En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le Prince d'été

        Robert Laffont
        EAN : 9782221134856
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 448
        Format : 135 x 215 mm
        Le Prince d'été

        PAOLA APPELIUS (Traducteur)
        Collection : Collection R
        Date de parution : 28/03/2013
        Sur la côte de ce que l'on appelait jadis le Brésil, ce sont les femmes qui dirigent la légendaire ville-pyramide de Palmares Três. La Reine ne cède le pouvoir à un homme qu'une fois tous les cinq ans, à un Roi d'été dont l'histoire enfiévrera la cité l'espace d'une année.
        Pour...
        Sur la côte de ce que l'on appelait jadis le Brésil, ce sont les femmes qui dirigent la légendaire ville-pyramide de Palmares Três. La Reine ne cède le pouvoir à un homme qu'une fois tous les cinq ans, à un Roi d'été dont l'histoire enfiévrera la cité l'espace d'une année.
        Pour June Costa, la vie n'est qu'Art. Ses oeuvres impressionnent ses professeurs autant que ses camarades. Elle rêve de remporter le prestigieux Trophée de la Reine. Un rêve qu'elle n'avait jamais remis en question... jusqu'à ce qu'elle rencontre Enki.
        Fraîchement élu Roi d'été, Enki est le garçon dont tout le monde parle. Mais lorsque June le regarde, elle voit bien au-delà de ses fascinants yeux d'ambre et de sa samba ravageuse : elle reconnaît en lui un artiste total. Follement amoureuse, June décide alors de créer avec lui un chef-d'oeuvre qui restera gravé à jamais dans les mémoires.
        Mais le temps leur est compté. Car, comme tous les Rois d'été qui l'ont précédé, Enki va devoir être sacrifié.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221134856
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 448
        Format : 135 x 215 mm
        Robert Laffont
        17.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • pokemon17 Posté le 24 Septembre 2017
          Le Prince d'été est le premier livre de la Collection R que j'ai lu ainsi que mon premier livre de science-fiction/dystopie. La couverture m'avait charmé et le résumé m'avait intrigué. Je l'ai lu à sa sortie, il y a quatre ans , et pourtant je me rappelle de l'histoire et même de la fin (chose rare pour moi). L'univers est très dense, beaucoup de thèmes sont abordés. Nous suivons June, une adolescente, qui vit à Palmarès Três, une cité gouvernée par des femmes. Une fois tous les cinq ans, un Roi d'été remplacera la reine. J'ai eu quelques difficultés avec ce personnage, je ne comprenais pas totalement son intérêt, il me laisse le souvenir d'un faux mystérieux. J'ai bien aimé ce roman malgré les personnages particuliers ainsi que l'univers dense (peut-être un peu trop) puisque qu'avec lui mon amour pour la Collection R est né
        • Aurore666 Posté le 29 Novembre 2016
          La couverture de ce roman est tout simplement magnifique! Le bras de June, la jeune héroïne de l'histoire nous paraît réellement illuminé. On imagine vraiment à quoi elle peut ressembler dans le roman. Parlons-en, de ce roman. C'est un roman futuriste, dystopique. Nos personnages évoluent à Plamares Três, une ville située géographiquement sur les ruines du Brésil actuel. Comme tout roman dystopique, il est composé de castes. Ici, la caste principale est composée de la Reine et des Tantes, et la caste la plus inférieure est le Verde. La société est pyramidale, au sens propre du terme, puisque le "petit" peuple vit dans les bas-fonds alors que l'élite vit tout en haut des bâtiments. Il s'agit d'une société matriarcale dans laquelle un Roi d'été est élu tous les 5 ans et dont le rôle est de désigner, lors de sa mort en fin de règne, la future Reine. Dans ce cas, Enki est le nouveau Roi d'été élu. Il vient du Verde, et, puisqu'il n'a rien à perdre, va bouleverser, avec June, et au nom de l'Art, l'entièreté du système établi. June est l'héroïne de ce roman et également la narratrice... La couverture de ce roman est tout simplement magnifique! Le bras de June, la jeune héroïne de l'histoire nous paraît réellement illuminé. On imagine vraiment à quoi elle peut ressembler dans le roman. Parlons-en, de ce roman. C'est un roman futuriste, dystopique. Nos personnages évoluent à Plamares Três, une ville située géographiquement sur les ruines du Brésil