Lisez! icon: Search engine
Les Escales
EAN : 9782365694483
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 225 mm
Nouveauté

La liberté des oiseaux

Jean Bertrand (traduit par)
Collection : Domaine étranger
Date de parution : 04/11/2021
Deux soeurs enquêtent sur leur enfance passée en RDA et sur les non-dits qui pèsent sur leur famille. Une fresque sublime et captivante.
De nos jours, Theresa reçoit une mystérieuse lettre annonçant le décès de sa sœur aînée Marlene. C’est à n’y rien comprendre. Car Marlene est morte il y a des années. C’est du moins ce que lui ont toujours dit ses parents. Intriguée, Theresa, accompagnée de son autre sœur Charlotte, part... De nos jours, Theresa reçoit une mystérieuse lettre annonçant le décès de sa sœur aînée Marlene. C’est à n’y rien comprendre. Car Marlene est morte il y a des années. C’est du moins ce que lui ont toujours dit ses parents. Intriguée, Theresa, accompagnée de son autre sœur Charlotte, part en quête de réponses. Se révèle alors l’histoire de leurs parents, l’arrivée à Berlin au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la carrière de leur père dans la Stasi, la suspicion et la paranoïa, l’influence terrible de son chef, Kolia. Mais surtout, la personnalité rebelle de Marlene, qui rêvait de fuir à l’Ouest…
 
Grande saga au formidable souffle romanesque, La Liberté des oiseaux retrace quatre-vingts ans d’histoire allemande et nous plonge au coeur de destinées ballottées par l’Histoire.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365694483
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

"Difficile de ne pas se laisser emporter par cette histoire dans l’Histoire, par ses multiples secrets et par ses personnages inoubliables !"
Le Dauphiné Libéré

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Livriotte Posté le 12 Janvier 2022
    Voici un roman historique que j’ai beaucoup apprécié. La liberté des oiseaux est une immense fresque familiale retraçant l’histoire de cette famille dans la tourmente de l’histoire. Une famille sur laquelle secrets et non-dits pèsent et gangrènent le cocon familial… jusqu’à l’implosion. A la réception de cette lettre, c’est la vie de Theresa qui vacille, comment Marlène a-t-elle pu lui envoyer cette lettre alors qu’elle-même ne l’a jamais connue ? C’est aussi le début d’un long cheminement dans cette Allemagne divisée et désunie. De 1936 à nos jours, de Rostock à Berlin, entre RDA et RFA cette fresque est riche de personnages et foisonnante d’informations historiques. Si vous vous intéressez à l’histoire de l’Allemagne du XXème siècle, hors seconde guerre mondiale, ce livre est fait pour vous. J’ai été comblée par cette fresque historique qui ne manque pas de péripéties et de rebondissements. J’en ressors riche de nouvelles connaissances et avide d’en savoir plus sur ce pays voisin que je ne connais que trop peu.
  • Eve-Yeshe Posté le 31 Décembre 2021
    Nous sommes à Berlin, de nos jours et Theresa reçoit une lettre lui apprenant qu’elle hérite à parts égales avec Tom Halász de la maison de Marlène, tandis que sa sœur aînée, Charlotte, ne figure pas sur le testament. Or Marlène est censée décédée depuis trente ans ! branlebas de combat ! pourquoi Theresa ? et qui est Tom ? Anna, sa fille va faire des recherches et tomber sur un lourd secret dans la famille Groen, ce qui va nous entraîner, entre Berlin et Rostock, petite ville portuaire du nord de l’Allemagne, sur une période allant de la fin de la deuxième guerre mondiale à nos jours. Revenant de la guerre, Johannes Groen, un peu perdu, est pris en charge pas Kolia, communiste pur et dur, qui va le faire entrer au Parti, et lui permettre de faire carrière (une belle carrière) dans la Stasi. Il rencontre celle qui deviendra son épouse, Elisabeth, quia survécu aux massacres de la guerre en se cachant dans un sous-sol avec sa mère, alors que leur voisine leur apportait de quoi se nourrir en cachette. Elisabeth est infirmière, dans le service d’Anton et se lie d’amitié avec une de ses collègues, Eva. Johannes est souvent absent... Nous sommes à Berlin, de nos jours et Theresa reçoit une lettre lui apprenant qu’elle hérite à parts égales avec Tom Halász de la maison de Marlène, tandis que sa sœur aînée, Charlotte, ne figure pas sur le testament. Or Marlène est censée décédée depuis trente ans ! branlebas de combat ! pourquoi Theresa ? et qui est Tom ? Anna, sa fille va faire des recherches et tomber sur un lourd secret dans la famille Groen, ce qui va nous entraîner, entre Berlin et Rostock, petite ville portuaire du nord de l’Allemagne, sur une période allant de la fin de la deuxième guerre mondiale à nos jours. Revenant de la guerre, Johannes Groen, un peu perdu, est pris en charge pas Kolia, communiste pur et dur, qui va le faire entrer au Parti, et lui permettre de faire carrière (une belle carrière) dans la Stasi. Il rencontre celle qui deviendra son épouse, Elisabeth, quia survécu aux massacres de la guerre en se cachant dans un sous-sol avec sa mère, alors que leur voisine leur apportait de quoi se nourrir en cachette. Elisabeth est infirmière, dans le service d’Anton et se lie d’amitié avec une de ses collègues, Eva. Johannes est souvent absent entre ses diverses responsabilités au Parti, ses réunions, la construction de la RDA. Ils fondent une famille avec Charlotte devant laquelle il est béat d’admiration et qui va déployer beaucoup de zèle pour défendre les valeurs du communisme dès son plus jeune âge, et finit par devenir formatée, paranoïaque à force de voir des ennemis partout. La seconde, Marlène, est aux antipodes de son aînée, fantasque, refusant de plier devant l’injustice. Un jour, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase : elle est repérée lors d’une manifestation, pour la liberté, en compagnie de son amoureux et prend la direction prison. Pour ne pas compromettre la « carrière » de son père, une solution est trouvée par Kolia bien-sûr… Tout au long du roman, on va suivre les découvertes d’Anna et connaître l’évolution de la famille, sur fond de construction de la RDA, l’emprise du communisme, l’idéal de justice et de liberté qui vole en éclats, remplacé par la surveillance, la délation, les magasins du peuple à moitié vide dès le milieu de la journée. Puis, la construction du mur de Berlin, pour éviter l’hémorragie des « cerveaux », au début puis toute velléité de départ, l’émergence des révoltes, mâtées de la manière la plus forte, jusqu’à la chute du mur, de l’URSS et de la RDA. J’ai beaucoup aimé cette histoire de secret de famille, de non-dits et l’évolution des personnages, au fur et à mesure que les choses sont révélées. Charlotte que j’ai cordialement détestée au départ par sa manière de vouloir juger et régenter tout le monde, son intransigeance, sa dureté est la plus surprenante dans son évolution. L’écriture de Anja Baumheier est belle, musicale, rythmée et pour un premier roman c’est une réussite, presque un coup de coeur. J’attends son prochain avec impatience … Ce roman, qui mêle le présent et le passé, la petite et la grande Histoire se dévore, j’ai apprécié tous les personnages, de Johannes à Elisabeth en passant par Anton, et bien sûr, Marlène la rebelle. Je me rappelle la joie ressentie lors de la chute du mur de Berlin, cette nuit du 9 novembre 1989, où l’on se disait, « j’aurais tellement voulu être là », Rostropovitch et son violoncelle… [masquer] Mais qu’en reste-t-il à notre époque troublée du la nostalgie des dictatures et des populismes de tout poil ? Il n’y a qu’à regarder du côté de Poutine, sa détestation de Gorbatchev, sa nostalgie de la Grande Russie qu’il cherche à tout prix à reconstruire… Nostalgie quand tu nous tiens ! Si j’ai lu énormément d’ouvrages sur le nazisme, la Shoah, la Seconde Guerre Mondiale, j’ai peu lu sur Staline, et le communisme soviétique (ou autre), car je trouve que le « petit père des peuple » (sans blague ?) est largement aussi horrible que Hitler et ses sbires et il en est de même pour le sort des Allemands après la fin de la guerre, mis à part l’excellent livre de Alvydas Slepikas : « A l’ombre des loups » mais je me rattrape (au fait, RV pour le challenge « Le mois de l’Europe de l’Est » bientôt … |/masquer] Un grand merci à NetGalley et aux éditions Les escales qui m’ont permis de découvrir ce roman et son auteure. #Lalibertédesoiseaux #NetGalleyFrance !
    Lire la suite
    En lire moins
  • frueka_livrescapades Posté le 19 Décembre 2021
    (Lu dans le cadre du mois thématique "Les feuilles allemandes") (...) La liberté des oiseaux (2021) est une saga familiale très romanesque et captivante dans laquelle l'autrice allemande Anja Baumheier (1979) brosse le portrait d'une famille est-allemande dont le destin tragique est étroitement lié à l'histoire de la RDA. Lorsque la peintre quadragénaire berlinoise Theresa Matusiak est contactée par un notaire l'informant du décès de sa soeur aînée Marlene Groen, le ciel lui tombe sur la tête. Theresa n'a en effet jamais connu sa deuxième soeur puisqu'elle est, selon les dires de ses parents, décédée avant sa naissance. Bouleversée, elle décide de partir en quête de la vérité. En alternant passé et présent, Anja Baumheier dévoile progressivement le destin de la famille Groen depuis la petite enfance de Johannes en Silésie dans les années trente jusqu'au décès de sa fille Marlene à Berlin quatre-vingts ans plus tard. Après avoir connu les douleurs de l'exil au lendemain de la défaite allemande de 1945, Johannes s'installe quelques années à Rostock avec son épouse et leur première fille Charlotte avant de s'établir définitivement à Berlin-Est où il fait carrière à la Stasi. C'est là que se jouera le drame dont les terribles conséquences se répercuteront sur Theresa... (Lu dans le cadre du mois thématique "Les feuilles allemandes") (...) La liberté des oiseaux (2021) est une saga familiale très romanesque et captivante dans laquelle l'autrice allemande Anja Baumheier (1979) brosse le portrait d'une famille est-allemande dont le destin tragique est étroitement lié à l'histoire de la RDA. Lorsque la peintre quadragénaire berlinoise Theresa Matusiak est contactée par un notaire l'informant du décès de sa soeur aînée Marlene Groen, le ciel lui tombe sur la tête. Theresa n'a en effet jamais connu sa deuxième soeur puisqu'elle est, selon les dires de ses parents, décédée avant sa naissance. Bouleversée, elle décide de partir en quête de la vérité. En alternant passé et présent, Anja Baumheier dévoile progressivement le destin de la famille Groen depuis la petite enfance de Johannes en Silésie dans les années trente jusqu'au décès de sa fille Marlene à Berlin quatre-vingts ans plus tard. Après avoir connu les douleurs de l'exil au lendemain de la défaite allemande de 1945, Johannes s'installe quelques années à Rostock avec son épouse et leur première fille Charlotte avant de s'établir définitivement à Berlin-Est où il fait carrière à la Stasi. C'est là que se jouera le drame dont les terribles conséquences se répercuteront sur Theresa des décennies plus tard. Bien que fortement romancé, le contexte historique est très intéressant. L'autrice aborde d'abord brièvement la Seconde Guerre mondiale, le redécoupage des frontières suite à la défaite allemande, la création de la RDA et la construction du mur de Berlin avant de nous plonger au coeur du Berlin-Est des années soixante à quatre-vingts. C'est là, au coeur de cette société totalitaire caractérisée par la surveillance de masse, la privation des libertés fondamentales, l'incarcération et la torture des opposants politiques que s'écrira le destin poignant de Marlene. Malgré une écriture très simple, La liberté des oiseaux est un roman captivant qui se lit avec plaisir!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Jo_livresque Posté le 17 Décembre 2021
    Un récit qui alterne le passé et le présent, j’ai tout simplement adoré l’histoire. Les personnages sont attachants..🥰 J’ai beaucoup aimé l’intrigue de ce livre, c’est une famille détruite qui m’a beaucoup touchée... C’est un roman poignant et bouleversant..🥰 Un énorme coup de coeur pour ce merveilleux livre..❤️ J’ai eu du mal à lâcher ce roman, une belle écriture, une belle plume..🥰 Un roman que je n’oublierais jamais..❤️ Un conseille ? Lisez ce livre. ❤️
  • Valmyvoyou_lit Posté le 1 Décembre 2021
