Lisez! icon: Search engine
Les Escales
EAN : 9782365692687
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 176
Format : 140 x 225 mm

N'oublie rien en chemin

Collection : Domaine français
Date de parution : 11/05/2017
Tôt ou tard, vient l'heure d'affronter ses démons...
À la mort de sa grand-mère qu’elle adorait, Sandra, quarante ans, se voit remettre des lettres et des carnets de son aïeule. Rivka y livre un témoignage poignant sur sa jeunesse dans le Paris de l’Occupation, les rafles, la terreur, le chaos. Mais il y a plus. Par-delà la mort,... À la mort de sa grand-mère qu’elle adorait, Sandra, quarante ans, se voit remettre des lettres et des carnets de son aïeule. Rivka y livre un témoignage poignant sur sa jeunesse dans le Paris de l’Occupation, les rafles, la terreur, le chaos. Mais il y a plus. Par-delà la mort, la vieille femme demande à sa petite-fille d’accomplir une mission.
Une mission qui obligera Sandra à retourner à Paris, ville maudite, sur les traces de son amour de jeunesse, Alexandre. Un homme étrange, hypnotique et manipulateur dont Sandra ne pensait plus jamais croiser la route… Pour elle, l’heure est venue d’affronter ses démons.

Avec délicatesse, Anne-Sophie Moszkowicz brosse le portrait d’une famille prise dans les tourments de l’Histoire et nous entraîne dans les dédales de la mémoire.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365692687
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 176
Format : 140 x 225 mm
Les Escales

Ils en parlent

"Un premier roman tourmenté et captivant. Un regard neuf, débarrassé de toute volonté d'édification."
Virginia Bart / Le Monde des livres
« Magnifique premier roman. »
« Une écriture élégante, une histoire originale et intéressante »
« Anne-Sophie Moszkowicz nous donne à lire un roman pudique, profond, émouvant que j'ai adoré. »

Coup de coeur du blogueur
Isabelle Sapure / Blog Onlalu

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Isa0409 Posté le 21 Avril 2020
    📒 Lyon. Été 2017. Après la mort de sa grand-mère, Sandra reçoit de son père une lettre, ainsi que de nombreux carnets tenus par son aïeule. Rivka est une survivante de la Shoah, pourtant elle n’en a jamais parlé, elle a toujours tu ce douloureux passé, considérant que ce qui n’est pas dit n’existe pas... n’existe plus. En livrant par écrit tous ses secrets, son quotidien sous l’occupation, ses craintes et ses peurs, mais aussi ses espoirs, Rivka amène sa petite-fille à Paris. 📒 Paris. Automne 1997. Sandra, alors âgée de 20 ans, quitte sa ville natale pour se rendre à la capitale afin d’y étudier le droit. Elle y rencontre Alexandre , avec qui elle vivra trois mois de passion intense, de fougue, il arrive tel une tornade dans le paysage si calme de la vie de Sandra. Et de Paul, son amoureux. Que faire ? Écouter son coeur ou sa raison ? Suivre l’instinct ou réfléchir ? Sandra n’aura pas à prendre de décision. Alexandre la quitte. 📒 N’oublie rien en chemin est un roman d’une délicatesse et d’une élégance inouïes. Comment vivre avec son passé, avec celui de sa famille, que l’on porte parfois à bout de... 📒 Lyon. Été 2017. Après la mort de sa grand-mère, Sandra reçoit de son père une lettre, ainsi que de nombreux carnets tenus par son aïeule. Rivka est une survivante de la Shoah, pourtant elle n’en a jamais parlé, elle a toujours tu ce douloureux passé, considérant que ce qui n’est pas dit n’existe pas... n’existe plus. En livrant par écrit tous ses secrets, son quotidien sous l’occupation, ses craintes et ses peurs, mais aussi ses espoirs, Rivka amène sa petite-fille à Paris. 📒 Paris. Automne 1997. Sandra, alors âgée de 20 ans, quitte sa ville natale pour se rendre à la capitale afin d’y étudier le droit. Elle y rencontre Alexandre , avec qui elle vivra trois mois de passion intense, de fougue, il arrive tel une tornade dans le paysage si calme de la vie de Sandra. Et de Paul, son amoureux. Que faire ? Écouter son coeur ou sa raison ? Suivre l’instinct ou réfléchir ? Sandra n’aura pas à prendre de décision. Alexandre la quitte. 📒 N’oublie rien en chemin est un roman d’une délicatesse et d’une élégance inouïes. Comment vivre avec son passé, avec celui de sa famille, que l’on porte parfois à bout de bras, que l’on traîne parfois sans le savoir, ou que l’on découvre par hasard, après une question innocente ? 📒 Le passé définit le présent, et l’on ne peut s’en détourner. Et quand bien même on tenterait d’y échapper, il nous rattrape, impossible à fuir, telle une ombre malveillante. Qu’il prenne la forme d’une lettre ou d’un banal coup de téléphone ...
    Lire la suite
    En lire moins
  • gromit33 Posté le 12 Août 2019
    Droit et/ou devoir de mémoire, il n'est pas facile de connaître le passe de membres de familles, des grands parents qui se taisent, des parents qui ne cherchent ni ne veulent savoir, alors quelquefois c'est la troisième génération qui veulent savoir, comprendre et quelquefois corriger, atténuer les faits de leurs aïeuls. Mais est ce possible, facile, souhaitable. Avec une belle écriture, qui décrit les sentiments, les questionnements d'une femme qui essaie de comprendre, d'analyser ses remords, regrets après une rupture amoureuse entre deux êtres. Une rupture qui peut faire surgir des histoires familiales du passé. Un livre étrange car il nous "balade" et on ne sait pas trop où et vers quel dénouement l'auteure va nous entraîner. Une façon singulière de nous parler des spoliations, des possibles et éventuelles indemnisations. Peux t on réparer les faits des années 40, comment se souvenir mais continuer d'avancer.
  • myrtigal Posté le 1 Août 2018
    Si le résumé avait l’air très intriguant, le roman en lui même s’est avéré un peu lent. L’histoire met du temps à s’enclencher, beaucoup d’insistance sur les sentiments, peu d’action. Mais jai surtout ressenti une légère déception de constater que la majeure partie de l’histoire tourne autour de Sandra et non de la grand-mère comme je le pensais. Ceci dit le secret et le dénouement (pour ma part assez inattendue) rattrapent la lenteur du roman. Bonne lecture quoi qu’il en soit.
  • Biblioroz Posté le 28 Juin 2018
    J'aime bien aller à la rencontre de nouveaux auteurs, ouvrir des premiers romans. Celui-ci fut une belle découverte. La narratrice, Sandra, la quarantaine, nous ouvre les portes de ses souvenirs. Vingt ans déjà que ses trois mois passés à Paris sont derrière elle. Des souvenirs lointains et si forts qu'ils ont été remisés dans sa mémoire, cachés depuis longtemps derrière le quotidien d'une vie installée à Lyon. Mais voilà qu'à sa mort, Rivka, sa grand-mère, lui a laissé son vécu de juive, consigné dans des petits carnets jaunis. Sandra est désormais dépositaire du passé de sa grand-mère. Un legs émouvant qui lui demande également de partir vers son propre passé, vers Alexandre, son amour parisien. L'histoire est davantage axée sur la recherche de Sandra pour tenter d'éclaircir les zones d'ombre qui ont entouré sa relation avec Alexandre. Cette relation particulière et grisante qu'elle a vécue comme un tourbillon dans sa vie bien ordonnée. Mais à travers les carnets de Rivka, quelques extraits émouvants parsèment ce chemin pour ne pas oublier, notamment lorsqu'elle écrit avoir « quitté sa vie » un jour de juillet 1942. J'ai été très sensible au passage de sa peur de voir revenir des prénoms juifs au sein de sa famille… Dès... J'aime bien aller à la rencontre de nouveaux auteurs, ouvrir des premiers romans. Celui-ci fut une belle découverte. La narratrice, Sandra, la quarantaine, nous ouvre les portes de ses souvenirs. Vingt ans déjà que ses trois mois passés à Paris sont derrière elle. Des souvenirs lointains et si forts qu'ils ont été remisés dans sa mémoire, cachés depuis longtemps derrière le quotidien d'une vie installée à Lyon. Mais voilà qu'à sa mort, Rivka, sa grand-mère, lui a laissé son vécu de juive, consigné dans des petits carnets jaunis. Sandra est désormais dépositaire du passé de sa grand-mère. Un legs émouvant qui lui demande également de partir vers son propre passé, vers Alexandre, son amour parisien. L'histoire est davantage axée sur la recherche de Sandra pour tenter d'éclaircir les zones d'ombre qui ont entouré sa relation avec Alexandre. Cette relation particulière et grisante qu'elle a vécue comme un tourbillon dans sa vie bien ordonnée. Mais à travers les carnets de Rivka, quelques extraits émouvants parsèment ce chemin pour ne pas oublier, notamment lorsqu'elle écrit avoir « quitté sa vie » un jour de juillet 1942. J'ai été très sensible au passage de sa peur de voir revenir des prénoms juifs au sein de sa famille… Dès les premières pages, l'auteure a su poser de jolis mots sur le vivre « sans » laissé par la disparition de Rivka. Rivka, la gardienne des souvenirs de guerre dont elle n'a jamais pu parler à ses enfants et petits-enfants pour ne pas assombrir leurs propres vies. C'est un retour sur le chemin du passé pour ne rien oublier, pour démêler les fils tissés ou non tissés du destin d'une famille. J'ai aimé aussi les lieux et la façon dont Anne-Sophie Moszkowicz nous fait ressentir ces rues de Paris et leur atmosphère attirante et si particulière. Un petit roman qui se lit vite, dont les révélations ne sont pas inattendues mais qui exploite avec brio l'importance de la famille et des transmissions intergénérationnelles.
    Lire la suite
    En lire moins
  • vratajczak257 Posté le 28 Mars 2018
    À la mort de sa grand-mère qu’elle adorait, Sandra, quarante ans, se voit remettre des lettres et des carnets de son aïeule. Rivka y livre un témoignage poignant sur sa jeunesse dans le Paris de l’Occupation, les rafles, la terreur, le chaos. Mais il y a plus. Par-delà la mort, la vieille femme demande à sa petite-fille d’accomplir une mission. Une mission qui obligera Sandra à retourner à Paris, ville maudite, sur les traces de son amour de jeunesse, Alexandre. Un homme étrange, hypnotique et manipulateur dont Sandra ne pensait plus jamais croiser la route… Pour elle, l’heure est venue d’affronter ses démons. Avec délicatesse, Anne-Sophie Moszkowicz brosse le portrait d’une famille prise dans les tourments de l’Histoire et nous entraîne dans les dédales de la mémoire.Née à Nice en 1984, Anne-Sophie Moszkowicz vit aujourd'hui à Paris, où elle travaille dans l'édition. Sa famille lui a transmis deux choses : l'importance de la mémoire et la passion des mots. A l'heure de fonder sa propre famille, ses racines la rattrapent. L'écriture s'impose alors à elle. N’oublie rien en chemin est son premier roman. Une histoire qui rejoint la grande ...Toutefois, je m'attendais à plus de cette histoire prometteuse.. et c'est... À la mort de sa grand-mère qu’elle adorait, Sandra, quarante ans, se voit remettre des lettres et des carnets de son aïeule. Rivka y livre un témoignage poignant sur sa jeunesse dans le Paris de l’Occupation, les rafles, la terreur, le chaos. Mais il y a plus. Par-delà la mort, la vieille femme demande à sa petite-fille d’accomplir une mission. Une mission qui obligera Sandra à retourner à Paris, ville maudite, sur les traces de son amour de jeunesse, Alexandre. Un homme étrange, hypnotique et manipulateur dont Sandra ne pensait plus jamais croiser la route… Pour elle, l’heure est venue d’affronter ses démons. Avec délicatesse, Anne-Sophie Moszkowicz brosse le portrait d’une famille prise dans les tourments de l’Histoire et nous entraîne dans les dédales de la mémoire.Née à Nice en 1984, Anne-Sophie Moszkowicz vit aujourd'hui à Paris, où elle travaille dans l'édition. Sa famille lui a transmis deux choses : l'importance de la mémoire et la passion des mots. A l'heure de fonder sa propre famille, ses racines la rattrapent. L'écriture s'impose alors à elle. N’oublie rien en chemin est son premier roman. Une histoire qui rejoint la grande ...Toutefois, je m'attendais à plus de cette histoire prometteuse.. et c'est un peu sur ma faim, que j'ai fini ce livre ...
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !