Lisez! icon: Search engine
La Main gauche de la nuit - édition collector
Catherine Dufour (préface de), Stéphanie Nicot (postface de), Jean Bailhache (traduit par), Sébastien Guillot (traduit par)
Collection : Ailleurs et Demain
Date de parution : 07/10/2021
Éditeurs :
Robert Laffont

La Main gauche de la nuit - édition collector

Catherine Dufour (préface de), Stéphanie Nicot (postface de), Jean Bailhache (traduit par), Sébastien Guillot (traduit par)
Collection : Ailleurs et Demain
Date de parution : 07/10/2021

Le chef-d'oeuvre d'Ursula Le Guin dans une version collector avec une traduction révisée.
Lauréat du Prix Nébula en 1969 et du Prix Hugo en 1970.

Sur Gethen, planète glacée, il n’y a ni hommes ni femmes, seulement des êtres humains. Des hermaphrodites qui, dans certaines circonstances, adoptent les caractères de l’un ou l’autre sexe.
Genly Aï,...

Sur Gethen, planète glacée, il n’y a ni hommes ni femmes, seulement des êtres humains. Des hermaphrodites qui, dans certaines circonstances, adoptent les caractères de l’un ou l’autre sexe.
Genly Aï, un ambassadeur venu de la Terre, est chargé de rallier Gethen aux autres planètes déjà réunies sous les couleurs de...

Sur Gethen, planète glacée, il n’y a ni hommes ni femmes, seulement des êtres humains. Des hermaphrodites qui, dans certaines circonstances, adoptent les caractères de l’un ou l’autre sexe.
Genly Aï, un ambassadeur venu de la Terre, est chargé de rallier Gethen aux autres planètes déjà réunies sous les couleurs de l’Ekumen. Mais mille obstacles se dressent devant lui. La tâche sera rude. Parviendra-t-il à mener à bien sa mission ?
 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221255698
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 312
Format : 135 x 210 mm
EAN : 9782221255698
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 312
Format : 135 x 210 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • SachaDesromans 12/02/2024
    Quel plaisir de lecture ! Je ne m’attendais pas à un style aussi « littéraire » et c’était un vrai bonheur. D’ailleurs, le titre lui-même est déjà très poétique. Dès la première page, l’autrice nous plonge directement dans l’action avant d’opérer quelques retours en arrière et de proposer différents points de vue pour construire un récit ample et extrêmement intelligent. Comme il se doit en science-fiction, tout un monde est créé, avec sa toponymie et ses langues inventées, mais tout est amené avec subtilité (c’est quelque chose que j’ai particulièrement apprécié : l’autrice ne nous prend jamais pour des imbéciles à qui il faudrait tout expliquer de A à Z et fait au contraire de nombreuses ellipses). Faite d’intrigues politiques, d’observations sociologiques et de réflexions philosophiques, l’histoire qui nous est racontée est aussi pleine de suspense, d’aventure et d’inventivité, avec une grande clairvoyance sur le genre humain. Ursula K. Le Guin est une formidable conteuse et son œuvre, par ses thèmes comme par son écriture merveilleusement évocatrice, devrait pouvoir réconcilier bien des sceptiques avec la science-fiction.
  • minuscule37 28/01/2024
    Partons donc en exploration de cette planète gelée et de sa population avec Genly Aï. La narration m'a un temps perdu, une narration à la 1re personne, mais qui change de narrateur, qui comprend des contes... J'ai mis du temps à entrer dans cette histoire, car ce n'est pas cela l'important. Nous suivons donc Genly Aï, et ses maladresses diplomatiques. Il y a aussi une approche écologique dans ce roman ou plusieurs planètes sont décrites. Genly rappelle que l'être humain ne peut vivre que sous certaines conditions climatiques, et qu'il a détruit une planète en gaspillant ses ressources. Les descriptions de cette planète de glace, les difficultés de survie, rencontrées par les personnages, la survie sur cette planète. Et bien sûr, le cœur du récit, une population sexuellement indifférenciée, dans laquelle les individus ne sont sexuellement actifs qu'à certaines périodes. L'importance du genre dans les relations humaines est traitée de manière très fine par Le Guin. J'apprécie son postulat selon lequel ce contrôle, naturel, du sexe, fait une société sans guerre, mais non sans violence, comme si cela etait inhérenta la nature humaine. Cela semble aussi grandement faciliter les relations sociales. Mais c'est aussi le rapport à l'autre, dans ses différences, les incompréhensions que cela provoque. Aï comprend aussi les conséquences du déterminisme sexuel. C'est tellement actuel!Partons donc en exploration de cette planète gelée et de sa population avec Genly Aï. La narration m'a un temps perdu, une narration à la 1re personne, mais qui change de narrateur, qui comprend des contes... J'ai mis du temps à entrer dans cette histoire, car ce n'est pas cela l'important. Nous suivons donc Genly Aï, et ses maladresses diplomatiques. Il y a aussi une approche écologique dans ce roman ou plusieurs planètes sont décrites. Genly rappelle que l'être humain ne peut vivre que sous certaines conditions climatiques, et qu'il a détruit une planète en gaspillant ses ressources. Les descriptions de cette planète de glace, les difficultés de survie, rencontrées par les personnages, la survie sur cette planète. Et bien sûr, le cœur du récit, une population sexuellement indifférenciée, dans laquelle les individus ne sont sexuellement actifs qu'à certaines périodes. L'importance du genre dans les relations humaines est traitée de manière très fine par Le Guin. J'apprécie son postulat selon lequel ce contrôle, naturel, du sexe, fait une société sans guerre, mais non sans violence, comme si cela etait inhérenta la nature humaine. Cela semble aussi grandement faciliter les relations sociales. Mais c'est aussi le rapport à l'autre, dans ses différences, les...
    Lire la suite
    En lire moins
  • SylviB 22/01/2024
    On entre assez lentement dans ce roman qui nous conte les péripéties de l'envoyé d'une alliance interplanétaire, l'Ekumen, arrivé sur la planète glaciaire Nivôse pour convaincre ses autorités d'y adhérer. Le point de vue alterne entre cet envoyé, Genly Aï, et le premier ministre du royaume de Karhaïde où il a atterri, Estraven. La communication est difficile au départ : Nivôse ignore tout d'une vie extraplanétaire, le jeu politique en Karhaïde est complexe et tissé de subtilités d'étiquette dans lesquelles l'envoyé s'englue, et une caractéristique fondamentale éloigne de plus Genly de ses hôtes : sur Nivôse, les humains sont asexués (en-dehors de périodes de reproduction limitées durant lesquelles leur organisme évolue vers le sexe mâle ou femelle - pas forcément toujours le même). Genly, un homme, y est donc considéré comme une curiosité en rût perpétuel, tandis que lui-même est désarçonné par ces pas-tout-à-fait-semblables qu'il a du mal à cerner. Quant à son interlocuteur Estraven, il semble jouer double jeu dans un équilibre politique où il perd du terrain, tandis que la Karhaïde préfère se diriger vers un conflit territorial avec son voisin plutôt que vers une hypothétique alliance avec des planètes distantes dont l'objectif paraît nébuleux : loin de toute idée de conquête ou de pouvoir, l'Ekumen offre un simple partage de connaissances au nom de la curiosité intellectuelle et du progrès commun. Pendant un certain temps, on va donc dire que Genly pédale dans la poudreuse tandis qu'Estraven frôle les icebergs... Mais tandis qu'on découvre Nivôse et ses complexités, que le rythme augmente progressivement tout en conservant une certaine dose de contemplation, on se laisse petit à petit charmer par la plume d'Ursula K. Le Guin, dont la richesse et la finesse servent à merveille la multitude d'idées et de questions dont elle tisse son récit, depuis le climat de cette planète en fin d'âge glaciaire où les volcans percent les glaces, à une philosophie qui médite sur le temps et invite à se reconnaître ignorant, sans oublier cette neutralité sexuelle qui souligne d'autant plus l'humanité des personnages - dans leurs grandeurs comme leurs petitesses - qu'il est impossible de les catégoriser. Et puis vient le morceau de bravoure, qui isole Genly et Estraven en leur faisant traverser tout un glacier. C'est là que je suis réellement tombée amoureuse de ce roman : toujours tout en finesse, la plume de l'autrice peint à petites touches l'intimité humaine sur fond de paysages dantesques. La rigueur de l'environnement, les épreuves, sculptent les personnages, révèlent leur fond, et font éclore une amitié aussi tardive que touchante. De la fin du roman, je dirai simplement qu'elle m'a provoqué un petit deuil. J'ai refermé le livre avec une sensation douce-amère précieuse, où l'émotion se teinte de ce qui émane de ces pages : un grand humanisme, et une curiosité bienveillante face aux grandes et petites choses qui font la vie. Bref, La main gauche de la nuit mérite bien sa réputation de classique de la SF. On entre assez lentement dans ce roman qui nous conte les péripéties de l'envoyé d'une alliance interplanétaire, l'Ekumen, arrivé sur la planète glaciaire Nivôse pour convaincre ses autorités d'y adhérer. Le point de vue alterne entre cet envoyé, Genly Aï, et le premier ministre du royaume de Karhaïde où il a atterri, Estraven. La communication est difficile au départ : Nivôse ignore tout d'une vie extraplanétaire, le jeu politique en Karhaïde est complexe et tissé de subtilités d'étiquette dans lesquelles l'envoyé s'englue, et une caractéristique fondamentale éloigne de plus Genly de ses hôtes : sur Nivôse, les humains sont asexués (en-dehors de périodes de reproduction limitées durant lesquelles leur organisme évolue vers le sexe mâle ou femelle - pas forcément toujours le même). Genly, un homme, y est donc considéré comme une curiosité en rût perpétuel, tandis que lui-même est désarçonné par ces pas-tout-à-fait-semblables qu'il a du mal à cerner. Quant à son interlocuteur Estraven, il semble jouer double jeu dans un équilibre politique où il perd du terrain, tandis que la Karhaïde préfère se diriger vers un conflit territorial avec son voisin plutôt que vers une hypothétique alliance avec des planètes distantes dont l'objectif paraît nébuleux : loin de...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Mathhlde 15/10/2023
    Ce livre est le quatrième livre du "Cycle de hain", mais je ne l'ai découvert qu'à la fin de ma lecture. Je n'ai pas lu les autres livres. Mais ça n'a pas impacté ma lecture. C'est dans un univers créé de toute pièce que l'autrice nous embarque. Une nouvelle civilisation, avec ses mœurs très différentes, notamment le shifgrethor, une manière de penser très distinct de celle du personnage principal qui est notre point de vue. Écrit en 1969, et connaissant le contexte à cette époque, nous pouvons dire qu'Ursula Le Guin était en avance sur son temps. Les questions de genre et de sexe sont abordées à la fois sans détour et avec subtilité. Tout ceci dans une épopée où les questions de politique et de l'étranger sont également intégrées. Le passage de la traversée du glacier est incroyable du fait de la plume exceptionnelle de l'autrice. L'immersion était totale. Après "Terremer", c'est le deuxième livre que je lis de cette autrice et je dois dire que je retrouve un trait particulier. En effet, nous ne connaissons que trop peu les sentiments des personnages. Je trouve que cela empêche un peu le lecteur de s'incorporer totalement dans l'histoire. Quel dommage. Le ton de la fiction est ainsi plus monotone à mon sens. Cela reste une bonne lecture, tant par son imaginaire que par son engagement et ses messages. Un incontournable de la science fiction, que je suis ravie d'avoir découvertCe livre est le quatrième livre du "Cycle de hain", mais je ne l'ai découvert qu'à la fin de ma lecture. Je n'ai pas lu les autres livres. Mais ça n'a pas impacté ma lecture. C'est dans un univers créé de toute pièce que l'autrice nous embarque. Une nouvelle civilisation, avec ses mœurs très différentes, notamment le shifgrethor, une manière de penser très distinct de celle du personnage principal qui est notre point de vue. Écrit en 1969, et connaissant le contexte à cette époque, nous pouvons dire qu'Ursula Le Guin était en avance sur son temps. Les questions de genre et de sexe sont abordées à la fois sans détour et avec subtilité. Tout ceci dans une épopée où les questions de politique et de l'étranger sont également intégrées. Le passage de la traversée du glacier est incroyable du fait de la plume exceptionnelle de l'autrice. L'immersion était totale. Après "Terremer", c'est le deuxième livre que je lis de cette autrice et je dois dire que je retrouve un trait particulier. En effet, nous ne connaissons que trop peu les sentiments des personnages. Je trouve que cela empêche un peu le lecteur de s'incorporer totalement dans l'histoire. Quel dommage....
    Lire la suite
    En lire moins
  • forcevertelit 12/10/2023
    Un classique de la SF et je comprends pourquoi, l'écriture d'Ursula K. Le Guin est magnifique, l'univers créé est passionnant, les réflexions sont pertinentes mais Dieu que j'ai trouvé ça long. Même s'il faut évidemment du temps pour apporter les éléments de ce monde si particulier, une planète glaciaire habitée par des hermaphrodites asexués, j'ai trouvé mon rythme qu'à partir de la 200e page et des brouettes. L'intrigue prenait enfin de l'ampleur (la menace qui pèse sur Genly Aï, envoyé de l'Ekumen), sans rien enlever aux réflexions sur le genre, la société, la politique, et on avait même enfin des émotions. Une lecture dense, certes passionnante mais je suis heureuse de l'avoir lu en lecture commune pour me motiver et pouvoir discuter de certains points vraiment spécifiques.
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    (S')Offrir de beaux livres collectors n'a jamais été aussi doux !

    Vos livres préférés font peau neuve pour Noël. Les fêtes de fin d'année sont l'occasion de (faire) découvrir les livres qui vous ont fait rêver sous un nouveau jour. Des Dictionnaires Amoureux au Zèbre de Raphaëlle Giordano en passant par Dune et Franck Thilliez, retrouvez des couvertures sublimées pour embellir votre bibliothèque !

    Lire l'article