    Berlin, aujourd’hui. Theresa reçoit une lettre recommandée d’une étude de notaire qui l’informe du décès de sa sœur Marlène. C’est impossible. Marlène ne peut pas être décédée la semaine dernière : elle s’est noyée, quand elle avait dix-sept ans. C’était en 1971, quelques mois avant la naissance de Theresa. Le courrier indique que la défunte lui lègue sa propriété de Rostock, à parts égales avec un inconnu, Tom Halász, alors que Charlotte, sa soeur aînée, n’apparaît pas sur le testament. Les deux femmes tentent, alors, de percer les secrets de l’histoire familiale. Elles désirent connaître la vérité sur le mystère qui entoure le destin de Marlène. Le récit alterne entre leurs recherches et le passé. Leurs parents s’étaient rencontrés en 1946 et mariés en 1949. Ils vivaient en RDA où Elisabeth était infirmière et Johannes occupait un poste important au sein de la Stasi. Ils ont eu trois filles : Charlotte, Marlène et Theresa. L’aînée adhérait à l’idéologie paternelle, alors que la seconde ne rêvait que de passer à l’Ouest. A travers le destin de cette famille et de ses secrets, l’auteure décrit les conditions d’existence en Allemagne de l’Est : la parole muselée, l’espionnage, le contrôle des pensées et de... Berlin, aujourd’hui. Theresa reçoit une lettre recommandée d’une étude de notaire qui l’informe du décès de sa sœur Marlène. C’est impossible. Marlène ne peut pas être décédée la semaine dernière : elle s’est noyée, quand elle avait dix-sept ans. C’était en 1971, quelques mois avant la naissance de Theresa. Le courrier indique que la défunte lui lègue sa propriété de Rostock, à parts égales avec un inconnu, Tom Halász, alors que Charlotte, sa soeur aînée, n’apparaît pas sur le testament. Les deux femmes tentent, alors, de percer les secrets de l’histoire familiale. Elles désirent connaître la vérité sur le mystère qui entoure le destin de Marlène. Le récit alterne entre leurs recherches et le passé. Leurs parents s’étaient rencontrés en 1946 et mariés en 1949. Ils vivaient en RDA où Elisabeth était infirmière et Johannes occupait un poste important au sein de la Stasi. Ils ont eu trois filles : Charlotte, Marlène et Theresa. L’aînée adhérait à l’idéologie paternelle, alors que la seconde ne rêvait que de passer à l’Ouest. A travers le destin de cette famille et de ses secrets, l’auteure décrit les conditions d’existence en Allemagne de l’Est : la parole muselée, l’espionnage, le contrôle des pensées et de la vie de la population, le quotidien difficile, la perte de liberté qui grossit au fil des années, les tortures, etc. J’ai ressenti la détresse des Allemands de l’Est, qui devaient surveiller leurs actes et leurs mots. Ils rêvaient de fuir la dictature et de partir en RFA. J’ai découvert des faits historiques qui m’ont passionnée. Anja Baumheier montre aussi ce qui animait ceux qui soutenaient le système. Ainsi, Johannes, qui est une figure importante de la Stasi, est un personnage attachant. L’auteure explique le chemin qui l’a mené à ce travail. J’ai été bouleversée par les conséquences de ses choix, pourtant, il m’a énormément touchée. J’ai, aussi, été captivée par la retranscription des évènements qui ont suivi la chute du mur de Berlin. J’avais douze ans, en 1989, et je me souviens des images à la télévision. La liberté des oiseaux a apporté un éclairage à mes souvenirs et leur a apporté une dimension intime. L’Histoire allemande est mêlée à celle de la famille Groen. Alors que La liberté des oiseaux est un roman, il contient énormément de suspense. Theresa et Charlotte remuent le passé et découvrent de terribles secrets. Cependant, leur enquête est éprouvante et de nombreux éléments leur parviennent sans explication. Chaque rebondissement tire un nouveau fil du passé familial, provoquant de nouvelles interrogations. Aussi, il est impossible de lâcher ce livre, le besoin de savoir et de comprendre devient viscéral. De nombreuses révélations étreignent le cœur, mais nous comprenons que chacun a fait ce qu’il pensait le mieux. Cependant, certaines décisions sont déchirantes et les répercussions perdurent pendant des dizaines d’années. Pourtant, malgré ces drames, le récit est illuminé de moments de bonheur et d’amour fort et indestructible. C’est un mélange de tragédies et de magnifiques moments. Je n’ai pu que m’attacher à la plupart des personnages et à tenter de comprendre leurs choix, même quand mon cœur se révoltait. J’ai été envoûtée par l’histoire de la famille Groen, qui s’inscrit dans le contexte sombre de la RDA. Je suis passée du sourire aux larmes et inversement. J’ai été ensorcelée par l’amour, terrassée par l’inhumain, émue par l’abnégation, révoltée par la lâcheté, dévastée par certains choix et touchée par d’autres, etc. Mon cœur a été embrasé par une multitude d’émotions et j’ai eu un immense coup de cœur pour cette fresque romanesque poignante.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !