Lisez! icon: Search engine
Les Escales
EAN : 9782365694339
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 225 mm

Le bruissement des feuilles

Aude Carlier (traduit par)
Collection : Domaine étranger
Date de parution : 11/04/2019
L’éblouissant retour de l’auteure de La Mémoire des embruns.
~~Miki, dix-sept ans, vit coupée du monde depuis l’incendie qui a coûté la vie à ses parents. Sous le joug de son frère Kurt, un chrétien fondamentaliste, elle travaille comme serveuse dans leur restaurant et le soir, se rêve en héroïne de romans. Lors d’une escapade secrète en forêt, elle... ~~Miki, dix-sept ans, vit coupée du monde depuis l’incendie qui a coûté la vie à ses parents. Sous le joug de son frère Kurt, un chrétien fondamentaliste, elle travaille comme serveuse dans leur restaurant et le soir, se rêve en héroïne de romans. Lors d’une escapade secrète en forêt, elle fait la rencontre de Leon, un garde forestier tout juste installé en Tasmanie. Les deux jeunes gens se donnent alors une mission extraordinaire : sauver les diables de Tasmanie de l’extinction.
Au cœur de paysages somptueux, le combat inoubliable d’une jeune fille pour protéger la nature et se sauver elle-même.
Karen Viggers revient avec un grand roman, véritable hommage aux beautés naturelles de l’Australie, et nous livre une formidable histoire d’amitié et de solidarité.

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365694339
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 225 mm
Les Escales
En savoir plus

Ils en parlent

"un séduisant manifeste pour la liberté des êtres et des bêtes." 

"Karen Viggers, qui exerce comme vétérinaire à côté de son métier d'écrivaine, tire ici le meilleur parti littéraire de son observation de la nature." 
Zoé Courtois / Le Monde des Livres

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • tigayle Posté le 14 Octobre 2021
    On s'évade et on plonge en forêt. Une bouffée d'air parmi des personnages attachants. Un bon moment de lecture avec ce qu'il faut pour me tenir car je n'aime en général pas trop les grands moments descriptifs.
  • ssstella Posté le 25 Juin 2021
    Quelques randonnées en Tasmanie… ça vous dit ? Des forêts avec les plus vieux et les plus grands arbres du monde, des fougères arborescentes, divers marsupiaux, de la brume et des orages. Je me suis mise dans la peau de ma fille qui en avait fait le tour il y a quelques années et j'y ai retrouvé un ami d'une première lecture de Karen Viggers, La mémoire des embruns. Leon, le garde-forestier sur l'île de Bruni qui avait épaulé une vieille dame dans son séjour/pèlerinage. Le voilà éloigné de ses rapports compliqués avec son père, il s'installe dans une petite ville indéfinie, du sud de la Tasmanie. Il y fera la connaissance de Max, 10 ans, le fils de ses voisins, et de Miki, 17 ans, qui travaille au seul restaurant du coin sous la surveillance étroite de son frère, Kurt. Si la région est belle, Leon n'est pas accueilli à bras ouverts… l'équipe de footy (football australien) ne le ménage pas. Tous bûcherons, ils n'apprécient pas les gardes-forestiers, trop écolo à leur goût. Aves ses amis Miki et Max, pour protéger le diable de Tasmanie ou sauver un chiot, Leon se trouve entraîné dans des mésaventures plus ou moins dramatiques. De l'émotion et du... Quelques randonnées en Tasmanie… ça vous dit ? Des forêts avec les plus vieux et les plus grands arbres du monde, des fougères arborescentes, divers marsupiaux, de la brume et des orages. Je me suis mise dans la peau de ma fille qui en avait fait le tour il y a quelques années et j'y ai retrouvé un ami d'une première lecture de Karen Viggers, La mémoire des embruns. Leon, le garde-forestier sur l'île de Bruni qui avait épaulé une vieille dame dans son séjour/pèlerinage. Le voilà éloigné de ses rapports compliqués avec son père, il s'installe dans une petite ville indéfinie, du sud de la Tasmanie. Il y fera la connaissance de Max, 10 ans, le fils de ses voisins, et de Miki, 17 ans, qui travaille au seul restaurant du coin sous la surveillance étroite de son frère, Kurt. Si la région est belle, Leon n'est pas accueilli à bras ouverts… l'équipe de footy (football australien) ne le ménage pas. Tous bûcherons, ils n'apprécient pas les gardes-forestiers, trop écolo à leur goût. Aves ses amis Miki et Max, pour protéger le diable de Tasmanie ou sauver un chiot, Leon se trouve entraîné dans des mésaventures plus ou moins dramatiques. De l'émotion et du suspens dans des paysages majestueux et les senteurs d'eucalyptus. Peut-être un fin un peu abrupte, mais vraiment un bon moment de lecture. Alors ! Vous ai-je donné envie de découvrir cet état insulaire du sud de l'Australie ? Moi, je vais vite me procurer les autres ouvrages de Karen Viggers, parce que c'est plus facile et moins polluant de partir au bout du bout du monde ainsi.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Pagesetromans Posté le 14 Avril 2021
    Ce livre est une invitation à se reconnecter à la nature pour prendre conscience des bienfaits qu'elle nous procure mais c'est aussi une ode à la liberté une histoire d'émancipation et de grande amitié Ce livre est une invitation à découvrir l'Australie et les beautés naturelles de la Tasmanie. Avec des personnages attachants, ma préférence est allée à Miki qui évolue au fil de ses lectures. L'auteure nous rappelle combien il est important , de sauvegarder la nature. Ce livre c'est une ode à la solidarité, à la découverte, à la faune, à la flore. Il est vraiment nécessaire que vous le lisiez, et je pari qu'à la fin vous en voudrez encore !!! Je m'en vais découvrir de l’auteure ses autres ouvrages, surtout "Mémoire des embruns" où l'on trouve Léon, l'un des personnages. Vous l'aurez certainement deviné C'est une lecture que je ne peux que vous conseiller C'est un instant de lecture empreint de félicité
  • Elisart Posté le 28 Décembre 2020
    Karen Viggers Le Bruissement des feuilles Si j’ai bien retrouvé d’emblée l’amour de la nature et de la faune de cette partie du monde (la Tasmanie) chères à l’auteur, j’ai mis du temps à entrer dans le roman en raison au début d’une stagnation des événements et une certaine absence de densité des personnages. Pourtant en persévérant, la récompense est au bout du chemin ; outre les diables de Tasmanie, les aigles, eucalyptus, sassafras qui font partie de la forêt libératrice et grandiose qui sert de cadre au roman, le contour des personnages se précise progressivement tantôt attachants, tantôt odieux et les événements s’enchaînent de puis en plus vite jusqu’au dénouement. Sont abordés des thèmes actuels qui résonnent : violences conjugales, harcèlement à l’école, relations de domination intra familiales, difficultés intégration d’un nouveau venu dans le village, affrontement des traditions et des principes écologiques, mais aussi amitié, entraide, amour des animaux, et ce qui me semble central la recherche de la liberté, le tout joliment écrit.
  • Evysev Posté le 7 Novembre 2020
    Un coup de coeur pour une invitation à l écoute de la forêt et de son cœur. Écriture fluide et agréable.

les contenus multimédias

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !