Lisez! icon: Search engine
Fleuve éditions
EAN : 9782265118454
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 304
Format : 140 x 210 mm
Nouveauté

Mort en pleine mer et autres enquêtes de Montalbano

Serge Quadruppani (traduit par)
Date de parution : 04/11/2021
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Montalbano !
Ces récits se déroulent dans les années 1980, quand on tirait sur le pape et qu’on empoisonnait un banquier mafieux en prison, à cette époque lointaine où les portables n’existaient pas, mais où Montalbano exerçait déjà à Vigàta. Les amateurs des aventures du commissaire sicilien y découvriront la réponse aux questions... Ces récits se déroulent dans les années 1980, quand on tirait sur le pape et qu’on empoisonnait un banquier mafieux en prison, à cette époque lointaine où les portables n’existaient pas, mais où Montalbano exerçait déjà à Vigàta. Les amateurs des aventures du commissaire sicilien y découvriront la réponse aux questions qu’ils se posaient jusque-là d’un livre à l’autre, par exemple pourquoi Livia, l’éternelle fiancée génoise, et Adelina, la femme de ménage sicilienne se détestent ou comment Montalbano, en donnant un coup de main pour un cambriolage, a hérité du trousseau de clés qu’il utilise encore pour ses perquisitions hors normes, ou bien encore comment naquit son irrespect de la procédure, le jour où on lui fit dissimuler des preuves impliquant des puissants…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265118454
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 304
Format : 140 x 210 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Charybde2 Posté le 3 Janvier 2022
    Huit nouvelles particulièrement savoureuses issues de la jeunesse de notre commissaire sicilien préféré. Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2022/01/03/note-de-lecture-mort-en-pleine-mer-et-autres-enquetes-montalbano-27-andrea-camilleri/ Juste après « La pyramide de boue » en 2014, Andrea Camilleri avait observé une légère pause dans le déroulement des enquêtes du commissaire Salvo Montalbano, en se permettant de publier la même année ce recueil de huit nouvelles renvoyant (théoriquement) aux années enfuies du « jeune Montalbano ». Traduit en 2021 au Fleuve Noir, comme toujours par Serge Quadruppani – qui remplace ici sa traditionnelle et si précieuse préface évolutive concernant les questions bien particulières de traduction qu’impose la langue de la série, entre italien, sicilien et « montalbanais », par une savoureuse lettre ouverte à Salvo, partiellement parue en 2017 dans le cadre d’une journée d’études alors consacrée à Andrea Camilleri -, l’ouvrage est ainsi venu s’insérer en français juste après deux autres romans, « Le manège des erreurs » et « L’autre bout du fil », dont nous vous parlerons ici plus ou moins prochainement. Belles occasions pour toucher du doigt, de l’œil ou du bout de la langue, l’évolution de nos personnages favoris depuis leur prétendue « jeunesse », du bourru commissaire lui-même à son éternelle fiancée Livia, en... Huit nouvelles particulièrement savoureuses issues de la jeunesse de notre commissaire sicilien préféré. Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2022/01/03/note-de-lecture-mort-en-pleine-mer-et-autres-enquetes-montalbano-27-andrea-camilleri/ Juste après « La pyramide de boue » en 2014, Andrea Camilleri avait observé une légère pause dans le déroulement des enquêtes du commissaire Salvo Montalbano, en se permettant de publier la même année ce recueil de huit nouvelles renvoyant (théoriquement) aux années enfuies du « jeune Montalbano ». Traduit en 2021 au Fleuve Noir, comme toujours par Serge Quadruppani – qui remplace ici sa traditionnelle et si précieuse préface évolutive concernant les questions bien particulières de traduction qu’impose la langue de la série, entre italien, sicilien et « montalbanais », par une savoureuse lettre ouverte à Salvo, partiellement parue en 2017 dans le cadre d’une journée d’études alors consacrée à Andrea Camilleri -, l’ouvrage est ainsi venu s’insérer en français juste après deux autres romans, « Le manège des erreurs » et « L’autre bout du fil », dont nous vous parlerons ici plus ou moins prochainement. Belles occasions pour toucher du doigt, de l’œil ou du bout de la langue, l’évolution de nos personnages favoris depuis leur prétendue « jeunesse », du bourru commissaire lui-même à son éternelle fiancée Livia, en passant par les irremplaçables détectives adjoints Augello et Fazio, le toujours aussi (ou déjà) déroutant Catarella, futur génie informatique définitivement fâché avec les noms propres des visiteuses et visiteurs, que ce soit au standard téléphonique ou à l’accueil physique du commissariat, le légiste Pasquano ou encore le restaurateur Calogero, « La chambre numéro 2 », « Double enquête », « Mort en pleine mer », « Le billet volé », « La transaction », « Conformément à la procédure », « Un abricot » et « Le voleur honnête » forment aussi à elles huit comme un condensé des thématiques qui hantent l’ensemble des romans-enquêtes du commissaire sicilien, des frasques amoureuses des uns et des autres aux règlements de comptes tortueux, des malversations de nantis aux basses vengeances de celles ou ceux n’acceptant pas la réussite d’autres, des drames nés de la lâcheté politique à ceux issus des appropriations mafieuses, en une galerie d’autant plus impressionnante qu’elle est conduite à un rythme ici accéléré, forme courte oblige. Signalons enfin que RAI 1 s’est également emparé entre 2012 et 2015 de ces nouvelles (et de quelques autres laissées précédemment de côté, car ayant trait aussi à la jeunesse de Salvo, telles certaines issues de « Un mois avec Montalbano » , de « La démission de Montalbano », de « La peur de Montalbano » ou de « La première enquête de Montalbano ») pour lancer une deuxième série télévisée, « Le jeune Montalbano », avec Michele Riondino dans le rôle-titre, pour accompagner les quatorze saisons (entre 1999 et 2020) de la série « principale », conduite depuis « La forme de l’eau », où Luca Zingaretti incarne le commissaire dans la force de l’âge, voire doucement vieillissant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Charybde2 Posté le 3 Janvier 2022
    Huit nouvelles particulièrement savoureuses issues de la jeunesse de notre commissaire sicilien préféré. Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2022/01/03/note-de-lecture-mort-en-pleine-mer-et-autres-enquetes-montalbano-27-andrea-camilleri/ Juste après « La pyramide de boue » en 2014, Andrea Camilleri avait observé une légère pause dans le déroulement des enquêtes du commissaire Salvo Montalbano, en se permettant de publier la même année ce recueil de huit nouvelles renvoyant (théoriquement) aux années enfuies du « jeune Montalbano ». Traduit en 2021 au Fleuve Noir, comme toujours par Serge Quadruppani – qui remplace ici sa traditionnelle et si précieuse préface évolutive concernant les questions bien particulières de traduction qu’impose la langue de la série, entre italien, sicilien et « montalbanais », par une savoureuse lettre ouverte à Salvo, partiellement parue en 2017 dans le cadre d’une journée d’études alors consacrée à Andrea Camilleri -, l’ouvrage est ainsi venu s’insérer en français juste après deux autres romans, « Le manège des erreurs » et « L’autre bout du fil », dont nous vous parlerons ici plus ou moins prochainement. Belles occasions pour toucher du doigt, de l’œil ou du bout de la langue, l’évolution de nos personnages favoris depuis leur prétendue « jeunesse », du bourru commissaire lui-même à son éternelle fiancée Livia, en... Huit nouvelles particulièrement savoureuses issues de la jeunesse de notre commissaire sicilien préféré. Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2022/01/03/note-de-lecture-mort-en-pleine-mer-et-autres-enquetes-montalbano-27-andrea-camilleri/ Juste après « La pyramide de boue » en 2014, Andrea Camilleri avait observé une légère pause dans le déroulement des enquêtes du commissaire Salvo Montalbano, en se permettant de publier la même année ce recueil de huit nouvelles renvoyant (théoriquement) aux années enfuies du « jeune Montalbano ». Traduit en 2021 au Fleuve Noir, comme toujours par Serge Quadruppani – qui remplace ici sa traditionnelle et si précieuse préface évolutive concernant les questions bien particulières de traduction qu’impose la langue de la série, entre italien, sicilien et « montalbanais », par une savoureuse lettre ouverte à Salvo, partiellement parue en 2017 dans le cadre d’une journée d’études alors consacrée à Andrea Camilleri -, l’ouvrage est ainsi venu s’insérer en français juste après deux autres romans, « Le manège des erreurs » et « L’autre bout du fil », dont nous vous parlerons ici plus ou moins prochainement. Belles occasions pour toucher du doigt, de l’œil ou du bout de la langue, l’évolution de nos personnages favoris depuis leur prétendue « jeunesse », du bourru commissaire lui-même à son éternelle fiancée Livia, en passant par les irremplaçables détectives adjoints Augello et Fazio, le toujours aussi (ou déjà) déroutant Catarella, futur génie informatique définitivement fâché avec les noms propres des visiteuses et visiteurs, que ce soit au standard téléphonique ou à l’accueil physique du commissariat, le légiste Pasquano ou encore le restaurateur Calogero, « La chambre numéro 2 », « Double enquête », « Mort en pleine mer », « Le billet volé », « La transaction », « Conformément à la procédure », « Un abricot » et « Le voleur honnête » forment aussi à elles huit comme un condensé des thématiques qui hantent l’ensemble des romans-enquêtes du commissaire sicilien, des frasques amoureuses des uns et des autres aux règlements de comptes tortueux, des malversations de nantis aux basses vengeances de celles ou ceux n’acceptant pas la réussite d’autres, des drames nés de la lâcheté politique à ceux issus des appropriations mafieuses, en une galerie d’autant plus impressionnante qu’elle est conduite à un rythme ici accéléré, forme courte oblige. Signalons enfin que RAI 1 s’est également emparé entre 2012 et 2015 de ces nouvelles (et de quelques autres laissées précédemment de côté, car ayant trait aussi à la jeunesse de Salvo, telles certaines issues de « Un mois avec Montalbano » , de « La démission de Montalbano », de « La peur de Montalbano » ou de « La première enquête de Montalbano ») pour lancer une deuxième série télévisée, « Le jeune Montalbano », avec Michele Riondino dans le rôle-titre, pour accompagner les quatorze saisons (entre 1999 et 2020) de la série « principale », conduite depuis « La forme de l’eau », où Luca Zingaretti incarne le commissaire dans la force de l’âge, voire doucement vieillissant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • AnneMarieLA Posté le 13 Décembre 2021
    MORT EN PLEINE MER et autres enquêtes du jeune Montalbano: tel est le titre complet de ce recueil de 8 nouvelles publié en Italie en 2021. Les connaisseurs de la série des Montalbano: ce Maigret sicilien, ne seront pas dépaysés. Ils se retrouveront dans la ville fictive de Rigata, cadre attitré des autres romans, reconnaîtront les pittoresques membres de l'équipe du commissaire, les manies et les goûts de celui-ci ainsi que les personnages habituels ( fiancé, cuisinière, patron de trattoria ... ) qui font le sel et le charme des comédies policières de la série. Les affaires que Montalbano est ici chargé d'élucider se déroulent dans les années 1980, période qui a vu la tentative d'assassinat du Pape Jean-Paul II, le débarquement premiers migrants. Elles sont pour la plupart liées à des femmes, à leur disparition, à leur relations avec maris ou amants, aux témoignages de celles qui les connaissaient. Elles mettent aussi souvent en cause la Mafia et ses procédés expéditifs. Chacune de ces nouvelles est le modèle réduit des romans de Camillieri, chacune constitue à elle seule... MORT EN PLEINE MER et autres enquêtes du jeune Montalbano: tel est le titre complet de ce recueil de 8 nouvelles publié en Italie en 2021. Les connaisseurs de la série des Montalbano: ce Maigret sicilien, ne seront pas dépaysés. Ils se retrouveront dans la ville fictive de Rigata, cadre attitré des autres romans, reconnaîtront les pittoresques membres de l'équipe du commissaire, les manies et les goûts de celui-ci ainsi que les personnages habituels ( fiancé, cuisinière, patron de trattoria ... ) qui font le sel et le charme des comédies policières de la série. Les affaires que Montalbano est ici chargé d'élucider se déroulent dans les années 1980, période qui a vu la tentative d'assassinat du Pape Jean-Paul II, le débarquement premiers migrants. Elles sont pour la plupart liées à des femmes, à leur disparition, à leur relations avec maris ou amants, aux témoignages de celles qui les connaissaient. Elles mettent aussi souvent en cause la Mafia et ses procédés expéditifs. Chacune de ces nouvelles est le modèle réduit des romans de Camillieri, chacune constitue à elle seule un roman miniature, comme le serait le scénario d'un roman à venir. On y trouve les étapes habituelles de l'enquête : constat, recherche des causes possibles, pistes et fausses pistes, dénouement, sans oublier ni les savoureux dialogues entre les personnages ni le regard acéré et plein d'ironie que l'auteur porte sur la société de son temps. Tout cela en une trentaine de pages , alors que j'aime avoir le temps de m'installer dans une histoire, m'imprégner des données de la situation , faire mes propres hypothèses et n'avoir la solution qu'après plusieurs heures de lecture. Je dois avouer que je me suis sentie frustrée d'une partie du plaisir habituel que me procure ce genre d'ouvrage. Ma nouvelle préférée, c'est la dernière, au titre en forme d'oxymore  LE VOLEUR HONNÊTE.Tout un programme ! Un recueil de nouvelles qui peut donner à ceux qui ne connaissent pas encore Andréa Camilleri l'envie de découvrir ses romans.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lousine Posté le 12 Décembre 2021
    Moi qui ne lit pas énormément de recueils de nouvelles mais plutôt des nouvelles de manière isolée et souvent d’auteurs différents, j’ai décidé que Camilleri, un des maîtres du polar italien valait bien cette exception, qui plus est pour revenir en arrière, au début de la carrière du célèbre commissaire. Nous sommes donc dans les Années 80. Les faits de l’époque se retrouvent en arrière-plan des différentes intrigues : tirs sur le pape, empoisonnement d’un banquier mafieux alors qu’il est en prison Les nouvelles technologies n’étaient pas encore présentes mais Vigata avait déjà Montalbano. On découvre ainsi des éléments jusqu’alors inconnus : pourquoi sa fiancée de Gênes et sa femme de ménage sicilienne se détestent, comment Montalbano a trouvé le trousseau de clés qui lui permet des perquisitions en dehors des clous, d’où lui vient son irrespect des procédures … Le recueil commence avec une lettre ouverte du traducteur à Montalbano Puis viennent ensuite les huit nouvelles : la chambre numéro 2, double enquête, mort en pleine mer, le billet volé, la transaction, conformément à la procédure, un abricot et le voleur honnête. J’ai trouvé ce livre très intéressant car cela change des intrigues policières longues et cela m’a permis de... Moi qui ne lit pas énormément de recueils de nouvelles mais plutôt des nouvelles de manière isolée et souvent d’auteurs différents, j’ai décidé que Camilleri, un des maîtres du polar italien valait bien cette exception, qui plus est pour revenir en arrière, au début de la carrière du célèbre commissaire. Nous sommes donc dans les Années 80. Les faits de l’époque se retrouvent en arrière-plan des différentes intrigues : tirs sur le pape, empoisonnement d’un banquier mafieux alors qu’il est en prison Les nouvelles technologies n’étaient pas encore présentes mais Vigata avait déjà Montalbano. On découvre ainsi des éléments jusqu’alors inconnus : pourquoi sa fiancée de Gênes et sa femme de ménage sicilienne se détestent, comment Montalbano a trouvé le trousseau de clés qui lui permet des perquisitions en dehors des clous, d’où lui vient son irrespect des procédures … Le recueil commence avec une lettre ouverte du traducteur à Montalbano Puis viennent ensuite les huit nouvelles : la chambre numéro 2, double enquête, mort en pleine mer, le billet volé, la transaction, conformément à la procédure, un abricot et le voleur honnête. J’ai trouvé ce livre très intéressant car cela change des intrigues policières longues et cela m’a permis de découvrir la jeunesse de Montalbano, un personnage que j’aime beaucoup.
    Lire la suite
    En lire moins
  • SZRAMOWO Posté le 7 Décembre 2021
    Après la disparition du regretté Camilleri, un recueil bienvenu qui montre s'il en était besoin que le génial auteur sicilien avait encore du gaz sous le pied. Le fan en mal de nouveautés se régalera de ces 6 nouvelles inédites qui auraient pu donner naissance à 6 romans, tant les thématiques chères à Montalbano sont présentes. La précision donné dans le titre "et autres enquêtes du jeune Montalbano" nous donne à voir un Montalbano assez radical dans sa méthode pour clore les enquêtes et de faire justice à sa façon, sans s'embarrasser de la morale légitimiste qui laisse parfois la bride sur le cou aux dérives mafieuses. L'humour de Camilleri nous enchante toujours, qui voit les banquiers comme des requins et les mafiosi comme des hommes d'honneur : "— Je m'appelle Vittorio Barracuda, dit-il. J'ai beaucoup entendu parler de vous et je suis désolé de vous connaître dans ces circonstances désagréables. Et il sourit, exhibant deux rangées de dents très exactement semblables à celles du dangereux poisson carnivore dont il portait le nom." "C'était la confirmation de ce qu'il avait pinsé. La Mafia tenait à lui faire savoir qu'elle n'avait rin à voir avec la tentative de meurtre." Le recueil commence par une adresse de Serge... Après la disparition du regretté Camilleri, un recueil bienvenu qui montre s'il en était besoin que le génial auteur sicilien avait encore du gaz sous le pied. Le fan en mal de nouveautés se régalera de ces 6 nouvelles inédites qui auraient pu donner naissance à 6 romans, tant les thématiques chères à Montalbano sont présentes. La précision donné dans le titre "et autres enquêtes du jeune Montalbano" nous donne à voir un Montalbano assez radical dans sa méthode pour clore les enquêtes et de faire justice à sa façon, sans s'embarrasser de la morale légitimiste qui laisse parfois la bride sur le cou aux dérives mafieuses. L'humour de Camilleri nous enchante toujours, qui voit les banquiers comme des requins et les mafiosi comme des hommes d'honneur : "— Je m'appelle Vittorio Barracuda, dit-il. J'ai beaucoup entendu parler de vous et je suis désolé de vous connaître dans ces circonstances désagréables. Et il sourit, exhibant deux rangées de dents très exactement semblables à celles du dangereux poisson carnivore dont il portait le nom." "C'était la confirmation de ce qu'il avait pinsé. La Mafia tenait à lui faire savoir qu'elle n'avait rin à voir avec la tentative de meurtre." Le recueil commence par une adresse de Serge Quadrupani le traducteur au héros de Camilleri qu'il n'hésite pas à comparer à Maigret pour sa liberté de penser : "À l'instar de Maigret, ton grand ancêtre, tu ne manifestes pas un attachement forcené aux institutions et à leurs règles," Avis partagé par le lecteur ! Autres facéties présentes dans chacune de ces nouvelles qui sont la substantifique moelle montalbanienne, les sorties ou les entrées toujours fracassantes de Catarella, "Fernandel informaticien qui regarde (Salvo) comme un chien amoureux de son maître" : "Catarella l'assaillit dès son entrée. — Ah, dottori ! Trois fois, il vous appela, M. Sconsolato, qu'y voulait vous parler urgentevitement." Les thématiques abordées dans chacune des nouvelles sont riches et originales et on imagine sans peine le roman que chacune d'elle aurait pu donner. Hôtel accueillant des migrants sans papiers, incendié, mari joueur invétéré trustant la fortune personnelle de sa femme et déguisant son enlèvement comme une action de la Mafia, Marins pêcheurs plus que tentés par des activités illicites mais beaucoup plus lucratives que la vente de poisson, logeuse indélicate profitant de la naïveté d'une barmaid à l'activité sexuelle débridée et maîtresse d'un membre de la Mafia, traffic de filles venant de l'Est, comment une supposée allergie aux abricots de la victime permet d'élucider un meurtre et de confondre l'assassin, le voleur honnête aide Salvo à confondre un avocat véreux impliqué dans un meurtre... Vision d'une Italie qui pour Camilleri, est "(...)destinée à ne jamais changer ses belles habitudes, quel que soit le gouvernement en charge." Montalbano est là pour veiller au grain et rétablir une certaine forme de justice, sans oublier de sacrifier à la tradition : "Il se prépara une assiette avec un peu de saucisson, du caciocavallo, du jambon et une dizaine d'olives, se prit une bouteille de vin et emporta le tout sur la véranda. Il fit passer ainsi une heure, puis rentra et alluma la tilévision. On diffusait le troisième épisode de la Pieuvre, une série sur la Mafia qui avait un énorme succès. Il en regarda un bout, on aurait dit que les Italiens venaient juste à l'instant de découvrir la Sicile, mais du pire côté, donc il changea de chaîne. Et là, il y avait Toto Cutugno qui chantait Con la chitarra in mano, prisenté l'année précédente à Sanremo. Il éteignit et revint sur la véranda pour fumer en se tourmentant la coucourde. À cette heure, les chalutiers de Vigàta s'adirigeaient vers leurs emplacements respectifs." Merci Fleuve Noir pour ce recueil qui compense notre manque endémique de Camilleri !
    Lire la suite
    En lire moins
Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Fleuve éditions

    30 livres palpitants à poser sous le sapin pour Noël

    Thrillers, récits fantastiques, feel-goodbooks ou encore plongée dans la science-fiction…Les Éditions Fleuve vous proposent des voyages passionnants aux quatre coins du monde pour leur sélection de Noël.

    Au cœur de ces histoires romanesques, embarquez pour des aventures inventives qui sauront vous apporter de l'évasion et une bonne dose d'émotions !

    Lire l'article