RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Les Contes défaits

            Belfond
            EAN : 9782714473868
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 224
            Format : 134 x 190 mm
            Les Contes défaits

            Collection : Belfond Pointillés
            Date de parution : 25/08/2016
            Les Contes défaits est un livre sur la mémoire, l'enfance et la résilience.
             
            Un homme contemple le puzzle de sa vie et réalise qu'il y manque une pièce. Cette pièce correspond à la faille, la blessure, le manque que nous ressentons tous et n'avons de cesse d'enfouir. Un jour, le moment vient d'enquêter sur cette pièce manquante.

            Direction l'inconnu dont je n'ai rien à...
            Un homme contemple le puzzle de sa vie et réalise qu'il y manque une pièce. Cette pièce correspond à la faille, la blessure, le manque que nous ressentons tous et n'avons de cesse d'enfouir. Un jour, le moment vient d'enquêter sur cette pièce manquante.

            Direction l'inconnu dont je n'ai rien à craindre, l'inconnu dont j'ai tout à attendre. Et aucun inconnu ne me fait plus peur. Mes bagages sont prêts. D'ailleurs je n'en ai plus. Je ne fuis pas, et en m'avançant je m'élève.

            Sélectionné par les jurys de 10 prix littéraires, Les Contes défaits et le premier roman d'Oscar Lalo. Il a obtenu le prix Plume d'argent 2016 lors de la 9ème Édition du Chapiteau du Livre de Saint-Cyr-Sur-Loire.

            Liste des prix:
            Plume d'argent - lauréat
            Prix littéraire des Grandes Ecoles - sélectionné
            Prix Bibliomedia 2017 - sélectionné
            Prix Prem1ère - sélectionné
            Prix Jean-Claude Brialy - sélectionné
            Prix Marie-Claire Blas 2018 - sélectionné
            Prix Emmanuel-Roblès de Blois - sélectionné
            Lecture en tête - Festival du premier roman de Laval - sélectionné
            Prix de la Fondation d'entreprise La Poste - sélectionné
            Prix Lettres frontière suisse romande Rhône-Alpes - sélectionné
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782714473868
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 224
            Format : 134 x 190 mm
            Belfond
            18.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            "Dans une langue aussi précise qu'inventive Oscar Lalo compose toute une palette d'humiliations et d'incertitudes malpropres"
            Eric Loret / Le Monde des Livres

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • connellymichel Posté le 15 Octobre 2017
              Roman coup de poing dans l'estomac, poignant et révoltant mais vraiment bien écrit et qu'on ne peut plus lâcher une fois commencé. Je viens juste de le reposer mais il restera longtemps gravé ,marqué dans ma mémoire. Ces livres là ne s'oublient pas : la forme comme le fond. Une histoire glaçante car il n'y a rien à quoi se raccrocher , parce que l'indifférence des adultes est aussi coupable et devient complice des actes odieux . Parce que l'enfance déchirée n'amène qu'une vie adulte vide et dispersée pour éviter de vivre justement... tellement ce mot de vivre cache d'atroces blessures jamais refermées et ce mot VIDE revient si souvent ... Parce que la lumière au bout du tunnel ne jaillira qu'à la dernière page. Surtout parce que vivre l'indicible à un si jeune âge et n'avoir personne à qui en parler finit par convaincre la victime qu'elle est complice de ses propres bourreaux et le pardon le plus long sera celui qu'elle s'accordera enfin à elle même. L'aveu même reste dans une distanciation de survie : le journal est écrit par "Il" jusqu'aux derniers chapitres ou l'auteur fait triompher JE d'abord pour le perdre dans le nord le plus reculé... Roman coup de poing dans l'estomac, poignant et révoltant mais vraiment bien écrit et qu'on ne peut plus lâcher une fois commencé. Je viens juste de le reposer mais il restera longtemps gravé ,marqué dans ma mémoire. Ces livres là ne s'oublient pas : la forme comme le fond. Une histoire glaçante car il n'y a rien à quoi se raccrocher , parce que l'indifférence des adultes est aussi coupable et devient complice des actes odieux . Parce que l'enfance déchirée n'amène qu'une vie adulte vide et dispersée pour éviter de vivre justement... tellement ce mot de vivre cache d'atroces blessures jamais refermées et ce mot VIDE revient si souvent ... Parce que la lumière au bout du tunnel ne jaillira qu'à la dernière page. Surtout parce que vivre l'indicible à un si jeune âge et n'avoir personne à qui en parler finit par convaincre la victime qu'elle est complice de ses propres bourreaux et le pardon le plus long sera celui qu'elle s'accordera enfin à elle même. L'aveu même reste dans une distanciation de survie : le journal est écrit par "Il" jusqu'aux derniers chapitres ou l'auteur fait triompher JE d'abord pour le perdre dans le nord le plus reculé mais le faire revivre pleinement dans la chaleur douillette d une ferme., s'autorisant enfin à aimer.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Claire45 Posté le 4 Mai 2017
              Très beau récit sur le viol de l'innocence et l'impossible re-création de l'être concerné, atteint dans sa chair et son âme. Des chapitres courts, une construction en trois parties : Le train, la séparation brutale d'avec la mère, le home, la vie quotidienne dans cette "joyeuse colonie de vacances" et la troisième, le puzzle, ou comment après 60 ans, l'homme est arrivé enfin à reconstruire son enfance détruite. Le style simple, allusif plutôt que descriptif, se joue des mots et des "contes défaits".
            • Gaspard75 Posté le 25 Avril 2017
              Un de ces romans qui vous marque en profondeur tant il est transporteur d'émotions. Aussi terrifiant qu'il est passionnant 'Les Contes défaits' ne laissera personne indifférent. A lire de toute urgence !
            • lolaraviolo Posté le 23 Mars 2017
              "Dès que le train s’ébranlait, le câble maternel se cassait. Deux ou trois très longues semaines. Un mois et demi l’été. Une vie. Deux parfois." Merci à "Bibalice" pour avoir posté cette citation tirée du roman Les Contes Défaits sur le forum Babelio. En la relisant, je m'aperçois que celle-ci m'émeut toujours autant. Une très belle citation qui prend tout son sens lorsqu'on comprend de quoi l'on parle. Le drame dont cet enfant a été victime toutes ces années lors de ses colonies de vacances au mois d'été, est "raconté" avec subtilité et pudeur. C'est un livre qui; en se lisant plusieurs fois, permet de ne pas interpréter deux fois la même chose et ce grâce à la plume de l'auteur, unique. Oscar Lalo a selon moi inventé une nouvelle langue, il réinvente la langue française. Pour son premier roman je tire mon chapeau à cet auteur doté d'un talent fou et lui souhaite tout le succès dont il mérite. À lire et à relire !
            • 19chantal Posté le 19 Mars 2017
              Dès les premières lignes, on sait que le sujet sera difficile. Et je suis reconnaissante à l'auteur du traitement : de courts paragraphes, pas de description insupportable. Le narrateur met par écrit ce qui n'a pu être dit, pour trouver, retrouver, un équilibre. Les deux premières parties, "le train", "le home" sont curieusement "faciles" à lire. Par contre, les deux dernières, "le puzzle" et "le coma" m'ont paru pesantes. Parce que le narrateur n'est pas passé à autre chose, peut-on parler de résilience ? L'attitude des parents posent question . L'attitude des adultes en général qui ne voient pas ou ne veulent pas voir. Je ressors de ce livre bouleversée, déboussolée. Ayant travaillé avec de jeunes enfants, j'ai eu à connaître de sales histoires. Mais à côté de combien suis-je passée ?
            Toute l'actualité des éditions Belfond
            Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.