En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La Maison des hautes falaises

        Les Escales
        EAN : 9782365691864
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 304
        Format : 140 x 225 mm
        La Maison des hautes falaises

        Aude CARLIER (Traducteur)
        Collection : Domaine étranger
        Date de parution : 31/03/2016
        Une magnifique méditation sur le pouvoir de la nature et la force de l'amour.
         
        Hanté par un passé douloureux, Lex Henderson part s'installer dans un petit village isolé, sur la côte australienne. Très vite, il tombe sous le charme de cet endroit sauvage, où les journées sont rythmées par le sac et le ressac de l'océan. Au loin, il aperçoit parfois des baleines. Majestueuses,... Hanté par un passé douloureux, Lex Henderson part s'installer dans un petit village isolé, sur la côte australienne. Très vite, il tombe sous le charme de cet endroit sauvage, où les journées sont rythmées par le sac et le ressac de l'océan. Au loin, il aperçoit parfois des baleines. Majestueuses, elles le fascinent.
        Peu de temps après son arrivée, sa route croise celle de Callista, artiste passionnée, elle aussi blessée par la vie. Attirés l'un par l'autre, ils ont pourtant du mal à se comprendre et à laisser libre cours à leurs sentiments. Parviendront-ils à oublier leurs passés respectifs pour guérir et faire de nouveau confiance à la vie ?
        Dans la lignée de La Mémoire des embruns, ce roman en finesse est une véritable ode à la nature et à son admirable pouvoir de guérison.
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782365691864
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 304
        Format : 140 x 225 mm
        Les Escales
        21.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • claire50 Posté le 26 Octobre 2017
          L'Australie, le bord de mer, le bush, le chant des baleines et deux personnages écorchés par la vie. J'ai été transporté par ce livre audio. Très bonne lecture de Valérie Marchant
        • Mary63 Posté le 7 Octobre 2017
          pour un premier roman que je lisais de Karen VIGGERS, je dois dire que j'ai été enthousiasmé, j'y ai trouvé tout ce que j'aimais, des descriptions de paysages saisissantes, des personnages avec des cœurs brisés qui tentent de se reconstruire en éloignant leurs démons, et tout cela en découvrant la vie de ces cétacées que sont les baleines, qui transcendent ce roman qui sont tellement majestueuses que l'on ne peut que défendre leur cause. Je l'ai lu avec beaucoup de plaisir. une belle ode à la nature qui m'a enthousiasmé.
        • ConfidencesLitteraires Posté le 7 Septembre 2017
          La maison des hautes falaises est celle que Lex vient d'acheter, pour fuir sa vie de citadin et un drame qui a détruit son couple. Dans une bourgade perdue où tout le monde se connaît, il tente de se reconstruire... et rencontre Callista, une peintre qui a elle aussi vécu des choses pas roses. L'histoire avance sans se presser, on suit nos deux protagonistes en se demandant si chacun va apprivoiser l'autre. Ils sont entourés de personnages plein de saveurs, notamment le frère de Callista et la vieille voisine de Lex. Ce roman célèbre la Nature, il fait la part belle aux descriptions du bush, de l'océan... Il milite aussi pour la protection des animaux : le lecteur ne peut qu'en ressortir fasciné les baleines ! J'aurais apprécié plus de profondeur et moins de facilités narratives. La dernière partie est très différente du reste du roman, elle fait un peu artificielle, surtout posée comme ça, à la fin… C’est une bonne lecture, peut-être pas inoubliable, mais assurément sympathique !
        • Corail54 Posté le 6 Septembre 2017
          Encore un bon moment passé avec Karen Viggers... J'ai adoré ce roman qui se lit merveilleusement bien!! Bref Lisez-le !!
        • orlane_dreau Posté le 19 Août 2017
          Repéré depuis un moment, j’avais hâte de découvrir ce roman de Karen Viggers. Départ pour l’Australie pour rencontrer Lex Henderson, journaliste dévasté par le décès de sa fille. Suite à ce drame et à sa séparation de sa femme, Lex quitte Sydney pour s’installer dans un petit village. Si son besoin de solitude est fort, petit à petit il va se mêler à la vie locale. Au cours d’une balade au marché il va faire la connaissance de Callista, une artiste peintre elle aussi tourmentée. Est-ce leur tristesse qui va les rapprocher ? Toujours est-il qu’ils vont commencer à se fréquenter et ensemble essayer de se remettre de leurs blessures. Il y a des romans où il est difficile de rentrer dans l'histoire mais quand on y est on ne peut plus les lâcher. Ici j’aurai tendance à dire que c’est l’effet inverse. Je suis très vite rentrée dans l’histoire. Deux personnages touchants à qui l’on souhaite de surmonter les drames du passé. J’ai accroché, beaucoup, puis j’ai décroché dans les 100 dernières pages. La dernière scène du sauvetage de la baleine est très longue à mon sens. L’histoire entre Lex et Calliste me laisse aussi perplexe. Au début j’ai eu... Repéré depuis un moment, j’avais hâte de découvrir ce roman de Karen Viggers. Départ pour l’Australie pour rencontrer Lex Henderson, journaliste dévasté par le décès de sa fille. Suite à ce drame et à sa séparation de sa femme, Lex quitte Sydney pour s’installer dans un petit village. Si son besoin de solitude est fort, petit à petit il va se mêler à la vie locale. Au cours d’une balade au marché il va faire la connaissance de Callista, une artiste peintre elle aussi tourmentée. Est-ce leur tristesse qui va les rapprocher ? Toujours est-il qu’ils vont commencer à se fréquenter et ensemble essayer de se remettre de leurs blessures. Il y a des romans où il est difficile de rentrer dans l'histoire mais quand on y est on ne peut plus les lâcher. Ici j’aurai tendance à dire que c’est l’effet inverse. Je suis très vite rentrée dans l’histoire. Deux personnages touchants à qui l’on souhaite de surmonter les drames du passé. J’ai accroché, beaucoup, puis j’ai décroché dans les 100 dernières pages. La dernière scène du sauvetage de la baleine est très longue à mon sens. L’histoire entre Lex et Calliste me laisse aussi perplexe. Au début j’ai eu envie d’y croire, deux âmes brisées faites pour se rencontrer et se réparer. Pourtant, au fur et à mesure, j’ai cessé d’y croire. Le jeu du chat et de la souris ça va 5 minutes mais on s’en lasse assez vite. Hormis les 100 dernières pages, la lecture a été assez plaisante.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « La Maison des hautes falaises est une histoire d’amour touchante et originale. L’écriture est fine, pleine et en relief. C’est une anatomie de la perte, une histoire mémorable de cœurs brisés allant à la découverte de soi, faisant face à l’acceptation et à un avenir incertain. »
         
         
        The Australian
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
        Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.

        Lisez maintenant, tout de suite !

        • Par Les Escales

          Rencontre avec Karen Viggers

          Été 2016, nous avions proposé à cinq bloggeuses littéraires de participer à une discussion avec Karen Viggers. Pendant plusieurs semaines, nous avons eu le plaisir de pouvoir échanger autour de son livre, La Maison des hautes falaises. En voici la retranscription. Nous espérons que vous prendrez autant de plaisir que nous à explorer l’œuvre de Karen Viggers.

          Lire l'article