Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782365695640
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 304
Format : 140 x 225 mm
Les Aquatiques
Collection : Domaine français
Date de parution : 19/08/2021
Éditeurs :
Les Escales

Les Aquatiques

Collection : Domaine français
Date de parution : 19/08/2021
Le roman d’émancipation d’une femme africaine au XXIe siècle, entre ombre et lumière.
« Je n’étais jamais retournée sur la tombe de Madeleine. N’y avais jamais apporté son repas préféré, de l’huile de palme, du sel ou une cruche de vin de raphia.... « Je n’étais jamais retournée sur la tombe de Madeleine. N’y avais jamais apporté son repas préféré, de l’huile de palme, du sel ou une cruche de vin de raphia. Madeleine, pour autant que je m’en souvienne, préférait le vin rouge. Mais enfin, le vin de raphia, c’est ce que... « Je n’étais jamais retournée sur la tombe de Madeleine. N’y avais jamais apporté son repas préféré, de l’huile de palme, du sel ou une cruche de vin de raphia. Madeleine, pour autant que je m’en souvienne, préférait le vin rouge. Mais enfin, le vin de raphia, c’est ce que l’on déposait sur la tombe des morts dans le Haut-Fènn. »
Vingt ans après la mort de sa mère, Katmé Abbia, enseignante, apprend que la tombe doit être déplacée. Son mari, Tashun, préfet de la capitale, voit dans ce nouvel enterrement l’occasion providentielle de réparer les erreurs du passé et surtout de donner un coup d’accélérateur à sa carrière politique. Quand Samy, artiste tourmenté, ami et frère de toujours de Katmé, est arrêté et jeté en prison, les ambitions politiques de son mari entrent en collision avec sa vie et la placent devant un choix terrible.
Porté par une écriture puissante où l’âpreté du réel le dispute à un humour à froid, Les Aquatiques est à la fois le portrait intérieur d’une femme qui se révèle à elle-même et une réflexion profonde sur les jeux de pouvoir dans une société africaine contemporaine.
GRAND PRIX PANAFRICAIN DE LITTERATURE
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365695640
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 304
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

"Un excellent livre. J'ai adoré."
Franz-Olivier Giesbert / ...

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Delphine-Olympe Posté le 8 Mai 2022
    L’histoire pourrait se passer dans plus d’un pays d’Afrique. La Franco-Camerounaise Osvalde Lewat a choisi de la situer dans un Etat imaginaire : au Zambuena règnent la corruption, le patriarcat et la superstition. Chacun a une place assignée, et celui qui tenterait de s’y soustraire se verrait relégué au rang de paria. Dans ce contexte, Katmé a-t-elle vraiment la possibilité de conduire sa vie comme elle l’entend ? Elle était âgée de treize ans lorsqu’elle perdit sa mère. Son père ayant quant à lui d’autres préoccupations que celle d’élever ses enfants, Katmé et sa jeune soeur Sennke furent recueillies par leur tante, qui en avait déjà douze… Pas le meilleur des départs dans la vie ! Sennke traça son chemin en entrant dans les ordres, chez les soeurs rédemptoristines, et Katmé le sien en faisant un « beau mariage », devenant « Maman Préfète » et par là-même une citoyenne de classe A. Etre femme de notable signifie évidemment jouir d’un indécent confort matériel, avoir à son service une armada de domestiques, de jardiniers et de chauffeurs. Cela implique aussi d’abandonner son travail, de se consacrer à la vie domestique, d’organiser les réceptions utiles à son époux. Il faut abdiquer tout... L’histoire pourrait se passer dans plus d’un pays d’Afrique. La Franco-Camerounaise Osvalde Lewat a choisi de la situer dans un Etat imaginaire : au Zambuena règnent la corruption, le patriarcat et la superstition. Chacun a une place assignée, et celui qui tenterait de s’y soustraire se verrait relégué au rang de paria. Dans ce contexte, Katmé a-t-elle vraiment la possibilité de conduire sa vie comme elle l’entend ? Elle était âgée de treize ans lorsqu’elle perdit sa mère. Son père ayant quant à lui d’autres préoccupations que celle d’élever ses enfants, Katmé et sa jeune soeur Sennke furent recueillies par leur tante, qui en avait déjà douze… Pas le meilleur des départs dans la vie ! Sennke traça son chemin en entrant dans les ordres, chez les soeurs rédemptoristines, et Katmé le sien en faisant un « beau mariage », devenant « Maman Préfète » et par là-même une citoyenne de classe A. Etre femme de notable signifie évidemment jouir d’un indécent confort matériel, avoir à son service une armada de domestiques, de jardiniers et de chauffeurs. Cela implique aussi d’abandonner son travail, de se consacrer à la vie domestique, d’organiser les réceptions utiles à son époux. Il faut abdiquer tout ce qui pourrait nuire à la carrière de ce dernier et s’astreindre à participer aux déjeuners hebdomadaires du Cas - le Club des amies du Zambuena - autrement dit fréquenter les autres « femmes de », quelque opinion que l’on en ait. Cela suffit-il à donner un sens à sa vie ? Sans doute pas, et c’est pourquoi son amitié avec Samy est si précieuse à Katmé. Depuis le lycée, où ils se sont rencontrés, ces deux-là partagent tout et Katme n’hésite pas à soutenir financièrement son ami pour qu’il puisse développer ses talents artistiques. Son oeuvre a pourtant des accents contestataires… qui servent opportunément d’alibi libéral à l’establishment local. Mais le jour où Samy est accusé d’homosexualité, pénalement répréhensible, la ligne rouge est franchie et la machine s’emballe. Désormais, Katmé doit choisir. Abandonner Samy à son sort et rester une citoyenne de classe A ou prendre son parti et devenir "une Z", ainsi que l’est devenu Samy. L’auteure dresse le tableau sans concession d’une société africaine dominée par les hommes, où les femmes leur sont encore largement assujetties et où l’homosexualité est considérée comme la pire des perversions. Avec ses personnages bien campés, ses descriptions pittoresques et la langue colorée qui nourrit ses dialogues, Oswalde Lewat nous embarque très vite dans son univers. Mais son dessein n'est pas de donner dans l'exotisme, et lorsque la violence surgit, elle n'en est que plus effroyable et saisissante. On sort de ce texte fortement secoué, bouleversé, voire révolté. Mais la littérature a-t-elle vocation à édulcorer les choses ? Je ne le crois pas. Oswalde Lewat non plus, de toute évidence.
    Lire la suite
    En lire moins
  • zabeth55 Posté le 1 Mai 2022
    Les aquatiques, c'est le quartier pauvre d'une ville imaginaire d'Afrique. Katmé Abbia est femme du préfet et inspire le respect. La tombe de sa mère doit être déplacée et son mari y voit l'occasion d'une grande cérémonie qui servira son ambition politique. Parallèlement, Samy, son ami de toujours, son frère de cœur, artiste controversé organise une grande exposition, mais sera emprisonné pour homosexualité. Je n'ai pas été particulièrement fan de l'histoire que j'ai trouvée assez longue. Par contre l'écriture est très belle, puissante, et nous emporte. C'est un beau portrait de femme que nous offre l'auteure.
  • Mitiia Posté le 13 Mars 2022
    Au début, je ne voyais pas trop l'intérêt de l'histoire: une femme qui doit changer de place la tombe de sa mère... Et puis un meilleur ami artiste. Le livre ne se lit pas aisément: beaucoup de mots sur une page, beaucoup de personnages, une culture inconnue pour ma part... Et puis finalement, je découvre que l'auteure veut nous parler de la condition des homosexuels et des femmes dans certains pays d'Afrique. Elle nous fait découvrir la ferveur religieuse de certaines personnes, ferveur qui peut pousser jusqu'au crime totalement justifié. Un livre fort instructif en somme. Et même si les thèmes sont durs, l'humour noir de l'auteure en a facilité la lecture.
  • MelleFifi Posté le 9 Mars 2022
    Vingt ans après la mort de sa mère, Katmé Abbia, enseignante, apprend que la tombe doit être déplacée. Son mari, Tashun, préfet de la capitale et avide de pouvoir voit dans ce nouvel enterrement l’occasion providentielle de réparer les erreurs du passé et surtout de donner un coup d’accélérateur à sa carrière politique. Quand Samy, artiste tourmenté, ami et frère de toujours de Katmé, est arrêté et jeté en prison à la suite d’une exposition jugée choquante, les ambitions politiques de son mari entrent en collision avec sa vie et la placent devant un choix terrible. D'autant plus que cet ami est gai et que c'est interdit danc ce pays. Katmé tente de faire jouer ses relations pour le faire sortir puis lui éviter les humiliations liées à son incarcération. Elle ira jusqu'à se déguiser pour lui rendre visite, pour ne pas impliquer son mari dans tout ça. Ce mariage est conventionnel, pas d'amour. Juste des intérêts. Elle sera aidée par un homme dont elle deviendra la maîtresse. Le roman d’apprentissage d’une femme africaine au xxe siècle, entre ombre et lumière. Ce texte est puissant et nous fait entrer dans les coulisses de la vie politique africaine contemporaine. La place des femmes dans... Vingt ans après la mort de sa mère, Katmé Abbia, enseignante, apprend que la tombe doit être déplacée. Son mari, Tashun, préfet de la capitale et avide de pouvoir voit dans ce nouvel enterrement l’occasion providentielle de réparer les erreurs du passé et surtout de donner un coup d’accélérateur à sa carrière politique. Quand Samy, artiste tourmenté, ami et frère de toujours de Katmé, est arrêté et jeté en prison à la suite d’une exposition jugée choquante, les ambitions politiques de son mari entrent en collision avec sa vie et la placent devant un choix terrible. D'autant plus que cet ami est gai et que c'est interdit danc ce pays. Katmé tente de faire jouer ses relations pour le faire sortir puis lui éviter les humiliations liées à son incarcération. Elle ira jusqu'à se déguiser pour lui rendre visite, pour ne pas impliquer son mari dans tout ça. Ce mariage est conventionnel, pas d'amour. Juste des intérêts. Elle sera aidée par un homme dont elle deviendra la maîtresse. Le roman d’apprentissage d’une femme africaine au xxe siècle, entre ombre et lumière. Ce texte est puissant et nous fait entrer dans les coulisses de la vie politique africaine contemporaine. La place des femmes dans la société…
    Lire la suite
    En lire moins
  • Gerstel Posté le 29 Janvier 2022
    Le Zambuena, pays imaginaire d'Afrique. Katmé, femme du préfet Tashun apprend que le corps de sa mère décédée et enterrée depuis 20 ans doit être exhumé pour être déplacé. Son mari décide de sortir le grand jeu pour favoriser sa campagne électorale au poste de gouverneur. Mais un grain de sable vient perturber les projets de Tashun en la personne du frère de cœur de Katmé. Artiste vivant dans le quartier populaire des Aquatiques, il prépare une exposition qui le met en lumière dans les médias, ainsi que son homosexualité et son amitié avec l'épouse du préfet. Le livre commence doucement en décrivant la culture, les traditions, la place des femmes dans ce pays imaginaire Africains. Puis l'auteur Camerounaise aborde les sujets honnêtement d'autant plus facilement que le pays est inventé et notamment le poids des traditions sur les femmes et leur manque d'autonomie mais aussi le sort des homosexuels dans une société catholique mais conservatrice. Si le début est un peu long on se prend dans l'histoire de Katmé, de ses amitiés, une réelle empathie nous emporte et on adhère à son désir d'émancipation et à son combat contre les préjugés. Un beau livre à découvrir. 

les contenus multimédias

Chargement en cours...
Inscrivez-vous à la newsletter Les Escales
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !

Lisez maintenant, tout de suite !