Lisez! icon: Search engine
Fleuve éditions
EAN : 9782265116245
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 140 x 210 mm

La Pyramide de boue

Serge QUADRUPPANI (Direction de collection, Traducteur), Serge QUADRUPPANI (Direction de collection, Traducteur)
Collection : Fleuve noir
Date de parution : 09/05/2019
"Une fois encore, est-il vraiment besoin de le préciser, Camilleri a fait des merveilles" Nicolas Gary, Actualitte

"Andrea Camilleri est un prénomène." Richard Heuzé, Le Figaro littéraire

​Il pleut depuis une semaine à Vigàta et ce matin, le commissaire Montalbano doit se rendre sur un chantier boueux où l'on a retrouvé le corps...
"Une fois encore, est-il vraiment besoin de le préciser, Camilleri a fait des merveilles" Nicolas Gary, Actualitte

"Andrea Camilleri est un prénomène." Richard Heuzé, Le Figaro littéraire

​Il pleut depuis une semaine à Vigàta et ce matin, le commissaire Montalbano doit se rendre sur un chantier boueux où l'on a retrouvé le corps sans vie de Giugiu Nicotra.
La victime, expert-comptable, vivait avec Inge, une Allemande de 25 ans qui, malgré le drame, reste introuvable. Autre particularité, le cadavre a été découvert en caleçon et un mystérieux vélo a été abandonné sur les lieux du crime. Voilà de quoi attiser la curiosité du commissaire.
Sur fond de bataille entre les deux familles qui se partagent la région, Montalbano se lance sur la piste d'un homme mystérieux que le comptable et sa très belle compagne hébergeaient. Mais qui cherche à intimider les témoins et un journaliste-enquêteur ?
Sous la pluie qui la fait fondre, la pyramide de boue au centre d'un chantier offre la terrible métaphore de la société corrompue et déliquescente dans laquelle le commissaire doit se battre...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265116245
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 140 x 210 mm

Ils en parlent

« Andrea Camilleri est un phénomène. »
Richard Heuzé / Le Figaro littéraire
« Un polar trouble et savoureux »
Adeline Fleury / Le Parisien Weekend

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Nikoz Posté le 29 Novembre 2019
    Tous les ingrédients sont là pour offrir une lecture rapide et agréable.
  • caryatide Posté le 17 Novembre 2019
    Il pleut sur la ville, il pleut sur la Sicile. Les routes, la campagne sont recouvertes de boue et la mer est mauvaise. Il pleut dans le coeur de Montalbano aussi : Livia ne va pas bien et continue à être dépressive : la preuve, elle est presque aimable avec lui quand il lui téléphone chaque soir. Un corps sans vie est retrouvé dans la boue d'un chantier dont les travaux ont été arrêtés par décision administrative ; comme d'autres dans la région, du reste... Le mort (assassiné, bien sûr) est le comptable de l'une des sociétés de travaux publics qui ont du stopper leurs chantiers; Vous pensez à la Mafia, sous prétexte qu'on est en Sicile : vous avez bien tort...En Sicile, il n'y a que des cocus, qui tuent l'amant de leur femme ou qui sont tués par lui. C'est bien connu, c'est la seule origine de la criminalité ! Comme vous, Montalbano n'en est pas persuadé et il enquête; Avec prudence...Il soupçonne qu'il a affaire à des gens dangereux. Et il va découvrir un escroc si habile qu'il n'en avait jamais entendu parler, si habile qu'il avait voulu unir dans un même montage financier les deux familles locales de la Mafia La pluie,... Il pleut sur la ville, il pleut sur la Sicile. Les routes, la campagne sont recouvertes de boue et la mer est mauvaise. Il pleut dans le coeur de Montalbano aussi : Livia ne va pas bien et continue à être dépressive : la preuve, elle est presque aimable avec lui quand il lui téléphone chaque soir. Un corps sans vie est retrouvé dans la boue d'un chantier dont les travaux ont été arrêtés par décision administrative ; comme d'autres dans la région, du reste... Le mort (assassiné, bien sûr) est le comptable de l'une des sociétés de travaux publics qui ont du stopper leurs chantiers; Vous pensez à la Mafia, sous prétexte qu'on est en Sicile : vous avez bien tort...En Sicile, il n'y a que des cocus, qui tuent l'amant de leur femme ou qui sont tués par lui. C'est bien connu, c'est la seule origine de la criminalité ! Comme vous, Montalbano n'en est pas persuadé et il enquête; Avec prudence...Il soupçonne qu'il a affaire à des gens dangereux. Et il va découvrir un escroc si habile qu'il n'en avait jamais entendu parler, si habile qu'il avait voulu unir dans un même montage financier les deux familles locales de la Mafia La pluie, la boue, sapent le moral de tout le monde et le commissaire n'a souvent que peu d'appétit quand il arrive dans son restaurant à midi ou qu'il fouille son réfrigérateur le soir... Et nous sommes un peu déprimés avec lui en pensant que c'est le dernier livre de Camilleri...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Baluzo Posté le 20 Octobre 2019
    Est ce le dernier livre écrit par Camilleri? en tous cas le dernier paru et il est bien dans la lignée , peut être au dessus de la moyenne! Toujours un régal! Hélas , cela va s'arrêter ! Chapeau bas à cet auteur prolifique récemment décédé!
  • marianne Posté le 24 Septembre 2019
    Quel bonheur de retrouver le commissaire Montalbano ! Un homme est retrouvé mort et deux autres personnes sont portées disparues, au milieu d’embrouilles dans le milieu du BTP sicilien… Montalbano mêne l’enquête ! Et toujours, la description de plats que le commissaire prend plaisir à déguster, les promenades sur le môle, les considérations sur les milieux corrompus… J’ai hâte que les quelques opus restants soient traduits en français !
  • miriam Posté le 30 Juillet 2019
     Depuis un certain temps, je n'avais pas fréquenté Montalbano, préférant d'autres romans de Camilleri, j'aime bien espacer les romans d'une même série, puis les reprendre.   J'avais oublié comme c'était drôle, et encore bravo à Quadruppani, qui a su trouver les mots savoureux. Mauvais temps sur Vigata! il pleut sans discontinuer et le sol est boueux, "Le "fang" comme disait Catarella et peut-être n'avait-il pas tort, parce que la fange avait pénétré dans notre sang, elle en était devenue partie intégrante; la fange de la corruption, des dessous-de-table, des fausses factures, de l'évasion fiscale, des arnaques, des bilans truqués, des caisses noires, des paradis fiscaux, du bunga bunga..." On a retrouvé un cadavre dans une canalisation, un cycliste qui est venu mourir là, dans la boue. On aurait bien voulu qu'il s'agisse d'une affaire de cocufiage. La femme du cycliste, une allemande, recevait des hommes, aux dires de la vieille voisine... Montalbano s'oriente plutôt sur la piste des travaux publics, de la construction d'écoles...Mais je ne vais pas éventer l'affaire. A lire! un très bon cru. Il n'y aura plus de nouveau Montalbano, mais je les ai pas tous lus  
Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.