actuel. Comme tout roman dystopique, il est composé de castes. Ici, la caste principale est composée de la Reine et des Tantes, et la caste la plus inférieure est le Verde. La société est pyramidale, au sens propre du terme, puisque le "petit" peuple vit dans les bas-fonds alors que l'élite vit tout en haut des bâtiments. Il s'agit d'une société matriarcale dans laquelle un Roi d'été est élu tous les 5 ans et dont le rôle est de désigner, lors de sa mort en fin de règne, la future Reine. Dans ce cas, Enki est le nouveau Roi d'été élu. Il vient du Verde, et, puisqu'il n'a rien à perdre, va bouleverser, avec June, et au nom de l'Art, l'entièreté du système établi. June est l'héroïne de ce roman et également la narratrice de celui-ci. C'est une waka, à savoir une adolescente, qui est née dans une caste aisée. Elle vit pour l'Art et compte gagner le Trophée de la Reine. L'univers créé par l'auteure est intéressant et original, vraiment bien décrit et je l'ai parfaitement imaginé. Par contre, tout ce qui est nanotechnologies est resté complètement flou pour moi. Et, vu que cette technologie ultra-perfectionnée est la base de l'Art créé par nos deux héros, ça a été assez galère à imaginer. Les personnages principaux (June et son meilleur ami Gil ainsi qu'Enki) forment un trio amoureux assez décalé, qui a ses côtés positifs et ses côtés négatifs. C'est à la fois naturel entre eux, et assez complexe. J'ai bien aimé l'amitié réelle et profonde entre Gil et June mais le reste du trio m'a parfois exaspérée. Ce que j'ai apprécié aussi, c'est que l'auteure traite de manière naturelle et sans tabou les sujets de l'homosexualité et de la bisexualité. Mais, je dois avouer que, même si dans l'ensemble ce roman ne m'a pas déplu, il ne m'a pas non plus spécialement emballée. Pendant tout le roman, je me suis demandée si j'allais un jour m'attacher aux personnages, ressentir leur Art- que je ne visualisais nullement et qui tient pourtant une grande part dans cette histoire et j'ai espéré que la fin allait changer ma vision des choses. Et heureusement, c'est ce qui a permis de sauver ma lecture, car la fin était exactement ce que j'espérais depuis le départ. Mais c'est dommage qu'il ait fallu que j'attende la fin pour ressentir un ouf de soulagement qui a pu sauver cette histoire à mes yeux. En bref, une dystopie qui ne m'a pas entièrement convaincue, pourtant basée sur un système de castes ultra bien pensé, dans un univers très bien décrit, mais avec une technologie tellement futuriste qu'il m'a été difficile de la visualiser et de l'intégrer à l'Art des protagonistes.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Deedr Posté le 22 Décembre 2015
          j'ai totalement craqué pour ce bouquin. Pour June, cette héroïne tellement atypique qui ne vit que pour l'art. Pour Enki, le nouveau roi d'été si particulier, intriguant, qui comprend si bien June, et réciproquement. Il est si vivant et, pourtant, il s'est présenté aux élections ; cela signifie qu'il désire mourir, quelque part, non ? Paradoxe, bonjour. J'ai craqué pour la manière dont sont traités certains sujets habituellement évoqués de manière plus "prudente" dans la littérature jeune adulte : le sexe, le suicide, l'homosexualité, notamment avec le triangle amoureux plutôt inhabituel : c'est June et son meilleur ami Gil qui vont tous deux tomber amoureux d'Enki. Je préfère ne pas spoiler plus l'intrigue, mais ce triangle amoureux est géré d'une façon qui peut être dérangeante. En fait, cette même situation peut sembler malsaine (je dirais même carrément qu'elle l'est) si on la regarde froidement, détaché, et, pourtant, les sentiments des personnages sont tellement bien dépeints... que j'ai trouvé ces relations vraiment belles, au final. Il m'a fait sourire, rendue mélancolique, fait réfléchir, mise face à des situations inattendues, envoutée, fait pleurer... J'ai adoré le monde si particulier créé par l'auteure. Il est suffisamment dépeint pour que j'ai pu me le figurer, et... j'ai totalement craqué pour ce bouquin. Pour June, cette héroïne tellement atypique qui ne vit que pour l'art. Pour Enki, le nouveau roi d'été si particulier, intriguant, qui comprend si bien June, et réciproquement. Il est si vivant et, pourtant, il s'est présenté aux élections ; cela signifie qu'il désire mourir, quelque part, non ? Paradoxe, bonjour. J'ai craqué pour la manière dont sont traités certains sujets habituellement évoqués de manière plus "prudente" dans la littérature jeune adulte : le sexe, le suicide, l'homosexualité, notamment avec le triangle amoureux plutôt inhabituel : c'est June et son meilleur ami Gil qui vont tous deux tomber amoureux d'Enki. Je préfère ne pas spoiler plus l'intrigue, mais ce triangle amoureux est géré d'une façon qui peut être dérangeante. En fait, cette même situation peut sembler malsaine (je dirais même carrément qu'elle l'est) si on la regarde froidement, détaché, et, pourtant, les sentiments des personnages sont tellement bien dépeints... que j'ai trouvé ces relations vraiment belles, au final. Il m'a fait sourire, rendue mélancolique, fait réfléchir, mise face à des situations inattendues, envoutée, fait pleurer... J'ai adoré le monde si particulier créé par l'auteure. Il est suffisamment dépeint pour que j'ai pu me le figurer, et assez de flou est laissé à la fois pour que mon imagination puisse se l'approprier... plein de questions se sont imposées à moi lorsque j'ai eu refermé le livre, et j'ai adoré ça, car j'ai du essayer de les combler avec les petits détails que j'avais relevés. Pour être un minimum objective, je pense que certains pourraient regretter un manque d'explications bien claires et nets, ou d'approfondissements, mais cela ne m'a personnellement pas du tout gênée, au contraire.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Ice-Queen Posté le 14 Décembre 2015
          Je crois qu’il ne va pas être simple pour moi d’écrire un avis sur ce livre, pour la bonne raison que j’ai un tas d’impressions différentes et parfois même contradictoires. Nous faisons la connaissance de June, une jeune artiste vivant au sein de la ville futuriste de Palmares Tres, située au cœur de ce que l’on appelait autrefois le Brésil. Elle aspire à mener une vie comme les autres, souhaitant juste être reconnue pour son talent. Mes ses plans vont êtres bouleversés lorsqu’elle va croiser la route d’Enki, le Roi d’Été, qui sera sacrifié au terme de son année de règne aux côtés de la Reine. Elle va se laisser entrainer, toujours plus loin, se retrouvant mêlée à d’importantes intrigues politiques malgré elle. Jusqu’à ce que June atteigne le point de non-retour, jusqu’à ce qu’elle soit obligée de choisir entre son cœur, ses convictions et son propre avenir… J’ai un rapport assez particulier avec ce livre. Au départ, j’ai eu un peu de mal à accrocher, à saisir où l’auteur voulait nous emmener. Au départ, je trouvais cet univers étrange, les mœurs des habitants de Palmares Tres vraiment bizarres… L’histoire est un peu longue à démarrer et on se demande vraiment le... Je crois qu’il ne va pas être simple pour moi d’écrire un avis sur ce livre, pour la bonne raison que j’ai un tas d’impressions différentes et parfois même contradictoires. Nous faisons la connaissance de June, une jeune artiste vivant au sein de la ville futuriste de Palmares Tres, située au cœur de ce que l’on appelait autrefois le Brésil. Elle aspire à mener une vie comme les autres, souhaitant juste être reconnue pour son talent. Mes ses plans vont êtres bouleversés lorsqu’elle va croiser la route d’Enki, le Roi d’Été, qui sera sacrifié au terme de son année de règne aux côtés de la Reine. Elle va se laisser entrainer, toujours plus loin, se retrouvant mêlée à d’importantes intrigues politiques malgré elle. Jusqu’à ce que June atteigne le point de non-retour, jusqu’à ce qu’elle soit obligée de choisir entre son cœur, ses convictions et son propre avenir… J’ai un rapport assez particulier avec ce livre. Au départ, j’ai eu un peu de mal à accrocher, à saisir où l’auteur voulait nous emmener. Au départ, je trouvais cet univers étrange, les mœurs des habitants de Palmares Tres vraiment bizarres… L’histoire est un peu longue à démarrer et on se demande vraiment le but de tout cela. Jusqu’à ce que tout commence réellement. Ensuite, j’ai réussi à m’attacher à June et même à Enki. Malgré leur obsession pour l’art, ce sont deux jeunes gens qui ont un passé douloureux. On comprend en fait qu’ils se donnent corps et âme à leur art qui agit pour eux comme un exutoire. Le Prince d’Été est une dystopie plutôt originale. Je pense pouvoir affirmer sans me tromper que c’est le genre de livre que l’on aime ou que l’on déteste. Car le récit bouleverse, met mal à l’aise, dérange. Et je dois dire que cela a très bien fonctionné sur moi, si bien qu’une fois l’univers apprivoisé, j’avais du mal à me détacher de cette lecture. La ville de Palmarès Tres est incroyable. Gouvernée par les femmes, l’homme y a sa place, mais n’a pas accès au pouvoir. Les femmes ne leur font plus confiance, les considérant comme responsables de la fin du monde d’avant. Bien entendu, on comprend très rapidement que le titre de Prince n’est donc que poudre aux yeux… Mais de lourds secrets se cachent derrière cette élection… Si la ville nous émerveille de par sa technologie, on se rend vite compte que tout n’est pas aussi fantastique qu’il y paraît. Malgré l’abolition de l’esclavage, certains, les plus pauvres, se sacrifient pour le bien-être des autres. Ainsi, au sein de cette cité construite en pyramide, seuls les niveaux supérieurs vivent bien et la plupart ignorent ce que subissent ceux qui demeurent en bas. L’histoire en elle-même est très prenante et dynamique une fois qu’elle a véritablement démarré. L’action ne laisse aucun répit au lecteur et j’avais vraiment hâte de connaître le dénouement, étant surprise à chaque rebondissement. Les relations entre les personnages principaux sont complexes et ambigües et on ne peut oublier l’échéance de la fin du règne d’Enki… bref, le lecteur perçoit tout à fait la pression qui écrase de plus en plus les protagonistes et s’engage à leurs côtés dans une véritable course contre la montre. June qui était au départ une jeune fille ordinaire, va devenir un véritable symbole pour sa ville. Tout cela, car elle aime l’art et qu’elle est plutôt curieuse. De ce fait, elle se retrouve mêlée à des enjeux politiques et va découvrir avec surprise qu’elle se débat assez bien dans ce milieu. Il y a beaucoup de non-dits, mais cela ne m’a pas dérangée, car du coup on se retrouve au même niveau que June et les autres. Le fait de ne pas en savoir plus qu’eux contribue à nous faire vivre pleinement cette histoire à travers eux. J’ai particulièrement été touchée par toute la dernière partie du roman, sans compter le final lui-même. C’est le genre de fin que j’adore ! Tout se passe très vite, un peu comme dans un rêve et l’auteur arrive réellement à nous mettre dans le même état que June. Encore une fois, on ne comprend pas vraiment avant qu’elle-même comprenne. Niveau émotions, j’ai été servie ! Je dois dire que j’ai eu beaucoup de mal à passer à une autre lecture après cela, tant cette histoire restait présente à mon esprit. La plume de l’auteur est fluide et agréable. J’aurais juste souhaité avoir un petit lexique à la fin pour mieux comprendre certains termes employés. Je n’arrivais pas toujours à en saisir le sens tout de suite et du coup cela me déconnectait un peu de l’histoire, c’est dommage. Mais c’est là le seul point « négatif » que j’ai pu trouver. Après je comprends tout à fait que certains n’aient pas apprécié ce livre. Je pense sincèrement qu’il n’est pas forcément accessible à tout le monde. On peut totalement passer à côté. Fort heureusement, cela n’a pas été mon cas ! En résumé, Le Prince d’Été est un roman que je ne suis pas prête d’oublier ! C’est un récit dérangeant, bouleversant, parfois même étrange, mais qui a su me prendre aux tripes. J’ai vécu cette histoire aux côtés de June et j’ai eu un mal fou à passer à autre chose après cette lecture, tant ce livre me hantait encore. Je ne dis pas que je le conseillerais à tout le monde, car avec ce roman il n’y a pas de demi-mesure possible : on l’aime ou on le déteste. J’espère sincèrement que ceux qui se laisseront tenter seront aussi conquis que moi !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Cress Posté le 23 Février 2015
          Un roman que je décrirais de plutôt étrange. J'ai eu du mal à me plonger dans l'histoire à cause du vocabulaire de l'auteur que je n'ai parfois pas très bien saisi. J'ai surtout été attirée par le système politique avec le prince que l'on sacrifie. Finalement même si la lecture n'a pas été désagréable je reste plutot perplexe.
        INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
        Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.