Lisez! icon: Search engine

L'île aux enfants

Belfond
EAN : 9782714481481
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 134 x 190 mm
L'île aux enfants

Collection : Belfond Pointillés
Date de parution : 14/03/2019
Pauline, six ans, et sa petite sœur Clémence coulent des jours heureux sur l’île qui les a vues naître, la Réunion. Un matin de 1963, elles sont kidnappées au bord de la route et embarquent de force dans un avion pour la métropole, à neuf mille kilomètres de leurs parents.... Pauline, six ans, et sa petite sœur Clémence coulent des jours heureux sur l’île qui les a vues naître, la Réunion. Un matin de 1963, elles sont kidnappées au bord de la route et embarquent de force dans un avion pour la métropole, à neuf mille kilomètres de leurs parents. À Guéret, dans la Creuse, elles sont séparées.
1998 : quelques phrases à la radio rouvrent de vieilles blessures. Frappée par le silence dans lequel est murée sa mère, Caroline, jeune journaliste, décide d’enquêter et s’envole pour la Réunion, où elle découvre peu à peu les détails d’un mensonge d’État.  
À travers l’évocation de l'enlèvement méconnu d'au moins deux mille enfants réunionnais entre 1963 et 1982, dans le but de repeupler des départements sinistrés de la métropole, Ariane Bois raconte le destin de deux générations de femmes victimes de l’arbitraire et du secret. L’histoire d’une quête des origines et d’une résilience, portée par un grand souffle romanesque.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714481481
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 134 x 190 mm

Ils en parlent

« Un livre à lire » 
Denis Faroud / France Bleu

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Gaoulette Posté le 19 Octobre 2019
    En temps normal je ne suis pas une grande fan de roman fiction écrits pas des journalistes. Ils ont tendance à se focaliser sur les faits et en oublient de transmettre des émotions. Et pour L'île aux enfants, et bien, cela ne déroge pas à la règle. Mais ici, les faits me touchent plus particulièrement car ils concernent l'histoire des enfants de la Creuse, plus particulièrement de mon île : Ile de la Réunion. Donc automatiquement je suis touchée par cette histoire. L'île aux enfants, c'était La Réunion entre 1963 à 1982 où une politique a été mise ne place pour créer une exode forcée. "Kidnapper" des enfants réunionnais pour repeupler des départements tels que la Creuse ou le Gers… Vous connaissez ces départements? Moi oui, et croyez moi on est loin de la Côte d'Azur et de Paris. On tombe soit amoureux ou on déteste ces régions. "Kidnapper" certains me diront c'est un bien grand mot. Mais après ma lecture, on ne le ressent que comme cela. Ariane Bois le démontre. L'état s'est cachée derrière des grande idées, des grands mots pour commettre des actes répréhensibles. Avec l'histoire tragique de Pauline, Ariane Bois dénonce que des choses horribles sont arrivées... En temps normal je ne suis pas une grande fan de roman fiction écrits pas des journalistes. Ils ont tendance à se focaliser sur les faits et en oublient de transmettre des émotions. Et pour L'île aux enfants, et bien, cela ne déroge pas à la règle. Mais ici, les faits me touchent plus particulièrement car ils concernent l'histoire des enfants de la Creuse, plus particulièrement de mon île : Ile de la Réunion. Donc automatiquement je suis touchée par cette histoire. L'île aux enfants, c'était La Réunion entre 1963 à 1982 où une politique a été mise ne place pour créer une exode forcée. "Kidnapper" des enfants réunionnais pour repeupler des départements tels que la Creuse ou le Gers… Vous connaissez ces départements? Moi oui, et croyez moi on est loin de la Côte d'Azur et de Paris. On tombe soit amoureux ou on déteste ces régions. "Kidnapper" certains me diront c'est un bien grand mot. Mais après ma lecture, on ne le ressent que comme cela. Ariane Bois le démontre. L'état s'est cachée derrière des grande idées, des grands mots pour commettre des actes répréhensibles. Avec l'histoire tragique de Pauline, Ariane Bois dénonce que des choses horribles sont arrivées à ces enfants du pays. Et nous ne parlons pas des conséquences désastreuses sur leur psychologie et leur futur. Ce qui aurait du être une aide provisoire s'est transformée en un trafic humain. Je souhaiterais lire d'autres témoignages sur les enfants qui l'ont vécu. J'ai la curiosité de lire d'autres points de vue surtout un témoignage vécu de l'intérieur. J'ai envie de lire un roman moins journalistique.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MarieCam81 Posté le 8 Octobre 2019
    Super histoire recommandée par ma bibliothécaire. Je ne connaissais pas l’auteur et c’est une belle découverte. Une fluidité dans l’écriture, de la richesse dans l’histoire, un suspens qui nous tient jusqu’au bout. Je suis abasourdie de découvrir cette sois disant « expérience » réalisé sur la population réunionnaise. C’est hallucinant que de telles choses se soient produites et qu’on ai laissé faire. L’humanité est, chez certains, vraiment inexistante.
  • Delphine-Olympe Posté le 29 Septembre 2019
    D’Ariane Bois je n’avais lu qu’un seul livre, Le gardien de nos frères. J’en gardais un bon souvenir, celui d’un roman à l’écriture certes très classique, mais aussi reposant sur une intrigue bien construite, fondée sur un épisode de l’Histoire solidement documenté. Et c’est bien ce schéma que j’ai retrouvé ici. Mais que cache donc ce titre propre à faire sourire n’importe quelle personne de ma génération ? Pas de monstre gentil dans ces pages, mais bien des hommes et des femmes mettant froidement en oeuvre une terrifiante opération d’Etat. Nous sommes dans les années 60 sur l’île de la Réunion. Deux fillettes de 6 et 3 ans jouent sur les abords d’une route. Soudain, une voiture s’arrête et les happe sans ménagement. Quelques semaines plus tard, en compagnie d’une multitude de gamins ayant connu le même sort, les soeurs atterrissent à Paris, d’où elles sont conduites dans la Creuse où elles seront séparées pour être confiées à des familles d’accueil. On suit l’aînée, Pauline, dont les nom et prénom seront changés par ses parents adoptifs pour mieux effacer son histoire. Elle finira pas oublier ses origines, s’enfermant dans une forme de déni allant jusqu’à éluder la question de sa différence de... D’Ariane Bois je n’avais lu qu’un seul livre, Le gardien de nos frères. J’en gardais un bon souvenir, celui d’un roman à l’écriture certes très classique, mais aussi reposant sur une intrigue bien construite, fondée sur un épisode de l’Histoire solidement documenté. Et c’est bien ce schéma que j’ai retrouvé ici. Mais que cache donc ce titre propre à faire sourire n’importe quelle personne de ma génération ? Pas de monstre gentil dans ces pages, mais bien des hommes et des femmes mettant froidement en oeuvre une terrifiante opération d’Etat. Nous sommes dans les années 60 sur l’île de la Réunion. Deux fillettes de 6 et 3 ans jouent sur les abords d’une route. Soudain, une voiture s’arrête et les happe sans ménagement. Quelques semaines plus tard, en compagnie d’une multitude de gamins ayant connu le même sort, les soeurs atterrissent à Paris, d’où elles sont conduites dans la Creuse où elles seront séparées pour être confiées à des familles d’accueil. On suit l’aînée, Pauline, dont les nom et prénom seront changés par ses parents adoptifs pour mieux effacer son histoire. Elle finira pas oublier ses origines, s’enfermant dans une forme de déni allant jusqu’à éluder la question de sa différence de couleur avec les autres membres de sa famille. Celle-ci, lui expliquent-ils, ne serait due qu’à un taux de mélatonine plus élevé chez elle... C’est sa propre fille Caroline en quête de ses origines, bien des années plus tard, alors qu’un scandale d’Etat commence à être mis au jour, qui lui révélera sa véritable identité au terme d’une enquête menée avec pugnacité. Alors, c’est vrai, le roman est parfois un peu cousu de fil blanc, à l'image de la manière dont Caroline s’associe à un journaliste pour obtenir des informations classées confidentielles... Mais je dirais que c’est le défaut de ses qualités : aucun temps mort, le rythme ne souffre aucune baisse de régime. Quant aux personnages, ils se révèlent attachants. Mais surtout, l’auteure démonte parfaitement la mécanique de cette effroyable entreprise visant à repeupler les régions désertifiées de la métropole, dont j’ignorais pour ma part absolument tout. Elle révèle la manière dont l’Etat français arracha à leurs familles des centaines d’enfants, leur promettant pour eux une éducation et un avenir prétendument inaccessibles sur leur île. Combien de parents signèrent, parfois d’une simple empreinte de doigt, le document qui les séparera à tout jamais de leurs enfants. Car toute velléité de recherche qui pourrait par la suite être tentée sera vouée à l’échec. Combien de familles et d’individus furent brisés par cet acte barbare ! Et combien d'enfants se virent alors ravalés au rang d'esclaves dans des fermes du centre de la France... Au-delà de l'histoire parfaitement déroulée par l'auteure, cette dernière lève le voile sur un épisode peu glorieux de notre histoire. La forme romanesque se révèle parfois précieuse pour évoquer des sujets graves ou difficiles à regarder en face. L’île aux enfants en est une parfaite illustration.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Metehera Posté le 20 Septembre 2019
    Avis mitigé. Avant de lire ce livre, je n'avais aucune idée de l'ampleur des événements qui ont conduits à ce drame. Pour rappel : De 1963 à 1982, au moins 2 150 enfants réunionnais « abandonnés ou non » et immatriculés de force par les autorités françaises à la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales, furent déportés par les autorités dans le but de repeupler les départements métropolitains victimes de l’exode rural comme la Creuse, le Tarn, le Gers, la Lozère, les Pyrénées-Orientales. (Source : Wikipédia) Bien qu'il y ait quelques mots en créole dans le texte, cela n'est absolument pas gênant grâce aux explications (notes) en bas de pages de l'autrice. La plume de l'autrice est bonne, fluide et assez bien travaillée. Le sujet en lui-même a été bien amené par contre c'est la construction du roman qui m'a posé problème. Nous allons dans la 1ère partie suivre Pauline (alias Isabelle) puis dans la seconde sa fille Caroline. Si j'ai beaucoup apprécié la première partie, j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup trop de redondances et quelques longueurs dans la seconde partie. Petit bémol : j'ai trouvé dommage de ne "suivre" que Pauline et sa fille. J'aurais aimé avoir le POV de Gaetan, de clémence et... Avis mitigé. Avant de lire ce livre, je n'avais aucune idée de l'ampleur des événements qui ont conduits à ce drame. Pour rappel : De 1963 à 1982, au moins 2 150 enfants réunionnais « abandonnés ou non » et immatriculés de force par les autorités françaises à la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales, furent déportés par les autorités dans le but de repeupler les départements métropolitains victimes de l’exode rural comme la Creuse, le Tarn, le Gers, la Lozère, les Pyrénées-Orientales. (Source : Wikipédia) Bien qu'il y ait quelques mots en créole dans le texte, cela n'est absolument pas gênant grâce aux explications (notes) en bas de pages de l'autrice. La plume de l'autrice est bonne, fluide et assez bien travaillée. Le sujet en lui-même a été bien amené par contre c'est la construction du roman qui m'a posé problème. Nous allons dans la 1ère partie suivre Pauline (alias Isabelle) puis dans la seconde sa fille Caroline. Si j'ai beaucoup apprécié la première partie, j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup trop de redondances et quelques longueurs dans la seconde partie. Petit bémol : j'ai trouvé dommage de ne "suivre" que Pauline et sa fille. J'aurais aimé avoir le POV de Gaetan, de clémence et d'autres enfants enlevés... En bref, c'est un bon livre assez complet pour un "roman tirés de faits réels", que je conseillerais si le sujet des "Enfants de la Creuse" vous intéresse !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Alcove_Alna Posté le 20 Septembre 2019
    Pauline et Clémence, deux sœurs de 6 et 4 ans, habitant à la Réunion, vont être kidnappées en 1963 pour rejoindre la métropole. Plus de 2000 enfants vont être kidnappés. Certains vont être adoptés, d’autres iront en famille d’accueil ou bien placés dans des fermes. ⠀ Nous allons suivre l’évolution de Pauline en métropole. Puis dans une seconde partie, sa fille, va enquêter pour savoir ce qu’il s’est réellement passé. Je ne connaissais pas ce pan de l’Histoire française… C’est un récit bouleversant. L’auteure s’est bien documenté. J’ai trouvé ce livre passionnant, bien écrit et d’un ton juste. Je ne peux que recommander cette lecture.
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !