrichissent en vendant, une bouteille d'eau, un fauteuil pour dormir, ou à prix d'or quelques litres d'essence soutiré dans les véhicules abandonnés par les soldats. Ces soldats, sans chef, sans ordre, partent eux aussi droit devant eux dans l'espoir de se regrouper et être en mesure de mener une contre offensive. Les blessés graves militaires dans les ambulances sont laissés sans soin, et ceux qui meurent enterrer à la va-vite sur le bord des chemins. Les détails et les les lieux sont si criants de vérité et crédibles que l'on aurait presque l'intention d'abandonner ce romain pour ce plonger dans la liste d' ouvrages et de documents consultés par Romain Slocombe, pas moins de 7 pages de référence. L'idée de rechercher les lieux ou se sont passés les événements décrits, comme par exemple le massacre des soldats Sénégalais et d'Afrique du Nord par des soldats de la Werhrmacht drogué à la pervitine, puissante méthamphétamine. Un conseil n'en faite rien ! C'est à la fin de ce livre que j'ai pris connaissance de la notre de Romain Scolombe, en début de cet ouvrage. «  Ce roman comme le mot le signifie est une œuvre d'invention et ses protagonistes principaux sont imaginaires. En revanche les événements militaires, politiques qu'il relate sont réels parfois dans le plus petit détail. Les noms, grades des officiers , numéros d'unités, mouvements de troupes durant la bataille de France, lieux et date des bombardements, conditions météorologiques sont vrais. Par contre, les noms des villages ou de l'hôtel sont du domaine de la fiction. Quant aux massacres et exécutions sommaires de tirailleurs africains par l'armée allemande ils ont bien eu lieu mais sur d'autres communes que celles-citées. La débâcle de Romain Slocombe est un livre fort que je vous recommande vivement. Vous le lirez comme moi, en état d'urgence en étant au cœur de tous ces moments décrits avec beaucoup de réalisme. Bien à vous !
    Lire la suite
    En lire moins
  • mesechappeeslivresques Posté le 31 Juillet 2020
    Du 10 au 17 juin 1940, alors que l'armée française est en pleine déroute et que le gouvernement déserte Paris pour Bordeaux, Romain Slocombe nous emporte aux côtés de ces milliers de civils qui ont pris la fuite face à l'avancée des Allemands. C'est à travers les destins croisés de plusieurs protagonistes pris en étau dans les routes de France, que nous devenons le témoin impuissant de cette débâcle et des bombardements qui causèrent de nombreuses victimes. Le contexte historique est vraiment passionnant, l'immersion garantie. Je tire mon chapeau à l'auteur pour le remarquable travail de documentation qu'il a effectué, pour la qualité et la minutie de cette reconstitution. Mais parfois, ces détails trop abondants, notamment dans la première partie du roman, ont freiné ma lecture. Néanmoins, la plume demeure fluide et l'intrigue se révèle être très bien ficelée, nous tenant en haleine jusqu'au dénouement qui m'a beaucoup surprise. Les personnages principaux, quant à eux fictifs, sont attachants pour certains et plus détestables pour d'autres. Le changement de point de vue au fil des chapitres nous permet d'avoir une vision large de ces événements dramatiques et Romain Slocombe n'épargne pas le lecteur des scènes difficiles. Une fresque historique qui nous restitue avec un réalisme saisissant... Du 10 au 17 juin 1940, alors que l'armée française est en pleine déroute et que le gouvernement déserte Paris pour Bordeaux, Romain Slocombe nous emporte aux côtés de ces milliers de civils qui ont pris la fuite face à l'avancée des Allemands. C'est à travers les destins croisés de plusieurs protagonistes pris en étau dans les routes de France, que nous devenons le témoin impuissant de cette débâcle et des bombardements qui causèrent de nombreuses victimes. Le contexte historique est vraiment passionnant, l'immersion garantie. Je tire mon chapeau à l'auteur pour le remarquable travail de documentation qu'il a effectué, pour la qualité et la minutie de cette reconstitution. Mais parfois, ces détails trop abondants, notamment dans la première partie du roman, ont freiné ma lecture. Néanmoins, la plume demeure fluide et l'intrigue se révèle être très bien ficelée, nous tenant en haleine jusqu'au dénouement qui m'a beaucoup surprise. Les personnages principaux, quant à eux fictifs, sont attachants pour certains et plus détestables pour d'autres. Le changement de point de vue au fil des chapitres nous permet d'avoir une vision large de ces événements dramatiques et Romain Slocombe n'épargne pas le lecteur des scènes difficiles. Une fresque historique qui nous restitue avec un réalisme saisissant le chaos qui a précédé l'appel de Pétain pour l'armistice. Une lecture forte, captivante de ces jours sombres et tragiques qu'a connus la France en 1940.
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Chargement en cours...
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !