Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782365695329
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm
Nouveauté
Le Premier Jour du printemps
Carine Chichereau (traduit par)
Collection : Domaine étranger
Date de parution : 17/03/2022
Éditeurs :
Les Escales
Nouveauté

Le Premier Jour du printemps

Carine Chichereau (traduit par)
Collection : Domaine étranger
Date de parution : 17/03/2022
« Alors donc, j’ai pensé, y avait que ça à faire, et ça suffisait pour que j’aie l’impression d’avoir tout le pouvoir du monde. Un matin, un instant, un petit garçon aux cheveux jaunes. En fait, c’était pas grand-chose. »
Peut-on pardonner l’impardonnable ?
Chrissie est une enfant solitaire qui grandit dans une banlieue anglaise sordide. Délaissée par un père absent et une mère démissionnaire qui fait tout pour ne plus...
Peut-on pardonner l’impardonnable ?
Chrissie est une enfant solitaire qui grandit dans une banlieue anglaise sordide. Délaissée par un père absent et une mère démissionnaire qui fait tout pour ne plus avoir à s’occuper d’elle, son quotidien est violent et misérable. La seule chose qui donne à Chrissie l’impression d’être vivante,...
Peut-on pardonner l’impardonnable ?
Chrissie est une enfant solitaire qui grandit dans une banlieue anglaise sordide. Délaissée par un père absent et une mère démissionnaire qui fait tout pour ne plus avoir à s’occuper d’elle, son quotidien est violent et misérable. La seule chose qui donne à Chrissie l’impression d’être vivante, c’est son secret. Et rien que d’y penser, elle en a des papillons dans le ventre.
Le premier jour du printemps, elle a tué un petit garçon.
Quinze ans plus tard, Chrissie s’appelle Julia. Elle cache sa véritable identité et tente d’être une bonne mère pour Molly, sa fille de cinq ans, malgré ses nombreuses inquiétudes. Va-t-elle pouvoir subvenir aux besoins de sa fille ? Réussir à lui donner ce qu’elle n’a jamais reçu ? Quand, un soir, elle commence à recevoir de mystérieux appels, elle craint que son passé ne refasse surface. Et que sa plus grande peur, celle de se voir retirer Molly, ne soit sur le point de se réaliser.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365695329
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

« Premier roman virtuose »
Le Parisien

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Emysbook Posté le 11 Avril 2022
    Le premier jour du printemps. Ce jour où tout a basculé pour la jeune Chrissie devenue, une fois adulte, Julia. Chrissie, cette enfant tellement attachante, tellement fragile et pourtant avec un côté si sombre. Qui est-elle vraiment ? Que s’est-il passé dans les rues par un jour printanier ? À travers son roman, Nancy Tucker explore la psyché humaine, la relation mère fille, mais aussi l’amour ou l’indifférence que peut ressentir une mère envers son enfant. C’est avec beaucoup de douleur et de compatis qu’on suit Chrissie dans le cheminement de sa vie. Une vie qui aurait pu être différente, des événements qui auraient pu être évitée. Pourtant la jeune fille devenue femme, va se battre pour son enfant. Devenue mère à son tour elle est prête à tout pour balayer de sa vie son passé tumultueux. Avec douceur, approche psychologique et affection, l’auteure nous embarque dans une histoire bouleversante qui de fil en aiguille nous apporte peine et compréhension. Je me suis posé de nombreuses questions à travers cet ouvrage (c’est quelque chose que j’adore!!) l’amour d’une mère est-il plus fort que tout ? naissons-nous mère ? Est-ce inée ? Ou peut-on ressentir aucun amour envers son nourrisson ? J’ai été touché... Le premier jour du printemps. Ce jour où tout a basculé pour la jeune Chrissie devenue, une fois adulte, Julia. Chrissie, cette enfant tellement attachante, tellement fragile et pourtant avec un côté si sombre. Qui est-elle vraiment ? Que s’est-il passé dans les rues par un jour printanier ? À travers son roman, Nancy Tucker explore la psyché humaine, la relation mère fille, mais aussi l’amour ou l’indifférence que peut ressentir une mère envers son enfant. C’est avec beaucoup de douleur et de compatis qu’on suit Chrissie dans le cheminement de sa vie. Une vie qui aurait pu être différente, des événements qui auraient pu être évitée. Pourtant la jeune fille devenue femme, va se battre pour son enfant. Devenue mère à son tour elle est prête à tout pour balayer de sa vie son passé tumultueux. Avec douceur, approche psychologique et affection, l’auteure nous embarque dans une histoire bouleversante qui de fil en aiguille nous apporte peine et compréhension. Je me suis posé de nombreuses questions à travers cet ouvrage (c’est quelque chose que j’adore!!) l’amour d’une mère est-il plus fort que tout ? naissons-nous mère ? Est-ce inée ? Ou peut-on ressentir aucun amour envers son nourrisson ? J’ai été touché par ce récit, par cette tragédie et par cette vie d’avantage subit que vécu..
    Lire la suite
    En lire moins
  • NathLe Posté le 10 Avril 2022
    Nancy Tucker nous livre ici un récit d’une grande noirceur, l’histoire d’une enfant délaissée qui cherche à tout prix à marquer son entourage de sa présence. On y retrouve l’atmosphère des films de Ken Loach, la peinture d’une grande misère sociale. Cette enfant meurtrière est-elle tout à fait responsable avec un tel destin… ? Le drame n’était-il pas inéluctable ? Un roman dont l’héroïne m’a profondément dérangée dès le début. Un personnage violent mais qui ne fait que reproduire ce qu’elle subit elle-même… La formule récurrente : « la maman à… » y a participé mais elle a aussi le mérite de suggérer la misère et le point de vue adopté par l’enfant dans les chapitres intitulés «Chrissie ». L’alternance avec les chapitres nommés « Julia » nous suggère que Chrissie est devenue une autre depuis son arrestation à 9 ans. Mais peut-on accorder sa confiance à un être qui a commis de tels crimes ? Alternant les récits de Chrissie, et celui de Julia, le lecteur démêle les pensées et le destin de cette enfant devenue adulte. C’est un bon roman ! Il met mal à l’aise mais traite avec réalisme et humanité un sujet de société plutôt tabou : la... Nancy Tucker nous livre ici un récit d’une grande noirceur, l’histoire d’une enfant délaissée qui cherche à tout prix à marquer son entourage de sa présence. On y retrouve l’atmosphère des films de Ken Loach, la peinture d’une grande misère sociale. Cette enfant meurtrière est-elle tout à fait responsable avec un tel destin… ? Le drame n’était-il pas inéluctable ? Un roman dont l’héroïne m’a profondément dérangée dès le début. Un personnage violent mais qui ne fait que reproduire ce qu’elle subit elle-même… La formule récurrente : « la maman à… » y a participé mais elle a aussi le mérite de suggérer la misère et le point de vue adopté par l’enfant dans les chapitres intitulés «Chrissie ». L’alternance avec les chapitres nommés « Julia » nous suggère que Chrissie est devenue une autre depuis son arrestation à 9 ans. Mais peut-on accorder sa confiance à un être qui a commis de tels crimes ? Alternant les récits de Chrissie, et celui de Julia, le lecteur démêle les pensées et le destin de cette enfant devenue adulte. C’est un bon roman ! Il met mal à l’aise mais traite avec réalisme et humanité un sujet de société plutôt tabou : la maltraitance des enfants, la misère sociale. Le résumé : A 8 ans, Chrissie Banks étrangle sciemment un bébé de 2 ans. C’est pour elle un moment de grande jouissance et un fort sentiment de puissance. C’est le secret qui la rend plus forte pour prendre sa revanche sur son existence et l’amour qu’on ne lui accorde pas… Chrissie est une petite fille intelligente, elle vit dans une banlieue glauque en Angleterre. Son père absent est son seul repère car sa mère l’a quasi abandonnée…Totalement désinvestie, et dépressive, elle la laisse errer seule dans le quartier toute la journée. Chrissie a faim, elle est sale et tout le monde dans le quartier dit qu’elle est « la mauvaise graine », elle ne peut compter que sur elle-même pour survivre et rentrer le plus tard possible à la maison pour dormir. Linda est « sa meilleure amie » malgré sa méchanceté récurrente…jusqu’au jour de la révélation… Je remercie vivement Netgalley et les éditions Les Escales qui m’ont fait profiter de cette lecture marquante. #LePremierJourduprintemps #NetGalleyFrance
    Lire la suite
    En lire moins
  • ckdkrk169 Posté le 5 Avril 2022
    Un livre choc : nos convictions sur les questions de culpabilité sont ébranlées. J’ai été secouée par cette lecture. La petite Chrissie, huit ans, traîne beaucoup dans les rues et cherche systématiquement à se retrouver aux heures des repas avec ses copines, espérant ainsi manger quelque chose. Chez elle, une mère démissionnaire qui oublie d’acheter à manger et ne lui parle pas. Elle semble invisible à ses yeux. Un jour, le drame arrive, Chrissie commet l’irréparable pour se sentir exister, par jalousie aussi. Qui est coupable ici ? Est-ce vraiment la gamine que tous appellent « mauvaise graine », qui a faim et que les parents délaissent complètement ? Nos valeurs morales vacillent, ce roman questionne et interpelle. Chrissie est une enfant coupable qui inspire de la compassion. L’alternance entre le récit de Chrissie petite et de sa vie adulte donne un éclairage sur son destin bousculé par son enfance. Un livre bouleversant et fort à ne pas rater.
  • Shan_Ze Posté le 25 Mars 2022
    Attention aux âmes sensibles...! Difficile de parler de ce roman, le sujet est glaçant... Dans la banlieue londonienne, Chrissie, une petite fille de 8 ans, passe la plupart de son temps dehors, elle n'existe pratiquement pas pour sa mère, son père est absent. le premier jour de printemps, elle étrangle le petit frère d'une de ses amies. Quinze ans plus tard, Chrissie est devenue Julia et mère. Suite à des mystérieux coups de fil, elle se souvient de son enfance miséreuse. Le premier jour de printemps est le signe de renouveau et pourtant pour Chrissie, c'est le jour où elle donne la mort. Elle ne rend pas compte de la gravité de son acte. C'est une histoire dure, la fillette raconte son abandon, son envie d'être aimé, ses étranges pulsions. Plus on avance dans son huitième printemps, plus on subit avec elle, son enfance sans aucun amour maternel ou paternel. Ca n'explique pas tout mais on éprouve de la compassion pour cette petite fille qui est en décalage avec les autres enfants de son âge. On a envie que ça s'arrête et pourtant, on a envie de savoir, de comprendre. Et même si maintenant Chrissie est adulte, son passé la hante et... Attention aux âmes sensibles...! Difficile de parler de ce roman, le sujet est glaçant... Dans la banlieue londonienne, Chrissie, une petite fille de 8 ans, passe la plupart de son temps dehors, elle n'existe pratiquement pas pour sa mère, son père est absent. le premier jour de printemps, elle étrangle le petit frère d'une de ses amies. Quinze ans plus tard, Chrissie est devenue Julia et mère. Suite à des mystérieux coups de fil, elle se souvient de son enfance miséreuse. Le premier jour de printemps est le signe de renouveau et pourtant pour Chrissie, c'est le jour où elle donne la mort. Elle ne rend pas compte de la gravité de son acte. C'est une histoire dure, la fillette raconte son abandon, son envie d'être aimé, ses étranges pulsions. Plus on avance dans son huitième printemps, plus on subit avec elle, son enfance sans aucun amour maternel ou paternel. Ca n'explique pas tout mais on éprouve de la compassion pour cette petite fille qui est en décalage avec les autres enfants de son âge. On a envie que ça s'arrête et pourtant, on a envie de savoir, de comprendre. Et même si maintenant Chrissie est adulte, son passé la hante et elle culpabilise de ses actes passés, de sa maternité, de son amour pour sa fille. Un récit fort plein de sentiments contradictoires, mais touchant sur l'amour, la mort et le pardon. #Lepremierjourduprintemps #NetGalleyFrance
    Lire la suite
    En lire moins
  • ceciloule Posté le 16 Mars 2022
    En se glissant dans la peau d'une enfant maltraitée qui commet l'irréparable puis dans celle de la mère qu'elle devient des années plus tard, Nancy Tucker écrit le roman de la repentance, de la maternité gâchée puis sublimée, de l'amour pur et sans borne. Grâce à une alternance narrative, la primo-romancière s'attache à dépeindre la lente reconstruction, le cheminement d'une vie miséreuse et misérable à une vie honorable. Sincère et déchirant (plus de détails : https://pamolico.wordpress.com/2022/03/16/le-premier-jour-du-printemps-nancy-tucker/)
Inscrivez-vous à la newsletter Les Escales
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !